ARTICLE

Magnus Wennman

A young Jordanian girl tries to sleep in a refugee camp in Azraq, Jordan. Photo by Canon Ambassador Magnus Wennman.
« Il s'agit d'une des premières photos prises pour ma série Where the Children Sleep », explique Magnus Wennman. « Fara, deux ans, adore le football. Son père lui fabriquait des ballons de fortune en froissant ce qu'il avait sous la main, mais ces ballons ne duraient pas bien longtemps. Chaque nuit, en embrassant Fara et Tisam, sa grande sœur de neuf ans, ils rêvaient tous ensemble de trouver un vrai ballon le lendemain. C'était le seul rêve auquel ils pouvaient encore s'accrocher, leur avait-il expliqué, mais ils n'y renonceraient jamais. » Photo prise dans le camp de réfugiés d'Azraq, en Jordanie, en 2015, avec un Canon EOS-1D X (aujourd'hui remplacé par le Canon EOS-1D X Mark II) équipé d'un objectif Canon TS-E 45mm f/2.8 à 1/400 sec, f/2.8 et ISO800. © Magnus Wennman

L'ambassadeur Canon Magnus Wennman est l'un des photographes les plus talentueux de Suède. Il a travaillé dans plus de 80 pays et il est principalement reconnu pour ses photographies de personnes prises dans des conflits.

Né en 1979, il a été désigné cinq fois Photojournaliste de l'année en Suède et a remporté plus de 70 récompenses, dont 6 fois le prix World Press Photo, tous dans des catégories différentes. Il a été désigné Journaliste de l'année par la Croix-Rouge en 2017 et il est le seul photographe à avoir remporté deux fois le prix World Press Photo la même année, dans deux catégories différentes : Photo fixe et Multimédia.

canon-ambassador-magnus-wennman-profile

Lieu : Suède

Domaine de spécialité : reportage

Kit préféré :

Canon EOS-1D X Mark II
Canon TS-E 45mm f/2.8

Membre, depuis 2001, de l'équipe photo de l'Aftonbladet, un quotidien lu dans toute la Scandinavie, Magnus Wennman a commencé sa carrière de photojournaliste à 17 ans en collaborant avec le journal suédois Dala-Demokraten. Il a couvert de nombreux sujets d'actualité, notamment les élections présidentielles américaines de 2008, les manifestations contre les chemises rouges en Thaïlande, mais a aussi travaillé sur le sort des réfugiés en Afrique.

Ces dernières années, Magnus a concentré son travail sur les événements se déroulant au Moyen-Orient, en particulier la guerre en Syrie. Il a rencontré et photographié un nombre incalculable de réfugiés de la guerre civile, et l'une des pièces les plus poignantes de son travail, Where the Children Sleep, a été présentée dans le cadre d'une exposition itinérante ayant parcouru 17 pays. Magnus participait à un partenariat avec l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) visant à attirer l'attention sur la condition des enfants réfugiés, quand son projet a été présenté pour la première fois au Capitole des États-Unis, situé à Washington DC, en 2016.

A young girl lies on a dirty mattress in the Debaga refugee camp in Iraq. Photo by Magnus Wennman.
« Maha et sa famille ont fui le village d'Hawija, en Irak, 7 jours avant que cette photo soit prise », raconte Magnus. Terrorisés par Daesh et affaiblis par la famine, ils ont dû quitter leur maison. Sur cette photo, Maha est allongée sur un matelas sale dans le camp de réfugiés surpeuplé de Debaga. « Je ne rêve plus et je n'ai plus peur de rien », disait Maha calmement, alors que sa mère lui caressait les cheveux. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (aujourd'hui remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon TS-E 45mm f/2.8 à 1/400 sec, f/2.8 et ISO160. © Magnus Wennman

Le projet avait commencé à prendre forme l'année précédente, alors que Magnus était en voyage à travers sept pays du Moyen-Orient et d'Europe pour photographier les endroits où dormaient des enfants réfugiés, que ce soit dans un camp, dans un champ ou au bord d'une route. La série qui en résulte met en évidence l'impact dévastateur des conflits sur la vie de jeunes innocents ; impact qui se fait ressentir même longtemps après la fin des combats.

Bien qu'il pratique une discipline plutôt traditionnelle de la photographie, Magnus est réputé pour son approche innovante. Nombre de ses clichés sont sous-exposés afin de produire un résultat riche et sombre. Lorsqu'il est en mission, il a souvent avec lui un objectif à bascule et décentrement, qui n'est pas l'instrument typique d'un photojournaliste.

Two young girls asleep on the side of a road in Beirut, Lebanon. Photo by Magnus Wennman.
« Ralia, 7 ans, et Rahaf, 13 ans, revenaient de Damas lorsqu'une grenade a tué leur mère et leur frère », explique Magnus. « Avec leur père, elles ont dormi sur le trottoir pendant un an dans le centre de Beyrouth. Le père m'a raconté qu'à chaque fois qu'une voiture passait, il avait peur que quelqu'un lui prenne ses enfants. De temps à autre, des hommes au volant de leur voiture s'arrêtaient pour lui demander s'ils pouvaient louer ses filles pour quelques heures. Rahaf a expliqué qu'elle avait peur des « méchants garçons », déclenchant les larmes de Ralia. » Photo prise à Beyrouth en février 2015, avec un Canon EOS-1D X équipé d'un objectif Canon TS-E 45mm f/2.8 à 1/400 sec, f/2.8 et ISO800. © Magnus Wennman

Magnus croit beaucoup au pouvoir des réseaux sociaux et un grand nombre de personnes le suivent sur Instagram. Il est également connu en tant que réalisateur. Son court-métrage Fatima's Drawings, qui raconte la traversée d'une jeune réfugiée de Syrie jusqu'en Suède à travers ses dessins, a remporté le Visa d'or de l'Information Numérique au festival Visa pour l'Image de Perpignan en 2016.

L'année suivante, Magnus et le journaliste Erik Wiman ont réalisé « What's on the Plate – What the Children Eat », un projet qui montre ce que mangent les personnes confrontées à la famine en Somalie et au Soudan du Sud. Ce travail, qui comprend des photographies, du texte et de la vidéo, a fait l'objet d'une exposition à Stockholm, qui comprenait également une expérience de réalité virtuelle à 360 degrés, une manière innovante d'attirer l'attention sur la pire famine de ces cinq dernières décennies.

Two young boys, one crying inconsolably, stand with a group of men by the roadside in Mosul, Iraq. Photo by Magnus Wennman.
« Cette photo a été prise dans la périphérie de Mossoul, en Irak, en octobre 2016 », nous explique Magnus. « Je parviens parfois à me distancer émotionnellement des scènes horribles auxquelles j'assiste. Ma profession et mon appareil me protègent contre ces sentiments. C'est le cas, la plupart du temps. Mais pas ce jour-là. Lefaws, 11 ans, s'est mis à hurler quand il a vu passer sur l'autoroute une ambulance affichant la photo de son père décédé. Il était inconsolable. Un portrait de son père se trouvait à l'avant de l'ambulance, de sorte que tout le monde puisse voir quel soldat était à l'intérieur du véhicule. Son petit frère, Shalews, pleurait en silence, versant des larmes d'une tristesse indescriptible. » Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/8000 s, f/2.8 et ISO160. © Magnus Wennman

Quelles sont les qualités nécessaires pour être un bon photojournaliste ?

« Selon moi, il faut être curieux, respectueux et ouvert d'esprit. Mais, avant tout, il faut aimer raconter des histoires. Être capable de travailler dans des contextes sociaux différents est plus important qu'être doué techniquement.


Comment gérez-vous les situations traumatisantes ?

J'entre dans la peau d'un journaliste qui se concentre sur l'histoire à raconter. Il est plus difficile pour moi de rester à la maison et de lire ce qui se passe que de me rendre sur place. »


Comment trouvez-vous l'équilibre entre « prendre un cliché » et être plus expérimental ?

« Savoir de temps à autre mettre l'appareil de côté et faire autre chose, cela vient avec l'expérience. J'ai eu le privilège de travailler pour un journal qui a accepté que je fasse parfois des erreurs, ce qui est important. »


Dans votre travail, il est nécessaire de réagir rapidement et de façon instinctive. Combien d'appareils et d'objectifs utilisez-vous en général ?

« Comme j'ai besoin d'être mobile, je garde tout dans un sac à dos. Mon équipement typique consiste en un appareil, par exemple le Canon EOS-1D X Mark II, équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM ou un EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon TS-E 45mm f/2.8, des cartes mémoire, de la nourriture et à boire, et éventuellement un petit trépied ainsi qu'un enregistreur sonore pour faire des vidéos. »


De retour de mission, comment identifiez-vous les photos ayant le plus de potentiel ?

« En général, je fais toute la sélection moi-même. La plupart du temps, lorsque je prends la photo, je sais déjà si je vais l'utiliser ou pas. Quelques fois, lorsque j'effectue une mission, par exemple pour National Geographic, ils souhaitent voir tous les fichiers RAW et participer à la sélection. »

Instagram : @magnuswennman

Twitter : @MagnusWennman

Facebook : Magnus Wennman

Ce que je sais
Magnus Wennman

« Internet nous donne l'opportunité de raconter des histoires à l'infini. Aujourd'hui, je ne me vois pas comme un pur photographe de presse, étant donné que mon travail implique de raconter des histoires en ligne en utilisant des images fixes, de la vidéo et du son. Mon compte Instagram a aujourd'hui plus de followers que le premier journal pour lequel j'ai travaillé. C'est une évolution géniale, mais aussi une grande responsabilité. Il est important de se rappeler que le photojournalisme consiste à raconter des histoires d'une manière respectueuse et honnête, et à essayer de trouver des façons de rendre le monde plus compréhensible.

L'équipement de Magnus Wennman

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Canon Ambassador Magnus Wennman's kitbag.

Appareils photo

Canon EOS 5D Mark IV

Apprécié des professionnels, robuste et assez léger, le EOS 5D Mark IV convient aussi bien aux photos qu'aux vidéos, et est donc l'appareil idéal pour les reportages. « Mon appareil préféré. Il peut tout faire. Je l'utilise tout le temps, que ce soit pour la photo ou la vidéo », nous confie Magnus.

Canon EOS-1D X Mark II

L'emblématique reflex professionnel de Canon, doté d'un capteur plein format 20,2 MP, d'un système autofocus à 61 collimateurs, d'une capacité de prise de vue de 14 im./s et d'une sensibilité ISO allant jusqu'à 409.600. « Il est rapide et fiable », nous dit Magnus. « Je pense qu'il s'agit du meilleur appareil pour les photos de sport et d'actualité. »

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Cet objectif à zoom standard offre une netteté d'image exceptionnelle. Il est rapide et compact, et excelle dans les environnements peu lumineux. Extrêmement populaire auprès des professionnels. « Si je ne devais choisir qu'un objectif pour le restant de ma vie, ce serait celui-là. Je l'utilise pour 90% de mon travail », affirme Magnus.

Canon TS-E 45mm f/2.8

Il allie une qualité de fabrication incroyable et des fonctions de bascule et de décentrement, pour un contrôle exceptionnel de la perspective et de la profondeur de champ. « Mon bébé ! Il est super pour les portraits », nous confie Magnus.

Imprimante

Canon PIXMA PRO-1

Tirages de qualité professionnelle sur des supports allant jusqu'au format A3+, 12 couleurs et 5 encres monochromes. Très appréciée par les professionnels.

Articles liés

Tout afficher

Canon Europe
Programme Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

En savoir plus

Canon Ambassador Jaime de Diego

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services