Le nageur slovène Darko Duric est né avec une amputation congénitale. Autrement dit, ses membres ne se sont pas formés in utero. Il a battu le record du monde du 50 m papillon dans la catégorie S4 en 2012. Le photographe sportif Samo Vidic a utilisé le flash pour figer le mouvement de l'eau afin de donner l'impression que des ailes aquatiques sont accrochées sur le dos du nageur. Photo prise avec un Canon EOS 6D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Samo Vidic

Pour le portrait et la photo d'action du nageur slovène Darko Duric, l'ambassadeur Canon Samo Vidic voulait que chaque image fasse instantanément comprendre l'histoire de Darko. Il a opté pour une photographie au flash haute vitesse afin de figer le mouvement de l'eau dans son portrait et a exploité des capacités de photographie aquatique pour saisir les gestes du nageur dans la piscine. Bien qu'il soit né sans jambes et avec un seul bras, Darko a toujours repoussé les limites pour devenir un sportif paralympique exceptionnel, double champion du monde et recordman du monde du 50 m papillon dans la catégorie S4. « Darko n'a qu'un bras, mais l'eau lui donne des ailes, en quelque sorte. C'est ce que je voulais montrer », déclare Samo.

La séance photo s'est déroulée dans une piscine de la capitale slovène, Ljubljana. Pour le portrait, Darko a posé sur un plongeoir. Samo a demandé à deux assistants de jeter des seaux d'eau sur le nageur, depuis la gauche et la droite, les gerbes d'eau formant comme des ailes sur le dos de Darko avant de tomber au sol. Le photographe a figé le mouvement de l'eau avec ses flashs de studio, après avoir positionné l'éclairage principal trois mètres devant le nageur et un rétroéclairage cinq mètres au-dessus de lui.

Christian Ziegler’s

Recevoir la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

« Je voulais un arrière-plan foncé [pour le portrait, afin de faire ressortir l'eau], mais la piscine avait des murs blancs qui reflétaient absolument tout », explique Samo. « Par conséquent, j'ai dû atténuer la lumière ambiante en éteignant la plupart des éclairages artificiels de la piscine et en utilisant mes flashs à pleine puissance, afin d'éclairer le sujet tout en faisant en sorte que l'arrière-plan reste foncé. »

Le site était plus petit que Samo ne l'avait imaginé, ce qui a obligé le photographe à reculer jusque dans les vestiaires en laissant la porte ouverte pour avoir tout ce qu'il voulait dans le cadre, avec son Canon EOS 6D Mark II et un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM.

A behind the scenes image shows Paralympic swimmer Darko Duric posing on a diving board while people splash water at him from buckets, studio lights and camera visible.
Pour le portrait de Darko Duric, le photographe Samo Vidic a eu l'idée de représenter des ailes avec des gerbes d'eau. « Darko n'a qu'un bras, mais l'eau lui donne des ailes, en quelque sorte », précise-t-il. © Aljosa Rebolj

« J'avais prévu de faire le portrait depuis la surface de l'eau, mais il aurait alors fallu que je sois à un mètre et demi du sujet et que j'utilise un objectif à grand-angle pour que le nageur apparaisse dans le cadre, et je n'aime pas faire ça avec les portraits », poursuit Samo. « De plus, les murs blancs étaient à environ deux mètres de Darko, ils auraient donc figuré beaucoup plus largement dans une prise en grand-angle et il aurait été impossible d'obtenir l'effet d'arrière-plan foncé en étant si près de lui. »

Samo a en revanche utilisé son objectif à grand-angle Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM pour le deuxième cliché : une photo aquatique de Darko nageant dans la piscine.

An underwater shot shows Darko Duric swimming in a pool, reaching in front with his right arm as his body tilts, the stump of his left arm pointing towards the pool’s surface.
Double champion du monde en 2013 (100 m nage libre et 50 m papillon) et médaillé d'argent et de bronze aux championnats d'Europe en 2016, Darko Duric a également représenté la Slovénie aux Jeux paralympiques de 2012 et de 2016. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM. © Samo Vidic

Pour le cliché en mouvement, Samo a dû relever les défis associés à la photographie aquatique. En effet, lorsque vous plongez, les niveaux de lumière faiblissent progressivement et le spectre lumineux rétrécit à mesure que la lumière infrarouge diminue. Pour compenser les modifications du spectre de couleurs, Samo a installé deux flashs de studio au bord de la piscine : il a éclairé le sujet depuis le dessus et à travers un hublot de la piscine, en pointant vers le sujet depuis une position située sous la surface de l'eau. Il s'est ensuite équipé avec son matériel de plongée pour aller photographier Darko pendant qu'il nageait dans la piscine. L'appareil photo, cette fois le Canon EOS 5D Mark IV, a été placé dans un boîtier spécialement conçu pour une utilisation sous l'eau et doté d'un joint en silicone pour une parfaite étanchéité. Il communiquait avec les éclairages via des câbles reliés à un transmetteur installé au bord de la piscine.

Samo Vidic is pictured in his diving suit, submerged underwater and aiming his camera up at paralympic swimmer Darko Duric swimming above.
Pour les photos d'action aquatiques, le Canon EOS 5D Mark IV de Samo Vidic communiquait avec les éclairages installés sur le bord de la piscine. © Aljosa Rebolj

En raison de la distorsion due au masque et à la réfraction de la lumière, de nombreux appareils photo ne peuvent faire une mise au point aussi précise sous l'eau qu'à la surface de l'eau, mais Samo a utilisé le mode AI Servo de l'appareil, qui permet de suivre les mouvements du sujet, afin d'aboutir à des photos ultra-nettes. Samo a également exploité le mode de prise de vue rapide en continu du Canon EOS 5D Mark IV afin de capturer 7 images par seconde. « Il est plus facile de réussir une bonne image en photographiant un nageur qui a deux bras. Darko n'ayant qu'un bras, je devais m'assurer d'optimiser mes chances de le capter dans une position idéale [avec le bras droit en extension avant et le visage bien visible] », explique-t-il.

« C'était la première fois que je faisais des photos sous l'eau avec le Canon EOS 5D Mark IV et tout a parfaitement fonctionné. L'autofocus s'est avéré excellent et toutes les images sont nettes, ce qui était ma principale préoccupation. »

Rédigé par Kathrine Anker


Canon Professional Services

Les membres ont accès au support CPS, localement et lors d'évènements majeurs, à un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, au prêt gratuit d'équipement de remplacement.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services