VOYAGE

Gagner sa vie en étant photographe de voyage – Comment les professionnels vivent de leur passion

Trois photographes expérimentés – Lucia Griggi, Matthew Vandeputte et Annapurna Mellor – parlent de la façon dont ils gagnent de l'argent en se spécialisant dans les voyages, de l'importance d'un équipement fiable et du développement de plusieurs sources de revenus.
Vêtu d'une longue tunique et de sandales de couleurs claires, un homme marche entre deux grands murs aux lignes courbes, qui s'élancent haut vers le ciel.

Scène remplie d'une atmosphère particulière, photographiée par la photographe de voyage Annapurna Mellor à Louxor, en Égypte. « Je conseillerais aux photographes en herbe de commencer avec un boîtier de caméra Canon qui offre la possibilité d'apprendre et de progresser », dit-elle. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 70 mm, 1/125 s, f/5.6 et ISO100. © Annapurna Mellor

Le voyage est certes l'une des spécialisations de photographie qui fait le plus rêver, mais c'est aussi l'une des plus difficiles pour générer des revenus. Sur ce marché, la concurrence est telle que les photographes doivent se créer un portfolio substantiel, être prêts à se diversifier et sortir du lot sur les réseaux sociaux.

Nombre de photographes de voyage explorent plusieurs sources de revenus, qui peuvent aller de la création de contenus vidéo à l'animation d'ateliers. Nous avons discuté avec trois photographes de voyage pour découvrir comment ils gagnent leur vie. Matthew Vandeputte s'est spécialisé dans les photos en time-lapse et monétise sa niche commerciale de multiples façons. Annapurna Mellor, photographe de voyage britannique, a appris à faire preuve de flexibilité, surtout lorsque les occasions de voyage étaient au point mort pendant la pandémie liée au Covid-19. Et l'ambassadrice Canon Lucia Griggi, qui voyage de par le monde pour photographier les animaux sauvages lors de ses aventures, utilise d'autres compétences comme la vidéographie pour donner un coup de fouet à son portfolio.

Voici six astuces pour gagner sa vie en tant que photographe de voyage.

Un homme vêtu d'habits imperméables de couleurs vives tourne le dos à l'appareil photo, tandis qu'il marche le long d'une plage rocailleuse, en portant sur son épaule un grand filet de pêche rond.

Un pêcheur porte ses filets le long du canal du Beagle, en Patagonie, en Argentine. « Quand je n'ai pas la chance de rentrer à la maison entre deux voyages, le fait d'avoir un manager de studio ou un producteur qui gère mes comptes et mes clients peut constituer un réel avantage », confie la photographe Lucia Griggi. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM à 16 mm, 1/200 s, f/7.1 et ISO100. © Lucia Griggi

1. Faites la promotion de vos voyages auprès des points de vente appropriés à l'aide d'une accroche forte

En matière de photographie de voyage, le secret est de trouver le bon marché. Cela implique de mener autant de recherches que possible, non seulement pour trouver le point de vente le mieux adapté pour votre travail, mais également pour promouvoir vos voyages de la manière la plus originale qui soit.

Comme l'explique Lucia : « Renseignez-vous bien et abordez la question sous un angle différent et convaincant. »

La méthode la plus simple et la plus facile d'y parvenir est de passer beaucoup de temps à parcourir différentes publications et ressources en ligne sur les voyages. « Il faut se familiariser avec les différents articles publiés par les points de vente et le style de travail qu'ils publient », affirme Annapurna. « Si vous avez une idée à présenter, il peut être utile de parcourir leurs anciennes publications pour voir s'ils n'ont pas récemment publié quelque chose de similaire ou traitant de la même région. »

Certaines destinations de voyage sont abordées par certains éditeurs plus que d'autres. « Les pays politiquement instables ou dangereux à visiter ne se vendront pas bien auprès des magazines de voyage, car ces derniers ne pourraient pas présenter ces destinations comme des lieux où les lecteurs souhaiteraient se rendre », poursuit Annapurna. « Cependant, les magazines ou les journaux qui publient des photos documentaires peuvent être intéressés. »

Elle recommande également de prendre en compte les délais de production lorsque vous présentez vos idées éditoriales. « La majeure partie des publications travaillent au moins quelques mois à l'avance. Donc par exemple, si votre histoire illustre l'hiver européen, présentez-la vers la fin de l'été, pour être sûr qu'elle soit prise en considération pour les numéros qui sortiront en hiver. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Pour ce qui est du travail commercial, Matthew conseille aussi de demander aux marques quels sont leurs besoins. « Par exemple, si une marque a besoin de photos d'un tout nouveau produit dans un contexte de style de vie ou de voyage particulier, proposez-lui d'emmener ce produit avec vous en voyage, moyennant des frais, en échange d'une certaine quantité de contenu », suggère-t-il.

2. Élargissez une niche commerciale

La photographie de voyage est déjà une niche commerciale à part entière, mais cela vaut le coup d'explorer autant de pistes que possible au sein de ce genre. Matthew, qui a tiré profit de ses compétences en créant des vidéos de time-lapse et hyper-lapse (voir l'exemple ci-dessus), a travaillé pour de grandes marques internationales, notamment Google et Ford.

« Je dis toujours qu'il est important de se positionner sur une niche, et qu'en tant que photographe de voyage, il existe des centaines de niches à élargir – cela peut être n'importe quoi, des voyages en solo aux voyages véganes et durables », s'enthousiasme-t-il. « Il existe une niche pour tout – et au sommet de chacune de ces niches, il y a une personne qui produit du contenu. Avec de la chance, cette personne pourrait bien être vous. »

Le travail de Lucia a aussi été publié à l'international sur des médias tels que National Geographic, Condé Nast Traveller ou la BBC. Très variés, ses clients commerciaux vont de Jeep à la Patagonie. Elle conseille à ceux qui souhaitent vivre de la photographie de voyage d'identifier les destinations les plus recherchées. « Pour moi, il s'agit de l'Arctique ou de l'Antarctique, car ces lieux isolés sont plutôt inaccessibles pour la plupart des gens », explique-t-elle.

Pour Matthew, les meilleures destinations sont celles qui n'ont pas encore été scrutées avec attention par les réseaux sociaux. « J'aime les lieux qui n'ont pas encore été "Instagrammés" à outrance », confie-t-il. « Comme je me concentre souvent sur la beauté pure et naturelle d'un environnement ou du ciel, je n'ai pas trop à me soucier des destinations clichées ou photographiées à l'excès. Une partie de mon contenu préféré a été photographié dans des coins isolés des îles Vanuatu, dans l'océan Pacifique Sud. »

Une rangée de personnes portant des vêtements, des ornements sur la tête et un maquillage haut en couleur. Sur deux des visages tournés vers l'objectif, l'un est parfaitement mis au point.

Tamil Nadu, en Inde. « Avoir un portfolio substantiel assorti au visuel d'une marque et faire preuve de professionnalisme et de flexibilité quant aux photos que je propose aident énormément », déclare Annapurna. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/4L USM à 122 mm, 1/250 s;, f/4 et ISO 100. © Annapurna Mellor

3. Soyez réactif et flexible

En tant que photographe de voyage, vous devez être flexible quand vous êtes sur le terrain. Il existe de nombreux sous-genres, de la photographie de paysage à la photographie animalière, en passant par les portraits et toute une variété de spécialités entre ces trois sous-genres. Vous devez aussi faire preuve de flexibilité lorsque les opportunités de voyage sont limitées ou difficiles à saisir.

Annapurna est une photographe de voyage et de documentaire qui, par le passé, a travaillé pour des publications comme National Geographic et qui compte Intrepid Travelp parmi ses clients commerciaux. « C'est très difficile de percer dans ce domaine, et depuis que le secteur du voyage est en crise à cause de la pandémie, nous traversons une période particulièrement difficile », explique-t-elle. « Quand la pandémie a éclaté, beaucoup de mes projets de voyage professionnels à l'international sont tombés à l'eau. Maintenant, je travaille avec une organisation caritative qui promeut la conservation basée au Royaume-Uni, le National Trust, et je voyage à travers le Royaume-Uni plutôt qu'à l'étranger. »

De même, il est important d'être prêt à explorer d'autres genres lorsqu'on est à la recherche de commissions. « Je ne recommanderais à personne de viser uniquement le secteur des voyages », poursuit Annapurna. « Veillez à ce que vos compétences puissent être transférées à d'autres spécialités de photographie et commencez à chercher du travail dans ces autres spécialités. »

Des mouettes tournoient dans les airs au-dessus d'un port maritime haut en couleur.

La photo d'Annapurna montre la ville d'Istanbul, en Turquie, sous un angle inhabituel. Elle affirme que son équipement varié lui permet d'être flexible lorsqu'elle est en déplacement. « Le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM est mon objectif préféré, mais j'utilise souvent le Canon EF 70-200mm f/2.8L USM. J'aime aussi l'objectif à focale fixe de 50mm. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 63 mm, 1/640 s, f/8 et ISO500. © Annapurna Mellor

Un oiseau en vol plané sur un arrière-plan foncé.

Lucia prend souvent des animaux sauvages en photo lorsqu'elle travaille lors de ses voyages. « Pour moi, le principal avantage du Canon EOS R3 est son système de suivi et son autofocus Eye Control – surtout pour les animaux sauvages et autres sujets en mouvement rapide, cet équipement vous permet vraiment d'obtenir exactement l'image que vous cherchiez à capturer », dit-elle. Photo prise avec un Canon EOS R3 équipé d'un objectif Canon EF 300mm f/2.8L IS USM (désormais remplacé par le Canon EF 300mm f/2.8L IS II USM) à 1/2500 s, f/3.2 et ISO800. © Lucia Griggi

4. Apprenez d'autres compétences et investissez dans un bon équipement

Aujourd'hui, les photographes de voyage qui connaissent le plus grand succès incorporent des vidéos dans leur travail. « Bien que les photographes et leur art ont toujours une place dans ce monde » estime Lucia, « à l'ère des technologies numériques, pour ce qui est, par exemple, des contenus marketing ou d'autres publications en ligne, les créatifs capables d'évoluer jouissent d'une plus grande latitude.

« Un exemple d'évolution naturelle pour un photographe serait de travailler avec des images en mouvement. Cela peut être produire une courte vidéo pour un client, ou même se tourner vers la gestion de ressources. Tout va plus vite, de nos jours, il faut donc être prêt à évoluer pour le suivre. »

Il est aussi extrêmement important d'avoir l'équipement indispensable pour la photographie de voyage. Cet équipement doit être polyvalent, flexible et fiable – trois qualités primordiales pour les photographes de voyage qui travaillent sur le terrain. C'est pourquoi des appareils photo comme le Canon EOS R3, le EOS R5 et EOS R6 sont si parfaits pour cette spécialité ; ils permettent de capturer des vidéos et des photos haute résolution, ils fonctionnent bien en basse lumière, et sont assez compacts et légers pour être facilement transporté aux quatre coins de la planète.

« La gamme d'appareils photo hybrides de Canon est géniale et vous permettra d'avoir un équipement léger, au fur et à mesure que votre collection d'objectifs augmente », ajoute Annapurna.

Une femme debout sur un marché couvert rigole en brossant une surface.

Les photographes de voyage doivent être doués pour tout un ensemble de genres, du paysage au portrait, en passant par la photographie de rue, comme sur cette photo prise par Lucia aux Philippines. Par ailleurs, il est essentiel de bien connaître les médias sociaux et d'avoir conscience du potentiel qu'ils représentent en termes de revenus. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM à 35mm, 1/60 s, f/2,8 et ISO 2000. © Lucia Griggi

5. Gagnez des abonnés sur les réseaux sociaux

Aujourd'hui, de nombreuses commissions et autres opportunités professionnelles sont la conséquence directe d'une forte audience sur les réseaux sociaux. « Si j'essayais de constituer une équipe pour une série de photos lucrative, je regarderais sur le compte Instagram d'un photographe pour me faire une idée de son travail avant de chercher à le contacter », confie Lucia. « Les comptes sur les réseaux sociaux sont d'une importance cruciale. » Inutile de tenter de trancher sur la question « Quelle est la meilleure plateforme ? », car cela change constamment. Il est donc judicieux de se maintenir à jour autant que possible pour pouvoir suivre la tendance actuelle.

Matthew, qui affirme tirer une « bonne partie » de ses revenus des réseaux sociaux, est convaincu que le niveau d'engagement envers ceux-ci compte. « Je me suis toujours considéré comme une sorte d'outsider comparé à mes confrères » confie-t-il. « Certains de mes amis ont des millions d'abonnés, tandis que je n'en ai que 92 000 environ sur Instagram. Pourtant, je préfère un compte modeste réunissant un petit nombre d'abonnés fidèles plutôt qu'un gros compte où personne ne se soucie de vous, de ce que vous faites et de qui vous êtes. »

Il affirme que les photographes devraient être prêts à publier du contenu aussi souvent que possible, mais que tout ne doit pas forcément être une œuvre d'art travaillé et maîtrisé. « Assurez-vous de publier du contenu qui montre l'envers du décor – les gens aiment voir se qui se passe dans les coulisses », conseille-t-il. « Vous pouvez aussi montrer un travail en cours, ou ce que vous emportez pour un voyer précis. Beaucoup de gens trouvent l'équipement photo super fascinant, il ne faut donc pas hésiter à montrer ça aussi. »

Un grand voilier passant sous l'arche d'un iceberg sur un littoral rocheux.

Gagner sa vie grâce aux paysages

Découvrez comment le photographe de paysage Gunnar Freyr a fait de sa passion son métier, et comment les nouvelles technologies ont transformé ce genre de photographie.
Gros-plan de deux iguanes marins en pleine bagarre sur un sol graveleux.

Vendre des tirages de ses photos de voyage est une excellente manière d'augmenter ses revenus, et les photos d'animaux sont particulièrement prisées. Sur cette saisissante photo prise en décembre 2021 par Lucia sur les îles Galápagos, d'une grande richesse faunistique, deux iguanes marins se bagarrent sur un sol graveleux. Photo prise avec un Canon EOS R3 équipé d'un objectif Canon EF 300mm f/2.8L IS USM à 1/2500 s, f/5.6 et ISO400. © Lucia Griggi

6. Créez d'autres produits à vendre

Outre les photos et les vidéos, beaucoup d'autres produits, physiques ou numériques, sont susceptibles de rapporter de l'argent aux photographes de voyage. Cela peut aller de tirages photo et autres marchandises imprimées comme des vêtements, des marque-pages ou des mugs, à des produits numériques comme des préréglages à télécharger et des tutoriels en ligne.

Matthew est devenu un tel expert en la matière qu'il vend même des livres électroniques pour expliquer aux autres photographes comment générer un revenu passif ou pour fournir des instructions pour la création de vidéos en time-lapse. Il vend aussi d'autres produits, comme des formations et des préréglages à télécharger. D'après lui, « cela se résume à fournir une plus-value sous forme de savoir-faire. »

Pour un aperçu des produits qui peuvent se vendre, il est possible de commencer par une recherche simple et rapide sur Google. « Je tape dans Google "Comment créer une vidéo en time-lapse avec" et je laisse le moteur de recherche compléter automatiquement la question », explique Matthew. « Une fois, Google a complété ainsi : "Comment créer une vidéo en time-lapse avec Canon EOS R5", et grâce à la saisie semi-automatique, je sais que c'est la question que beaucoup ont cherché à résoudre. Si personne ne s'est encore chargé de créer un contenu pour répondre à cette question, je peux le faire. Si quelqu'un l'a déjà fait, je peux créer un meilleur contenu pour y répondre.

Les liens d'affiliation sont un autre moyen que les photographes de voyage peuvent exploiter pour augmenter leurs revenus. Matthew affirme qu'ils représentent environ 20 % de son revenu passif. Mentionner un produit spécifique sur vos comptes de réseaux sociaux ou votre site Web et, plus important encore, indiquer où on peut se le procurer sont d'excellents moyens de monétiser votre contenu. La plus grande partie des détaillants en ligne proposent un programme de liens d'affiliation, il suffit d'effectuer une recherche.

Qu'il s'agisse de photographier un voyage pour des clients commerciaux ou éditoriaux, ou que ce soit pour trouver de nouvelles manières de générer un revenu, Matthew insiste sur le fait qu'il existe toujours des opportunités de travail dans ce domaine. « Les destinations, les hôtels et d'autres marques liés aux voyages sont toujours à l'affut de contenus originaux et de nouveaux créateurs », conclut-il. Lucia est aussi enthousiaste quant au fait de gagner sa vie grâce aux voyages. « Environ 80 ou 90 % de mon travail provient de la photographie de voyage », dit-elle. « C'est un marché imposant. Il faut juste trouver la niche qui vous convient ou proposer un angle inhabituel pour raconter des histoires sur différents pays. »

Rédigé par Astrid Pitman

Article connexe

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro