Le photographe sportif Samo Vidic a créé un effet de flou de bougé incroyable avec un outil inattendu : un éclairage placé dans une poubelle. Son sujet, la sprinteuse paralympique Libby Clegg, a battu le record mondial du 100 m T11 et a gagné deux médailles d'or aux Jeux paralympiques de Rio en 2016. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Samo Vidic

Le façonnage de la lumière avec des outils improvisés, et la création d'un flou de bougé coloré derrière un portrait en pleine action, telles sont les techniques inattendues que le photographe sportif Samo Vidic a utilisées pour prendre en photo Elizabeth « Libby » Clegg, membre de l'Ordre de l'Empire britannique, en se synchronisant sur le second rideau de l'appareil.

Libby, coureuse malvoyante médaillée des Jeux paralympiques, court pour la Grande Bretagne. Lors des Jeux paralympiques de Rio en 2016, elle a battu le record mondial du 100 m T11 lors de la demi-finale, avant de remporter la médaille d'or pour le 100 m T11 et le 200 m T11. Elle a également gagné la médaille d'argent au 100 m T12 lors des Jeux paralympiques de Londres 2012 et de Pékin 2008, ainsi que plusieurs médailles lors de championnats mondiaux et des Jeux du Commonwealth. Pour la photo d'action de Libby, l'ambassadeur Canon Samo souhaitait obtenir une image dynamique qui reflétait la vitesse d'un sprint sur 100 mètres.

Pour obtenir cet effet de flou de bougé inhabituel, où Libby apparaît nettement et laisse une trace colorée derrière elle, Samo a utilisé une vitesse d'obturation lente de 0,3 seconde et a déclenché le flash à la fin de l'exposition, une technique appelée synchronisation sur le second rideau. « Sans flash, vous ne verriez que le flou de bougé. Le flash doit être déclenché à la fin de l'exposition pour figer l'athlète », explique Samo.

Christian Ziegler’s

Recevoir la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Pour obtenir la lueur rose sur l'image, il a placé un panneau LED avec un filtre rose dans une poubelle derrière Libby, orientée vers son dos. « La forme de la poubelle a permis d'orienter l'éclairage vers Libby au lieu de le diffuser partout », explique-t-il. « J'ai ensuite placé deux bandes lumineuses derrière le starting-block, une de chaque côté, ainsi qu'une octabox grillagée devant le sujet. »

Samo a pris la photo d'action avec son outil de prédilection, le Canon EOS 5D Mark IV. « Ce qui me plait particulièrement avec cet appareil, c'est qu'on peut faire un shooting complet en utilisant la visée par l'écran, sans devoir changer la batterie », affirme Vidic. En ce qui concerne la résistance de l'athlète, Libby n'a pas dû courir très vite pour cette photo. « Sur ce cliché, on ne peut pas savoir si elle court vite ou non. Je lui ai donc demandé de se détendre, ce qui lui allait très bien. »

Libby Clegg can be seen running towards an Octobox, with a pink LED panel light behind her, and with Samo Vidic photographing her in the background.
Samo Vidic, assis, prend Libby Clegg en photo quittant le starting-block, éclairée par un panneau directionnel à LED rose placé dans une poubelle derrière elle. © Aljosa Rebolj

En ce qui concerne le portrait de Libby, Samo souhaitait raconter l'histoire de la sprinteuse de façon créative et a eu l'idée de laisser une fine bande lumineuse courir sur ses yeux. Cependant, il n'avait pas de filtre à disposition (un accessoire d'éclairage utilisé en photographie fixe et en mouvement pour bloquer la lumière), et la technique qu'il a utilisée s'est avérée plus complexe que prévu.

« Il existe des outils spécifiques que l'on peut utiliser pour façonner la lumière et obtenir ces effets, mais ils sont assez spécialisés et je n'ai pas pu en trouver à temps pour la séance photo », indique Samo. « Les loueurs n'en avaient aucun de disponible, j'ai même contacté l'usine de mon fabricant de matériel d'éclairage, sans succès ! ».

Libby Clegg is pictured in a dark picture, with light highlighted only across her eyes, and with her sprinting starting blocks on the ground behind her.
La médaillée d'or paralympique britannique Libby Clegg souffre d'une dystrophie maculaire de Stargardt, une maladie dégénérative de l'œil. Le photographe sportif Samo Vidic souhaitait raconter son histoire et a pris le parti créatif de souligner ses yeux, en plaçant le starting-block en arrière-plan. Photo prise avec un Canon EOS 6D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Samo Vidic

Mais il a ensuite eu une idée. « J'ai acheté du Cinefoil noir [un matériau noir mat en aluminium qui absorbe la lumière] et j'ai commencé à faire des essais chez moi avec mon fils », explique Vidic. « En coupant une fine bande dans le film, d'environ un centimètre de large et cinq centimètres de long, et en le plaçant devant mon flash, je pouvais bloquer toute la lumière sauf sur une fine bande, placée sur le visage du sujet. »

Pour créer un portrait en situation évocateur, Samo a placé Libby sur une piste de course, avec son starting-block et ses chaussures de course en arrière-plan. Il a placé un éclairage Spot sur le starting-block et les chaussures, tout en veillant à conserver suffisamment de lumière pour bien définir le visage et le corps de Libby. Pour cela, il a orienté un flash de studio sur le starting-block et a utilisé un léger rétroéclairage soulignant l'épaule, le cou et les cheveux de Libby. Enfin, il a placé le flash modifié avec le Cinefoil devant elle pour éclairer ses yeux.

Je photographiais en mode connecté pour vérifier que les éclairages mettaient bien en valeur le corps de Libby.

Samo a capturé le portrait de Libby avec un Canon EOS 6D Mark II et un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM, et il a été impressionné par la qualité des fichiers, même en ISO1600. « J'ai défini l'ISO à 1600 avant de commencer la prise de vue et je ne l'ai pas modifié », indique-t-il. « Je photographiais en mode connecté à l'ordinateur pour vérifier que les éclairages mettaient bien en valeur le corps de Libby, et à l'écran, les images étaient vraiment superbes en ISO1600. »

Il a également apprécié l'écran tactile orientable de l'appareil photo. « L'écran tactile a vraiment facilité la prise de vue plongeante », souligne Vidic. « Il me suffisait juste d'incliner l'écran, et l'écran tactile fonctionnait parfaitement. Libby était ravie du résultat, c'était une excellente séance photo ! ».

Rédigé par Kathrine Anker


Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant