Profil

Sarah Waiswa

A male albino model holds a dove in front of a clear blue sky.
Cette image, appelée « Birds of a Feather » (Une passion à tire-d'aile) est issue de la série « Still a Stranger » (Toujours étranger) de l'ambassadrice Canon Sarah Waiswa. Ce projet, qui s'inscrit dans la continuité de la première série de Sarah, « Stranger in a Familiar Land » (Étrangère en terre familière), aborde les expériences de personnes atteintes d'albinisme vivant en Afrique subsaharienne. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM (désormais remplacé par le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM) à 88 mm, 1/640 s, f/5 et ISO 100. © Sarah Waiswa

Née en Ouganda et installée au Kenya, Sarah Waiswa est une photographe documentaire et de portrait passionnée par l'exploration de l'identité moderne sur le continent africain.

La photographie de Sarah est audacieuse en tous points : des compositions dépouillées mêlant couleurs éclatantes et un sens poussé de l'esthétique, rencontrent des sujets qui défient les idées reçues concernant l'Afrique, son continent de naissance.

« Depuis quelques années, l'intérêt envers l'art, la musique et la culture africaines connaît un essor en Occident », explique Sarah. « Je m'intéresse à la définition de l'identité africaine à l'heure où les projecteurs semblent braqués sur l'Afrique. Je questionne également la façon dont ce nouvel intérêt a incité les jeunes africains à se réapproprier leur culture et leur histoire. Ceux-ci ont en effet adopté des modes d'expression variés, mêlant passé et présent, tout en imaginant ce que pourrait être leur avenir et celui de ce continent. »

Canon Ambassador Sarah Waiswa.

Lieux : Kenya et Ouganda 

Domaines de spécialité : documentaire, portrait 

Kit préféré : 

Canon EOS 5D Mark IV

Canon EF 50mm f/1.4 USM

Née en Ouganda, Sarah a grandi au Kenya, avant de passer une dizaine d'années à étudier et à travailler aux États-Unis. À son retour au Kenya en 2010, elle a travaillé dans les ressources humaines, mais la photographie a pris de plus en plus de place dans sa vie. « Lorsque je suis tombée dans la photographie, ou plutôt lorsqu'elle m'est tombée dessus, c'est devenu le seul aspect évident de ma vie », raconte-t-elle. « Je ne pense pas avoir eu autant de certitude pour quoi que ce soit d'autre dans ma vie. »

Après avoir perfectionné son art au fil des rencontres sur les réseaux sociaux, puis accepté des missions photographiques sur son temps libre, Sarah a sauté le pas en passant professionnelle en 2015. L'un des projets qu'elle a développés à cette époque, « Stranger in a Familiar Land » (Étrangère en terre familière), dépeint, en autres, le modèle Florence Kisombe et la réaction de la société face à l'albinisme. Le goût de la mise en scène de Sarah s'est parfaitement accordé à l'identité visuelle très marquée de Florence. Leur collaboration a donné naissance à une série de portraits à la fois fascinants et évocateurs.

Albino model Florence Kisombe, with her hair dyed purple hair, poses against a brick wall holding a large conch shell. Taken by Canon Ambassador Sarah Waiswa on a Canon EOS 5D Mark III.
Le modèle Florence Kisombe photographié à Kibera, la plus grande banlieue de Nairobi, dans le cadre de la série « Stranger in a Familiar Land » (Étrangère en terre familière) de Sarah. Dans certaines régions d'Afrique subsaharienne, les personnes atteintes d'albinisme sont persécutées en raison d'une méconnaissance de leur maladie. « En Tanzanie, les personnes atteintes d'albinisme sont littéralement chassées pour des parties de leurs corps, auxquelles on prête des pouvoirs magiques », explique Sarah. « Les gens ont peur de ce qu'ils ne comprennent pas. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/400 s, f/3,2 et ISO 100. © Sarah Waiswa

« Pour moi, la personne est au cœur de l'histoire, et je veux inciter le spectateur à se connecter à elle avant tout autre chose », déclare Sarah. « Je suis également captivée par la couleur et la place qu'elle occupe dans l'esthétique africaine », poursuit-elle.

Lors de l'édition 2016 du festival Les Rencontres de la photographie d'Arles, Aïda Muluneh, photographe, artiste et ambassadrice Canon, a présenté Sarah comme une nouvelle artiste. Cette même année, la série « Stranger in a Familiar Land » (Étrangère en terre familière) a remporté le Prix Découverte, qui met à l'honneur les photographes dont le travail mérite d'être découvert.

A black-and-white image of two young girls in ballet skirts with their arms raised as if dancing. Taken by Canon Ambassador Sarah Waiswa on a Canon EOS 5D Mark III.
Au Kenya, le ballet est un loisir très onéreux, inaccessible pour la plupart des gens. Cette image issue de la série « Ballet in Kibera » (Le Ballet à Kibera) de Sarah symbolise la possibilité que des enfants de banlieue transcendent ces barrières sociales. Sarah décrit sa démarche : « Je voulais saisir l'état médian entre imagination et réalité en l'absence de barrières sociales, en proposant une alternative au stéréotype monolithique de l'enfant de banlieue pauvre ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm, 1/60 s, f/2,8 et ISO 800. © Sarah Waiswa

Sarah a travaillé avec Joel Lukhovi dans le cadre du projet à long terme African Cityzens, documentant le quotidien des habitants de différentes villes africaines. Dans d'autres projets, elle explore des sujets comme les effets de l'industrialisation sur une communauté congolaise et la santé mentale en Ouganda, présentés au travers des sensibilités distinctives de Sarah. 

« Je m'intéresse aux perceptions que les personnes ont d'elles-mêmes par rapport au continent, ainsi qu'à la place qu'elles y occupent », explique Sarah. « Lorsque j'aborde la question de l'identité africaine, et plus particulièrement de la culture des jeunes, je m'interroge sur ce que le fait d'être Africain représente pour eux et sur la façon dont ils expriment leur "africanité". »

Albino model Florence Kisombe poses in an alleyway in a slum wearing a pale green dress and long white sleeves. Taken by Canon Ambassador Sarah Waiswa on a Canon EOS 5D Mark III.
Cette image, « Finding Solace » (En quête de réconfort), est également tirée de la série « Stranger in a Familiar Land ». « Elle illustre la vie d'une personne atteinte d'albinisme, devant à la fois surmonter les défis que lui posent les rayons du soleil et la société, ainsi que la façon dont le sentiment de non-appartenance la pousse à errer comme une silhouette irréelle », explique Sarah. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/250 s, f/3,5 et ISO 100. © Sarah Waiswa

Comment trouvez-vous les histoires que vous présentez ?

« Je lis beaucoup, et j'ai eu la chance de voyager assez souvent. J'essaie de côtoyer autant que possible les personnes des communautés dans lesquelles je me rends. Je m'évertue à écouter attentivement leurs histoires et à comprendre les problèmes qui touchent leurs communautés. »

Comment procédez-vous pour faire connaissance avec vos sujets avant de les photographier ?

« J'essaie de passer autant de temps que possible avec les sujets de mes histoires. Un conteur ne peut raconter qu'une version de l'histoire d'une personne, et non l'histoire proprement dite. »

Quel a été votre plus grand défi lors de vos débuts en tant que photographe professionnelle ?

« Apprendre à fixer des tarifs pour le travail et les services photographiques, puis gérer les aspects administratifs associés. Je n'irais pas jusqu'à dire que je suis devenue experte, mais je me suis améliorée dans ces domaines. Ce sont des choses qui prennent du temps. »

Quels photographes vous ont le plus influencée, et pourquoi ?

« Nombre des illustres photographes africains, comme Malick Sidibé et Samuel Fosso, pour la portée historique de leurs portraits et de leur travail, ainsi que Diane Abus, pour son travail sur les personnes marginalisées. J'ai toujours voulu que mon travail fasse parler de problèmes sociétaux. »

Sur quels projets travaillez-vous actuellement, et qu'espérez-vous accomplir pendant la suite de votre carrière ?

« Je viens de terminer un projet que j'ai réalisé à Kipushi, une petite ville minière de la République démocratique du Congo, au cours duquel j'ai étudié les effets sociaux et environnementaux des déchets acides. Je suis également en train de préparer un documentaire sur la santé mentale en Ouganda. » 


Facebook : Sarah Waiswa

Twitter : @LAfrohemien

Instagram : @lafrohemien

Site Web : www.sarahwaiswa.com

Ce que je sais
Sarah Waiswa

« La pratique est le seul moyen de se perfectionner en tant que photographe. Ce n'est pas un appareil ou un objectif qui améliorera vos photos. »

L'équipement de Sarah Waiswa

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Canon Ambassador Sarah Waiswa's kitbag, containing Canon cameras, lenses and accessories.

Appareils photo

Canon EOS 5D Mark IV

Quel que soit le sujet que vous photographiez, bénéficiez d'une qualité d'image sans compromis et de performances ultra-professionnelles. « C'est un appareil fiable et robuste. Il offre une qualité d'image exceptionnelle pour les longues expositions et les réglages ISO élevés, et son système autofocus est incroyablement rapide et flexible », explique Sarah.

Canon AE-1

L'appareil photo reflex 35mm emblématique, dont la commercialisation a été arrêtée. « Je me suis mise au défi de me lancer dans la photographie argentique, et je trouve cet appareil assez intuitif. Je l'utilise pour la photographie urbaine, l'une de mes grandes passions ! », déclare Sarah.

Objectifs

Canon EF 50mm f/1.4 USM

Grâce à la rapidité de son ouverture maximale et de son système de mise au point, cet objectif offre une qualité surprenante, quel que soit le type de photographie pratiqué. « J'aime le format 50mm, car je peux l'utiliser dans de nombreuses situations et obtenir à chaque fois de superbes images », précise Sarah.

Articles liés

Tout afficher

Canon Europe
Programme Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

En savoir plus

Canon Ambassador Jaime de Diego

Canon Professional Services

Les membres du programme CPS bénéficient d’une assistance locale et sur les évènements majeurs, d’un service de réparation prioritaire et d’un prêt de matériel gratuit en fonction de leur niveau d’adhésion. Ils peuvent également profiter d’un retour gratuit et de remises sur les services de maintenance ainsi que des offres exclusives réservées aux membres.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services