ARTICLE

Des déserts poussiéreux aux soirées au coin du feu : filmer en Namibie avec le Canon EOS C200

Brent Stirton a utilisé le Canon EOS R pour immortaliser des scènes au coin du feu comme en plein soleil. Le réalisateur Spencer MacDonald avait donc besoin d'une caméra adaptée à ces diverses situations. La caméra Canon EOS C200 s'est révélée être largement à la hauteur.

Pour les réalisateurs, chaque projet comporte sa part de défis techniques et logistiques. Ainsi, le réalisateur américain Spencer MacDonald a dû en relever plus que quiconque pour tourner un documentaire en Afrique rurale à l'aide du Canon EOS C200. En effet, il ne disposait que d'une équipe restreinte pour réaliser son film en Namibie en moins d'une semaine, en parcourant plus de 700 kilomètres de routes terreuses et sans possibilité de faire une deuxième prise : quelle pression !

L'équipe s'intéressait aux coulisses des prises de vue du photojournaliste Brent Stirton, célèbre dans le monde entier, qui immortalisait la culture de trois tribus vivant dans le vaste désert namibien. Brent testait les performances de l'appareil photo hybride plein format Canon EOS R en conditions difficiles, et notamment sa résistance à la poussière, aux vibrations et à un voyage éprouvant. Il testait également ses capacités à capturer des images en basse lumière au coin du feu et à gérer un contraste important sous un soleil de plomb en journée. Si ce projet a mis le Canon EOS R à rude épreuve, il a également permis à Spencer de tester le matériel cinématographique qu'il utilisait pour filmer ce voyage.

Spencer avait besoin d'une caméra cinéma étanche, portable et munie d'un grand capteur pour donner un effet cinématique, ainsi que de quelques fonctionnalités indispensables telles que des entrées audio professionnelles, des filtres ND intégrés et une grande autonomie de batterie. Comme Spencer enregistre la très grande majorité de ses documentaires et publicités au format RAW pour obtenir une qualité optimale, c'était également une condition essentielle. Cependant, il voulait éviter d'utiliser un format RAW nécessitant trop d'espace mémoire ; il avait donc besoin d'appareils d'enregistrement distincts. Toutes ces exigences l'ont conduit à choisir la seule caméra capable d'y répondre : le modèle Canon EOS C200 4K.

Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Filmer au format RAW

« Je filmais au format RAW tout le temps, ce qui constitue pour moi le principal avantage de cette caméra », affirme Spencer. « Elle permet de tourner au format Cinema RAW Light, qui donne des fichiers de taille réduite et simples à manipuler, tout en conservant les points forts du format RAW. En outre, pendant l'enregistrement, l'exposition est facilitée par une plage dynamique plus étendue. Or, la Namibie est un pays très ensoleillé où les ombres sont intenses, et nous voulions capturer autant de détails que possible. »

Spencer avait débuté sa carrière avec un appareil Canon EOS 5D Mark II, alors il s'est rapidement habitué au Canon EOS C200, dont il a trouvé les menus intuitifs et faciles à utiliser. N'ayant pas la possibilité de se consacrer longuement à des essais avant son tournage, Spencer n'a eu qu'une seule matinée pour découvrir la caméra et tester les résultats qu'elle donnait, mais il savait qu'elle conviendrait pour son projet.

« J'ai été instantanément impressionné par l'EOS C200 », se souvient-il. « L'image était très cinématique et j'adorais la façon dont les ombres s'étendaient. Le désert constitue déjà un décor de qualité cinématique et la caméra renforçait cet effet. C'est pourquoi nous n'avions aucun doute sur ses capacités. En l'utilisant tous les jours, j'ai su l'apprécier à sa juste valeur et elle m'a beaucoup impressionné. »

A Canon EOS C200 video camera.
Spencer affirme avoir été séduit par l'intuitivité de la caméra Canon EOS C200, raison pour laquelle il l'a choisie pour tourner son documentaire.

Choisir un objectif Cinéma robuste

Spencer s'était déjà rendu trois fois en Afrique, mais c'était son premier voyage en Namibie. Il savait qu'il y aurait beaucoup de vent et de poussière et qu'il serait obligé d'être toujours alerte et réactif pour réussir à filmer. Avec une matte box fixée sur l'objectif pour utiliser des filtres, un changement régulier d'objectifs aurait non seulement demandé trop de temps et d'attention, mais aurait également exposé l'objectif et la caméra à la poussière.

Par conséquent, Spencer a choisi l'une des meilleures technologies optiques pour la réalisation de films, utilisée dans bien des documentaires : l'objectif Cinéma Canon CN7x17 KAS S E1/P1. En effet, celui-ci offre des performances optiques 4K époustouflantes, mais aussi un agrandissement 7x impressionnant grâce à sa plage de focales de 17 à 120 mm. En outre, son ouverture maximale rapide T2.95 permet de donner de superbes effets de faible profondeur de champ avec un effet bokeh agréable. Enfin, il dispose d'une poignée numérique amovible et est parfaitement étanche.

« Je n'avais jamais vu un zoom Cinéma capable de passer de 17 à 120 mm d'une simple pression sur un bouton », précise Spencer. « Je ne voulais pas changer d'objectif dans le désert, alors cela a vraiment facilité mon travail. Je pouvais resserrer mon cadre sans avoir à déplacer la caméra. Sans cet objectif, cela aurait été impossible. »

Brent Stirton strides across the desert at dusk with his camera, as Spencer MacDonald films him using a Canon EOS C200.
Les contrées désertiques de Namibie offraient des conditions de travail particulièrement délicates pour les cinéastes comme pour Brent, qui devaient affronter la poussière et le vent.
A Namibian desert scene at sunset, photographed by Brent Stirton on a Canon EOS R.
En revanche, elles étaient aussi d'une beauté saisissante, comme le prouvent les photographies de Brent. Photo prise avec un Canon EOS R équipé d'un objectif Canon RF 24-105mm F4L IS USM à 45 mm, 1/20 s, f/4.0 et ISO640. © Brent Stirton
A behind the scenes shot of the figures in Wes Anderson's Isle of Dogs movie being filmed.

Coulisses du film L'Île aux chiens de Wes Anderson

Le directeur de la photographie, Tristan Oliver, dévoile les dessous du tournage de ce film d'animation en stop motion et explique pourquoi sa création a nécessité 80 reflex numériques performants de Canon.

L'utilisation d'un grand objectif a obligé Spencer à garder la caméra sur son épaule la plupart du temps pour contrebalancer son poids. Il explique ainsi : « Normalement, l'EOS C200 est une caméra portable, mais je l'ai gardée à l'épaule 90 % du temps. En effet, l'objectif est environ deux fois plus gros que la caméra, l'ensemble était donc plutôt encombrant. »

La caméra Canon EOS C200 propose la technologie innovante AF CMOS Dual Pixel avec écran tactile pour faire la mise au point d'une simple pression. Cette fonctionnalité a révolutionné la façon de travailler des cinéastes qui ont enfin pu se détacher de la mise au point manuelle traditionnelle. Le viseur électronique avancé de la caméra permet une accentuation de la mise au point et le Wave Form Monitor garantit des images nettes et bien exposées.

« Pour ce projet, nous avions un assistant-cameraman formidable qui s'occupait des variations de mise au point », continue Spencer. « La mise au point était toujours parfaite grâce aux excellentes performances de l'objectif. Je n'ai pas l'habitude d'utiliser l'autofocus dans mon travail, mais je pense qu'il peut être intéressant lorsque l'on travaille seul. J'aurais aimé utiliser la caméra et l'objectif sur un cardan, mais la mise en place aurait pris trop de temps pour chaque prise, ce n'était pas possible. »

Brent Stirton crouches down to photograph tribeswomen singing and dancing, as Spencer MacDonald films him using a Canon EOS C200.
Pour capturer des scènes telles que les chants des habitants locaux, Spencer a utilisé un microphone de type « canon » monté sur sa caméra.

Enregistrer le son dans un contexte cinématique

Au lieu d'utiliser des enregistreurs externes pour l'audio, Spencer a associé un microphone de type « canon » sur la caméra, utilisé lors de nombreuses prises de vues, à un micro-cravate Lavalier pour les entretiens rapprochés. Tout l'audio était géré par les deux entrées XLR et les commandes audio professionnelles de la caméra Canon EOS C200. Pour ce qui est de l'autonomie de la batterie, l'équipe n'avait pas besoin d'emporter des batteries externes volumineuses : elle n'a eu qu'à utiliser une poignée de batteries Canon standard, qui se fixent simplement à l'arrière de la caméra sans affecter son équilibre. « Elles offraient une bonne autonomie », affirme Spencer. « Nous n'avons jamais eu de problème à ce niveau-là. »

Le kit professionnel s'est avéré totalement fiable et prévisible, pourtant, rien n'aurait pu préparer Spencer à l'environnement incroyable que présente la Namibie.

Le tournage lui-même se faisait à un rythme effréné dans des contextes divers, en suivant un programme éprouvant qui entraînait l'équipe en 4X4 sur des routes cahoteuses pendant deux à six heures par jour. Une fois sur place, l'équipe tournait du matin au soir, sous un soleil intense et face à des vents soutenus.

Two women wearing colourful shawls sit in dim light, photographed by Brent Stirton on a Canon EOS R.
« Je n'avais jamais travaillé avec un photographe qui éclaire ses sujets sur le terrain de cette façon pour un projet documentaire », explique Spencer. « Avec Brent, j'avais l'impression d'être sur le tournage d'un film. » Photo prise avec un Canon EOS R équipé d'un objectif Canon RF 50mm F1.2L USM à 1/125 s, f/2.5 et ISO800. © Brent Stirton
Two boys build a fire, photographed by Brent Stirton on a Canon EOS R.
Si les photographies de Brent étaient pleines de vie et de couleurs, Spencer cherchait à donner immédiatement le même aspect « spectaculaire » à son documentaire. Photo prise avec un Canon EOS R équipé d'un objectif Canon RF 50mm F1.2L USM à 1/400 s, f/1.4 et ISO3200. © Brent Stirton

« Nous filmions à longueur de journée, à chaque fois que Brent prenait des photos », se souvient Spencer. « Nous travaillions autour de Brent, puisque ses clichés avec l'EOS R constituaient notre principal sujet. Je devais filmer ce qu'il prenait en photo en utilisant exactement le même angle pour ne pas apparaître dans ses images. Je ne voulais pas gâcher son travail. J'ai observé son style. Je n'avais jamais travaillé avec un photographe qui éclaire ses sujets sur le terrain de cette façon pour un projet documentaire. Avec Brent, j'avais l'impression d'être sur le tournage d'un film. »

Les paysages époustouflants de Namibie renforçaient également cette impression de contexte fantastique. « C'était incroyable, chaque endroit avait son propre écosystème désertique », décrit-il. « Parfois, nous avions l'impression d'être sur une autre planète. » Le résultat final a fait l'objet de deux éditions : un film principal et une version plus longue du réalisateur, qui montre la beauté du site, le peuple incroyable qui y vit et le travail photographique impressionnant de Brent Stirton.

« Les images étaient naturellement incroyables, car la lumière dans le désert était très différente. La direction artistique était déjà présente et tout était parfait, car rien n'a été fait de manière artificielle. Tout était magnifique à regarder et la caméra capturait de façon superbe les ombres et les couleurs de peau », se réjouit Spencer. « Je suis très fier des films finaux, ils sont magnifiques. J'ai choisi la bonne caméra et le bon objectif et cela a vraiment porté ses fruits. »

Rédigé par Adam Duckworth


L'équipement de Spencer MacDonald

Le principal équipement de tournage en déplacement

Filmmaker Spencer MacDonald buttons up a striped shirt.

Une caméra vidéo

Canon EOS C200

Caméra hautes performances compacte et polyvalente, idéale pour tous les réalisateurs ou presque, garantissant des images 50P 4K nettes. « Elle permet de tourner au format Cinema RAW Light, qui donne des fichiers de taille réduite et simples à manipuler, tout en conservant les points forts du format RAW », explique Spencer.

Objectif Cinéma

Canon CN7x17 KAS S E1/P1

Grâce à ses performances optiques 4K impressionnantes, à son agrandissement 7x avec une distance focale de 17 à 120 mm et à sa poignée numérique, c'est l'objectif idéal lorsque la mobilité est une priorité. « Je pouvais resserrer mon cadre sans avoir à déplacer la caméra », raconte Spencer. « Cela a vraiment facilité mon travail. Sans cet objectif, tout cela aurait été impossible. »

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant