ARTICLE

Échanges : Hassan Hajjaj et Eliška Sky

Suite de notre série d'échanges avec deux photographes d'art, l'un vétéran du secteur, l'autre jeune étoile montante, qui parlent ouvertement de l'équilibre entre art et travail commercial, et réfléchissent aux avantages et pièges de la recherche d'un style unique.
Une femme vêtue d'une tenue à imprimé léopard, le visage voilé. Elle est allongée sur un tapis rayé rose, noir et violet. Le cadre de l'image est composé de boîtes rouges avec des tomates dessus.

Hassan Hajjaj a commencé dans la photographie en prenant des photos de ses amis, pour montrer des qualités qu'il admirait. Cette image d'Alia Ali fait partie de sa série My Rock Stars, qui présente des artistes, interprètes et créateurs inspirants et remet en question l'image stéréotypée évoquée par le terme « rockstar ». Image centrale prise avec un Canon EOS 70D (désormais remplacé par le Canon EOS 90D) équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM (désormais remplacé par le modèle EF 24-105mm f/4L IS II USM) à 32 mm, 1/50 s, f/4 et ISO 200. © Hassan Hajjaj, avec l'aimable autorisation d'Alia Ali, l'artiste et de Fotografiska New York

Picasso et Monet, Stephen Shore et Richard Avedon ont en commun d'avoir chacun un style caractéristique. Mais comment développer un style unique, et y a-t-il un moment où il devient une contrainte ?

Le portefeuille de l'artiste visuelle et ambassadrice Canon Eliška Sky regorge de couleurs et concepts créatifs. Tout au long de ses 13 ans de carrière, elle a construit un corpus d'œuvres personnelles et commerciales audacieuses et ludiques, et formule souvent des commentaires visuels sur des questions importantes comme le changement climatique et la diversité.

Elle s'entretient ici avec son collègue photographe d'art et ambassadeur Canon Hassan Hajjaj. Hassan a vécu et travaillé entre le Maroc et Londres depuis son enfance. Riche de 30 ans de carrière, il a créé des images joyeuses, mêlant la photographie documentaire au portrait et la mode à la scénographie, et mis en lumière des personnalités autoproclamées de la rue. Son travail exposé au British Museum, au V&A de Londres, au Brooklyn Museum et au Los Angeles County Museum of Art, lui a non seulement permis de lier le domaine de l'artistique et du commercial, mais aussi de devenir facilement identifiable.

Les deux photographes se sont rencontrés virtuellement pour discuter de l'inspiration, du développement d'un style et de la façon de trouver un équilibre entre le travail commercial et purement artistique.
L'ambassadeur Canon Hassan Hajjaj tenant un appareil photo Canon, sur un fond rose avec un motif en zigzag vertical.

« J'utilise la photographie comme expression, comme médium pour mon travail », précise Hassan Hajjaj. « Je ne suis pas vraiment un photographe technique. Mais le Canon EOS 5D Mark IV fait tout ce dont j'ai besoin, et je peux filmer avec. « J'aime à quel point il est intuitif ».

L'ambassadrice Canon Eliška Sky sur un fond bleu ciel assorti à ses vêtements, avec des balles de tennis de table volant autour d'elle.

« En tant que photographe d'art et de publicité, j'ai besoin d'un appareil photo qui m'offre une qualité d'image et une polyvalence parfaites », explique Eliška Sky. « Le Canon EOS 5D Mark IV m'offre les deux. J'adore la haute résolution et les détails des images, l'option Dual Pixel RAW et la fonctionnalité vidéo. »

Eliška : C'est un plaisir d'échanger avec vous. J'aime beaucoup votre travail : votre utilisation de la couleur et la façon dont vous combinez les motifs. La couleur est très importante pour moi aussi. Je sais que vous avez grandi entre Marrakech et Londres, cela a-t-il influencé cet aspect de votre travail ?

Hassan : Si j'avais vécu uniquement dans l'un de ces endroits, je ne ferais certainement pas ce que je fais aujourd'hui. Grandir au Maroc m'a donné mes outils et ma tradition, et m'a permis de comprendre mon pays et ma culture. Londres, c'était la découverte : trouver de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes, des influences musicales, artistiques, cinématographiques ou issues de la mode.

Eliška : J'ai lu que, lorsque vous étiez jeune, il y avait beaucoup de studios photo à Marrakech dans lesquels vous vous déguisiez ?

Hassan : Oui, il y avait des studios photo avec la plage pour l'été, une voiture de course en plastique, un où vous vous déguisiez en cow-boy… Mon studio est né de cette idée.
Un homme vêtu d'un costume à motifs tenant un bouquet de fleurs rouges et jaunes, sur un fond peint décoratif avec des plumes de paon et des fleurs. Le cadre de l'image est composé de boîtes vertes.

« Lorsque j'ai commencé, j'avais du mal à me présenter en tant que photographe », confie Hassan, « car j'avais tous ces amis autour de moi qui étaient de grands photographes ». Cette image de Riz Ahmed est tirée de la série My Rock Stars d'Hassan. Image centrale prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24mm f/2.8 IS USM à 1/80 s, f/4 et ISO 100. © Hassan Hajjaj, avec l'aimable autorisation de Riz Ahmed, l'artiste et de Yossi Milo Gallery, NYC, États-Unis

Une mannequin aux cheveux bouclés avec un collier et une bande de peinture rouge sur la bouche. Une ligne ondulée orange fluo partant de ses sourcils descend sur son visage, son cou et traverse son corps.

Un portrait capturé dans le cadre de la série d'Eliška pour le magazine Dolce Vita, I Want To Be Loved *even in the pandemic. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM à 2,5 s, f/13 et ISO 100. © Eliška Sky

Eliška : Vous encadrez toujours vos photos, ou utilisez des motifs comme cadre. Au départ, je pensais que c'était juste une image multipliée, mais j'ai réalisé plus tard que vous construisiez des cadres à partir d'objets et de produits. Que signifient les objets dans vos cadres ?

Hassan : Mon premier projet, de 1991 environ jusqu'au milieu des années 90, s'appelait Graffix from the Souk, et l'idée était de rassembler tous les produits arabes avec lesquels j'ai grandi au Maroc et de les photographier. J'ai commencé à les imprimer sur une toile, afin qu'ils ressemblent à quelque chose entre une photographie et une peinture. Puis, j'ai créé Le Salon, où j'exposais des choses de ma culture pouvant être considérées comme « modernes », car dans les années 80, lorsque vous disiez « Je viens du Maroc », les gens pensaient aux chameaux, aux tajines, à des trucs comme ça...

Eliška : Il s'agissait donc d'une vision occidentalisée ?

Hassan : Oui, c'était démodé. Par ailleurs, j'ai également contemplé quelques vieilles peintures des siècles passés dotées de cadres décoratifs conçus pour elles à l'époque. Je voulais que les cadres de mes photographies fassent partie de celles-ci. L'idée est aussi d'avoir ce motif répété, comme les mosaïques au Maroc. Et puis, parfois, je jouais avec les marques en fonction de l'image : si j'avais des femmes sur la photo, j'utilisais du chicken spam (pâté de poulet), parce qu'en anglais il y a ce terme sexiste de « chick » pour qualifier une femme.
Hassan : D'où venez-vous, Eliška ?

Eliška : de la République tchèque. Je vis à Londres depuis sept ans.

Hassan : Vous avez fait davantage de photographies d'art ? J'ai vu votre travail sur Instagram, mais faites-vous davantage d'expositions ou collaborez-vous avec d'autres entreprises ?

Eliška : En ce moment, je fais les deux, mais je veux vraiment me tourner encore plus vers la photographie d'art. Je m'investis beaucoup dans le projet Womaneroes. J'ai choisi diverses femmes et, avec un peintre corporel et un artiste coiffeur, nous les transformons en ces statues colorées. J'aimerais vraiment en faire davantage. Ce qui m'importe, c'est le message derrière tout cela, dans les projets commerciaux comme dans ma photographie d'art.
Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil photo Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Une femme en costume portant un fez, debout devant un fond peint de grandes roses rouges. Le cadre de l'image est composé de bouteilles en plastique contenant une substance bleue.

Hassan collabore souvent avec d'autres créateurs marocains pour son travail, comme dans ce portrait de l'auteure et compositrice-interprète Hindi Zahra. Photo prise avec un Canon PowerShot G11 (remplacé par le Canon PowerShot G7 X Mark III) à 1/30 s, f/2,8 et ISO 100. ©Hassan Hajjaj, avec l'aimable autorisation d'Hindi Zahra et de l'artiste

Une femme vêtue d'un manteau bleu, avec le ciel derrière elle. Elle tient un objet en plastique transparent contre son visage, ses cheveux s'envolent en direction du ciel.

« Je suis inspirée par des situations de tous les jours, par des choses dont je veux parler », explique Eliška. Cette image fait partie du projet de 2 Metres Distance d'Eliška, en réponse à la distanciation sociale. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 1/160 s, f/7,1 et ISO 100. © Eliška Sky

Hassan : En gros, un travail qui vient du cœur.

Eliška : Exactement, exactement. C'est bien de cela qu'il devrait s'agir, n'est-ce pas ? Se dévoiler à travers son travail.

Hassan : Oui. J'ai déjà été sollicité pour des shootings de mode, mais j'ai toujours décliné. J'ai toujours dit : « Si tu veux vraiment un shooting de mode, prends un photographe de mode », car j'ai toujours refusé de prendre des photos avec des mannequins sur le cliché. J'essaie d'avoir de vraies personnes. Je n'ai pas de maquilleur, pas de coiffeur, ni l'un ni l'autre. Si vous voulez un shooting de mode, je ne suis pas la bonne personne : un photographe de mode comprendra ce qu'ils font, cet univers. Cependant, il y a des gens, des magazines ou des marques qui comprennent, et c'est là que la magie opère.
Eliška : Avec vous, il s'agit d'aimer ce que vous faites, d'être authentique et de créer simplement le travail qui a du sens pour vous.

Hassan : Oui, mais il y a aussi deux aspects. Il y a l'aspect créatif, mais si vous voulez en vivre, il doit aussi y avoir l'aspect commercial. Vous devez séparer les deux lorsque vous créez et lorsque vous essayez d'exposer votre travail. Vous devez vous présenter et présenter votre travail d'une manière différente.

Eliška : Réalisez-vous certaines commandes parce qu'elles vous rapportent simplement de l'argent, et vous n'exposez pas le travail ?

Hassan : Oui. Je suis un être humain : je suis un artiste qui essaie de survivre ! J'ai commencé à réaliser des commandes pour la première fois il y a trois ou quatre ans environ. Heureusement, jusqu'à présent, elles étaient destinées à des gens très bien. Il s'agit de trouver cet équilibre.
Une image en noir et blanc de plusieurs familles dans une large tente, avec des enfants en train de manger et des vêtements suspendus à des fils.

Échanges : la photographie à l'écart de l'action

Le pilier de l'industrie Paolo Pellegrin et l'étoile montante du photojournalisme, Ksenia Kuleshova, abordent les thèmes de la narration, des progrès technologiques et de l'importance de la communauté.
Une femme vêtue d'un haut rouge fleuri et d'une jupe fleurie verte à fleurs roses, les épaules et la tête hors du cadre, devant un mur de briques vertes. L'image a deux cadres, un bleu avec un motif d'écailles, l'autre semblant avoir été tressé comme un panier.

« Vous devez travailler dur, être passionné, vous relever lorsque vous tombez et ne pas abandonner », ajoute Hassan. Cette image, Wamuhu Legs, a été créée en 2014 dans le cadre de la série Part of Legs d'Hassan. Photo prise avec un Canon EOS 70D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 45 mm, 1/80 s, f/4,5 et ISO 100. ©Hassan Hajjaj, avec l'aimable autorisation de Wamuhu Waweru, l'artiste et de Fotografiska New York

Une femme avec une coiffure élaborée évasée vers l'arrière, vêtue d'un haut scintillant décolleté, avec une lumière verte brillant sur elle.

Une image créée pour un site de « culture capillaire » et présentée dans le cadre de la série Light in the Dark d'Eliška, exprimant des techniques créatives de photographie en basse lumière pour le Canon Redline Challenge. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 1/160 s, f/4 et ISO 4000. © Eliška Sky

Eliška : J'ai vu dans vos interviews que vous aimez que les gens interagissent vraiment avec votre travail et le touchent, il ne s'agit pas seulement d'une photographie, mais d'une expérience.

Hassan : Oui, parce qu'alors vous êtes à l'intérieur du travail. Et une fois que vous êtes au cœur, vous en faites partie. Vous pourriez regarder la table et vous rendre compte qu'il s'agit d'un panneau de signalisation : parce que vous êtes à l'intérieur.

Eliška : J'adore ce concept. Vous avez dit que le travail que vous faites porte essentiellement sur l'émancipation ? Vous prenez ces objets du quotidien, des tissus très bon marché, et vous en faites quelque chose de vraiment unique, vous donnez également un pouvoir aux gens qui deviennent les « rockstars » de vos photographies.

Hassan : Absolument. Série My Rock Stars. Dans les années 70 et 80, lorsque vous disiez « rockstar », vous pensiez à un homme blanc avec des cheveux longs, des lunettes de soleil, une veste en cuir, un pantalon noir moulant et une guitare. C'est l'image que l'on nous a vendue de la rockstar. Il s'agit de prendre un nom et de se le réapproprier en ayant un boxeur ou une danseuse du ventre comme rockstar. Encore une fois, je joue avec ces mots, des images emblématiques qui signifiaient quelque chose de différent pour moi.

Il y a quatre ans, j'ai commencé un projet ici au Maroc. Je culpabilisais en faisant simplement mon travail, alors j'ai commencé une exposition pour soutenir les photographes marocains. J'avais beaucoup, beaucoup d'amis photographes à l'époque, avant même de me lancer dans le métier, qui m'ont aidé tout au long de mon parcours. Je suis à un stade et à un âge où je souhaite donner quelque chose en retour et aider les autres de la même manière.

Eliška : Avec Canon, je participe également aux cours qui font partie du Programme Canon de développement pour les étudiants, et cela me permet aussi de partager mon expérience. J'aime vraiment voir le travail des autres, leur mission et leur vision. Je trouve cela enrichissant pour ma créativité, également.

Hassan : Vous savez, certaines personnes aiment travailler seules, d'autres aiment parler. Cela dépend de chaque personnalité et du temps dont les gens disposent. Je collabore avec beaucoup de photographes.
Une femme dotée d'une coiffure élaborée avec une image du ciel nocturne projetée sur elle. Seuls son visage et son torse sont clairement visibles.

« Je m'inspire de beaucoup de domaines différents », explique Eliška, « pas nécessairement en regardant la photographie ou en discutant avec d'autres photographes, même si cela peut aussi être une source d'inspiration. » Une autre image de la série Light in the Dark d'Eliška pour le Canon Redline Challenge. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 1/125 s, f/4,5 et ISO 3200. © Eliška Sky

Une femme vêtue d'une veste et d'un pantalon blanc et bleu, avec un chemisier rouge, noir et vert, accroupie devant un fond rayé rose, violet et noir. L'image est encadrée par des boîtes violettes avec un autocollant représentant un œil sur chacune d'elles.

Cette œuvre, mettant en vedette l'artiste marocaine Lamia Naji, fait partie de la série My Rock Stars d'Hassan, un hommage ou une interprétation du paysage culturel marocain. Photo prise avec un Canon EOS 70D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 1/30 s, f/4 et ISO 320. © Hassan Hajjaj, avec l'aimable autorisation de Lamia Naji et de l'artiste

Eliška : Votre style est tellement particulier. Avez-vous toujours eu le même, ou s'est-il développé ?

Hassan : Je faisais les séances en studio depuis le début, je réalisais des documentaires sur les gens. Le fait que je n'aie que trois photos de moi entre 1 et 13 ans m'a incité à le faire. [Hassan avait 12 ans lorsque sa famille a déménagé du Maroc à Londres.]

De par mon expérience, je vous conseille de croire simplement en ce que vous faites. Vous devez travailler dur, être passionné, vous relever lorsque vous tombez et ne pas abandonner. Cela prend beaucoup de temps.

Eliška : Lorsque je regarde votre travail, je sais que c'est vous, c'est assez incroyable : vous conservez cette esthétique. Je trouve qu'il est assez difficile de garder un seul style, car il y a différents clients et différents métiers.

Hassan : Eh bien, cela vient aussi avec le temps. Prenez Keith Haring, par exemple, vous pensez généralement au style de travail spécifique pour lequel il est connu : les dessins colorés. S'il fait quelque chose de légèrement différent, et il le fera, car c'est un artiste, vous ne reconnaîtrez pas son travail. Les collectionneurs ne voudront acheter que les œuvres pour lesquelles il est connu. Cela peut tuer votre art. Il faut veiller à ce qu'un style rigide ne vous gêne pas sur le long terme. En tant que photographe, je suis un grand fan du noir et blanc, mais la plupart des gens connaissent mon travail coloré.

De nombreux jeunes me demandent « Comment avez-vous réussi ? ». Je leur demande alors ce qu'ils en entendent par « réussir ». Pour eux, « réussir » signifie devenir célèbre, gagner de l'argent et participer à toutes ces expositions, etc. Il n'en est rien. Réussir signifie aimer ce que vous faites et utiliser votre passion pour vous emmener encore plus loin.

Rédigé par Emma-Lily Pendleton


Articles liés

  • Une grive de couleur argile avec une baie rouge dans son bec est perchée sur une branche couverte de fruits de palmier.

    Article

    Échanges : la magie animale

    Les photographes animaliers Christian Ziegler et Marc Albiac échangent sur la photographie d'animaux rares, les pièges photographiques et l'importance de la préservation des espèces.

  • Cliché nocturne d'une femme dans une robe de soirée noire, dans les branches d'un grand arbre.

    ARTICLE

    Comment vendre votre style en tant que photographe de mode

    Découvrez les précieux conseils prodigués par deux photographes de mode professionnelles pour trouver votre propre vision créative et la vendre auprès de vos clients.

  • Prêt pour un très, très gros-plan ?

    ARTICLE

    Prêt pour un très, très gros-plan ?

    Tina Eisen, photographe mode et beauté professionnelle, explique comment elle a développé son propre style macro en devenant le sujet de ses propres photos.

  • Un modèle, portant une robe couleur vieux rose, se tient au milieu d'une forêt. En arrière-plan, le brouillard se lève.

    ARTICLE

    9 conseils pour les photographes amateurs d'art

    Menna Hossam, photographe de beaux-arts, et Giles Huxley-Parlour, galeriste d'art contemporain londonien, partagent des conseils sur l'accès au monde de l'art.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro