RÉALISATION DE VIDÉOS

Les films musicaux, en 2022 et dans les années à venir

Ashleigh Jadee, réalisatrice de vidéos bien établie, et Amber Akaunu et Lauren McCollin, réalisatrices débutantes, partagent leurs expériences de la scène en pleine évolution des clips musicaux et discutent de ce qui attend le secteur à l'avenir.
La cinéaste Ashleigh Jadee tourne dans une cuisine industrielle avec une Canon EOS R5 C.

Ashleigh Jadee, en photo avec une Canon EOS R5 C, a travaillé avec plusieurs grands noms de l'industrie musicale en tant que photographe, productrice et réalisatrice de clips musicaux. Au cours de la pandémie, elle a également commencé à superviser et à collaborer avec plusieurs cinéastes en devenir. « Ces collaborations devraient être la nouvelle façon de travailler », explique Ashleigh. « Je forme les apprentis, et lorsque j'ai de nouvelles opportunités de tourner des clips musicaux, je les coréalise avec l'un deux. Ils peuvent ainsi intégrer une production de bonne qualité à leur bande démo et profiter d'une expérience de première main. » © Ashleigh Jadee

Internet a tué la vidéo. Vraiment ? L'époque où l'industrie des clips musicaux était limitée au marché de la diffusion, sur MTV ou Top of the Pops par exemple, est aujourd'hui révolue. Elle est désormais disponible partout ailleurs, sur des plateformes en ligne facilement accessibles telles que YouTube, TikTok et Instagram. Bien que tout le monde ait une chance de devenir viral dans cette nouvelle ère créative audacieuse, le paysage est surpeuplé.

Pour se faire un nom en tant que réalisatrice, comme Ashleigh Jadee (@ashleighjadeeee), et pouvoir travailler avec de grands artistes tels que Skepta et Roddy Rich, il est primordial de développer un style et une identité uniques. C'est une philosophie qu'Ashleigh a partagée avec Amber Akaunu (@amberakaunu) et Lauren McCollin (@lauren.mccollin), deux jeunes cinéastes qu'elle accompagne via Instagram depuis le début de la pandémie.

Grâce à l'expérience et aux connaissances d'Ashleigh, ainsi qu'à leur collaboration sur des projets, Amber et Lauren font progresser leurs bandes démo. Et avec un équipement de haute qualité pour les vidéos, telles que la Canon EOS C70 et le Canon EOS 5D Mark IV dans leurs mains, elles se révèlent être de nouvelles figures féminines uniques dans une industrie cinématographique britannique en pleine évolution, et sont parfaitement équipées pour relever les défis à venir.

En discutant avec Ashleigh, Amber et Lauren, on a appris en quoi le secteur était aujourd'hui plus équitable, quelles étaient les influences actuelles sur la production de films musicaux et comment faire pour se démarquer dans un secteur dominé par le marketing.

La cinéaste Ashleigh Jadee regarde l'écran d'un appareil lors d'un tournage de nuit. Elle est entourée par des acteurs et des membres de l'équipe.

La relation d'Ashleigh avec les appareils Canon ne date pas d'hier. « J'avais 19 ans lorsque j'ai reçu mon objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L USM de la série L (désormais remplacé par le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM). L'objectif coûtait 1500 livres, mais je le voulais vraiment, et je savais qu'il me durerait longtemps », se souvient-elle. « Chaque tournage que je faisais à l'époque, c'était pour le rembourser. J'ai donné cet objectif à l'une de mes protégées l'année dernière, je l'ai donc gardé pendant 10 bonnes années ! » © Ashleigh Jadee

La cinéaste Lauren McCollin, vêtue d'un haut gris et de larges boucles d'oreilles créoles, filme avec un appareil Canon qu'elle tient à hauteur d'épaule.

En tant que réalisatrice débutante, Lauren McCollin (en photo) doit souvent faire preuve de créativité lorsqu'elle filme. « Il y a une dimension artisanale avec l'éclairage, principalement en raison du budget », explique-t-elle. « Lors de mon premier tournage, j'ai utilisé deux boîtes à lumière alors que je n'utilisais que l'objectif Canon EF 50mm f/1.8 STM. Lors de mon deuxième tournage, nous avons ajouté l'objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L USM (aujourd'hui remplacé par le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM) et des éclairages LED pour avoir différentes couleurs. D'autres fois, nous avons utilisé des réflecteurs en lumière naturelle et des filtres pour objectif. » © Lauren McCollin

Un équipement de haute qualité à moindre coût

« À 100 %, ce qui compte le plus dans l'industrie des clips musicaux, c'est d'avoir un bon équipement », explique Ashleigh, dont le premier appareil avec capacités vidéo était le Canon EOS 60D (aujourd'hui remplacé par le Canon EOS 90D). « Quand je me suis lancée dans ce milieu, la première chose que j'ai faite, c'est de me procurer mon propre appareil. Ensuite j'ai réalisé que je pouvais passer de la photo à la vidéo, et même passer au montage. Alors j'ai contacté des artistes, leur demandant si je pouvais tourner des vidéos pour eux. C'est ce qui se passe aujourd'hui, à une plus grande échelle. Beaucoup de gens comprennent qu'ils peuvent se procurer un appareil hybride pour peu d'argent, faire des vidéos avec les gens qu'ils connaissent, puis les mettre en ligne sur YouTube, Instagram et TikTok, et en faire [potentiellement] des vidéos virales. »

Amber, la protégée d'Ashleigh, a obtenu une subvention qui lui a permis d'acheter la Canon EOS C70. « Je me souviens m'être sentie très puissante avec cet objet dans mes mains », se souvient Amber. « Elle fonctionne comme une extension de ma vue, surtout grâce à sa maniabilité et sa légèreté, comparées à d'autres caméras de grande qualité. Je peux effectuer de nombreux mouvements et tenter des expériences, et les filtres ND intégrés sont parfaits pour faire des ajustements rapides lorsque je suis en train de filmer. Elle dispose de toutes les fonctionnalités dont j'ai besoin. »

Lauren, elle, ne tarit pas d'éloges sur son appareil photo Canon. « J'ai filmé tous les clips de Shelana Azora avec le Canon EOS 5D Mark IV », s'enthousiasme-t-elle. « C'était mon premier appareil doté de véritables fonctionnalités vidéo. Je pouvais travailler en vidéo 4K et en ralenti à 60 im./s pour les plans de coupe. Quand vous voyez que votre travail s'améliore, vous finissez par fournir plus d'efforts car vous voyez que ça vous mène quelque part. »

La gamme d'appareils hybrides du système EOS R de Canon, notamment la Canon EOS R5 C, l'EOS R5 et l'EOS R6 est conçue pour les créateurs, offrant de puissantes fonctionnalités vidéo professionnelles dans des boîtiers compacts et légers.

Plateformes et réseaux

Outre un équipement de grande qualité et abordable, l'accessibilité aux produits et aux formations a également facilité la tâche des cinéastes débutants. Les jeunes talents peuvent profiter de clips musicaux et de formations en ligne peu chères ou gratuites pour s'inspirer et se perfectionner. C'est l'« université YouTube », comme l'appelle Lauren en plaisantant. Il est aussi facile d'accéder et de partager du contenu sur les principales plateformes utilisées aujourd'hui pour les clips musicaux telles que YouTube, TikTok et Instagram.

« Les créateurs sont de plus en plus jeunes, qu'il s'agisse des artistes ou de ceux qui les filment », explique Ashleigh. « Les gens cherchent à se perfectionner artistiquement, et ceci avec les outils dont ils disposent. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Les tournages vidéo étant soumis à des budgets plus serrés, à des équipes plus réduites et à des restrictions de voyage, la pandémie a également contribué à accélérer l'émergence de nouveaux talents. Par exemple, la collaboration entre Lauren et la chanteuse de R&B Shelana s'est faite vraiment sur place, puisqu'elles vivaient à deux pas l'une de l'autre.

Ashleigh pense qu'à l'avenir, les limites seront encore moins distinctes. « J'observe de nouveaux artistes indépendants s'investir tout autant dans leurs vidéos que des artistes confirmés et évoluer de la même manière que s'ils étaient labellisés. », explique-t-elle. « Ils comprennent très bien le marketing parce qu'ils s'en occupent. Ils ne souhaitent donc pas investir trop d'argent pour leurs vidéos car ils savent qu'ils doivent en économiser pour la partie marketing. »

PRO

Développer votre identité en coulisses

Le style, l'éclairage et les effets visuels sont des éléments essentiels pour un réalisateur de clips musicaux, mais Ashleigh sait aussi combien il est important que la personne qui se trouve derrière l'objectif se dévoile, surtout face à un public à la recherche d'accessibilité et de convivialité. « Je suis très attachée aux identités personnelles », explique-t-elle. « De nombreux créateurs, surtout des femmes, présentent leur travail, mais ne montrent pas qui l'a créé ni comment il a été créé. J'ai rencontré beaucoup de succès quand j'ai commencé à filmer les coulisses des tournages, et les gens me suivent parce qu'ils veulent me voir à l'œuvre. Je suis plus qu'un simple nom sur une vidéo maintenant, les gens me voient comme une vraie personne.

« Ce que j'aimais le plus faire chez MTV, c'était les vidéos sur les coulisses », continue Ashleigh. « C'est ce qui m'a poussé à me lancer. Les vidéos sur les coulisses vous aident à apprécier toutes les étapes d'une production. Ça permet de laisser de côté l'idée selon laquelle il n'y a qu'une personne derrière la caméra. Pour filmer les coulisses, on utilise beaucoup les reflex Canon. »

Basée à Liverpool, Amber, qui nous donne un aperçu des coulisses d'un tournage, s'accorde à dire qu'il est crucial de se mettre en scène pour réussir dans l'industrie de la musique telle qu'elle est aujourd'hui. C'est aussi quelque chose qu'elle trouve de personnellement gratifiant. « Le fait d'être une femme noire de Liverpool forge une grande partie de mon identité. Cette image n'est pas très présente dans les médias », explique-t-elle. « J'essaye vraiment d'insister là-dessus, que je sois devant ou derrière la caméra. Cela incite mon public à s'intéresser à la culture noire du Nord et à découvrir que c'est quelque chose qui existe vraiment ! Liverpool abrite la plus ancienne communauté noire de toute l'Europe, c'est donc quelque chose qui me passionne. »

Partager vos photos sur les réseaux sociaux

L'expression « Tourner pour le montage » prend un tout autre sens quand on produit des clips musicaux pour les réseaux sociaux. Avec un public cherchant lui-même ces vidéos ou les découvrant par le biais d'amis, « il vous faut créer quelque chose qui capte l'attention des gens, quelque chose qui soit nouveau pour eux », explique Lauren. « Quand vous êtes sur un tournage, et que vous capturez un moment dont vous pouvez anticiper le succès, alors c'est bon ! »

« Il y a beaucoup de choses à faire », poursuit Ashleigh. « Le client demande une bande-annonce de 10 secondes pour Instagram, qui doit être convertie au rapport d'aspect des stories Instagram. Pour YouTube vous disposez de 15 secondes, pour TikTok et Spotify de huit… Il y a tellement d'exportations différentes. »

Gros plan d'une caméra Canon EOS C70 avec une silhouette à lunettes à l'arrière.

EOS C70 : l'outil parfait pour la production de clips musicaux

Les directeurs de la photographie Michael Janke et Belrie expliquent pourquoi la caméra Canon EOS C70 est parfaite pour filmer des clips musicaux.

Les artistes sont également influencés par les exigences des différents médias. Ashleigh a vu des morceaux être raccourcis, généralement autour de 2 min 30. « On fait cela, car si vous aimez bien la chanson, il faut 2 minutes 30 pour que vous l'ayez en tête, et comme ça vous voudrez la repasser. Cela s'applique également à la vidéo qui va avec. Au final, les artistes gagnent plus de vues, donc plus d'argent. »

Le contenu évolue également. En introduisant la danse, dans les clips musicaux, par exemple. « Je me trouvais sur le tournage d'un clip musical, et il y avait une danse TikTok qu'ils avaient chorégraphiée spécialement pour pouvoir l'intégrer dans la vidéo, et ensuite pouvoir atteindre leur public d'un point de vue marketing », raconte Lauren.

« Cette relation entre les artistes, TikTok, les clips musicaux et même les ventes de disques est très intéressante. Elle va se développer et s'officialiser », ajoute Amber. « TikTok n'a rien d'officiel mais il dirige déjà les ventes de disques de manière officielle ! »

La cinéaste Amber Akaunu sourit à l'appareil sur un fond jaune vif.

Cette année, Amber Akaunu, en photo, se rend au Nigeria où elle compte explorer ses origines. Elle le fera accompagnée de sa Canon EOS C70. « J'ai vraiment hâte de travailler et de rencontrer les artistes et réalisateurs locaux, et je l'espère, pouvoir m'en servir de base pour mes travaux à venir », explique-t-elle. © Amber Akaunu

Un groupe d'individus installe un équipement de tournage dans une grande pièce ouverte.

« Si j'ai la volonté d'apprendre, que je m'entraîne constamment, que je rencontre les bonnes personnes et que j'établis des contacts avec elles, j'ai le sentiment que je peux me faire un nom dans ce milieu », explique Lauren. « Votre réseau est très important dans l'industrie musicale, mais la valeur que vous pouvez apporter aux productions des gens, des artistes, l'est également. Nous sommes tous des individus avec nos propres idées, mais le fait de pouvoir collaborer et d'enrichir ses connaissances, comme c'est le cas pour moi en travaillant sous la direction d'Ashleigh, permet d'apprendre énormément de choses. » © Lauren McCollin

Exploitez votre créativité personnelle

Les artistes établis comme Ashleigh ont besoin de relever de nouveaux défis pour rester dynamiques. Le clip musical de 5 minutes, Hustle, a fait appel à son besoin créatif de construire une narration. « Quand ils ont parlé de danseurs, je me suis dit qu'il fallait que ce soit artistique, que les mouvements de leurs corps devaient raconter une histoire. J'ai beaucoup aimé faire cette vidéo car elle me stimulait. »

« Sur le plan créatif, il faut exploiter ce qui vous rend unique. On a tous quelque chose qui nous appartient, notre culture, nos idées. Inspirez-vous-en et faites-le ressortir dans vos créations », conseille Amber. « Quand on est issu d'une communauté marginalisée, il peut être difficile de faire preuve d'authenticité dans des milieux où l'on est une minorité. Étant une Liverpuldienne noire avec des racines nigérianes, mon authenticité ressort dans le travail que je fais, et c'est payant à 100 %. »

Qu'y a-t-il de nouveau aujourd'hui et à l'avenir ?

Ashleigh a constaté la durée de vie limitée des nouvelles idées conceptuelles qui sont ensuite surexploitées dans les clips vidéo, qu'il s'agisse des rotations à 360° de la caméra, des plans débullés, des mélanges entre les formats 4:3 et grand angle, ou même la mode des défis de danse sur TikTok. Donc tant que le manège des tendances continue de tourner, peut-être que des collaborations entre divers secteurs seront à envisager à l'avenir.

Lauren a choisi le clip musical Woman par Doja Cat. « Elle s'est associée à l'organisation Girls Who Code pour créer un clip musical dans lequel les spectateurs peuvent modifier les détails de la vidéo grâce au codage, pour changer par exemple la couleur des ongles de l'artiste. » L'idée de ce concept était d'aider les femmes à se lancer dans le codage et de montrer le potentiel des clips musicaux interactifs.

Au Royaume-Uni, c'est le moment opportun pour des réalisatrices comme Ashleigh, Lauren ou Amber d'imposer leur style sur la scène des clips musicaux. Scène sur laquelle « vous devez trouver votre style et le perfectionner pour ensuite être reconnu et que les gens viennent vous solliciter », comme l'indique Ashleigh.

Rédigé par Tim Coleman


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro