ARTICLE

Redline Challenge : explorer « la lumière dans l'obscurité »

Le photographe d'action Lorenz Holder explique comment il réalise ses projets et partage ses conseils pour développer votre créativité, depuis la mise en image de ses idées sous forme de croquis et jusqu'à la recherche des lieux de shooting.
La moitié inférieure de la silhouette d'une femme contre le reflet d'un néon vert sur une route mouillée. Les reflets rouges des feux de freinage d'une voiture se reflètent sur le côté de la route, à côté de ses pieds.

Ce n'est pas parce que l'on photographie de nuit qu'il faut forcément utiliser un flash. Lorenz Holder, le professionnel derrière le Redline Challenge a capturé la moitié inférieure de la silhouette de son sujet grâce à la lumière d'un panneau en néon vert. « Nous allions simplement chercher à manger quand j'ai vu un parking et j'ai pensé que ce serait sympa de travailler avec tous ces reflets colorés », se rappelle-t-il. Photo prise avec un EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM à 153 mm, 1/8 s, f/2,8 et ISO 320. © Lorenz Holder

Traînées lumineuses, sujets sous forme de silhouettes, filtres colorés ou utilisation astucieuse du flash, le challenge « la lumière dans l'obscurité » offre tout un univers de possibilités créatives et une infinité d'opportunités pour donner une nouvelle dimension à vos photos. « Ce thème est génial car il parle à beaucoup de photographes », affirme le photographe professionnel de sports extrêmes Lorenz Holder. « Les photographes spécialisés dans la photographie de rue, de paysages, de portraits et de sports peuvent tous photographier dans l'obscurité et utiliser la lumière de manière intéressante. Le challenge n'est donc pas limité à un genre particulier. C'est comme travailler à partir d'une toile vierge. »

Les images percutantes de Lorenz lui ont permis de gagner de nombreux abonnés et de construire une carrière pleine de succès. Son travail le pousse constamment à capturer des compositions toujours plus imaginatives et intéressantes. Dans cet article, il révèle les étapes de réflexion qui sont à l'origine de son processus créatif et partage également quelques techniques à utiliser lorsque l'on capture la relation entre la lumière et l'obscurité.
Une femme debout tient un parapluie dans un escalier éclairé par les lampadaires.

Les endroits qui peuvent sembler ordinaires peuvent avoir une tout autre atmosphère à la nuit tombée. « J'aime beaucoup la structure de béton et la ligne diagonale en travers de l'image », déclare Lorenz. « Les lumières au-dessus du mannequin créent une zone plus claire au milieu. J'ai donc pensé que ça conviendrait même si elle était habillée en noir. » Photo prise avec un Canon EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM à 115 m, 1/60 s, f/5 et ISO 8000. © Lorenz Holder

Analyse du brief

L'objectif du premier Redline Challenge est d'explorer votre créativité et votre savoir-faire technique en travaillant dans l'obscurité. C'est un concours ouvert à tous, peu importe l'équipement que vous utilisez. L'important est d'essayer de donner une nouvelle dimension à vos photographies. Mais par où commencer ?
« Le brief vous donne une idée et une direction à suivre », explique Lorenz. « Je commencerais sûrement par réfléchir à un endroit sympa où je pourrais être créatif avec la lumière. Ce pourrait être un bâtiment, une rue intéressante qui a du potentiel, ou une forêt. N'importe quel endroit qui pourrait être esthétique dans l'obscurité.

« L'idéal, c'est quand je peux me rendre sur le lieu du shooting une première fois pour prendre des photos test. Je réalise ensuite un storyboard avec mes idées et je dessine quelques croquis. J'essaie de dessiner l'action dans l'image test, cela m'aide pour la configuration du matériel et la position des flashs. J'aime bien avoir un plan pour avoir une idée plus ou moins précise de l'image finale dans ma tête. Je peux ensuite me rendre sur place et rassembler tous les éléments. Cela me permet de gagner du temps et d'être mieux préparé. »
Le logo du Canon Redline Challenge.

Relevez le Redline Challenge

Vous sentez-vous capable de dépasser vos limites ? Participez au Redline Challenge et maîtrisez la « lumière dans l'obscurité » pour avoir une chance de gagner le dernier kit Canon et d'être conseillé par le photographe professionnel, Lorenz Holder.
Le temps que Lorenz passe à préparer ses shootings dépend du client et de ses demandes. « Si je travaille sur un projet à long terme, il peut s'écouler des mois entre le moment où je reçois le brief du client et la création de l'image finale. Si je pense qu'une image que je pourrais créer en automne rendrait mieux au printemps, j'essaie de convaincre le client d'attendre. Bien sûr, si un shooting doit être réalisé rapidement, je peux le terminer en deux ou trois jours. Tout dépend du souhait du client. »

En tant que photographe sportif, Lorenz se dirigerait naturellement vers un athlète en action, en racontant l'histoire d'une journée entière dans un seul cliché. « La lumière dans l'obscurité » étant un thème très vaste, il vous est possible d'essayer de raconter une histoire ou simplement de réaliser une image très audacieuse du point de vue technique. C'est vous qui décidez.
Une femme portant un manteau jaune dont la capuche est bordée de fourrure se tient dans un champ d'herbes hautes. De la fumée s'élève derrière elle.

Lorenz a utilisé une machine à fumée pour montrer comment éclairer les particules créées par la pluie, la neige ou le brouillard. « Nous avons utilisé un flash, trois ou quatre mètres derrière elle. On peut utiliser exactement la même technique un jour de brouillard », explique-t-il. Photo prise avec un EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM à 163 mm, 1/200 s, f/6,3 et ISO 100. © Lorenz Holder

Choisir un endroit

Lorenz a photographié des images à travers le monde, alors quand il reçoit un nouveau brief, son premier réflexe est de déterminer si un endroit qu'il a déjà utilisé par le passé pourrait convenir. « Je connais beaucoup d'endroits photogéniques. Je m'y rends donc s'ils conviennent au brief », explique-t-il. « On ne recherche pas les endroits sympas, ce sont eux qui vous trouvent. J'aime sortir le week-end, j'essaie d'aller à la montagne pour explorer. C'est là, bien sûr, que l'on découvre des endroits géniaux. Je trouve l'inspiration partout. Ce peut être quand je regarde un documentaire sur des volcans en Islande et que je découvre un endroit qui pourrait être photogénique. »

Lorenz conseille également de réfléchir aux conditions dans lesquelles va se dérouler le shooting et de déterminer l'impact qu'elles pourraient avoir sur l'image finale. « Je ne photographierais sûrement pas dans des conditions idéales. J'attendrais qu'il pleuve ou qu'il neige pour ajouter un côté plus spectaculaire à la photo et j'utiliserais la lumière pour créer un cliché rempli d'une atmosphère particulière », confie-t-il. « Le brouillard est parfait pour photographier des silhouettes. Il vous suffit de positionner une source de lumière vers l'appareil photo pour éclairer les petites particules qui flottent dans l'air. Le flash doit également être un peu caché. Vous ne voulez pas recevoir toute la lumière sur votre objectif. Il faut donc que quelque chose se trouve entre les deux. La neige réfléchit la lumière, elle permet donc d'utiliser les lumières de façon intéressante. »

Lorsque l'on photographie en extérieur, il faut se rappeler qu'il n'est pas toujours possible de tout contrôler au millimètre. « Il faut répondre aux instructions du client tout en étant fidèle à son style photographique, le tout en s'adaptant aux conditions et en restant flexible », continue Lorenz. « Votre technique dépend du temps et de l'heure du shooting. Il faut prendre ce qui est offert par l'endroit et décider de ce qui est approprié selon les conditions. Si quelque chose ne fonctionne pas, ce n'est pas la peine d'insister. Il suffit de chercher d'autres opportunités créatives. »
Une femme appuyée contre un bâtiment, avec une main sur son chapeau et un pied contre le mur. Sa silhouette se dessine contre la lumière depuis la première d'une série d'arches sur le côté de la structure.

« C'est quelqu'un d'autre qui a réalisé le travail d'éclairage sur cette photo », se souvient Lorenz. « Je pense que les architectes réfléchissent aussi à la lumière dans l'obscurité, car ils souhaitent que leur bâtiment rende aussi bien le jour que la nuit. Les arches, et la lumière qui s'élève de l'intérieur ont permis de créer cette silhouette facilement. » Photo prise avec un Canon EOS R6 avec un objectif Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM à 153 mm, 1/25 s, f/2,8 et ISO 12800. © Lorenz Holder

Choisir son équipement

S'il photographie en extérieur, Lorenz essaie de prendre autant de matériel que possible avec lui. « Je ne prends peut-être pas l'objectif fisheye, mais j'essaie de tout emporter, au moins dans la voiture. Si je pense qu'un flash pourrait être utile au cas où du brouillard ou des nuages feraient irruption lors d'une belle journée ensoleillée, alors je peux retourner le chercher. »

Quel équipement Lorenz emporterait-il pour répondre au brief du challenge « la lumière dans l'obscurité » ? « Je prendrais sûrement un appareil photo avec système EOS R comme le Canon EOS R5 ou l'EOS R6. J'emporterais aussi les objectifs Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM, RF 70-200mm F2.8L IS USM et RF 15-35mm F2.8L IS USM. Je prendrais certainement un gros flash studio également », révèle-t-il.

Le thème se prête naturellement très bien à la photographie de nuit, ce qui offre une infinité d'opportunités créatives. « Le jour, la source principale de lumière est le soleil. Tout est visible », explique-t-il. « En revanche, la nuit, c'est le photographe qui crée la lumière, ce qui signifie qu'il peut la placer où il veut. Si vous ne voulez pas que quelque chose apparaisse sur votre image, vous ne l'éclairez tout simplement pas. »

Photographier la nuit avec un flash est aussi un bon moyen de mettre en valeur son sujet et de réaliser des images percutantes. Lorenz utilise souvent des flashs méticuleusement positionnés pour capturer la silhouette de ses sujets. Leur forme est clairement définie car le cliché a été pris depuis le bon angle. « Je visualise le cliché dans ma tête et j'installe les lumières pour éclairer ce que je veux voir », dit-il.

Il est possible de créer de nombreux effets de lumière, même si vous n'avez pas de studio flash ou de flash Speedlite. Lorenz conseille d'essayer de tirer parti de la lumière ambiante. « En ville, il y a beaucoup de différents types de sources de lumière que vous pouvez utiliser. Il suffit de les chercher », continue-t-il.
Le photographe d'action Lorenz Holder tournant le dos à l'appareil photo est en train de photographier une femme portant un manteau et un chapeau noir qui se tient près de l'entrée d'un bâtiment.

Les mesures de distanciation physique signifient que le choix du mannequin est limité, mais vous pouvez demander à un ami ou à un membre de votre famille de poser pour vous. © Lorenz Holder

Choisir un sujet

Vous pouvez choisir de photographier un paysage seul, ou d'inclure un mannequin à votre cliché. Si vous préférez réaliser un portrait, pensez à la façon dont vous voulez utiliser votre sujet dans l'image finale. Beaucoup des photos de Lorenz ont une allure minimaliste. Il ne cadre pas toujours ses clichés de façon à ce que le sujet domine la photo. À la place, il préfère composer une scène plus large. « Il faut avoir une raison pour rendre votre sujet plus petit dans le cadre. Plus l'image est minimaliste, plus loin on peut aller », explique-t-il. « Ce peut être pour montrer l'échelle des alentours, ou pour ajouter un côté spectaculaire, mais s'il y a trop de distractions, c'est que vous êtes trop loin. »
Un snowboardeur en hauteur dans le brouillard, éclairé de façon surnaturelle par la crête d'une colline.

Paysages extrêmes

Découvrez comment Lorenz Holder, ambassadeur Canon et mentor du Redline Challenge, propose une combinaison à la fois saisissante et originale de paysages et d'action.
En général, Lorenz photographie des athlètes professionnels et amateurs, mais quelle que soit la personne que l'on photographie, même si c'est un ami ou un membre de sa famille, la communication est essentielle afin de pouvoir expliquer ce que l'on souhaite obtenir. « Parfois, lorsque je photographie un athlète, il arrive que je rate le moment, que l'athlète ne réussisse pas sa performance ou que je ne sois pas satisfait de l'expression de son visage. Il est important de comprendre ce qu'ils peuvent faire et ce qui est possible », explique Lorenz.

Si vous préférez photographier les paysages, alors jouez avec vos forces. Bien que Lorenz soit d'abord un photographe d'action, il n'inclut pas toujours de sujet dans ses images. « Demandez-vous si vous devez ajouter un mannequin à la scène », conseille-t-il. « Lorsqu'il y a quelqu'un sur la photo, l'attention se porte toujours sur la personne. Cependant, il arrive que les environs soient vraiment magnifiques, on peut alors vouloir les mettre davantage en valeur. »
Une femme appuyée contre un bâtiment avec une main sur son chapeau et un pied contre le mur. Les réglages de la balance des blancs ont donné un ton ambre à l'image.

L'utilisation créative de la couleur est un bon moyen de sublimer les images en basse lumière. Cette image et celle à côté sont quasiment les mêmes mais avec des réglages de balance des blancs différents. Photo prise avec un EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM à 58 mm, 1/30 s, f/2,8 et ISO 2000. © Lorenz Holder

Une femme appuyée contre un bâtiment avec une main sur son chapeau et un pied contre le mur. Les réglages de la balance des blancs ont donné un ton bleuté à l'image.

Le réglage de la balance des blancs donne à l'image une atmosphère plus froide. Photo prise avec un EOS R6 équipé d'un objectif Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM à 58 mm, 1/40 s, f/2,8 et ISO 2000. © Lorenz Holder

Penser à la couleur

La couleur est une considération importante dans tous les types de photographie, en particulier lorsque l'on essaie de créer une image pour un concours. Si vous photographiez une personne, observez la couleur de ses vêtements et assurez-vous qu'elle soit adaptée à la scène que vous souhaitez photographier. « Je demande toujours aux athlètes que je photographie d'apporter un pull ou une veste rouge car cette couleur ressort vraiment dans l'image », explique Lorenz. « Le jaune peut être un peu trop vif, et le bleu absorbe trop la lumière. En revanche, le rouge rend très bien. Il contraste également très bien avec le bleu, une couleur très présente dans les photographies réalisées de nuit et dans la neige. »

Photographier ce que vous aimez

Quel que soit le genre que vous photographiez, Lorenz invite les participants au Redline Challenge « la lumière dans l'obscurité » à dépasser leurs limites créatives et à ne pas avoir peur d'essayer de nouveaux styles et de nouvelles techniques. « Au fil des années, j'ai pratiquement tout essayé en ce qui concerne la photographie des sports d'hiver. J'ai même photographié des snowboardeurs sous l'eau », se souvient-il.

Il conseille aussi de photographier ce que vous aimez, car la passion rayonnera dans l'image finale. « Je pensais qu'il serait intéressant de photographier un nouveau sport, comme le skateboard ou le BMX, qui me donnerait l'opportunité d'être créatif pendant l'été et dans les endroits où il n'y a pas de neige. Cependant, ce sont les sports d'hiver que je connais le mieux », informe-t-il. « C'est ce que je préfère. »

Rédigé par Angela Nicholson


Équipement de Lorenz Holder

L'appareil utilisé par la plupart des photographes professionnels

Appareil photo

Canon EOS R5

Oubliez ce que vous savez sur les appareils photo hybrides. Les excellentes performances de l'EOS R5 vont révolutionner votre façon de photographier et de filmer. Lorenz confie : « En tant que photographe d'action, le nombre d'images par seconde est idéal pour moi. »

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, l'EOS 5D Mark IV est un appareil photo polyvalent complet d'un très beau design. « Cet appareil photo est intuitif, ça me plaît beaucoup. Il se manie de façon très naturelle, c'est presque comme s'il faisait partie de mon corps », explique Lorenz.

Objectifs

Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM

L'objectif RF 70-200mm F2.8L IS USM, qui appartient à la trinité des zooms professionnels indispensables, est le compagnon idéal pour la photographie d'investigation, de sport et de voyage. « Cet objectif m'offre beaucoup de flexibilité : les 70 mm sont assez larges pour moi, et l'extrémité de 200 mm offre une excellente compression de perspective pour les paysages », explique Lorenz.

Canon RF 24-70mm F2.8L IS USM

Donnez à votre photographie hybride plein format une qualité professionnelle avec un zoom 24-70 mm doté d'une ouverture rapide et d'un stabilisateur d'image à 5 vitesses. « J'aime bien la grande ouverture du 24-70 mm, qui me permet de prendre des photos dans des conditions de faible luminosité tout en obtenant des images nettes », confie Lorenz.

Accessoires

Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro