ARTICLE

Les bases de la réalisation de films : six conseils que même les professionnels devraient connaître

Le directeur de la photographie Patrick Smith et le réalisateur Ollie Kenchington révèlent comment la maîtrise des règles de base de la réalisation de films peut vous aider à donner vie à vos images.
Des caméras Cinema EOS fixées sur des trépieds dans un studio.

De la cadence et de la HDR aux codecs et à la composition : enregistrer des séquences cinématographiques professionnelles commence par la maîtrise des bases de la réalisation de films. © Patrick Smith

Les caméras cinéma de Canon sont des outils formidables pour les réalisateurs confirmés comme pour les novices. Grâce aux capteurs haute résolution, aux systèmes AF CMOS Dual Pixel et Canon Log, tous disponibles d'une simple pression sur un bouton, il n'a jamais été aussi simple de commencer à filmer des vidéos professionnelles sans devoir nécessairement suivre un cursus officiel.

Quel que soit le niveau de perfectionnement de l'équipement que vous utilisez, les bases de la réalisation de films restent primordiales. Du cadrage et de la composition aux formats d'enregistrements à utiliser et à la manière d'obtenir de bons résultats sans l'aide d'une équipe pléthorique, il y a une courbe d'apprentissage très nette.

Ici, nous abordons certains des principes clés pour capturer des vidéos professionnelles sous l'œil expert de deux professionnels du cinéma. Le directeur de la photographie Patrick Smith tourne des longs métrages et des docu-fictions pour la BBC, Netflix et Channel 4, tandis que le réalisateur et spécialiste de la post-production Ollie Kenchington dirige Korro Films, une agence primée, spécialisée dans les publicités, les documentaires et le contenu de marque.

Que vous cherchiez à franchir un palier dans la réalisation de films ou que vous souhaitiez rafraîchir vos connaissances, vous trouverez ici des conseils de base inestimables.
L'écran tactile d'une caméra Canon EOS C70, montrant le visage d'une femme avec les indicateurs du guide de mise au point.

La technologie AF CMOS Dual Pixel se verrouille sur les sujets et les suit. L'indicateur devient vert lorsque le sujet est correctement mis au point, ce qui permet d'améliorer la prise en main et la précision lors de la mise au point manuelle. © Fergus Kennedy

1. Essayez différents modes de mise au point

Avec des résolutions de caméra toujours plus élevées, le streaming 4K qui devient de plus en plus populaire et des écrans de télévision toujours plus grands qui trônent dans les maisons du monde entier, il est plus important que jamais d'obtenir une mise au point nette et précise. Pendant des décennies, les objectifs étaient mis au point manuellement par un assistant opérateur professionnel, mais Canon défriche de nouveaux sentiers, d'abord avec la première technologie AF véritablement avancée pour la vidéo, son système AF CMOS Dual Pixel, mais aussi avec une aide incroyable pour la mise au point manuelle grâce à la fonction exclusive de guide de mise au point.

Révolution dans l'autofocus, AF CMOS Dual Pixel de Canon est un système de détection de phase sur capteur qui se verrouille sur le sujet et le suit. Vous pouvez ajuster la vitesse et la réponse du système, utiliser des algorithmes de détection des visages intelligents et même utiliser l'écran tactile de la caméra pour faire la mise au point. Si vous utilisez des objectifs à mise au point manuelle, la fonction de guide de mise au point de Canon apporte une indication claire sur la manière de tourner la bague de mise au point, tout en fournissant un signal visuel clair lorsque le sujet est net. En tâtonnant un peu, vous trouverez rapidement ce qui convient le mieux sur le moment.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Une caméra Canon EOS C70 installée pour filmer une femme en mode de prise de vues en position verticale.

La caméra Canon EOS C70 est une caméra Cinema EOS à monture RF nouvelle génération, dotée de caractéristiques utiles telles que le contrôle tactile direct et la prise de vues en position verticale. © Fergus Kennedy

2. Faites des expériences avec les ratios d'aspect

La majorité des longs métrages sont tournés en 16:9 ultra-haute définition (UHD) 4K avec une résolution de 3840 x 2160, en 19:9 DCI 4K ou en Cinema 4K à 4096 x 2160. Le tournage de vidéos pour les réseaux sociaux avec des plans verticaux 9:16 a également décollé et les caméras telles que la caméra Canon EOS C70 intègrent cette capacité.

Beaucoup de réalisateurs, cependant, aiment l'aspect large du CinemaScope classique, où les séquences sont intentionnellement déformées pour créer une image très large. Pour cela, on utilise généralement avec un objectif anamorphique particulier placé sur la caméra et on effectue la correction en post-traitement pour produire les différentes dimensions verticales et horizontales de l'image. Les caractéristiques anamorphosées classiques comprennent des effets bokeh de forme ovale et des reflets longs et horizontaux.

Certaines caméras Canon sophistiquées autorisent la correction de l'objectif anamorphique, vous pouvez donc voir les séquences dans un format grand écran corrigé. Pour obtenir une idée approximative de l'image finale, certains réalisateurs utilisent des objectifs « sphériques » classiques et recadrent l'image en post-production.

« Pour les novices, le ratio d'aspect est un moyen très abordable d'améliorer l'esthétique perçue », affirme Patrick. « Une simple pression sur un bouton peut améliorer des séquences qui semblent assez banales à des niveaux de qualité perçue proches de la qualité cinéma. Vous placez simplement des lignes noires en haut et en bas du cadre, mais le spectateur l'associe instinctivement aux productions de studios. »

« De nombreux documentaires font désormais varier le ratio d'aspect et disposent d'archives en 4:3, de films en16:9 et de séquences d'interview en 2:35 CinemaScope. Franchement, c'est de la triche, mais que je recommande toujours aux réalisateurs car c'est une belle façon de faire des compositions. Le ratio d'aspect est un excellent moyen de raconter une histoire. »
Trois caméras Canon Cinema EOS posées sur des trépieds : une EOS C300 Mark III, une EOS C500 Mark II et une EOS C70.

La vitesse d'obturation est ajustée selon la fréquence d'images. La règle d'or consiste à suivre la « règle des 180 degrés » et à définir la vitesse d'obturation à environ le double du nombre d'images par seconde. Pour 30 im./s, réglez donc sur 1/60e de seconde, et pour 240 im./s, réglez sur 1/500e de seconde. © Patrick Smith

3. Trouvez la bonne cadence d'enregistrement des images

La fréquence d'images désigne le nombre d'images capturées par le capteur de la caméra pendant une seconde, typiquement 23,98, 24, 25, 29,97, 30, 50 et 60 im./s. Différentes options peuvent se poser si vous tournez dans une région dont les télévisions sont au format PAL ou NTSC.

Les fréquences PAL habituelles sont de 25 et 50 images et les fréquences NTSC sont de 29,97 et 59,94, bien que 24 soit souvent utilisé pour donner un véritable aspect cinéma. Lorsqu'ils sont édités sur une durée de 25 ou 29,97p, les fréquences de 50/59,94 im./s peuvent être ralenties à la moitié de leur vitesse. Des fréquences plus élevées telles que 100, 120, 150, 180 ou 240 im./s peuvent être diminuées en mode super ralenti.

Patrick explique qu'il apprécie particulièrement les choix de fréquences de la caméra Canon EOS C300 Mark III, dont le mode ralenti accéléré. « Le fait que l'appareil puisse tourner en 120 images, 120p 4K, est parfait pour donner une autre perspective. Dans le cinéma documentaire, nous tenons beaucoup à représenter le monde sous un autre angle et le mode ralenti est un moyen d'y parvenir. Dans la plupart des cas, je peux restituer 120 images d'une manière aussi rapide ou aussi lente que je le veux, donc c'est une technique très utile à ajouter à votre boîte à outils. »
La caméra Canon EOS C500 Mark II, installée sur un drone.

Termes à connaître lorsque vous vous lancez dans l'enregistrement de séquences vidéo

Vous passez de la photo à la vidéo ? Notre glossaire de 27 termes professionnels sur la vidéo, parmi lesquels vous trouverez anamorphosé, plage dynamique étendue, etc. vous aidera à vous lancer sereinement dans la vidéographie.
Une danseuse de ballet, portant une robe jaune fluide et un châle, pose au sommet d'une montagne surplombant la vallée. La moitié du cadre montre la version Canon Log et l'autre moitié, la version graduée.

Le format Cinema RAW Light de Canon réduit la taille des fichiers sans altérer la qualité de l'image.

4. Utilisez Cinema RAW Light pour un niveau de contrôle ultime

Les vidéastes ont le choix entre plusieurs formats de fichiers, dont certains offrent une meilleure qualité au prix de fichiers plus volumineux. Pour bénéficier de dimensions et d'un contrôle optimaux, il est souvent préférable d'utiliser les données RAW provenant directement du capteur, mais cela vous oblige à travailler avec des fichiers volumineux.

Le format Cinema RAW Light de Canon réduit considérablement la taille des fichiers sans altérer la qualité de l'image et propose la plage dynamique la plus large. Il est disponible sur plusieurs caméras telles que la caméra Canon EOS C200, l'EOS C500 Mark II, l'EOS C300 Mark III, l'EOS R5 et l'EOS-1D X Mark III.

Cinema RAW Light offre une réelle flexibilité en matière d'étalonnage, de réglage de la balance des blancs, de netteté, et permet l'ajout de la réduction du bruit en post-production. « Je traite Cinema RAW Light comme n'importe quel autre fichier », indique Ollie. « Je l'intègre directement dans le système, je le met sur la timeline et je commence à travailler. Il regorge d'informations sur les couleurs. »

« Aucun gamma n'est appliqué à l'image RAW, ce qui permet de sélectionner le profil d'image Rec.709, Canon Log 3, Log 2 ou Log », poursuit-il. « On peut régler les paramètres ISO, la gamme de couleurs, le gamma, la balance des blancs, la teinte, les zones claires, les ombres et la netteté. »
Le directeur de la photographie Patrick Smith, assis sur le sol et portant un masque de protection alors qu'il filme dans un hôpital.

Patrick Smith trouve qu'une équipe réduite est souvent bénéfique pour réaliser des documentaires. « En particulier aujourd'hui avec le Covid-19, il faut faire attention à la place que vous prenez. Je suis encouragé à toucher le moins de choses possible et à occuper le moins d'espace possible, notamment lorsque je vais chez les gens », déclare-t-il. © Patrick Smith

Patrick Smith filme un enfant jouant au football avec une caméra cinéma Canon EOS C70 sur un cardan portatif.

De nombreuses caméras Canon, telles que la caméra Canon EOS C70 utilisée ici par Patrick, sont idéales pour une utilisation par une équipe réduite ou par des opérateurs seuls, avec un audio de haute qualité qui peut être enregistré sur la caméra, et la technologie AF CMOS Dual Pixel pour obtenir la bonne mise au point et une stabilisation de l'image intégrée. © Patrick Smith

5. Décidez quand faire appel à une équipe

« Décider de tourner en solo ou en équipe est souvent une question de budget, mais il y a aussi des considérations plus larges à prendre en compte », explique Patrick. « C'est un élément pour lequel je dois toujours être impliqué dans les décisions », déclare-t-il, fort de son expérience dans la réalisation de documentaires. « Plus l'équipe est petite, plus vous pouvez tourner longtemps, en général, et l'avantage d'avoir une équipe plus grande est de pouvoir travailler rapidement. »

« De nombreux réalisateurs et producteurs se soucient de l'intimité et de la taille d'une équipe de film documentaire, et plus l'équipe est petite, mieux c'est. Parfois, c'est très libérateur de partir en tournage uniquement avec le réalisateur.

Cela dit, une équipe chevronnée peut vous apporter davantage de liberté créative. Lorsque des personnes vous soutiennent et que les obstacles technologiques du travail sont pris en charge par quelqu'un d'autre, vous pouvez vous concentrer uniquement sur le côté créatif, l'éclairage et la narration. »
Filmé de dos, un homme est assis à un bureau de montage, devant deux écrans. Une caméra cinéma Canon EOS C200 est posée sur le bureau à côté de lui.

Les caméras Canon telles que l'EOS C200 intègrent la capture HDR, une caractéristique qui devient de plus en plus importante avec l'augmentation de la demande de contenu HDR.

6. Tournez et étalonnez en HDR

La plupart des écrans standard ne peuvent pas reproduire toute la plage de luminosité qu'une caméra peut capturer. De nombreux réalisateurs enregistrent donc en plage dynamique standard en utilisant l'espace colorimétrique Rec.709. Mais dès lors que les téléviseurs et les smartphones à plage dynamique étendue, lumineux et colorés, inondent le marché, le tournage en HDR devient une partie essentielle des projets des réalisateurs.

La HDR est conforme à la norme Rec.2100 pour les écrans qui peuvent afficher une plage de luminosité bien plus grande, donc le tournage HDR en mode PQ ou Hybrid Log Gamma (HLG) est indispensable. Les caméras telles que la caméra Canon EOS C300 Mark III, l'EOS C500 Mark II, l'EOS C700 FF et l'EOS C70 proposent toutes la capture HDR intégrée. L'EOS C200 peut filmer en RAW, qui peut ensuite être traité en HDR.

Les séquences enregistrées au format PQ et HLG n'ont pas besoin d'étalonnage et le format HLG est également rétrocompatible avec les normes Rec.709 pour le visionnage sur des écrans standard, ce qui permet un flux de travail plus rapide.

Rédigé par Adam Duckworth


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro