MODE

Techniques d'éclairage pour les séances photo de mode

Le photographe de mode et star des réseaux sociaux, Ian Hippolyte, partage avec nous les configurations de studio qu'il préfère pour donner de la puissance et de la profondeur à ses photos.
Portrait d'un mannequin, éclairé en rouge sur un fond sombre. Le mannequin porte un haut extravagant, fait de ce qui semble être de la ouate duveteuse.

Le photographe de mode Ian Hippolyte utilise un éventail de techniques d'éclairage d'expert pour que ses photos soient remarquées. « Je voulais créer quelque chose de sombre et de morose pour cette prise de vue », explique-t-il. « Le rouge est la couleur que je préfère utiliser. On retrouve cela dans un certain nombre de mes photos, même si ce n'est qu'un petit détail. J'adore l'effet que ça donne sur un appareil photo. » Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 28-70mm F2L USM à 34 mm, 1/200 s, f/5,6 et ISO 200. © Ian Hippolyte

« L'étymologie grecque du mot photographie signifie « dessiner avec la lumière » », révèle Ian Hippolyte. C'est tout à fait pertinent, car le travail de la lumière est une dimension essentielle du travail du photographe. Les superbes photos de mode de Ian, à la fois éclatantes, spectaculaires et dotées d'une esthétique de haut niveau, lui ont permis de gagner 73.000 abonnés sur YouTube, et 21.000 followers sur Instagram qui contemplent et s'inspirent de ses clichés étonnants.

Les guides de Ian sur YouTube portent sur tous les aspects du métier, mais ce sont ses récents tutoriels sur l'éclairage, How To Use Light, Four Different Ways (Comment utiliser la lumière en quatre façons différentes), qui ont suscité le plus d'intérêt, avec 400.000 vues pour le moment. L'éclairage a la capacité de modifier complètement le rendu de votre image : rétroéclairage, éclairage avant, lumière douce ou éclatante. Mais de nombreux photographes, y compris les professionnels expérimentés, sont souvent intimidés par les exigences techniques.

Basé à Londres (Royaume-Uni), Ian conseille de ne pas se laisser décourager. « Il est très important de savoir comment utiliser la lumière, qu'il s'agisse de lumière naturelle ou artificielle, et comment la manipuler », précise-t-il. « Nombreux sont ceux qui débutent avec la lumière naturelle, car elle est à leur portée. Une fois que vous avez commencé à tester l'éclairage artificiel, vous vous rendez compte que les mêmes principes s'appliquent : vous remplacez simplement le soleil par un flash ou une ampoule. »

Adepte de longue date des appareils Canon, Ian privilégiait auparavant le Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L USM (aujourd'hui remplacé par le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM). Récemment, il a essayé le Canon EOS R5 équipé des objectifs Canon RF 28-70mm F2L USM et Canon RF 100mm F2.8L Macro IS USM pour la première fois.

Ian partage ici ses principaux conseils et techniques pour créer des photos de mode lumineuses, et explique comment le fait d'être passé aux appareils hybrides lui a permis d'élargir ses compétences.

Un mannequin, une main gantée posée sur son front, se tient devant un fond rouge foncé. Le mannequin porte une jupe courte noire avec une double traîne sophistiquée.

Ian a été impressionné par tous les aspects du Canon EOS R5, de son design compact à la vitesse et la fiabilité de son autofocus. « Tout dans cet équipement vous sera utile, car cela vous évite d'avoir à penser à un certain nombre de choses. Parce que si vous devez vous focaliser sur les réglages de votre appareil photo, votre éclairage, votre objectif qui ne fonctionne pas ou l'autofocus qui est trop lent… vous serez distrait et vous ne pourrez pas vous concentrer sur la photo », explique-t-il. Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 28-70mm F2L USM à 44 mm, 1/200 s, f/5,6 et ISO 200. © Ian Hippolyte

Gros plan d'un mannequin aux cheveux gominés, portant de grandes boucles d'oreilles créoles. On aperçoit tout juste le col d'un chemisier rouge en soie.

Sur cette photo, l'effet de traînées lumineuses a été créé à l'aide d'un flash, d'un éclairage continu et d'une vitesse d'obturation lente. À ses débuts, Ian a puisé son inspiration dans les articles glamour qu'il voyait dans les magazines de mode. « Je regardais ces photos, leur éclairage, et je me demandais comment ils avaient fait… comment ils l'avaient créé », raconte-t-il. Il utilisait ensuite YouTube pour « faire des recherches sur les aspects techniques », avant d'essayer de reproduire les effets qu'il admirait tant. Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 100mm F2.8L Macro IS USM à 0,8 s, f/8 et ISO 200. © Ian Hippolyte

1. Accentuer les traits du visage

Ian encourage l'expérimentation, surtout en début de carrière. Mais il a tout de même sa configuration d'éclairage préférée : « J'aime éclairer depuis le haut, avec une lumière éclatante, plus spéculaire, qui soit assez directe. Je trouve que cela apporte une certaine qualité cinématographique. »

Pour obtenir ce résultat, il positionne la lumière certes au-dessus mais aussi devant le visage du sujet. « Si vous la positionnez juste au-dessus de la tête de quelqu'un, vous vous retrouverez avec un certain nombre d'ombres peu flatteuses. Mais si vous la positionnez juste à l'avant, vous obtiendrez la même qualité cinématographique, tout aussi flatteuse, et cela permet de bien sculpter la structure osseuse du visage. »

Ajoutez des lumières d'appoint pour éviter les ombres indésirables, ainsi que des reflets dans les yeux pour terminer la configuration. « Les reflets sont très importants pour moi, explique Ian, car des yeux bien éclairés paraissent plus vivants. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Par contre, ce n'est pas une configuration d'éclairage qui convient à tout le monde : « Vous devez envisager l'effet que la lumière aura sur vos sujets », explique Ian. « Si vous travaillez avec le visage de quelqu'un de plus âgé, vous voudrez certainement utiliser des sources de lumière plus douces, ainsi que des lumières d'appoint positionnées à l'avant, car un éclairage restreint créera des ombres peu flatteuses. »

Le photographe de mode Ian Hippolyte debout dans un studio, tenant un appareil photo Canon EOS R5, entouré par deux lampes de studio.

Ian prend toujours ses photos à main levée, car cela lui permet de se déplacer autour du studio, et le viseur électronique du Canon EOS R5 s'est avéré être un véritable plus pour lui. « Bien qu'il soit possible de prendre des photos en utilisant l'écran sur n'importe quel appareil photo, j'aime tenir le boîtier devant mon œil », explique-t-il. « Le viseur électronique me permet de visualiser une image plus fidèle au résultat final. J'apprécie également le fait que l'EOS R5 soit plus petit et plus léger que l'EOS 5D Mark IV. » © Ian Hippolyte

2. Faire des expériences avec les paramètres

« En studio, je commence généralement à photographier avec des flashs et des lampes », explique Ian. « Ma vitesse d'obturation est de 1/200 s, car il s'agit de la vitesse de synchronisation du flash. Généralement, je commence avec une ouverture de f/8, car je veux que la plupart des éléments soient nets, et j'essaye de maintenir une sensibilité ISO assez faible. Mais au cours de la prise de vue, il m'arrive de diminuer la vitesse d'obturation pour pouvoir jouer avec l'exposition et ajouter un peu de flou aux images. Je joue aussi avec l'ouverture s'il y a quelque chose d'un peu flou au premier plan.

« Avec l'EOS R5, j'ai pris une série de photos en utilisant la technique du light painting. J'ai combiné le flash et la source de lumière continue avec des vitesses d'obturation plus lentes pour obtenir un effet d'ombre floue. »

Ian a associé l'EOS R5 avec les objectifs Canon RF 28-70mm F2L USM et Canon RF 100mm F2.8L Macro IS USM, pour leur « qualité nettement supérieure » par rapport aux objectifs précédents. « Le matériel ne fait pas tout, mais je pense que plus la technologie est performante, plus il est facile de faire son travail », explique-t-il.

3. Improviser avec les accessoires et des modificateurs

Ian préfère l'éclairage restreint car il confère un aspect plus « mélancolique » à son travail. « Pour obtenir ces images, nous avons utilisé des sources de lumière plus dures, ajouté des grilles aux lumières et cherché à créer un effet de projecteur », explique-t-il. « Sur l'une des photos [ci-dessous], on peut voir une fine bande lumineuse au bas des yeux du mannequin, puis le reste est assez sombre. Nous voulions mettre l'accent sur son maquillage avec l'éclairage. »

Aujourd'hui, Ian utilise un modificateur pour modifier l'aspect de son éclairage, mais par le passé, il utilisait une série d'accessoires pour obtenir l'effet désiré. Cela allait de feuilles de plastique vaporisées d'eau pour simuler une fenêtre, à deux grands morceaux de carton positionnés de manière à créer l'effet de « bande lumineuse » mentionné ci-dessus.

Ian fait remarquer qu'une configuration simple est souvent tout aussi efficace qu'une configuration élaborée. « En ce qui concerne les réseaux sociaux, il y a un style que les gens aiment particulièrement retrouver. Plus l'effet est spectaculaire en termes de style et d'éclairage, plus les réactions sont nombreuses », explique-t-il. « Mais parfois, ce sont mes photos les plus simples que j'affectionne le plus. Je n'essaie donc pas toujours de prendre des photos qui auront le plus de succès sur les réseaux sociaux. »

Un portrait en gros plan d'un homme avec la barbe et la moustache coupées court, de longs cheveux bouclés et un bonnet en laine.

Portraits en situation avec flash

Le photojournaliste Nikolai Linares emporte l'EOS R3 pour quelques figures dans un skatepark, et montre comment le Speedlite EL-1 est parfait pour les portraits en mouvement.
Un mannequin vêtu d'une veste noire brillante et de longs gants rouges, pose devant un fond rouge, une main soulevant quelques mèches de ses longs cheveux auburn.

Pour Ian, l'expérimentation est un aspect primordial de la photographie de mode, mais il est également très important de créer un lien avec la personne que vous photographiez. « Je pense que l'une des choses les plus importantes que j'ai négligées au début, c'était d'établir une bonne relation avec le sujet. Vous pouvez avoir un éclairage parfait et un super appareil photo, mais si vous ne créez pas de lien, ou que vous n'êtes pas sur la même longueur d'onde, ça ne pourra pas fonctionner. » Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 28-70mm F2L USM à 53 mm, 1/200 s, f/5,6 et ISO 200. © Ian Hippolyte

Dans ce portrait en gros plan, une bande lumineuse parcourt l'œil très maquillé d'un mannequin portant un collier à grosses mailles.

« On m'a toujours énormément complimenté sur les couleurs de peau dans mes photos », explique Ian. « Quand je leur dis que j'utilise des appareils photo Canon, ils répondent : « Bien sûr, Canon permet d'obtenir de très jolies couleurs de peau. ». C'est en effet quelque chose que j'ai moi-même constaté. Pour ce qui est de capturer de jolies couleurs de peau, je pense que la prise de vue au format RAW est toujours préférable. J'utilise le format RAW pour toutes mes prises de vue de toute façon car cela vous permet d'effectuer des ajustements et d'avoir plus de contrôle sur la balance des blancs également en post-production. » Photo prise avec un Canon EOS R5 équipé d'un objectif Canon RF 28-70mm F2L USM à 70 mm, 1/200 s, f/8 et ISO 200. © Ian Hippolyte

4. Capturer les mouvements et ne rater aucun moment

C'est, entre autres, grâce au mouvement que Ian fait naître des « sensations » dans ses photos. Mais souvent, ses images préférées ne sont pas celles qu'il avait imaginées. « C'est dans ces moments furtifs, entre deux prises de vue, que tout s'aligne correctement », explique-t-il. « J'ai tendance à photographier rapidement et au flash, ainsi qu'avec une vitesse d'obturation élevée et continue, de manière à disposer d'un éventail d'options. »

Pour être sûr d'obtenir les photos qu'il veut, Ian utilise toujours l'autofocus, même en studio, alors qu'il dispose de plus de temps. « Quand nous essayons de capturer un mouvement, quelqu'un en train de marcher, de courir, de donner un coup de pied, je veux être sûr qu'il sera d'une netteté exceptionnelle. C'est toujours le cas avec l'autofocus de Canon. C'est même encore mieux sur le Canon EOS R5, car celui-ci permet le suivi du visage et des yeux.

« J'ai tendance à utiliser un objectif zoom, car il me permet de faire des ajustements rapidement », poursuit-il. « L'objectif Canon RF 28-70mm F2L USM permet d'aller jusqu'à une ouverture de f/2, ce qui est vraiment bien. Elle laisse rentrer un peu plus de lumière que l'ouverture f/2,8, chose que j'ai immédiatement remarquée. »

La façon dont Ian travaille fait qu'il a beaucoup d'images à trier au moment du montage, « parfois 1500 photos alors que seulement huit seront utilisées ». Mais il insiste sur le fait qu'il vaut mieux ça, plutôt que de « manquer la seule image où tout est parfait ».

5. Trouver son style lors du montage

C'est en post-production que Ian repère les images qui sont réussies. « C'est à ce moment que l'on peut vraiment donner du caractère aux images », explique-t-il. « Votre façon de travailler au montage fait de votre style un style bien particulier. »

Le Canon EOS R5 est un appareil photo de 45 millions de pixels, « soit 15 millions de pixels en plus qu'avec mon Canon EOS 5D Mark IV », explique Ian. « Lors de mes shootings beauté, ce sont les petits détails sur lesquels je peux travailler qui font toute la différence au moment de la retouche. Si je prends un portrait en plan poitrine, je peux ensuite recadrer l'image sur le visage pour en observer les détails, et je ne perdrai pas en qualité. »

Ian utilise généralement un objectif macro pour ses shootings beauté, car cela lui permet de s'approcher au plus près et de capturer ensuite le détail qui l'intéresse au montage. « L'objectif Canon RF 100mm F2.8L Macro IS USM est très précis, léger et facile à utiliser », commente-t-il. Grâce à lui, il peut se rapprocher du sujet, mais laisser toujours un peu de largeur pour plus de flexibilité.

« Je ne sais jamais exactement pour quelles occasions je vais utiliser telle ou telle photo », explique-t-il. « Vous n'aimeriez pas vous retrouver sur Instagram ou autre, sans pouvoir obtenir la composition que vous souhaitez car vous ne pouvez pas effectuer de recadrage. »

Rédigé par Emma-Lily Pendleton


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro