PROFIL

Bruno D'Amicis

Un bouquetin et les branches d'un arbre se détachant au crépuscule.

« Au fil des ans, j'ai découvert que la photographie est le mode d'expression le plus puissant en matière de préservation de l'environnement », explique l'ambassadeur Canon Bruno D'Amicis. « Elle transmet un message et sensibilise le public. » Cette photo d'un bouquetin d'Abyssinie, une espèce menacée paissant dans les montagnes du Simien en Éthiopie, a été prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/4L IS USM à 70 mm, 1/1600 s, f/8 et ISO800. © Bruno D'Amicis

Pour l'ambassadeur Canon Bruno D'Amicis, la nature représente plus qu'un état écologique, c'est un état d'esprit. Avec de nombreux projets axés sur la préservation de la nature, le photojournaliste italien a passé les 20 dernières années à illustrer les espèces menacées dans les dernières contrées sauvages que compte la planète, des loups et ours des Apennins aux fennecs insaisissables du Sahara.

« Mes photos sont une sorte de quête, elles me permettent de satisfaire la curiosité pour la nature que j'ai développée lorsque j'étais enfant », raconte Bruno. « Les sensations que j'ai ressenties dans les coins les plus sauvages de l'Italie ont contribué à façonner ma sensibilité photographique. Là-bas, la présence de l'homme disparaît et la réalité est intemporelle. »

Né en 1979, Bruno a grandi à Rome, mais a passé des vacances dans la région des Abruzzes, d'où est originaire sa famille paternelle. Profitant de la liberté de se promener dans la campagne du sud de l'Italie, il a pu pêcher, faire du camping, cueillir des champignons et, dès l'âge de 12 ans, prendre des photos avec le vieux reflex de son père.

Outre quelques formations de base, Bruno est un autodidacte qui s'est plongé dans la collection paternelle de magazines National Geographic et dans de nombreux livres photo. À la fin des années 1990, il s'est intéressé sérieusement à la photographie et a acheté son premier appareil photo Canon, un T90, suivi peu après d'un EOS-3, et s'est finalement converti au numérique en optant pour un Canon EOS 10D. Aujourd'hui, il utilise principalement le Canon EOS 5D Mark IV.


Lieu : région des Abruzzes, Italie
Domaines de prédilection : nature, faune, préservation
Kit préféré :
Canon EOS 5D Mark IV
Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM
Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM
Canon EF 500mm f/4L IS II USM

Un loup des Apennins amaigri sur une plage, regardant la mer.

« C'est la première image jamais capturée en Europe illustrant un loup sur un littoral marin », explique Bruno à propos de cette photo. Le loup en question est un loup des Apennins, une espèce menacée que l'homme a chassée et empoisonnée. Photo prise avec un Canon EOS 7D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 500mm f/4L IS II USM à 1/200 s, f/5.6 et ISO1600. © Bruno D'Amicis

En 2004, après avoir terminé son master en biologie, Bruno a décidé de se consacrer à la photographie animalière et s'est rendu à Berlin, convaincu que l'Allemagne était un marché plus porteur en matière de photographie. « Je n'avais pas d'argent. J'arpentais donc la ville à vélo en photographiant la faune urbaine, principalement des renards et des sangliers », se souvient-il. Il s'est associé à Florian Möllers, un photographe allemand qui partageait ses aspirations, et cette collaboration lui a permis d'apprendre le métier de photographe, notamment comment effectuer des présentations aux clients, développer des idées, mettre l'accent sur les récits et réfléchir en termes d'histoires plutôt que d'images uniques.

Grâce à cela, il est devenu membre de la German Society for Nature Photography, et a été sollicité par le service municipal en charge des espaces verts pour réaliser sa première mission, à savoir un livre illustrant le Berlin sauvage. Grâce à son cachet, il s'est acheté un objectif Canon EF 300mm f/2.8L IS USM (désormais remplacé par le Canon EF 300mm f/2.8L IS II USM) et est parti dans les montagnes des Tatras, le long de la frontière au nord de la Slovaquie. Il y a photographié des ours, un projet à long terme qui est devenu son deuxième livre, « The Last Stronghold: Fifteen Years in the Company of Bears ». Depuis, il a publié d'autres ouvrages, notamment « Ornata: The Most Beautiful Chamois of the World », « Time for Wolves » et « The Secret of the Giants », tous consacrés à la région des Apennins dans laquelle il vit actuellement.

Image nocturne d'un fennec dans le désert sous un ciel étoilé.

Bruno décrit cette photo d'un fennec adulte comme « l'une des images que j'ai le plus convoitées et appréciées ». C'était une photo prise une nuit d'hiver dans le désert du Sahara, à l'aide d'un piège photographique utilisant un faisceau de flash court et une exposition de cinq secondes pour capturer le sujet et le ciel incroyablement étoilé. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 17-40mm f/4L USM à 40 mm, 5 s, f/5.6 et ISO3200. © Bruno D'Amicis

Outre des projets éditoriaux pour le National Geographic, GEO et BBC Wildlife, Bruno trouve toujours du temps à consacrer à des projets personnels, comme sa série plébiscitée par la critique sur les fennecs en voie de disparition, qui a été récompensée aux concours World Press Photo et Wildlife Photographer of the Year en 2014. Il crée de plus en plus de contenus multimédias pour des ONG et des organismes gouvernementaux.

« La photographie reste mon principal mode d'expression, mais elle est devenue un moyen d'aider les défenseurs de l'environnement ou les scientifiques à diffuser leur message plus largement », explique-t-il. « J'aime réaliser des projets qui ont un effet positif ou qui incitent à la réflexion. J'ai toujours un objectif en tête. »

Vous avez photographié des espèces menacées dans le monde entier, des ours aux loups, et même des escargots, mais quelle est celle qui a été la plus difficile à saisir ?
« Chaque sujet présente des difficultés spécifiques. En outre, plus vous gagnez en expérience, plus vos attentes sont grandes, car vous souhaitez relever d'autres défis. Cela dit, je dois avouer que les fennecs n'ont pas été simples à photographier. À la frontière entre l'Algérie et la Tunisie, j'ai été confronté à un environnement hostile, une chaleur intense et des tempêtes de sable. Mon équipement a été exposé au sable fin qui peut s'infiltrer dans les barillets de l'objectif. Par ailleurs, j'avais affaire à un animal très craintif, avec une ouïe incroyable. »

Votre formation scientifique influe-t-elle sur le type de photo que vous prenez ?
« J'aime photographier mes sujets dans leur environnement. Étant biologiste de formation, je souhaite montrer l'habitat de l'animal et son importance pour sa survie. Ma première approche consiste donc à réaliser des plans larges de son environnement avec une composition solide et nette sur l'ensemble de l'image. »

Au-delà de cela, comment décrivez-vous votre style visuel ?
« La lumière est très importante pour moi, car elle apporte de la profondeur à mes images et des contours prononcés à mes sujets. J'aime la simplicité. Pour moi, une image parfaite ne doit pas avoir plus de deux ou trois couleurs. C'est pour cela que j'apprécie le désert ou la neige, car ils offrent des arrière-plans nets et minimalistes. Mais j'aime aussi des choses radicalement opposées, notamment les très gros plans sur les yeux d'un animal, par exemple, les détails du motif dorsal des écailles d'un serpent ou d'un poisson, le pelage d'un mammifère ou l'aile d'un oiseau. »

Comment veillez-vous à ce que votre présence n'ait pas d'incidence sur les lieux dans lesquels vous travaillez ?
« Il est fondamental de bien connaître vos sujets afin de ne pas perturber leur comportement ou de leur nuire de quelque manière que ce soit. Il est indispensable d'effectuer des recherches. Si je dois être sur le terrain pendant un mois, je consacre deux mois à planifier et à réaliser des recherches en amont. La quantité d'informations que vous pouvez obtenir au préalable est incroyable : données émanant des satellites, articles scientifiques, même des photos d'un endroit prises par des amateurs peuvent m'aider. »

Ce que je sais

Bruno D'Amicis

« J'adore capturer des images fortes, mais je ne mettrai jamais la vie d'un sujet en danger pour servir mes ambitions photographiques. Vous développez une sorte de sixième sens lorsque la situation tourne mal, et je n'hésite jamais à faire marche arrière si nécessaire. Le meilleur moyen de donner du sens à votre travail est de le faire lentement, en prenant votre temps. Si vous ne forcez pas le cours des événements, ils se dérouleront de façon naturelle, et votre récompense ira au-delà ce que vous pouvez imaginer. Les images les plus extraordinaires que j'ai prises m'ont été offertes grâce au temps que j'ai passé avec le sujet, sans aucune pression. »

Instagram :@brunodamicisphoto

Facebook :@brunodamicisphoto

Site Web :www.brunodamicis.com


Équipement de Bruno D'Amicis

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Appareil photo

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est un appareil photo polyvalent complet d'un très beau design. « Le Canon de la série 5D me plaît vraiment en raison de sa taille, de son obturateur relativement silencieux, notamment sur les modèles plus récents, et de la qualité incroyable des fichiers », explique Bruno. « Le Canon 5D Mark IV est mon boîtier principal, et j'utilise les modèles plus anciens de la série 5D pour les pièges photographiques. »

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Zoom standard de qualité professionnelle offrant une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture rapide de f/2.8 sur toute la plage focale. « Mes objectifs de prédilection sont le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM et le Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM. Ils sont très polyvalents et m'accompagnent toujours partout », précise Bruno.

Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM

Zoom optique 100-400 mm compact et hautes performances, idéal pour photographier les événements sportifs, les scènes d'action et la faune. Le stabilisateur d'image 4 vitesses et les éléments optiques de qualité supérieure assurent une précision de toute beauté.

Canon EF 500mm f/4L IS II USM

Un super téléobjectif à fort grossissement qui intègre la technologie de stabilisateur d'image. La solution idéale pour la photographie animalière, naturaliste et sportive. « Le Canon EF 500mm f/4L IS II USM est l'objectif que j'apprécie le plus en termes de qualité et d'équilibre entre grossissement et légèreté. Il m'est très utile lorsque je photographie des mammifères », confie Bruno.

Canon EF 50mm f/1.4 USM

Avec son ouverture maximale et son système de mise au point rapides, l'objectif standard EF 50mm f/1.4 USM compact offre d'excellentes performances. « À la fois petit et compact, cet objectif discret est idéal pour les portraits, la photographie de nuit et certains paysages inhabituels », affirme Bruno. « En tant que photographes animaliers, nous avons appris à être discrets, à élargir le champ ou à être très près. Tout cela fonctionne, mais parfois, j'aime adopter une perspective humaine en effectuant des prises de vue en plongée sur le sujet du haut de mon mètre soixante-dix-huit. »

Canon EF 16-35mm f/4L IS USM

Réalisez de stupéfiantes photos de paysages et architecturales avec ce zoom optique ultra grand-angle hautes performances au design compact et léger, doté d'une ouverture fixe de f/4 et d'un stabilisateur d'image. « C'est un objectif incroyablement précis et parfaitement adapté. Il fonctionne extrêmement bien, même à contre-jour ou à main levée », explique Bruno. « Il est indispensable pour réaliser des reportages ou photographier des paysages. »

Canon EF 17-40mm f/4L USM

Un zoom ultra-grand angle qui offre une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture maximale constante. Son boîtier compact et léger en fait le compagnon de voyage idéal. « Je possède un ancien modèle de cet objectif, précis et fiable. Je le choisis désormais souvent pour les pièges photographiques. »

Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM

Cet objectif polyvalent produit d'excellents résultats pour les portraits et les vidéos réalisées caméra à la main grâce à sa capacité à créer une faible profondeur de champ avec de beaux bokehs, ainsi qu'à sa stabilisation d'image hybride intégrée et sa conception légère. « Il est très léger et précis. Je l'utilise pour illustrer le micro-monde ou pour réaliser des portraits de gens, voire pour photographier la faune de très près en basse lumière », confie Bruno.

Canon EF 70-200mm f/4L IS II USM

Idéal pour les photographes en déplacement, ce téléobjectif ultra-compact garantit une qualité d'image époustouflante. « C'est le zoom, à la fois près précis et polyvalent, que j'emporte lorsque je souhaite voyager léger et que mon sac déborde », explique Bruno.

Canon EF 300mm f/2.8L IS II USM

Super téléobjectif hautes performances de la série L doté d'un stabilisateur d'image 4 vitesses et de 3 modes adaptés à tous types de scènes d'action. « Avec sa mise au point ultra-nette et rapide, c'est mon objectif de prédilection lorsque je travaille dans la forêt ou en très basse lumière », indique Bruno. « Grâce aux nouveaux capteurs de l'appareil photo, c'est l'objectif à tester au clair de lune ou dans des conditions de très faible luminosité. »

Accessoires

Multiplicateur de focale Canon EF 1,4x III

Idéal pour la photographie de presse, la photographie sportive et la photographie de nature, ce multiplicateur compact multiplie par 1,4 la distance focale du zoom optique ou du téléobjectif de la série L de Canon pour une précision accrue de l'autofocus et une meilleure communication entre l'appareil photo et l'objectif. « La précision de ce multiplicateur est telle que je ne vois aucune différence lorsqu'il est fixé sur mes téléobjectifs à focale fixe », confie Bruno.

Multiplicateur Canon EF 2x III

Multiplicateur professionnel permettant de doubler la distance focale des objectifs de série L. « Lorsque je travaille avec des sujets farouches, je n'hésite pas à l'utiliser avec mes téléobjectifs si j'ai besoin de davantage de grossissement », indique Bruno.

Canon Speedlite 600EX II-RT

Le successeur du 550EX que Bruno utilise est conçu pour prendre en charge des cadences d'enregistrement des images élevées et fonctionne dans les situations extrêmes. « Je dispose de nombreux flashs Speedlite », précise Bruno. « Je n'utilise que rarement la lumière artificielle, mais lorsqu'elle est nécessaire, ils ne m'ont jamais déçu. »

Articles liés

Canon Camera

Programme européen Canon Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

Canon Camera