ARTICLE

Du crépuscule à l'aube : conseils pour la photographie en basse lumière

Valtteri Hirvonen a développé son savoir-faire en matière de photographie de nuit et en basse lumière au cours des longs hivers finlandais. Il nous dévoile ici ses techniques et ses conseils.
Affleurements rocheux de nuit dans le parc national de Zion dans l'Utah, aux États-Unis. Des traînées lumineuses suivent la route et la Voie Lactée illumine le ciel nocturne.

Le photographe finlandais Valtteri Hirvonen a acquis la maîtrise de la photographie de nuit au cours des longs hivers sombres de son pays et son talent l'a emmené aux quatre coins du monde. Il a créé ces traînées lumineuses en faisant du skateboard dans le parc national de Zion aux États-Unis. La présence de la Voie Lactée dans le ciel est un heureux hasard. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le modèle Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 24 mm, 30 s, f/2.8 et ISO1250. © Valtteri Hirvonen

La photographie en basse lumière est au cœur de la création d'images du photographe finlandais Valtteri Hirvonen. C'est dans son ADN. Élevé au rythme des longs hivers finlandais, le jeune Valtteri a développé un véritable savoir-faire pour photographier la pénombre.

« En Finlande, nous avons du soleil tout l'été, mais nos hivers sont vraiment très sombres », explique-t-il. « J'adore le froid et la neige, mais comme je devais attendre la fin de mon travail pour prendre des photos, je devais forcément photographier de nuit pendant l'hiver. J'ai donc été obligé de développer mes propres idées pour pratiquer mon loisir. C'est venu naturellement : j'ai appris à photographier sans lumière, voilà tout. » En dépit de sa réussite ultérieure dans le domaine de la photographie commerciale, Valtteri a conservé sa passion pour le monde éthéré de la nuit.

Armé de son Canon EOS R5, de son Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV), d'une télécommande sans fil et d'un trépied en fibre de carbone, Valtteri est parfaitement équipé pour capturer des images atmosphériques qui nécessitent une bonne dose de vision et de détermination. Sa carrière éclectique de plus de vingt ans est ponctuée d'œuvres inspirantes qui reflètent sa fascination pour la photographie en basse lumière. En témoignent notamment ses photographies romantiques de voyage et d'aventure en basse lumière et sa série « The Darkest Hour ». Il partage aujourd'hui avec nous quelques précieux conseils pour aider tous les amateurs de photographie au crépuscule.
Lune au-dessus d'une forêt.

Valtteri a capturé ce lever de lune à main levée depuis la fenêtre de sa voiture alors qu'il rentrait chez lui après un autre projet. Il explique que l'ergonomie de son appareil est cruciale pour pouvoir réagir vite quand une opportunité se présente. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm, 1/125 s, f/5.6 et ISO1600. © Valtteri Hirvonen

Une lune de sang dans le ciel nocturne au-dessus d'une tente illuminée de l'intérieur.

Cette photo d'une lune de sang a été prise en plein hiver, alors que Valtteri campait aux abords d'un marais dans une tente qui, par chance, était juste de la bonne couleur. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm, 6 s, f/8 et ISO3200. © Valtteri Hirvonen

1. Prenez des photos avec un objectif grand angle

Si vous aimez les prises de vue nocturnes, Valtteri vous déconseille les objectifs longs. « Lorsque la lumière est faible, il est parfois difficile de faire la mise au point avec un téléobjectif. En général, j'utilise une longueur focale entre 24 et 50 mm. Si vous photographiez dans la nuit noire, au clair de lune ou à la lueur des étoiles, le bracketing de mise au point est parfois nécessaire avec un téléobjectif. Cela ne m'intéresse pas, je préfère utiliser un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM la plupart du temps car un 24 mm sur un appareil photo plein format est juste assez large pour quasiment toutes les situations.

« La longueur focale de 24 à 70 mm est la plus naturelle pour moi. Elle n'est ni trop large, ni trop longue. Je sais que je peux en tirer quelque chose dans toutes les situations et je n'ai besoin d'emporter rien d'autre avec moi. Je peux ainsi oublier mon équipement pour me concentrer sur mes prises de vue. »

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
De même, Valtteri a toujours utilisé du matériel Canon et souligne l'importance de la prise en main de l'appareil photo. « Quand je travaille en extérieur, je porte souvent des gants, donc l'ergonomie de mon appareil est essentielle », explique-t-il. « Au-delà des millions de pixels, il y a des choses qu'on ne peut pas mesurer, notamment la prise en main de l'appareil photo. »

2. Concentrez-vous sur le contenu

Le conseil de Valtteri : ne cherchez pas la perfection technique aux dépens de la créativité et de la curiosité. « Ne vous souciez pas de savoir si votre photo est un peu floue ou techniquement imparfaite. Pour faire une photo emblématique, la qualité technique est secondaire. Ce qui compte, c'est de choisir le bon moment et le bon contenu. Même un peu floue, une bonne photo reste une bonne photo. À l'inverse, si votre photo est parfaitement nette mais qu'elle ne montre rien d'intéressant, ce n'est pas une bonne photo. Si votre photo est un peu floue, ce n'est pas la fin du monde. »

Les photographies de nuit et en basse lumière de Valtteri se démarquent par des compositions qui incorporent des éléments à la fois naturels et humains. Ses photos peuvent aussi bien mettre en scène un aigle qui plonge vers le centre de l'image que des traînées lumineuses dans un paysage désert, les premiers rayons du soleil perçant au travers des nuages ou l'élégance simple d'une forêt sous la pleine lune. En photographiant à différentes heures de la nuit et à différentes périodes de l'année (des couchers de soleil embrasés en plein été aux ténèbres de la nuit hivernale) et en jouant sur les temps d'exposition, Valtteri révèle les couleurs multiples de la photographie de nuit et en basse lumière.

Parmi tous les ingrédients nécessaires à une belle image, Valtteri est particulièrement attentif à la lumière : « Je suis toujours à l'affût d'une lumière unique. Sous une bonne lumière et avec la bonne composition, même un endroit parfaitement banal peut donner un résultat superbe ».
Grands conifères couverts de neige sur un ciel sombre.

Valtteri adore capturer des images de la Laponie pendant la saison polaire, quand le soleil refuse de se lever. Cette image a été prise à midi, à l'heure la plus claire du jour. Elle illustre à merveille la manière dont une « bonne lumière » peut transformer l'atmosphère d'un paysage ordinaire. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 50 mm, 1/25 s, f/8 et ISO1600. © Valtteri Hirvonen

3. Désactivez la stabilisation de l'image pour les longues expositions

La stabilisation de l'image, surtout celle intégrée au boîtier des appareils Canon EOS R5 et EOS R6, offre jusqu'à 8 vitesses avec certains objectifs et vous donne une liberté totale pour photographier à main levée dans les situations où un trépied est inadapté. Néanmoins, si vous photographiez de nuit, sur trépied et avec un long temps d'exposition, Valtteri vous recommande de désactiver la stabilisation de l'image.

Cela est dû à la manière dont fonctionne la stabilisation de l'image. Lorsqu'un groupe de lentilles IS est actif, les éléments peuvent bouger. Dans ce mode, ils sont conçus pour détecter le mouvement et se déplacer pour le compenser. Si vous photographiez sur trépied et que vous activez la stabilisation de l'image, ce mouvement de compensation risque de générer un flou indésirable en raison de la longueur de votre exposition. Si votre trépied est stable, le mieux à faire est de désactiver la fonction IS pour verrouiller ces éléments. La plupart des objectifs modernes détectent automatiquement les trépieds pour éviter ce genre de problèmes, mais vous pouvez tout de même désactiver la fonction pour économiser de l'énergie.
Wings outstretched, a great grey owl swoops down towards the forest floor.

Oiseaux de proie au crépuscule avec l'EOS-1D X Mark III

Quelles sont les performances de l'appareil photo emblématique de Canon lors de la prise de vue d'oiseaux en mouvement dans des conditions de très faible luminosité ? Markus Varesvuo, photographe animalier, le révèle.
Valtteri précise : « Si votre temps d'exposition est supérieur à deux secondes, désactivez la stabilisation. La stabilisation est idéale pour les prises de vue à main levée et les expositions courtes, mais si vous avez un trépied, la stabilisation de l'image n'a que peu d'intérêt à partir d'un temps d'exposition d'une seconde ».

4. Expérimentez en ajoutant vos propres sources lumineuses

Valtteri ajoute souvent une lumière artificielle pour créer un point d'intérêt ou accentuer la palette de couleurs de ses images, que ce soit en ajoutant des traînées lumineuses ou une tente éclairée pour créer une harmonie avec la lueur d'une lune de sang. Pour cette raison, l'un des accessoires les plus précieux de Valtteri est sa lampe frontale. « Je ne sors jamais sans une puissante lampe frontale, pour voir où je mets les pieds bien sûr, mais aussi pour peindre avec la lumière. S'il fait nuit noire, la lampe m'aide également à voir les bords de ma composition : je peux m'en servir pour voir les côtés gauche et droit de mon cadre. »
Coucher de soleil rose au-dessus d'un lac.

Simple en apparence, cette photo a été prise en Laponie finlandaise en plein milieu de l'été. Les couleurs éthérées du coucher de soleil se reflètent dans le lac en contrebas. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 28 mm, 1/25 s, f/2.8 et ISO3200. © Valtteri Hirvonen

Homme avec une lampe frontale devant sa tente, plantée au sommet d'une colline surplombant un lac.

Prise peu après la photo précédente, cette photo illustre l'absence totale de pollution lumineuse en Laponie. Pour la réaliser, Valtteri a passé la nuit à contempler les étoiles dans une tente au sommet d'une colline. Il préfère arriver sur place avant la tombée de la nuit pour composer sa prise de vue, puis attendre le bon moment. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 24 mm, 1/25 s, f/2.8 et ISO3200. © Valtteri Hirvonen

5. Arrivez avant la tombée de la nuit

Pour créer une belle composition, Valtteri vous conseille d'arriver tôt sur place. « En général, j'arrive sur le site que j'ai choisi avant la tombée de la nuit afin d'observer le paysage et de composer mon image dans le viseur. Ensuite, je m'arme de patience. J'emporte toujours un thermos rempli de thé ou de chocolat chaud et j'attends en profitant du spectacle. Je prends mes premières photos au crépuscule. On ne sait jamais avant de prendre une photo si la meilleure lumière sera juste avant ou après la tombée de la nuit. Il y a comme une sorte de crépuscule dans le crépuscule. C'est pareil à l'aube, d'ailleurs. Je suis mon instinct, je regarde comment la situation et le paysage évoluent, puis je me lance. Parfois, je peux attendre pendant deux ou trois heures. »
Deux silhouettes devant le soleil perçant à peine au travers d'un ciel orageux.

Ces deux silhouettes qui se détachent sur un étrange globe lumineux semblent marcher dans la nuit, mais cette photo a été prise en Norvège en pleine journée, alors que des nuages d'orage noirs obscurcissaient le ciel. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm, 1/100 s, f/4 et ISO400. © Valtteri Hirvonen

Deux arbres épineux du parc national de Joshua Tree en Californie aux États-Unis, entourés de traînées lumineuses. Le ciel nocturne orangé est parsemé d'étoiles.

Cette image (prise au parc national de Joshua Tree en Californie) a été capturée avec un long temps d'exposition et marque le moment où Valtteri a perdu son appareil photo dans le désert. Après avoir utilisé sa télécommande radio pour déclencher l'appareil, il l'a cherché partout avec sa lampe frontale, visible ici sous la forme de traînées lumineuses. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm, 30 s, f/2.8 et ISO3200. © Valtteri Hirvonen

6. Cherchez le noir total

La pollution lumineuse est un vrai problème pour la photographie en basse lumière, Valtteri l'évite donc à tout prix. « Si vous vivez en ville, la pollution lumineuse est inévitable », explique-t-il. « Si vous pouvez vous éloigner de la pollution lumineuse, vos photos de nuit n'en seront que meilleures. C'est vraiment magique de voir les étoiles illuminer votre paysage après une exposition de cinq minutes. Quand vous réalisez que l'appareil photo voit des choses que vous ne pouvez pas voir à l'œil nu, c'est un moment fantastique. »

7. N'ayez pas peur des sensibilités ISO élevées

Valtteri ne craint pas le bruit de l'image. Non seulement les capacités en basse lumière du Canon EOS R5 et du Canon EOS 5D Mark III minimisent le problème, mais plus important encore, les hautes sensibilités ISO qu'il utilise lui assurent de réussir sa prise de vue. « N'ayez pas peur de pousser la sensibilité ISO de votre capteur au maximum pour votre photo. Utilisez tous les outils que vous avez sous la main. Bien sûr, essayez d'aller aussi bas que possible, mais n'ayez pas peur de monter jusqu'à l'ISO 12 800 si nécessaire. Parfois, on a besoin d'une ISO élevée pour réussir sa photo. Il ne faut pas hésiter. »

Rédigé par Mark Alexander


Articles liés

Get the newsletter

Click here to get inspiring stories and exciting news from Canon Europe Pro