Profil

Pascal Maitre

An Afghan bird market in Kabul photographed by Pascal Maitre on a Canon EOS 5D Mark IV.
L'ambassadeur Canon Pascal Maitre photographie les badauds et les volatiles au marché aux oiseaux Ka Faroshi de Kaboul, en Afghanistan. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/1250 s, f/10 et ISO 800. © Pascal Maitre

Le photojournaliste et ambassadeur Canon Pascal Maitre a dépeint la vie en Afrique comme aucun autre photographe et remporté de nombreux prix prestigieux.

Depuis ses débuts en 1979 dans le magazine Jeune Afrique, le photojournaliste français n'a jamais quitté son appareil photo. Ce travail l'a amené à parcourir un continent qu'il allait apprendre à connaître intimement au cours des 30 années suivantes.

À travers ses différents projets, Pascal s'est attaché à dépeindre les différents aspects de la vie en Afrique : le mode de vie de ses habitants, sa politique, ses conflits, ses traditions et son environnement. Il a également visité plus de 40 pays dans sa carrière, de l'Afghanistan à l'Amérique du Sud. Ses photos ont été publiées dans des revues prestigieuses comme Le Figaro Magazine, GEO, Life, National Geographic, Paris Match, L'Express, Stern ou encore le New York Times Magazine.

Canon Ambassador Pascal Maitre taking photographs.


Localisation : Paris, France
Domaines de spécialité : documentaire, photographie naturaliste
Kit préféré :
Canon EOS 5D Mark IV
Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM
Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Pascal est l'un des plus grands photojournalistes français, même s'il convient de souligner qu'il n'a pas fait d'études de photographie ni de journalisme. Au départ étudiant en psychologie, Pascal a découvert sa passion pour les histoires après avoir accepté de réaliser un petit reportage photo pour une association venant en aide aux communautés gitanes. Il parvient à se fondre dans le décor à chacune de ses missions. C'est le secret de sa réussite. Sa capacité à tisser une relation de confiance avec ses sujets en toute situation lui permet de mettre le récit au premier plan et de donner la priorité au message. S'il reconnaît que ses photos ne changeront pas le monde, Pascal pense qu'elles peuvent contribuer à changer les mentalités de milliers de personnes, qui tenteront à leur tour d'en convaincre d'autres.
People on a roof overlooking a view of Kabul, Afghanistan, photographed by Pascal Maitre. Taken on a Canon EOS-1D X Mark II.
Vue sur Kaboul, la capitale afghane, photographiée par Pascal dans le style narratif qui a fait sa renommée. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 1/800 s, f/11 et ISO 800. © Pascal Maitre

L'amour de Pascal pour la photographie s'est épanoui pendant son année de service militaire obligatoire dans l'Armée française. Par un heureux concours de circonstances, le photographe en chef du Ministère de la Défense était marié à une femme du village de Pascal. Suite à cette rencontre, le photographe a fait en sorte que Pascal soit affecté au labo photo du Ministère de la Défense, où il a pu côtoyer pendant un an des photographes de tous horizons. Après son service militaire, Pascal est resté à Paris et a fait jouer ses relations pour entrer chez Jeune Afrique, un magazine hebdomadaire français qui comptait de nombreux photographes de renom, comme Abbas, au sein de sa rédaction.

Peu après avoir rejoint Jeune Afrique en tant que photographe, Pascal s'est vu confier sa première mission en Afrique, un continent qu'il rêvait de visiter depuis son plus jeune âge.

Children in a school which has lost electricity in Africa using an oil lamp, photographed by Pascal Maitre. Taken on a Canon EOS-1D X Mark II.
Pascal a passé deux ans à documenter la crise de l'électricité en Afrique et la vie quotidienne des gens, qui s'éclairent la nuit à l'aide de simples lampes à pétrole. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 17-40mm f/4L USM à 1/10 s, f/4 et ISO 32000. © Pascal Maitre

En 2010, ses photos de la Somalie ont permis au National Geographic de décrocher le prix National Magazine Award for Photojournalism aux États-Unis. En 2015, le Figaro Magazine lui a également remis le Visa d'or, un prix récompensant l'ensemble de sa carrière, à l'occasion du festival international du photojournalisme Visa pour l'Image en France. Pascal a exposé de nombreuses fois son travail dans le cadre de ce festival et a fait l'objet de deux expositions à la MEP (Maison Européenne de la Photographie) de Paris, ainsi que d'une grande rétrospective de son travail à l'Arche de la Défense, également à Paris. En 1989, il a cofondé l'agence Odyssey Images et est désormais représenté par Panos. Il est également l'auteur plusieurs ouvrages, notamment « Mon Afrique » (2000) ; « Incroyable Afrique » (2012), un recueil de ses photos préférées du continent au cours des 30 dernières années ; « Baobab, l'arbre magique » (2017), sur les baobabs de Madagascar ; et « Quand l'Afrique s'éclairera » (2017), qui traite de la crise de l'électricité affectant le continent, aux éditions Lammerhuber.

A tree in sub-Saharan African outside a village which has lost electricity and is lit by oil lamps, photographed by Pascal Maitre. Taken on a Canon EOS 5D Mark IV.
Dans son projet Afrique sans électricité, Pascal témoigne d'une crise passée sous silence : celle de l'électricité, qui touche 620 millions de personnes en Afrique sub saharienne. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM (exposition de 0,5 s à f/2.8, ISO 6400). © Pascal Maitre

Vous qui avez grandi en France, comment est née votre passion pour l'Afrique ?
« Le voisin de mon grand-père avait servi au Sahara dans l'Armée française. Sa maison était remplie d'objets africains et de photos qu'il avait prises à l'époque. Nous parlions souvent de sa vie en Afrique et j'ai commencé à rêver de m'y rendre. »

Quel conseil donneriez-vous à un jeune photographe qui souhaite percer dans le métier ?
« Soyez toujours curieux, donnez-vous à 100 %... et croyez en vous. Trouvez une histoire que personne n'a jamais racontée et que vous pouvez vous approprier. Quand on a une idée en laquelle on croit, on n'abandonne jamais. »

Que recherchez-vous dans un photoreportage ? Qu'est-ce qui vous pousse à y consacrer votre temps ?
« Je m'intéresse aux histoires journalistiques qui présentent un fort potentiel visuel et n'ont jamais été traitées. Les histoires qui m'intéressent le plus sont celles qui évoquent quelque chose d'important et ne sont pas relayées dans l'actualité en général. En d'autres termes, une histoire qui passe relativement inaperçue, mais révélera son importance dans un avenir proche. »

Comment approchez-vous vos sujets ?
« Quand je tiens une idée, je fais beaucoup de recherches et je contacte des gens sur place pour en discuter avec eux. Si le projet semble viable, je cherche une personne sur le terrain pour me seconder. Un accompagnateur qui m'aide à contacter les gens, prépare les éléments nécessaires pour obtenir l'autorisation de photographier, résout les problèmes de visa et gère la logistique. »

Comment sélectionnez-vous les photos à publier dans un livre ?
« Quand j'ai travaillé assez longtemps sur un thème et que je pense pouvoir en tirer un livre, je passe en revue toutes mes photos et je tente de faire un premier tri de 300 clichés. Je réalise ensuite de petits tirages et je commence à les organiser en chapitres et en séquences. Enfin, je réduis encore cette sélection et je demande conseil à un directeur artistique. »

Ce que je sais
Pascal Maitre

« Tout d'abord, renseignez-vous en profondeur sur le sujet de votre histoire, qu'il s'agisse de personnes, d'animaux sauvages ou de quoi que ce soit d'autre. Commencez ensuite à réfléchir aux situations dans lesquelles vous pourrez prendre des photos qui permettront de raconter cette histoire. Vos photos doivent être originales. Il n'y a pas de limite de longueur à respecter, mais je dirais qu'un photoreportage doit comporter quatre ou cinq photos uniques illustrant le thème essentiel de l'histoire. Il est facile de prendre bonnes photos, mais extrêmement difficile de créer quelque chose d'exceptionnel. C'est là toute la différence. »

Facebook : Pascal Maitre
Instagram : @maitre.pascal
Site Web : pascalmaitre.fr

L'équipement de Pascal Maitre

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Canon Ambassador Pascal Maitre's kitbag, containing two Canon cameras, lenses, accessories and a notepad and pen.

Appareils photo

Canon EOS 5D Mark IV

Performant dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est l'appareil photo polyvalent par excellence. « Ce que je préfère dans cet appareil photo, c'est sa gestion de l'exposition et sa plage dynamique », affirme Pascal. « Il me permet de me concentrer sur mes compositions et de tenter de créer des images plus intéressantes. »

Canon EOS-1D X Mark II

Doté d'un capteur plein format de 20,2 millions de pixels et d'une plage ISO allant jusqu'à ISO 409.600, cet appareil photo robuste et fiable est le reflex professionnel phare de Canon.

Objectifs

Canon EF 17-40mm f/4L USM

À la fois compact et léger, ce zoom ultra grand-angle offre une qualité d'image exceptionnelle, ce qui en fait le compagnon de voyage idéal pour les photographes en déplacement. « J'ai souvent tendance à utiliser des objectifs zoom, et celui-ci est l'un de mes préférés », explique Pascal.

Articles liés

Tout afficher

Canon Europe
Programme Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

En savoir plus

Canon Ambassador Jaime de Diego

Canon Professional Services

Les membres du programme CPS bénéficient d’une assistance locale et sur les évènements majeurs, d’un service de réparation prioritaire et d’un prêt de matériel gratuit en fonction de leur niveau d’adhésion. Ils peuvent également profiter d’un retour gratuit et de remises sur les services de maintenance ainsi que des offres exclusives réservées aux membres.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services