ARTICLE

Opinion : les photographes devraient-ils ajouter la vidéo à leurs compétences ?

Dans la série de photojournalisme de Roger Turesson en Corée du Nord, les usagers du métro de Pyongyang empruntent le long escalator de la station Prosperity. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 65mm, 1/250 s, f/2.8 et ISO6400. © Roger Turesson

Avez-vous vraiment besoin d'ajouter la vidéo à votre entreprise de photographie professionnelle ? De nombreux photographes se demandent s'ils devraient diversifier leur offre pour rester pertinents ou s'il est plus judicieux de se spécialiser dans un domaine qui les passionne : celui de la photographie.

Nous avons discuté avec l'éditeur photo Espen Rasmussen, le photojournaliste Roger Turesson et le photographe documentaire et publicitaire Alvaro Ybarra Zavala. Tous réalisent des photos et des vidéos, c'est pourquoi nous leur avons demandé de nous donner leur point de vue honnête sur le sujet : en tant que photographe, les compétences vidéo vous donnent-elles un avantage ?

Le photographe de presse

Canon photographer and videographer Roger Turesson holds a Canon DSLR.

À propos de Roger Turesson

Roger est photographe au quotidien suédois Dagens Nyheter. Il a travaillé pour divers quotidiens en tant que collaborateur ou indépendant, et a été l'un des fondateurs de Moment Agency.

« J'ai commencé à tourner des vidéos quand le Canon EOS 5D Mark II est sorti », raconte Roger Turesson, photographe éditorial. C'était le premier appareil photo de la série 5D avec des capacités vidéo, et cela nous a vraiment offert la possibilité de nous lancer dans la vidéo au département photographie de Dagens Nyheter. Nous avions déjà des caméscopes, mais je pense que la plupart des photographes préfèrent les appareils de la série 5D qui offrent un aspect plus cinématographique. En plus, cela ressemble davantage à notre façon de travailler en tant que photographes. La plupart des vidéastes de télévision utilisent beaucoup le zoom et le panorama. Personnellement, je préfère trouver une bonne composition et laisser l'histoire se dérouler dans le cadre.

« En ce moment, j'utilise le Canon EOS 5D Mark IV et je travaille principalement avec des objectifs fixes. Si j'utilise un objectif 24-70mm, je ne zoome pas beaucoup. Avec cette approche et la faible profondeur de champ que vous pouvez obtenir, vous avez l'impression de communiquer de la même manière qu'avec des photos.

« Au travail, quelques collègues sont spécialisés dans la vidéo, mais tous les photographes doivent pouvoir faire de la vidéo dans le cadre de leur activité. Je dirais qu'environ 20 à 25 % de mes projets incluent de la vidéo. J'ai surtout le temps de tourner des vidéos quand je voyage, ce qui peut être difficile à gérer dans le cadre d'un reportage rapide. Nous avons essayé de mélanger photo et vidéo à plusieurs reprises, mais cela ne fonctionne pas très bien. Dans le cadre de nos reportages réguliers, nous envoyons donc un photographe pour couvrir la vidéo et un autre pour prendre des photos.

« La demande pour la vidéo est en hausse en ce moment, il est donc envisageable que les photographes soient de plus en plus sollicités. De la même façon, nous commençons à voir de plus en plus de réalité virtuelle, une tendance qui me semble en plein essor. »

A teenage boy looks up and uses his phone to film a shark swimming overhead in an aquarium. Photo by Roger Turesson on a Canon EOS 5D Mark IV.
Un visiteur filme dans l'aquarium du Songdowon International Children's Camp. Ce camp, situé à Wonsan, en Corée du Nord, est réservé aux enfants qui ont obtenu les meilleurs résultats scolaires. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 28mm, 1/400 s, f/2.8 et ISO6400. © Roger Turesson
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

« Auparavant, nous réalisions beaucoup de courtes séquences vidéo affichées en ligne aux côtés d'articles plus longs, par exemple "Trois questions pour un politicien", mais je ne pense pas qu'elles apportent beaucoup à la narration. Je pense que les documentaires courts vont gagner en popularité.

« Nous tournons souvent des séquences plus courtes qui sont utilisées comme publicité pour l'article sur Facebook et Instagram, avec du texte incrusté. Ce qu'il y a de bien avec les appareils photo de la série 5D, c'est que vous avez toujours une caméra avec vous. Donc, même si ce n'est pas prévu par la rédaction, vous pouvez prendre la décision sur place de filmer quelque chose si vous pensez qu'une vidéo pourrait être bénéfique pour l'article.

« Je ne sais pas si nos éditeurs photo choisissent délibérément des indépendants avec des compétences interchangeables en vidéo et en photos, mais nous, les photographes de la rédaction, devons tous faire les deux à la fois. Cela fait partie du travail. Si un photographe en herbe me demandait s'il devrait ajouter la vidéo à son portfolio, je répondrais oui, sans hésiter, si vous souhaitez travailler pour une maison de presse. »

L'éditeur photo

A portrait of Canon photographer and videographer Espen Rasmussen.

À propos d'Espen Rasmussen

Espen est éditeur photo du plus grand journal norvégien, VG. Il réalise également des projets documentaires, y compris de courtes vidéos, et a remporté plusieurs grands prix, notamment au World Press Photo.

Espen Rasmussen, éditeur photo, déclare : « VG s'est doté d'un service vidéo il y a quelques années, mais pour les photographes, je dirais que les choses ont vraiment commencé à changer il y a environ un an. Notre service a commencé à ajouter de courtes vidéos aux articles et à davantage combiner les photos et les vidéos. Je dirais qu'environ 40 à 50 % de nos projets incluent maintenant de la vidéo en plus des photos. Les compétences en vidéo vous aident-elles à obtenir du travail en tant que travailleur indépendant pour VG ? Je pense que oui.

« Nous n'embauchons plus d'employés à temps plein, mais lorsque nous recrutons des saisonniers pour la période des vacances d'été, nous demandons entre autres des compétences en vidéo. Vous devez également être en mesure de diffuser en direct et d'assurer des émissions en direct, au cas où vous seriez envoyé à la dernière minute pour couvrir un sujet pour le site d'actualités. Lorsque nous engageons quelqu'un, nous exigeons des compétences en vidéo, en plus de la capacité à raconter une bonne histoire.

« Personnellement, j'ai commencé à tourner des vidéos sérieusement lorsque Canon a sorti le premier appareil photo de la série 5D avec fonctions vidéo : le Canon EOS 5D Mark II. Avant, j'avais un caméscope, mais c'était trop encombrant. Au début, je tournais principalement des vidéos de ma propre initiative. La demande de contenu vidéo n'était pas très élevée chez VG à l'époque, en raison des limitations de bande passante. Les abonnés qui consultaient du contenu sur leur téléphone n'avaient pas la 4G. Mais cela a bien changé.

« Souvent, nous ne faisons qu'une séquence de 10 secondes qui fonctionne presque comme une photo. Dans ces cas-là, quand je briefe le photographe, ce n'est pas si différent d'un projet photo. Je lui conseille d'utiliser un trépied pour filmer 10 secondes, puis de prendre des photos du même sujet séparément. Nous ne tirons pas de photos de la vidéo.

« Récemment, j'ai demandé à une photographe de se rendre dans le nord de la Norvège pour photographier une femme pêchant depuis un bateau. Je lui ai dit de faire une prise vue paysage du sujet et de la scène, comme elle le ferait avec des photos, mais sous forme de vidéo. C'est donc presque comme une photo de paysage, mais vous voyez les vagues onduler et les nuages bouger. Nous le faisons aussi avec des portraits pour le magazine. »

A pair of glasses rest on a golden surface. A video play icon is over the image.

Réaliser des vidéos pour les réseaux sociaux

Quentin Caffier vous révèle les choses à savoir

« Dans le cadre d'un projet vidéo, je demande du Full HD, ce qui est possible avec le Canon EOS 5D Mark IV. De temps en temps, nos photographes utilisent leur téléphone, mais ils ont besoin d'une très haute résolution, car les vidéos sur téléphone sont prises verticalement et nécessitent un recadrage. C'est compliqué d'utiliser deux équipements différents ; je pense que la plupart des photographes préfèrent n'en utiliser qu'un.

« Je trouve que la vidéo est un outil particulièrement utile pour les photographes qui souhaitent faire du travail documentaire. Pour les reportages documentaires, nous présentons souvent une vidéo de 5 à 10 minutes. Cela exige plus de compétences vidéo, une certaine capacité narrative et une bonne compréhension du montage.

« Il est de plus en plus courant que les jeunes photographes maîtrisent le tournage vidéo, mais la majorité privilégie la photo. Aujourd'hui, de nombreux jeunes photographes se rassemblent pour monter des agences où ils traitent à la fois des sujets documentaires et publicitaires, et ces agences acceptent de plus en plus de projets vidéo. Je pense qu'il est plus facile de faire de la vidéo dans une agence de ce genre, car il est plus facile d'obtenir un retour sur investissement. Combiner la prise de photos et de vidéos représente beaucoup de travail pour un seul photographe, et c'est difficile de rentabiliser ces efforts. Les agences, elles, peuvent mettre leurs ressources en commun et réduire les coûts. »

L'indépendant

Canon Ambassador and photographer and videographer Alvaro Ybarra Zavala holds a Canon DSLR in woodland.

À propos d'Alvaro Ybarra Zavala

L'ambassadeur Canon Alvaro Ybarra Zavala a commencé sa carrière en tant que photographe à la rédaction de CNN. Il est aujourd'hui photographe indépendant sur des projets documentaires, publicitaires, éditoriaux et personnels.

Le photographe indépendant Alvaro Ybarra Zavala déclare : « Je ne pense pas qu'être photographe implique uniquement le format photo, surtout de nos jours. Avant, nous n'avions que des magazines et des journaux. Désormais, nous disposons de nombreuses plateformes en ligne et de tant d'autres moyens de toucher le public avec des images, du son et des vidéos.

« J'ai commencé par un stage chez CNN, comme photographe à la rédaction. J'ai eu l'occasion d'y apprendre le montage et la narration vidéo.

« Actuellement, je travaille sur un projet personnel sur le Venezuela. J'ajoute des vidéos d'une façon qui complète les intentions du projet : une vidéo de personnes qui ont été photographiées, des images de voyage en voiture et d'autres séquences qui vous donnent une idée de l'atmosphère des lieux, par exemple. »

A black and white photo shows men walking by industrial train tracks surrounded by factory smoke. Photo by Alvaro Ybarra Zavala.
Des employés d'une cokerie ukrainienne pendant une journée de travail, photographiés avec un effet d'ambiance par Alvaro Ybarra Zavala. © Alvaro Ybarra Zavala

« Pour des projets personnels, la vidéo peut apporter un sentiment que je ne peux pas exprimer avec la photographie. C'est exactement la même chose avec l'audio. Je vais bientôt lancer mon projet sur le silence, qui a toujours été un concept intéressant pour moi, surtout en tant que photographe documentaire. J’ai adopté une approche très sensuelle, exprimant ce que je ressentais en photographiant d'autres choses par le passé.

« En tant que photographe, je me réjouis d'avoir eu l'occasion de travailler chez CNN, TV5 et dans de petites sociétés de production pour m'initier au documentaire. Ces expériences m'ont offert des outils précieux pour raconter une histoire. Je n'aurais jamais pensé qu'il me serait utile d'apprendre la correction des couleurs pour la vidéo, par exemple, mais c'est un savoir-faire qui me sert aujourd'hui. Raconter une histoire en vidéo ou en photo n'est pas la même chose et je considère que c'est un atout de le comprendre.

« Je tourne aussi des vidéos dans le cadre de mon travail publicitaire. Le rôle de directeur de la photographie et la réalisation d'un storyboard avant le tournage sont de vrais plaisirs, et cela vous fait grandir en tant que photographe. On vous demande d'apporter une idée et une trame narrative, et vous décidez comment la filmer et l'éclairer. C'est un défi intéressant.

« Comme je me concentre généralement sur le travail documentaire, mes premières démarches pour tourner des publicités ont été difficiles. Je pense que mon expérience dans le domaine de la télévision m'a aidé. Je connais la chaîne que vous devez connaître, donc ça a été plus facile que si j'étais parti de zéro. Mais cela peut être compliqué. C'est un secteur difficile avec beaucoup de pression et ce n'est pas facile d'y trouver sa place. Mais, je vois parfois des étudiants oublier ce qui compte le plus dans la photographie : la joie qu'elle vous procure. C'est lorsque l'on y met toute son âme qu'on raconte une bonne histoire. »

Rédigé par Kathrine Anker


L'équipement du photographe-vidéaste

L'équipement indispensable pour la photo et la vidéo

A camera bag is open, revealing two Canon DSLRs, lenses and accessories.

Appareil photo

Canon EOS 5D Mark IV

Pour les photographes qui exigent une qualité d'image exceptionnelle, le capteur de 30,4 millions de pixels du Canon EOS 5D Mark IV produit des images riches en détails, même dans les zones les plus claires et les plus ombragées.

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Zoom standard de qualité professionnelle offrant une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture rapide de f/2.8 sur toute la plage focale. Cet objectif de série L a la réputation d'être l'objectif zoom de référence pour les photographes professionnels.

Canon EF 35mm f/1.4L II USM

Un objectif à grand-angle standard prisé par les photographes de reportage pour sa perspective naturelle, ses capacités en basse lumière et ses excellentes performances optiques.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant