ÉVÉNEMENT

D'assiette en assiette : l'histoire d'un chef racontée au travers de la caméra Canon EOS C200

A herb and flower-filled plate from chef Peter Gast’s restaurant 't Schulten Hues in Zutphen, Holland, shot on a Canon EOS 5D Mark IV with a Canon EF 24-70mm f/2.8L USM at 54mm.

Si la télévision nous a enseigné quelque chose, c'est que les chefs savent trancher dans le vif. D'ailleurs, cela semble parfois nécessaire pour gérer un restaurant de prestige. Cependant, le chef néerlandais Peter Gast, étoilé au guide Michelin, s'efforce de faire exception.

« J'ai grandi à la campagne, je travaillais dans les champs, » explique-t-il. « Mes parents avaient un métier, alors c'est moi qui m'attelais aux fourneaux. » Pourtant, c'est un test informatisé d'orientation professionnelle effectué à l'école qui l'a dirigé vers une carrière culinaire. Alors qu'il était encore un jeune homme, il est parti se former à Londres, sans se douter du choc culturel qui l'attendait. « La communication n'était pas vraiment digne d'une équipe, » se rappelle-t-il. « Tout le monde criait, jetait des choses. J'étais si stressé que j'ai fait cuire un homard au micro-ondes ! » Gast décrit cette période de travail aux ordres d'un chef autoritaire comme la pire période de sa vie.

Cependant, cette expérience a orienté Peter vers un parcours différent et plus harmonieux. À son retour aux Pays-Bas, il a ouvert son propre restaurant, le t'Schulten Hues à Zutphen, dont le menu fait la part belle aux herbes et aux fleurs qu'il cultive et récolte lui-même. En moins de deux ans, il recevait sa première étoile Michelin, à seulement 25 ans.

Le BallenBar

Par contraste avec ses propres expériences, Peter Gast a construit sa carrière dans une cuisine sans conflit, nouant des liens qui l'ont finalement mené au succès. Ainsi, son entreprise a tant prospéré qu'il a ouvert en parallèle de son restaurant à la campagne un restaurant en ville à Amsterdam, le BallenBar, en partenariat avec son sous-chef. Celui-ci a connu un succès inattendu et si fulgurant que la demande l'a rapidement amené à exporter ses bitterballens hollandaises (des boulettes frites), la spécialité de l'établissement, aux quatre coins du monde.

Dès que le réalisateur Alun Pughe entendit parler du parcours de Peter Gast, il sut qu'il y avait là de quoi faire un documentaire. Lui et le cinéaste Dan Lightening passèrent alors deux jours à filmer avec la nouvelle caméra Canon EOS C200, pour obtenir des images 4K RAW LITE, et des objectifs cinéma motorisés pour réaliser leurs plans.

Chef Peter Gast in his herb garden, where he harvests fresh flowers and herbs to serve in his restaurant, 't Schulten Hues in Zutphen, Holland. Shot on a Canon EOS 5D Mark IV.

Le point de vue du réalisateur

« Je voulais que cette histoire exprime le contraste entre les influences urbaines et rurales de Peter qui se conjuguent dans ses menus, » explique Alun Pughe. « Sa cuisine extrêmement élaborée est néanmoins basée sur des ingrédients simples et frais. Je voulais mettre la sérénité de la campagne en parallèle avec le dynamisme et l'action de la ville. »

« L'éclairage était un élément essentiel dans la narration de cette histoire, » précise Alun Pughe. « Je voulais capturer « l'heure dorée » pour les moments culminants et exploiter au mieux les capacités en basse lumière de la caméra, » explique-t-il. « C'est pourquoi nous étions là à la première heure, pour saisir cette lumière exceptionnelle juste avant que le ciel ne devienne bleu. La caméra Canon EOS C200 nous semblait être l'appareil idéal. »

The EOS C200 was compact enough to work in a closed space, teamed here with the Canon CN-E35mm T1.5 L F.

Dan Lightening, directeur de la photographie pour ce documentaire, acquiesce : « Les 15 diaphragmes de plage dynamique de cette caméra sont indispensables pour ce genre de tournage. Nous filmions essentiellement en lumière naturelle, et le modèle Canon C200 nous a permis de saisir les détails en haute comme en basse lumière.

De plus, la prise en main et le format de cette caméra sont vraiment agréables, » ajoute-t-il. « Il n'est pas nécessaire d'avoir le [module audio amovible] pour enregistrer le son, comme c'est le cas pour certaines caméras. Ainsi, il est possible d'obtenir des XLR tout en gardant un format compact. »

Peter Gast’s BallenBar in Amsterdam now exports Holland’s bitterballens (deep-fried balls), the stall’s stock in trade, to far-flung corners of the world.

En coulisses

Dans la vidéo ci-après, tournée en coulisses avec le modèle Canon EOS C300 Mk II, vous découvrirez comment les fonctions avancées de la caméra EOS C200 ont rendu possible le tournage du documentaire sur Peter Gast. Le réalisateur et le directeur de la photographie ont notamment apprécié le tournage en 4K RAW Lite à 50 images par seconde (im./s), la fréquence d'images élevée de 120 im./s en 1080p, le nouvel écran tactile, les capacités d'autofocus et les filtres ND.

La possibilité de tourner 120 im./s faisait partie des fonctionnalités préférées de Dan Lightening : « Ce qu'il y a de bien, c'est que l'image n'est pas coupée lorsque vous passez à 120 im./s. Ainsi, lorsque je tourne à 25 ou 50 im./s en 4K RAW Lite et que je veux atteindre 120 im./s, il me suffit de passer l'enregistrement des cartes CFast2 internes directement sur les cartes SD et de modifier les paramètres pour que l'image reste cohérente. »

Dan Lightening a également bien su tirer parti du nouvel écran tactile avec l'autofocus et les filtres ND. Il a apprécié tout particulièrement la fonction d'aide à la mise au point : « C'est fantastique de voir comment l'on peut passer du premier plan à l'arrière-plan d'une simple pression sur l'écran. »

Quant aux objectifs, les deux cinéastes ont choisi avant tout des objectifs cinéma. « Ils offrent une gamme vraiment vaste allant de 14 mm à 135 mm, » explique-t-il. « J'ai utilisé l'objectif CN-E24mm T1.5 L F, un zoom grand angle. Il offre une très faible profondeur de champ d'une grande beauté, malgré le fait que ce soit un objectif à grand-angle, ce qui est plutôt rare dans cet ordre de prix. »

The CN-E18-80mm T4.4 L IS KAS S lens was chosen for its autofocus function, and its ability to focus as close as 0.5 metres.
For macro shots of flowers, the team used an EF 100mm f/2.8L Macro IS USM. Shot on a Canon EOS 5D Mark IV with a Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM lens.

L'équipe a utilisé une autre caméra pour les séquences b-roll, avec un objectif CN-E18-80mm T4.4 L IS KAS S. « Nous avons tourné beaucoup de gros plans, » explique Dan Lightening. « L'objectif 18-80mm était parfait pour ces séquences, en raison de la fonction d'autofocus et de la mise au point rapprochée à 0,5 mètre : c'est tout ce dont on a besoin sur un objectif. »

Pour suivre l'avancée du tournage alors que deux caméras étaient utilisées, le moniteur DP-V1710 s'est révélé utile. « C'est très pratique, car il permet de bien suivre ce qu'il se passe et de vérifier toutes les expositions sur les caméras. C'est fantastique d'avoir deux écrans lors d'un tournage avec plusieurs caméras. Vous ne ratez rien ! »

Rédigé par Tom May


Pour en savoir plus sur l'EOS C200, rendez-vous sur la page du produit.
Pour en savoir plus sur l'EOS C700, rendez-vous sur la page du produit.
Pour en savoir plus sur l'écran DP-1710, rendez-vous sur la page du produit.
Pour en savoir plus sur l'objectif CN-E24mm T1.5 L F, rendez-vous sur la page du produit.
Pour en savoir plus sur l'objectif CN-E18-80mm T4.4 L IS KAS S, rendez-vous sur la page du produit.

Canon Professional Services

Les membres ont accès au support CPS, localement et lors d'évènements majeurs, à un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, au prêt gratuit d'équipement de remplacement.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services