PROFIL

Hassan Hajjaj

Une jeune femme portant des vêtements aux couleurs vives est assise sur un tabouret bleu devant des rangées de caisses rouges. Un livre est placé devant le tabouret avec un grand point d'interrogation blanc sur la couverture.

L'artiste contemporain anglo-marocain et ambassadeur Canon Hassan Hajjaj est réputé pour ses portraits pop art vibrants qui ont été exposés dans le monde entier. Maroussia Diaz, la circographe du Groupe Acrobatique de Tanger, est photographiée ici posant sur une scène conçue par Hassan pour le spectacle du groupe FIQ! Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM (désormais remplacé par le Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM) à 45 mm, 1/60 s, f/4,5 et ISO 100. © Hassan Hajjaj

La production créative de l'ambassadeur Canon Hassan Hajjaj, un mélange de photographie, de design, de mode, de musique et de réalisation de films, ne connaît aucune limite.

Cet artiste anglo-marocain a été acclamé par la critique pour sa série emblématique Kesh Angels, représentant des motardes de Marrakech posant avec des lunettes de soleil en forme de cœur, portant des djellabas aux motifs colorés et des voiles ornés de virgules de Nike. Ses portraits Pop Art colorés, influencés par la culture, le style et les personnages de Marrakech et de Londres, sont conservés dans de grandes collections à travers le monde.
Originaire de Larache, au Maroc, Hassan a déménagé au Royaume-Uni en 1973, à l'âge de 12 ans. Son intérêt pour la photographie a commencé dans les années 1980 alors qu'il dirigeait sa boutique de mode, R.A.P, à Covent Garden à Londres. Plus qu'un simple endroit pour acheter des vêtements, c'était un point central de la scène musicale de l'époque. « J'avais une boutique de disques en bas où nous vendions des vinyles et des billets pour des soirées illégales », raconte l'artiste.

Sur le côté, Hassan organisait des soirées club tout en travaillant en tant qu'assistant-styliste sur des tournages de mode et des défilés. « Je photographiais également mes amis lorsqu'ils venaient à la boutique », explique-t-il. « Je les amenais à poser et à mettre en place le décor, mais je le faisais pour moi de temps en temps, pas professionnellement. » Il a utilisé un appareil photo instantané jusqu'en 1989 lorsqu'il a acheté un appareil photo reflex à un ami, l'artiste Zak Ové, qui lui a appris les rudiments de la photographie. Aujourd'hui, son appareil photo de prédilection est un Canon EOS 5D Mark IV.
L'ambassadeur Canon Hassan Hajjaj tenant un appareil photo Canon. Portrait de Jenny Fremont.
Lieux : Londres et Marrakech

Domaines de spécialité : beaux-arts, portrait, réalisation de vidéos

Kit préféré :

Canon EOS 5D Mark IV

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM
Une jeune femme portant des vêtements flamboyants pose devant un fond rayé coloré.

Hassan est fan depuis un certain temps de l'actrice, danseuse et mannequin maroco-canadienne Nora Fatehi, photographiée ici en train de poser devant les fonds caractéristiques d'Hassan composés de tapis en plastique. « Je voulais la photographier depuis un moment et j'ai saisi l'occasion quand elle a séjourné une semaine à Marrakech », dit-il. « Je suis fier de voir quelqu'un de mon propre pays percer dans l'industrie de Bollywood, qui est très populaire au Maroc, et avec laquelle j'ai grandi. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 17-40mm f/4L USM à 21 mm, 1/40 s, f/4 et ISO 250. © Hassan Hajjaj

Une jeune femme portant un chapeau vert et une combinaison noire à pois roses pose devant un fond bleu aux motifs saisissants.

Ancien styliste et propriétaire d'un magasin de mode, Hassan a conçu lui-même les vêtements pour cette séance photo avec l'actrice et danseuse maroco-canadienne Nora Fatehi. « Je voulais vraiment qu'elle fasse partie de My Rock Stars [un projet en cours] en portant mes créations, car j'adore la façon dont elle utilise et bouge son corps grâce à sa pratique de la danse », dit-il. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 17-40mm f/4L USM à 40 mm, 1/30 s, f/4 et ISO400. © Hassan Hajjaj

Ce n'est qu'à la fin des années 1990 qu'Hassan a commencé à exposer ses images à Londres et à Marrakech, à commencer par la série Graphix from the Souk. « En grandissant, mes amis et moi avions trop peur d'aller dans des galeries, des musées, des espaces comme ça », explique-t-il. « Au début, je ne pensais pas à ce que je faisais comme étant de l'art, donc pour m'accepter en tant qu'artiste et voir si cela pouvait être une activité à long terme, j'ai décidé en 2000 de le faire à plein temps. »

Quand Hassan a montré ses négatifs inédits et ses feuilles de contact à la conservatrice d'art Rose Issa, il raconte qu'elle les a regardés et a dit : « Vous savez que vous avez environ 10 ans d'expositions ici ? »
Un groupe d'hommes et de femmes vêtus de vêtements aux couleurs vives effectue une pose acrobatique devant un bâtiment blanc avec des piliers jaunes.

Hassan a été approché par le Groupe Acrobatique de Tanger, un ensemble de 15 jeunes acrobates et danseurs de hip-hop marocains, pour être le directeur artistique de FIQ! lors de sa résidence à Marrakech. Fasciné par le street art depuis son enfance, Hassan a volontiers accepté ; il a également conçu ou acheté les vêtements pour la production. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L IS USM à 28 mm, 1/50 s, f/5 et ISO 100. © Hassan Hajjaj

Au cours des vingt dernières années, la carrière de photographe d'Hassan a pris de l'ampleur. En plus d'avoir d'importantes expositions personnelles à la Somerset House de Londres et à la Maison Européenne de la Photographie de Paris, il a publié deux livres : Photography, Fashion, Film, Design et Dakka Marrakesh. Il a également réalisé des commandes pour Vogue et Vanity Fair, et s'est tourné vers le cinéma avec le long métrage Karima : une journée dans la vie d'une fille au henné et une installation vidéo de sa série My Rock Stars. Pour couronner le tout, il a poursuivi son travail de créateur de mode à travers son label, Andy Wahloo.

En préparation, un documentaire sur les musiciens gnaoua, qu'il photographie depuis 24 ans. « Tant que j'ai l'énergie, je continuerai à faire de la photographie, je continuerai à voyager. Et quand j'arriverai au stade où je préférerai regarder en arrière, j'aurai beaucoup de travail à montrer », dit Hassan.
Dans votre processus créatif, quel est l'équilibre entre la planification et la spontanéité ?

« Je fais beaucoup de planification. Je dois chercher des lieux, puis je m'assois et je dessine la scène. J'essaie toujours de faire en sorte que les séances à l'extérieur ressemblent à une scène de film. Je veux que le spectateur se demande ce qui va se passer ensuite. Ensuite, il y a les tenues : je dois acheter le tissu, l'amener chez un tailleur local à Marrakech pour les faire fabriquer... Donc il y a un long parcours pour obtenir l'image. »


Qu'est-ce qui suscite l'idée d'un portrait ?

« Normalement, c'est le modèle, peut être un textile ou une toile de fond... Ça peut être n'importe quoi. Par exemple, il y a quelques semaines, j'ai vu des sacs à provisions avec des photos en noir et blanc d'acteurs et d'actrices arabes. J'en ai fait faire un costume que j'utiliserai si je photographie un acteur. J'ai des centaines de tenues que j'ai créées dans ma boutique à Londres. C'est comme un artiste dans son atelier avec ses peintures. Vous avez 100 couleurs et vous n'en utiliserez peut-être que cinq, mais les autres sont là, prêtes pour le moment où vous en aurez besoin. »


Que faites-vous pour créer une bonne ambiance pendant une séance de portrait en studio ?

« Quand j'aménage le studio, c'est comme si je mettais en place une scène, et quand j'habille le modèle, c'est immédiatement comme si c'était un personnage dans une performance. J'ai de la chance, car la plupart des gens que je photographie sont des musiciens ou des artistes, donc ils ont déjà une attitude qu'ils apportent avec eux. Ensuite, je mets de la musique et nous suivons l'énergie entre le modèle et moi. »


Comment la musique influence-t-elle vos images ?

« J'ai grandi avec beaucoup de musiciens autour de moi. Dans les années 80, je dirigeais des clubs et j'avais une boutique de disques. Cela nourrit votre esprit et votre sang et devient normal pour vous. Si je photographie un musicien, nous pourrions écouter sa musique. Je photographierai en suivant le rythme pendant que le modèle pose au rythme de la musique. Ce travail a cette fréquence en lui. »

Ce que je sais

Hassan Hajjaj



« Parfois, les photos que vous prenez aujourd'hui peuvent ne pas être importantes pendant 10 ans. Quand j'ai une exposition, j'ai peut-être travaillé dessus par intermittence pendant dix ans. Je prends des photos de musiciens gnaoua depuis 1996. Je n'ai montré que cinq de ces photos et j'en ai des centaines. Quand je sentirai que c'est le bon moment, je les montrerai. Il s'agit d'être patient et de construire le corps du travail ; l'histoire que vous essayez de raconter. Pour moi, cela a été un processus d'apprentissage. »

Facebook :@hassanhajjajart

Instagram :@hassanhajjaj_larache

L'équipement d'Hassan Hajjaj

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

L'équipement d'Hassan Hajjaj contenant un appareil photo et des objectifs Canon.

Appareil photo

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est un appareil photo polyvalent complet d'un très beau design. « J'aime à quel point il est intuitif », explique Hassan. « J'utilise la photographie comme expression, comme médium pour mon travail. »

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Zoom standard de qualité professionnelle offrant une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture lumineuse de f/2,8 sur toute la plage focale. « C'est un objectif polyvalent pour les séances photo à l'extérieur », explique Hassan.

Canon EF 85mm f/1.8 USM

Doté d'une focale courte, d'une large ouverture maximale et d'une vitesse d'autofocus rapide, l'EF 85 mm f/1,8 USM est un téléobjectif idéal pour les photographes spécialisés dans les portraits. Hassan déclare : « Je l'utilise pour photographier des portraits en studio. »

Articles liés

Canon Camera

Programme européen Canon Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

Canon Camera