ARTICLE

Photographie de mode : trouver votre style et vendre votre vision créative

Deux des meilleures photographes de mode partagent leurs conseils pour développer une esthétique unique et la vendre à vos clients.
Cliché nocturne d'une femme dans une robe de soirée noire, dans les branches d'un grand arbre.

Julie Pike, photographe spécialisée dans la mode et les portraits, est connue pour ses images spectaculaires et oniriques. Elle utilise un seul objectif pour réaliser ses clichés au style unique. Selon elle, le Canon EF 24-105mm f/4L IS USM est l'« objectif parfait » en raison de sa légèreté et de sa simplicité d'utilisation. « Il est idéal pour photographier des portraits et des paysages », explique-t-elle. « On peut tout faire avec ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM (désormais remplacé par le Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM) à 24 mm, 1/200 s, f/7.1 et ISO100. © Julie Pike

Les secteurs de la beauté et de la mode sont très compétitifs, les photographes sont souvent choisis pour leur esthétique caractéristique. Mais comment les professionnels perfectionnent-ils leur image de marque afin d'attirer les clients de leurs rêves ?

La directrice artistique et photographe Eliška Sky et la conteuse norvégienne et photographe spécialisée dans les portraits Julie Pike affichent des styles différents. Elles ont pourtant trouvé leur voie sur ce marché saturé. Dans cet article, les ambassadrices Canon vous donnent leurs conseils pour développer un style authentique et transformer cette vision en travail rémunéré.

1. Cultivez votre image de marque

Basée à Oslo, la photographe Julie Pike a débuté sa carrière il y a 20 ans. Son style est poétique et imprégné des histoires qu'elle raconte. Elle est convaincue que la création d'une image de marque authentique est essentielle, car beaucoup plus de photographes travaillent dans ce secteur aujourd'hui. « C'est important d'avoir son propre style, car il y a beaucoup de photographes talentueux », conseille Julie. « Si vous êtes patient, que vous travaillez dur et que vous restez fidèle à vous-même, les clients viendront à vous ».

Tout comme Julie, Eliška Sky, dont les photos ont été publiées dans des magazines tels que 1883 et Elle, ainsi que sur les sites Internet de Vogue Italia, Dazed et i-D, souligne l’importance de mettre une partie de soi dans ses images. « N'essayez pas de copier les autres photographes, concentrez-vous sur ce qui vous intéresse », recommande-t-elle. « Quel genre de littérature et de musique aimez-vous ? La politique vous intéresse-t-elle ? Ou peut-être l'équitation ? Faites ressortir vos centres d'intérêt dans vos photographies pour présenter qui vous êtes et ce qui vous intéresse. Les meilleures photos naissent souvent de l'inattendu, elles deviennent alors uniques ».

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Un modèle portant une robe blanche avec une jupe gonflable et une cagoule noire en PVC se tient devant un fond bleu, les bras ouverts.

Eliška Sky se décrit comme une artiste visuelle. Elle est reconnue pour son style décalé et espiègle, et pour les costumes excentriques qu'elle photographie. Son projet, « A Beginner's Guide for Eco Warriors » (Guide du militant écologiste débutant), lui a été inspiré par l'impact des humains sur l'écosystème. « J'ai utilisé un objectif grand angle pour mettre en valeur la jupe gonflable », se souvient-elle. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 32 mm, 1/125 s, f/9 et ISO100. © Eliška Sky

Gros-plan du visage d'une femme. Un motif géométrique rouge est dessiné sur ses lèvres et un faisceau de lumière éclaire de sa bouche jusqu'à son œil.

La série de photographies « Pixel Future » d'Eliška explore l'influence des réseaux sociaux et d'Internet sur nos personnalités et nos perceptions. Cette photo a été prise pour le magazine Hunger et a ensuite été utilisée par l'artiste et musicien David Byrne pour sa playlist musicale mensuelle. « J'ai utilisé une vitesse d'obturation lente avec un flash studio », explique Eliška. « Nous étions dans un studio entièrement plongé dans l'obscurité et avons utilisé un laser pour éclairer le visage du modèle ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/2.5 Compact Macro à 2,5 s, f/13 et ISO100. © Eliška Sky

Parmi les influences d'Eliška, citons la photographe néerlandaise Viviane Sassen, l'artiste suisse Olaf Breuning et l'utilisation libre des couleurs. « Au début de ma carrière de photographe, j'ai réalisé différents projets, testé différents styles de lumière et travaillé en noir et blanc. Cependant, au fil des années, je me suis rendue compte que j'aimais vraiment les couleurs vives », explique-t-elle.

La lumière est également une partie intégrante de son esthétique, tout comme ses angles de prise de vue alternatifs. « Dans la plupart des cas, j'utilise des flashs studios ou un éclairage continu », explique Eliška. « J'aime travailler avec différents correctifs d'éclairage pour renforcer l'atmosphère de la photographie. Je place également divers objets dans la scène, ou entre l'appareil photo et le modèle, comme des miroirs, des cristaux, des gels colorés et des matériaux réfléchissants et transparents.

« Avant chaque shooting, je réfléchis à différents angles de vue : du dessus, du dessous et au niveau des yeux. J'essaie aussi d'être créative en termes de distance focale, je bascule entre grand-angle et téléobjectif », ajoute-t-elle.
Une femme portant une robe légère court vers une étendue d'eau, fuyant l'appareil photo.

Julie a photographié cette image pour un éditorial dans le Renaissance Magazine. Elle a été prise juste avant minuit. Julie utilise un éclairage de nuit pendant l'été norvégien. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 24 mm, 1/320 s, f/6.3 et ISO200. © Julie Pike

Une femme dans une robe transparente regarde par dessus une balustrade et contemple le paysage en contrebas.

Photo prise à Oslo au coucher du soleil pour un portrait publié dans le magazine lifestyle Oak The Nordic Journal. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 67 mm, 1/1000 s, f/14 et ISO320. © Julie Pike

2. Tirez le meilleur parti des planches de tendances

Pour vendre votre vision photographique à des clients, il faut être prêt dès le début, explique Julie, qui compte Elle, Nylon et VICE parmi ses clients. Je ne me rends jamais à une réunion les mains vides », affirme-t-elle. « Je me renseigne toujours pour comprendre qui est le client. Si c'est un créateur de bijoux, je cherche à savoir depuis combien de temps il crée des bijoux et quel type de campagnes il a réalisé. J'établis ensuite un argumentaire de vente et je crée une planche de tendances, comme s'il m'avait déjà confié le projet. Je fais cela chaque fois que je rencontre un nouveau magazine ou un nouveau client. J'apporte toujours un projet spécifique pour une campagne ou un éditorial. J'expose toutes mes idées et nous finissons souvent par les suivre ».

Eliška réalise une planche de tendances très complète afin que l'équipe avec laquelle elle travaille puisse collaborer de manière créative. « J'essaie de tout bien détailler, car je souhaite que l'équipe comprenne mon objectif et mes inspirations pour l'atmosphère, le maquillage, les cheveux, les vêtements et les décors », explique-t-elle. « Dans le cas d'un grand projet, il peut y avoir 25 personnes sur le shooting. J'essaie de choisir des personnes talentueuses avec une vision digne de confiance. Je propose une inspiration ou un concept, mais j'accueille aussi les idées et la créativité des autres ».

3. Adoptez le bon état d'esprit

Outre la planche de tendances et l'importance du travail préparatoire, le secret de Julie pour créer un éditorial de mode convaincant est d'« être présente », c'est-à-dire adopter le bon état d'esprit avant même de mettre les pieds dans le studio. « Qu'il s'agisse d'un éditorial de mode, d'une couverture d'album ou d'un portrait, j'essaie toujours de trouver l'inspiration en amont, soit en écoutant de la musique, soit en regardant des images en diaporama sur mon ordinateur la veille », explique Julie. « Ainsi, je suis dans le bon état d'esprit avant le shooting. Je ne réfléchis pas aux compositions, je réfléchis plutôt à l'« ambiance ».

« Au début, quand je n'avais pas autant confiance en moi, je dessinais chaque image dans l'éditorial de mode », ajoute-t-elle. « Mais maintenant, j'essaie simplement d'être dans le bon état d'esprit et de laisser la place à l'imprévu, au moment présent ».
A woman looks sideways in a blue-lit photograph.

10 conseils d'un photographe de mode professionnel

Jaroslav Monchak, un photographe ukrainien spécialisé dans la mode et la publicité, partage ses 10 techniques et conseils essentiels pour vous aider à prendre des photos à l'allure professionnelle.
Femme penchée en arrière retenue par des rubans colorés.

« J'ai réalisé ce projet pour un éditorial en ligne dans Vogue Italia et il a été utilisé dans le calendrier de l'entreprise d'accessoires de sport de ma famille », explique Eliška. « Nous avons peint les murs la veille du shooting avec la décoratrice Katrine Roberts Oben ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 55 mm, 1/125 s, f/8 et ISO100. © Eliška Sky

Une femme portant un haut décoré de plumes pose devant un fond orange et jaune, les bras levés pour cacher son visage.

Portrait de l'actrice Rose Leslie qui a joué le rôle d'Ygritte dans Games of Thrones. « J'ai pris cette photo pour le numéro RISQUÉ de 1883 Magazine » se souvient Eliška. « Je voulais faire ressortir le côté féminin de Rose. Son nom m'a inspirée et je l'ai photographiée telle une fleur dont la beauté attire les papillons ». Eliška a utilisé un fond rouge éclairé par deux flashs de boîte à lumière, qui surexposaient l'image pour rendre le fond orange et jaune. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 45 mm, 1/125 s, f/9 et ISO100. © Eliška Sky

4. Cultivez et associez vos compétences

Eliška enseigne au London Institute of Photography. Elle associe parfois la photographie à la direction artistique et pense que le fait d'expérimenter et de repousser ses limites l'aident à accueillir de nouveaux projets avec enthousiasme.

« On m'a récemment confié un projet de direction artistique pour une exposition à la Fashion Week de Prague », explique Eliška. « J'ai dû créer des plans pour superviser la façon dont l'installation allait se dérouler. Il me fallait trouver des idées pour l'espace entier. C'était relativement nouveau pour moi et très exaltant ».

Elle estime également qu'il est essentiel de prendre les devants. « Je contacte les publications et les marques avec lesquelles je veux travailler, ou les autres artistes avec lesquels je voudrais collaborer », explique-t-elle. « Je regarde également les tendances actuelles dans le monde de l'art et de la mode. Cela me permet de m'inspirer et de rester à la page.

« Il suffit qu'une première personne vous fasse confiance. Cela vous facilite le travail par la suite, car vos nouveaux clients peuvent ainsi regarder vos travaux précédents et vous accorder davantage de liberté », ajoute-t-elle. « J'ai de la chance, car la plupart de mes clients me choisissent pour mon travail. Ils recherchent mon style en particulier ».
Femme contemplant une étendue d'eau tournant le dos à l'appareil photo. Ses cheveux sont mouillés et elle porte un maillot de bain.

« Il s'agit de mon amie Marianne », précise Julie. « Pour un projet, nous avons passé deux jours dans un chalet en bois près de la rivière Mjøsa en Norvège. « C'était magnifique et paisible. Il faisait chaud ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 40 mm, 1/1250 s, f/6.3 et ISO400. © Julie Pike

Portrait de profil d'une femme portant une robe aux motifs floraux s'appuyant contre un mur vert.

Portrait de la danseuse et chorégraphe norvégienne Simone Grøtte. « Cette photo a été prise dans une maison vide. J'ai seulement utilisé un plateau en argent en guise de réflecteur de lumière, ce qui a créé la lumière éblouissante sur le mur », explique Julie. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 85 mm, 1/125 s, f/4.5 et ISO500. © Julie Pike

5. Optez pour un équipement et une approche simples

« Je travaille vite, j'ai donc besoin d'un appareil photo qui soit rapide lui aussi », explique Julie, qui utilise un Canon EOS 5D Mark IV. Le Canon EF 24-105mm f/4L IS USM est l'objectif préféré des deux photographes de mode. « Avant, j'utilisais trois objectifs, un 50 mm, un 85 mm et un optique grand angle, mais je passais mon temps à changer d'objectif », explique Julie.

Eliška apprécie cet objectif pour sa polyvalence. « Le Canon EF 24-105mm f/4L IS USM est parfait pour photographier la mode grâce à sa plage focale », précise-t-elle. « J'aime disposer de capacités grand angle et de téléobjectifs et photographier les gens avec une distorsion grand angle ».

Julie enseigne désormais à la Bilder Nordic School of Photography, l'un des instituts les plus avant-gardistes de sa catégorie en Scandinavie. Elle a commencé à photographier en analogique et sait donc créer des effets en face de l'appareil photo. « J'essaie toujours de tout faire à travers l'appareil photo », déclare-t-elle. « Si je veux obtenir un effet doux, je place un matériau translucide devant l'objectif. Je ne veux pas ajouter de filtre en post-production ».

Elle ne retouche que rarement ses images afin de rester au plus près de la réalité. En général, j'ajoute en peu de grain et j'ajuste légèrement les couleurs et les contrastes », précise-t-elle. « Je veux que les marques et les taches de rousseur soient visibles. Je souhaite que les éléments de la vraie vie soient visibles ». Julie pense aussi que l'intuition est essentielle. « J'utilise la lumière naturelle et je n'appuie pas sur le déclencheur 10 000 fois », explique-t-elle. « J'attends le bon moment ».

Rédigé par Lorna Dockerill


Articles liés

Get the newsletter

Click here to get inspiring stories and exciting news from Canon Europe Pro