PROFIL

Massimo Sestini

Image aérienne de plus de 500 réfugiés entassés à bord d'un bateau au large des côtes libyennes.

L'ambassadeur Canon Massimo Sestini a remporté le deuxième prix du concours World Press Photo 2015 dans la catégorie « Actualités générales - Images uniques » pour cette image de réfugiés entassés à bord d'un bateau au large des côtes libyennes. Une frégate de la marine italienne, faisant partie de l'opération Mare Nostrum, est finalement venue à leur secours. Photo prise avec un Canon EOS-1D X (désormais remplacé par le Canon EOS-1D X Mark III) équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM (désormais remplacé par l'objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM) à 100 mm, 1/1000 s, f/4,5 et ISO 400. © Massimo Sestini

Au plus fort de la crise des migrants en Europe en 2015, les journaux étaient inondés d'images d'hommes, de femmes et d'enfants entassés à bord de bateaux, bravant la traversée dangereuse de la Méditerranée à la recherche d'une vie meilleure. Mais une photo s'est démarquée. Prise du dessus par l'ambassadeur Canon Massimo Sestini, cette photo montre 500 réfugiés juste avant que la marine italienne ne vienne à leur secours.

« Je suis désormais convaincu que la distance offre un précieux avantage », déclare Massimo Sestini concernant l'approche qu'il a utilisée pour photographier cette image du dessus, qui a remporté le deuxième prix du concours World Press Photo 2015, dans la catégorie « Actualités générales - Images uniques ». « Le fait de prendre une photo à une hauteur de 760 m me permet de capturer l'intimité et la puissance d'une scène, chose que je ne pourrais pas faire sur le terrain, à proximité de mes sujets. »
Né à Prato, en Toscane, en 1963, Massimo Sestini a eu son premier appareil photo à 11 ans et a commencé sa carrière professionnelle à tout juste 16 ans. « Mon père m'a ramené un appareil photo argentique 110 compact des États-Unis et j'ai commencé à développer mes propres photos dans une chambre noire que j'avais installée dans notre salle de bain, chez nous », se souvient-il. Utilisant du matériel Canon depuis son adolescence, il a commencé avec le Canon A-1 dès sa sortie en 1978.

Grâce à une station de radio locale, il a gagné un accès VIP pour photographier les coulisses de concerts de rocks à Florence. Il vendait ensuite ses photos aux fans lors des concerts suivants pour couvrir ses dépenses. Une exposition de ses photos, « A Seventeen Year Old and His Lens », a marqué la première étape de sa carrière professionnelle en 1980.
Massimo Sestini, ambassadeur Canon et photographe aérien.

Lieu de résidence : Florence, Italie
Domaines d'expertise : photojournalisme, photographie aérienne
Kit préféré :
Canon EOS R5
Canon EOS-1D X Mark III
Canon RF 15-35mm F2.8L IS USM
Photographiées du dessus, des personnes en train de bronzer en ligne profitent d'une journée à la plage à Ostie, en Italie. Un parasol rouge est le seul point d'ombre.

Grand adepte de la photographie aérienne, Massimo Sestini a photographié ces personnes en train de bronzer en ligne sur une plage d'Ostie, en Italie, en 2005. « Le matériel Canon est extraordinaire car il est très polyvalent et est doté d'une immense plage optique », explique Massimo Sestini. Photo prise avec un Canon EOS-1Ds Mark II (désormais remplacé par le Canon EOS-1D X Mark III) équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L USM à 115 mm, 1/500 s, f/8 et ISO 100. © Massimo Sestini

Après le lycée, Massimo Sestini s'est lancé dans le photojournalisme. Il a tout d'abord travaillé pour une agence photo, avant de monter sa propre agence, Massimo Sestini News Pictures, en 1984. Il a rapidement constitué une liste de clients, dont les grands quotidiens Corriere della Sera et La Repubblica. Muni de téléobjectifs, il a sillonné le monde à la recherche de scoops. Il a décroché ses plus gros scoops dans les années 90. En 1990, il était le seul photographe à couvrir les funérailles de Stefano Casiraghi, figure notoire du motonautisme, et en 1991, il a pris le premier cliché de la princesse Diana en bikini.

En plus des actualités, il a réalisé de nombreuses commandes publiques, documentant notamment le travail d'institutions publiques comme la police, l'armée et les pompiers. En 2020, il a exposé sa série de photos Dante 700, commémorant le 700e anniversaire de la mort du célèbre poète italien, au palais du Quirinal, à Rome. Il a également dévoilé une autre exposition, Indispensabili infermieri [Infirmières indispensables], un reportage sur le rôle des infirmières pendant la pandémie de Covid-19 à l'hôpital Santa Maria Nuova et à l'hôtel de ville Palazzo Vecchio de sa ville natale de Florence.
Image aérienne d'une volée d'oiseaux traversant en formation en V de grandes zones humides en Toscane, en Italie.

Vue aérienne de la réserve naturelle de Diaccia Botrona, en Toscane, parmi les plus grandes zones humides d'Italie. « Le fil conducteur de mon travail a toujours été de prendre des photos différentes de ce qui existe déjà », explique Massimo Sestini. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark III équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 400 mm, 1/2000 s, f/5,6 et ISO 500. © Massimo Sestini

Massimo Sestini a pris la photo de migrants sur la mer Méditerranée lors d'une mission avec la marine italienne, depuis la porte d'un hélicoptère. Il en a fait sa technique distinctive, présentée dans son livre L'aria del tempo (L'air du temps), publié en 2018. « Prendre un point de vue aérien vous permet de découvrir une vision totalement différente du monde », dit-il. « Tout prend forme au moment où vous appuyez sur l'obturateur. Vous découvrez alors quelque chose que vous n'avez jamais vu auparavant... La beauté de l'invisible. »
En 40 ans de carrière dans le photojournalisme, vous avez couvert de nombreuses actualités. Avez-vous une méthode commune pour appréhender une situation ?
« Dès que j'arrive sur un événement, qu'il s'agisse d'une catastrophe naturelle ou d'une histoire criminelle, je me demande : « D'où est-ce que je peux prendre une photo qui sera différente de ce que je vois devant moi ? » Je prendrai toujours le risque de photographier la scène d'un autre point de vue, peut-être depuis le toit d'un bâtiment ou sous terre, quitte à revenir les mains vides. »

Comment vous est venue l'idée de votre photo primée au concours World Press Photo 2015 ?
« Je voulais prendre une photo différente des images que l'on avait l'habitude de voir sur le phénomène dramatique de l'immigration. J'avais dans l'idée de prendre une photo qui donnerait un peu d'espoir. En 2014, j'ai essayé pour la première fois de photographier le bateau, mais je n'étais pas satisfait du résultat. Je n'étais pas parvenu à capturer le moment où tous les passagers regardaient l'hélicoptère, à la fois apeurés et heureux d'être sauvés. En 2015, j'ai fait une deuxième tentative et c'est ainsi qu'est née ma photo primée au concours World Press Photo. Elle était exactement comme je l'avais imaginée. »

Quels sont vos secrets pour prendre une photo aérienne forte ?
« Tout d'abord, il est essentiel de me placer parfaitement à la verticale au-dessus du sujet que je souhaite photographier. Ensuite, la position que je choisis et mon cadrage sont importants. Enfin, je dois me munir de téléobjectifs, qui me permettent de photographier rapidement en utilisant des distances focales différentes, mais aussi être accompagné d'un pilote chevronné avec lequel que je peux facilement communiquer. »

Avez-vous des conseils pour les photojournalistes débutants ?
« Ne vous imposez pas de limites, suivez votre instinct et ne réfléchissez pas trop. Soyez convaincu d'immortaliser l'instant avec la plus grande détermination. Aujourd'hui encore, lorsque je suis en mission, je ressens la même montée d'adrénaline qu'à mes débuts. Le photojournalisme est le meilleur métier du monde. »

Ce que je sais

Massimo Sestini

« Au fils des ans, j'ai appris que tout peut changer à la dernière minute. Alors, lorsque je suis sur le terrain, je commence par calculer les probabilités. Je sais que même si tout se passe mal et semble impossible, je ne peux pas me permettre d'être pessimiste. Sinon, je resterais chez moi. Avant de faire quelque chose, il ne faut jamais refaire l'histoire avec des « si » et des « mais ». Il suffit de se lancer. Contrairement à d'autres types de journalisme, être sur place physiquement est nécessaire pour prendre des photos. Il faut se lever, courir, arriver, observer, puis photographier. »

Instagram :@massimo_sestini

Twitter :@massimosestini1

Site Web :www.massimosestini.it

Équipement de Massimo Sestini

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Équipement de Massimo Sestini contenant des appareils photo, des objectifs et des accessoires Canon.

Appareil photo

Canon EOS R5

Réalisez des photos époustouflantes de 45 millions de pixels à une vitesse pouvant atteindre jusqu'à 20 im./s, ou filmez des vidéos au format RAW 8K 12 bits en utilisant la largeur totale du capteur de l'appareil photo. « Le modèle R5 est mon appareil photo préféré, que ce soit pour les portraits ou en général », indique Massimo Sestini.

Canon EOS-1D X Mark III

Grâce à ses performances exceptionnelles en basse lumière, sa technologie d'autofocus utilisant le Deep Learning et ses vidéos en RAW 5,5K, cet appareil est l'outil de création ultime. « L'EOS-1D X Mark III est imbattable en basse lumière. Je l'utilise souvent pour la photographie sous-marine, la photographie aérienne et la photographie sportive », explique Massimo Sestini.

Canon EOS-1D X Mark II

L'EOS-1D X Mark II intègre un capteur CMOS développé par Canon qui révolutionne la qualité d'image professionnelle de la gamme EOS. « J'utilise l'EOS-1D X Mark III avec l'EOS-1D X Mark II lorsque je dois souvent changer d'objectif », déclare Massimo Sestini.

Objectifs

Canon RF 15-35mm F2.8L IS USM

Le plus rapide des zooms ultra grand angle de Canon, cet objectif s'inscrit dans le trio d'objectifs professionnels essentiels et est doté d'un moteur Nano USM, d'un stabilisateur d'image à 5 vitesses, ainsi que de 3 lentilles asphériques et 2 éléments en verre UD, pour une netteté exceptionnelle.

Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM

Figurant parmi le trio d'objectifs essentiels aux côtés du RF 15-35mm et du RF 70-200mm, le RF 24-70mm est doté d'une ouverture et d'une stabilisation d'image rapides, ainsi que d'un moteur Nano USM pour une mise au point silencieuse.

Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM

Photographiez le monde avec une flexibilité et une qualité remarquables grâce au téléobjectif F2.8 qui intègre un stabilisateur d'image à cinq vitesses dans un format très compact pour garantir d'excellents résultats de photographie à main levée, une distance de mise au point minimale réduite à 0,7 m et l'autofocus le plus rapide jamais conçu.

Canon RF 50mm F1.2L USM

L'objectif RF redéfinit les normes en matière de performances photographiques : il offre une netteté exceptionnelle, un haut niveau de contrôle créatif et des performances remarquables en basse lumière.

Articles liés

Canon Camera

Programme européen Canon Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

Canon Camera