PROFIL

Ksenia Kuleshova

Photo d'un adolescent en maillot de bain sautant à pieds joints depuis un ponton.

Sur cette image réalisée par l'ambassadrice Canon Ksenia Kuleshova dans sa série portant sur l'Abkhazie, un garçon saute dans l'eau depuis une haute construction métallique au bout de la jetée de Soukhoumi, capitale de l'État dissident. « Les enfants passent toujours leur temps libre sur la plage », raconte Ksenia. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 35mm f/1.4L USM (désormais remplacé par l'objectif Canon EF 35mm f/1.4L II USM) à 1/640 s, f/4 et ISO100. © Ksenia Kuleshova

« Mes projets reposent avant tout sur l'intérêt et les questions que suscite un contexte, une histoire ou un événement particulier », précise l'ambassadrice Canon Ksenia Kuleshova. « Le fait de travailler sur ces histoires me permet d'obtenir des réponses et de mieux comprendre les gens que je photographie. J'espère pouvoir leur apporter autant qu'ils m'apportent. Il y a toujours un échange d'énergie, d'histoires et d'expérience ainsi qu'un processus d'évolution commune. »

L'approche positive et sensible qu'adopte Ksenia, sa détermination à suivre une histoire et sa capacité innée à voir les choses, ont fait d'elle l'une des photographes documentaristes les plus éminentes de sa génération.
En tant que photojournaliste indépendante, Ksenia travaille régulièrement pour des quotidiens comme The New York Times et The Wall Street Journal. Parallèlement, des documentaires personnels l'ont amenée à participer à la Joop Swart Masterclass du World Press Photo et à remporter des prix, notamment le W. Eugene Smith Grant en 2020, qui récompense les étudiants.

Elle est née et a étudié en Russie, mais a également grandi en Biélorussie. Au départ, Ksenia s'est lancée dans les relations publiques, mais en 2011, elle a décidé de changer radicalement de vie. Elle est partie en Allemagne, a appris la langue et suivi des études de photojournalisme et de photographie documentaire à l'université des sciences appliquées et des arts de Hanovre. Elle a ensuite réalisé un master en photographie à l'université des sciences appliquées et des arts de Dortmund.
Ksenia Kuleshova, ambassadrice Canon et photographe documentariste.

Lieu : Allemagne et Belgique
Domaines de prédilection : documentaires, photojournalisme
Kit préféré :
Canon EOS 5D Mark IV
Canon EF 35mm f/1.4L USM
Une femme tient un bébé dans ses bras à l'extérieur d'une maison délabrée à Bzyb en Abkhazie. À quelques mètres d'eux, un lionceau ère librement.

Autre image de la série de Ksenia portant sur l'Abkhazie. En traversant le village de Bzyb, elle remarque un panneau indiquant « Zoo à la maison ». « Lorsque j'ai ouvert la porte, j'ai aperçu un lion en liberté en train de se lécher les babines et, à côté, une femme avec un enfant », raconte-t-elle. La propriétaire lui a dit de ne pas s'inquiéter, car le lion venait de manger. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 35mm f/1.4L USM à 1/200 s, f/4 et ISO100. © Ksenia Kuleshova

Pendant ses études, Ksenia a non seulement bâti sa carrière de professionnelle indépendante, mais elle s'est aussi lancée dans deux projets personnels importants. Le premier portait sur l'Abkhazie, un État non reconnu dans le Caucase du Sud, qui a subi des dommages considérables lors de la guerre entre la Géorgie et l'Abkhazie au début des années 1990, et toujours considéré par la plupart des pays comme faisant partie de la Géorgie. Ces photos illustrent le quotidien et les traditions des Abkhazes, en capturant des moments importants comme des cérémonies religieuses et des évènements sportifs. Elles rendent aussi compte de scènes ordinaires, comme la promenade sur le front de mer, lieu de prédilection pour observer les gens.

« L'Abkhazie est une zone de conflit », confie Ksenia, « mais mes parents, qui y ont séjourné, m'en ont beaucoup parlé. Je savais donc que c'était une très belle région. Je me posais de nombreuses questions à son sujet. J'ai lu son histoire et découvert que son nom signifiait « pays de l'âme ». J'ai voulu trouver cette âme. J'y suis allée pour la première fois en 2015 et je suis tombée amoureuse de l'endroit. Depuis, j'y retourne chaque été. »
Une mère et sa fille adulte s'étreignent sur un canapé. À côté d'elles, une femme portant un chapeau noir sourit.

Cette photo pleine de joie a été prise à Saint-Pétersbourg, en Russie, dans le cadre du projet réalisé par Ksenia et intitulé « Des gens ordinaires », pour laquelle elle s'est vu décerner le W. Eugene Smith Grant en 2020, qui récompense les étudiants. Elle montre Anna Gavrilova (à gauche) et Jane Sytenko (à droite) sur le canapé avec Irina, la mère de Jane (au centre). Anna et Jane ont récemment fêté le premier anniversaire de leur rencontre. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 35mm f/1.4L II USM à 1/100 s, f/4.5 et ISO2500. © Ksenia Kuleshova

Parallèlement à son projet sur l'Abkhazie, Ksenia a réalisé une autre série intitulée « Des gens ordinaires », qui illustre le quotidien des membres de la communauté LGBTQ en Russie, pays dans lequel les lois adoptées ces dernières années ont renforcé les restrictions en matière de liberté d'expression concernant les LGBTQ. Les amendements de 2020 apportés à la Constitution russe continuent notamment d'interdire le mariage homosexuel.

La rencontre d'un couple gay de Saint-Pétersbourg à l'aéroport de Copenhague est à l'origine de la série. « Je les ai ensuite trouvés sur Instagram et j'ai constaté qu'ils ne cachaient pas leur homosexualité », poursuit-elle. « Je me posais de nombreuses questions sur la vie des homosexuels en Russie. C'est pourquoi j'ai souhaité lancer le projet. » Depuis, elle a photographié plusieurs membres de la communauté LGBTQ russe, bien souvent chez eux en se concentrant sur leur quotidien.

« Je veux que mes photos contribuent à défendre la tolérance et la compréhension », explique-t-elle. « Je suis réaliste en matière de photographie ; je ne pense pas qu'elle puisse radicalement changer votre vie. Mais si j'arrive à trouver des réponses à mes questions, à aider les autres à trouver les mêmes réponses et à sensibiliser le public à une situation, j'estime avoir atteint mon objectif. »
Qu'avez-vous appris lors de vos études de photographie à l'université ?
« J'ai eu le temps d'en apprendre plus sur moi-même et de commencer mon projet sur l'Abkhazie, qui fut ma première expérience en tant que photographe. J'ai découvert que je devais avoir confiance en moi et suivre mon intuition, peu importe ce qu'en pensaient les gens. »

Quelle approche adoptez-vous dans vos projets ?
« J'essaie toujours de révéler le côté positif des situations. C'est pour moi une mission, aussi bien dans le cadre de mon métier de photographe que sur le plan personnel. Il y a tant d'absurdités et de malheurs dans le monde. Si nous pouvions nous concentrer sur les aspects positifs, nous nous porterions mieux. Je ne suis pas une indéfectible optimiste ; je suis plutôt réaliste, mais je vois le côté positif des choses. »

Les images de votre projet « Des gens ordinaires » illustrent toujours les membres de la communauté LGBTQ dans leur intimité. Comment avez-vous gagné leur confiance ?
« Avant de commencer les prises de vue, nous avons pris le temps de nous connaître, ce fut très agréable. Ils savaient que mon intérêt était réel et que je souhaitais en savoir plus. Lorsque les gens comprennent que vous vous intéressez vraiment à eux et que vous ne le faites pas pour la gloire ou pour d'autres raisons, ils savent que l'histoire que vous raconterez sera fidèle à la réalité. »

Quel équipement utilisez-vous lorsque vous réalisez des documentaires ?
« Pour mes projets personnels, je travaille généralement avec un seul boîtier Canon [un Canon EOS 5D Mark IV] et un objectif Canon EF 35mm f/1.4L USM. Je réalise généralement des prises de vue à la lumière naturelle et n'emporte pas de trépied, c'est trop encombrant. »

Qu'est-ce qui vous plaît dans la réalisation de projets à long terme ?
« J'aime prendre le temps d'établir un lien avec mes sujets que j'appelle mes « héros ». Je sais ce que je souhaite obtenir au final, mais je laisse de la place à l'imprévu. Je ne sais jamais ce qui m'attendra, c'est ce qui est intéressant. »

Ce que je sais

Ksenia Kuleshova

« Je pense qu'en tant que photographe documentariste, le plus important est de suivre son intuition et de faire ce qui, selon vous, est juste pour réussir une histoire. Bien entendu, il est essentiel d'avoir un plan général, mais les photographes documentaristes doivent être prêts à vivre de nouvelles expériences. En cas de problème, vous pouvez toujours changer d'orientation. Faites preuve de curiosité, laissez-vous surprendre et soyez prêt à changer vos plans à mesure qu'une histoire se développe. »

Instagram :@ksukuleshova

Twitter :@KseniaKuleshova

Site Web :www.kuleshova.de

Équipement de Ksenia Kuleshova

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

L'équipement de Ksenia Kuleshova contenant ses appareils photo et objectifs Canon.

Appareil photo

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est un appareil photo polyvalent complet d'un très beau design. « Je suis perfectionniste, la qualité d'un appareil photo est donc l'aspect le plus important pour moi, et j'adore la structure du Canon EOS 5D Mark IV. C'est l'appareil photo idéal, quelles que soient les conditions. Je sais que je peux compter sur lui », confie Ksenia.

Objectifs

Canon EF 35mm f/1.4L II USM

Le successeur du Canon EF 35mm f/1.4L II que Ksenia privilégie est un objectif grand angle standard, prisé par les photographes de reportage pour sa perspective naturelle, ses capacités en basse lumière et ses excellentes performances optiques. « C'est l'objectif classique du photojournaliste. Il est facile à manipuler et je l'utilise pour tous mes projets personnels. C'est mon préféré, ses performances optiques sont extraordinaires. Je n'utilise généralement pas de flash et il est tout simplement parfait dans des conditions de faible luminosité », explique Ksenia.

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Zoom standard de qualité professionnelle offrant une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture rapide de f/2.8 sur toute la plage focale. « J'utilise l'objectif 24-70 mm lorsque je suis en mission, car j'ai peu de temps pour réaliser une prise de vue et il m'offre la flexibilité dont j'ai besoin. C'est un objectif fantastique qui assure une netteté, une précision et des couleurs exceptionnelles », ajoute Ksenia.

Articles liés

Canon Camera

Programme européen Canon Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

Canon Camera