ARTICLE

Big Cat Tales : la faune africaine à travers le viseur des reflex et du Canon EOS C300 Mark II

A young male lion lies in green grass with his head up and facing us. Another lion is just visible behind him, lying flat, and four giraffes roam behind them both.
Dans la réserve nationale du Masaï Mara, un jeune lion se délasse sous le regard des girafes. Selon les photographes Jonathan et Angela Scott, le Masaï Mara est le meilleur endroit au monde pour photographier les félins et d'autres animaux sauvages avec leurs nombreux reflex Canon et objectifs EF. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/250 s, f/9 et ISO 500. © Jonathan et Angela Scott

Lorsque la suite très attendue de la série documentaire de 1999 « Une réserve pour les félins » (titre original : Big Cat Diary) a été diffusée sur la chaîne Discovery Channel, les fans ont découvert les lions, les léopards et les guépards sous une toute nouvelle perspective. Dans Big Cat Tales, l'équipe d'origine, Jonathan Scott et Angela Scott, a utilisé ses caméras Cinema EOS et ses reflex Canon pour filmer et photographier plus rapidement, se rapprocher encore davantage et montrer le monde des félins comme nous ne l'avions jamais vu.

« J'ai toujours adoré l'aventure et été intrépide », précise Jonathan Scott. « L'Afrique correspondait donc exactement à ce que je recherchais et elle m'a donné l'occasion de vivre en communion avec la nature. » Aux côtés de sa femme Angela Scott, elle-même photographe, il s'est forgé une carrière exceptionnelle en tant que zoologue, défenseur de l'environnement, présentateur de documentaires animaliers et photographe animalier maintes fois primé.

Jonathan est né et a grandi au Royaume-Uni, mais l'Afrique est son continent d'adoption depuis 44 ans. Il a commencé à présenter des documentaires animaliers au début des années 1980 et a poursuivi sur sa lancée avec des émissions de premier plan telles que Flamingo Watch (1995) et Une réserve pour les félins (1996-2008). Avec Angela, il a également publié 35 livres sur la faune sauvage. Pourtant, la passion première de Jonathan et Angela a toujours été et reste la photographie. Ils sont tous deux ambassadeurs Canon depuis 2009 et chacun a remporté à titre individuel le prix convoité de Wildlife Photographer of the Year.

Dans cet entretien, Jonathan évoque sa fascination pour la faune africaine ainsi que les caméras Cinema EOS, les reflex, les objectifs CN-E et les objectifs de la série L grâce auxquels il peut travailler de longues heures, faire des prises de vue en basse lumière et photographier des guépards à 110 km/h.

A female lion and her two cubs walk beside a 4x4 car where two men lean out of its windows to film them.
L'équipe de tournage a filmé la série Big Cat Tales avec l'objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L USM, l'objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM, le zoom Cinéma à monture PL Canon CN-E 30-300mm T2.95-3.7 L SP et l'objectif Cinéma motorisé Canon CN20x50 IAS H E1/P1 pour les scènes extérieures. © Jonathan et Angela Scott
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Qu'est-ce qui vous a attiré vers l'Afrique à l'origine ?

« Je suis né dans une ferme du Berkshire et j'ai toujours adoré le plein air et l'histoire naturelle. J'ai suivi des études de zoologie à Ia Queen's University de Belfast, en Irlande du Nord. Poussé par mon amour pour la vie sauvage et les animaux, je regardais tous les programmes animaliers diffusés à la télévision. J'ai été fasciné par l'incroyable film Vivre libre, sorti en 1966, qui racontait l'histoire des Adamson et de leur quête pour réadapter la lionne Elsa à la nature kényane. Littéralement scotché sur mon siège, j'ai alors réalisé que mon rêve était là : vivre en Afrique avec des animaux sauvages. Je n'en démordais plus. Angie est née en Afrique (à Alexandrie, en Égypte) et, à partir de ses quatre ans, a grandi à Dar es Salam, en Tanzanie. L'Afrique et le safari coulaient dans ses veines, tout comme la photographie.

« En 1974, j'ai quitté Londres et traversé tout le continent africain jusqu'à Johannesbourg, et je ne l'ai jamais regretté. [Nous avons décidé de filmer Big Cat Tales au Kenya parce que] j'adore le Kenya ; les gens y sont très chaleureux et accueillants, et le Masaï Mara est tout simplement le meilleur endroit au monde pour photographier un large éventail d'oiseaux et de mammifères sauvages, en particulier ces félins exceptionnels. »

A female lion swipes at a male lion with her paw, both of them scowling.
Jonathan explique qu'il adore photographier les félins car ils sont « tout à la fois la belle et la bête ». Photo prise avec un Canon EOS-1D X équipé d'un objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1.4x à 1/1250 s, f/5.6 et ISO 1250. © Jonathan et Angela Scott

Quand avez-vous commencé à travailler professionnellement en tant que photographe ?

« Lorsque je suis venu vivre dans le Masaï Mara en 1977, j'ai vraiment commencé à prendre la photographie plus au sérieux. Je dépensais chaque centime économisé dans de nouveaux appareils et objectifs photo. Angie et moi avons eu la chance de nous faire un nom grâce à quelques ouvrages à succès tels que The Marsh Lions (1982) et The Leopard's Tale (1985), à la suite desquels des bibliothèques d'images nous ont contactés pour commercialiser nos photos. Notre victoire au prestigieux concours Wildlife Photographer of the Year (moi en 1987 et Angie en 2002) nous a complètement changé la vie, et nous sommes incroyablement fiers d'être le seul couple dans l'histoire de cette compétition à avoir tous deux remporté cette récompense. »

En quoi les félins sont-ils si particuliers à photographier ?

« Je pense que cela tient au fait que les félins sont tout à la fois la belle et la bête. Sans compter qu'ils sont si différents : les lions, les léopards et les guépards ont chacun une apparence et un caractère qui leur sont propres. Face à leur beauté extraordinaire et à cette explosion enivrante de vitesse et de puissance lorsqu'ils se mettent en chasse, je me sens vivant. Cela m'émeut profondément. Angie aime la nature sociale des lions et des lionnes, la fraternité qui s'en dégage. Elle ressent envers eux une empathie particulière, tandis que j'apprécie davantage le léopard solitaire pour sa capacité d'adaptation et son aptitude à vivre seul. Mais en matière d'action, rien ne peut égaler le guépard qui s'élance après sa proie à 100-110 km/h, si ce n'est peut-être la bataille épique entre une troupe de lions et un buffle. »

Three adult elephants and two young elephants walk together in grasslands, with trees and other elephants in the background.
Outre les lions, les léopards et les guépards de la réserve nationale kényane de Masaï Mara, Jonathan, Angela et l'équipe de tournage de Big Cat Tales ont suivi les activités des autres animaux de la région. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 1/400 s, f/6.3 et ISO 1000. © Jonathan et Angela Scott
A close-up shot shows a pelican’s eyes, beak and plumage seen straight-on.

Des pélicans qui ont du caractère : les portraits d'oiseaux en contre-plongée d'Andy Rouse

Andy Rouse, ambassadeur Canon, raconte comment il est parvenu à faire ressortir le caractère affirmé des pélicans frisés menacés d'extinction.

Quels sont les équipements indispensables de votre sacoche de photographe ?

« Nous aimons tous les deux le Canon EOS-1D X Mark II. Il offre 12 à 14 images par seconde en mode de prise de vue à haute vitesse au format RAW, et quand on capture une scène en mouvement, on a besoin d'autant d'images que possible. Il dispose également d'un excellent autofocus, un atout essentiel pour suivre des sujets en mouvement tels que des aigles et des guépards. La réduction du bruit est à la pointe, même si nous évitons de dépasser une sensibilité ISO 2000. Nous aimons également beaucoup le EOS 5D Mark IV. L'écran tactile et la vidéo sont exceptionnels. Angie adore l'appareil photo EOS 5DS R pour la qualité de l'image. Il est idéal pour les portraits et les paysages, car il enregistre les moindres détails.

« Mon objectif de prédilection est le Canon EF 200-400mm f/4L IS USM avec multiplicateur 1,4x intégré. Il est totalement polyvalent. Il inclut le meilleur de la technologie en un seul objectif, avec une portée et une flexibilité hors pair quand il s'agit de composition, sans oublier sa netteté extraordinaire et son excellent stabilisateur d'image. J'apprécie également le Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM. Le véhicule d'Angie dispose de panneaux latéraux en toile qui s'ouvrent par une fermeture éclair, ce qui lui permet de photographier en contre-plongée, et nous utilisons aussi parfois le viseur au niveau de la taille.

« Angie utilise les appareils Canon EF 600mm f/4L IS II USM et EF 800mm f/5.6L IS USM. Elle adore se glisser dans l'intimité des félins sans les déranger. Elle apprécie également la polyvalence de l'appareil EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM, capable d'effectuer la mise au point à une distance d'un mètre et de conserver une netteté exceptionnelle avec son excellent stabilisateur d'image. Angie utilise parfois le multiplicateur de focale Extender EF 1.4x III avec le 600 mm : il est ultra-net, et la perte d'un diaphragme de lumière n'a pas d'incidence car il suffit d'augmenter l'ISO si besoin. Pour les gros objectifs, Angie utilise deux supports sur rail posés sur un rebord de fenêtre du 4x4. »

A cheetah sits in grass looking up at two giraffes walking by.
Le plus grand animal observe le plus rapide : la composition souligne à quel point les girafes semblent immenses en comparaison du félin le plus rapide du monde. Jonathan indique que l'objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1.4x a été utilisé pour prendre cette photo : « Il est totalement polyvalent. Il inclut le meilleur de la technologie en un seul objectif, avec une portée et une flexibilité hors pair quand il s'agit de composition. » Photo prise avec un Canon EOS-1D X équipé d'un objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1.4x à 1/500 s, f/5.6 et ISO 125. © Jonathan et Angela Scott

Vous avez travaillé sur l'émission Une réserve pour les félins de 1996 à 2008. Comment est né Big Cat Tales, votre nouveau projet ?

« Nous avons travaillé avec le réalisateur Abraham Joffe sur sa série à succès Terre en Lumière en 2016. Il nous a demandé si nous serions intéressés par une nouvelle série télévisée, filmée dans le Masaï Mara. Au départ, nous avons refusé, ou du moins répondu que nous allions y réfléchir. Aujourd'hui, nous avons tous les deux plus de 65 ans. Nous n'arrêterons jamais de travailler ou de photographier, mais cela nous semblait être le bon moment pour faire une pause. Toutefois, nous avons rapidement changé d'avis. Compte tenu de la popularité de la série Une réserve pour les félins, nous savions qu'il existait toujours un véritable engouement pour les récits animaliers émouvants consacrés aux félins d'Afrique. En collaborant avec Abraham, nous avions l'occasion de créer une nouvelle série combinant ses qualités de producteur au talent narratif qui est le nôtre. »

Comment vous êtes-vous réparti le travail de présentation et de prise de vue ?

« Angela et moi présentons tous deux l'émission, aux côtés de notre ami maasaï Jackson Ole Looseyia. C'est très important que les Kényans se sentent liés à leur merveilleux patrimoine naturel, pas seulement pour ses retombées économiques, mais simplement pour sa splendeur et sa valeur esthétique, sans oublier sa portée écologique. L'intégration de Jackson dans l'équipe constitue un véritable atout pour la production, en valorisant les Kényans et en leur montrant le type de travail auquel ils peuvent aspirer. Angie était également chargée de prendre les photos de tournage et de dénicher les animaux. Grâce à sa grande expérience, elle est la personne idéale pour endosser plusieurs rôles à la fois. »

A female lion and three cubs play on the trunk of a tree that’s growing at a 45-degree angle. A camouflaged 4x4 car is beneath the tree.
Pour les prises de vue des présentateurs depuis la voiture dans des situations aussi extraordinaires que celle-ci, l'équipe a utilisé des caméras Canon EOS C300 Mark II avec les objectifs Canon EF 16-35mm f/4L IS USM, Canon EF 11-24mm f/4L USM, l'objectif à focale fixe Canon CN-E 14mm T3.1 L F Cinema ou bien l'objectif Canon CN-E 24mm T1.5 L F. © Jonathan et Angela Scott
A low-angle shot shows a leopard’s head and front paws as it perches high up in a tree, blending in slightly with the dappled light from the treetop.
Jonathan confie que le léopard est son félin préféré, en raison de sa capacité d'adaptation et de son caractère solitaire, qui transparaissent sur cette image. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM à 1/320 s, f/8 et ISO 1000. © Jonathan et Angela Scott

Comment les nouvelles technologies ont-elles influencé votre façon de filmer cette émission ?

« Les caméras ont énormément évolué depuis la dernière fois que nous avons filmé une série comme celle-ci, il y a dix ans. Cette nouvelle émission est davantage cinématique, son style est plus épique, et l'utilisation de drones pour filmer les paysages et les présentateurs en tournage dans leur véhicule rend la réalisation plus contemporaine. »

Quels équipements Canon avez-vous utilisés pour les prises de vue vidéo ?

« L'équipe d'Abraham utilisait des caméras EOS C300 Mark II dans chaque véhicule pour les scènes en voiture. La portée dynamique, les performances en basse lumière, la résolution 4K et l'entrée XLR intégrée font de cette caméra un excellent choix. Nous avons principalement utilisé l'objectif EF 16-35mm f/4L IS USM ainsi que l'objectif EF 11-24mm f/4L USM lorsque nous étions dans des endroits très étroits. Nous avons aussi eu recours à des objectifs Cinéma tels que l'objectif à focale fixe Canon CN-E 14mm T3.1 L F Cinema et le CN-E 24mm T1.5 L F.

« Pour les scènes extérieures, nous avons utilisé les objectifs EF 70-200mm f/2.8L USM et EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM, ainsi que deux superbes objectifs Cinéma : le zoom Cinéma à monture PL CN-E 30-300mm T2.95-3.7 L SP et l'objectif Cinéma motorisé CN20x50 IAS H E1/P1. »

Three lion cubs walk along a fallen tree branch, the last cub chewing playfully on the tail of the cub in front.
Angela apprécie la nature sociale des lions, parfaitement soulignée par ces lionceaux qui jouent dans cette composition simple et efficace. À la naissance, les lionceaux sont tachetés pour mieux se camoufler ; ces taches s'estompent avec le temps mais restent sur leur ventre toute leur vie. Photo prise avec le Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 600mm f/4L IS II USM à 1/500 s, f/4.0 et ISO 6400. © Jonathan et Angela Scott

Quel était le meilleur objectif pour filmer les animaux en mouvement ?

« Le CN20x50 IAS H E1/P1, d'une distance focale de 50-1000 mm, était l'objectif le plus utile dont nous disposions. Grâce à sa plage de focales et à sa netteté hors pair, nous pouvions absolument tout filmer. Les caractéristiques exceptionnelles de cet objectif nous ont permis de capturer des scènes incroyables avec nos félins, notamment les scènes de chasse des guépards. »

Qu'avez-vous préféré dans le tournage de cette émission ?

« Personnellement, j'ai beaucoup aimé travailler sur une nouvelle série télévisée. J'adore le processus de création d'un film, de narration, et Ie simple bonheur d'être sur le terrain pendant plusieurs semaines. Cela permet de vraiment s'immerger dans le paysage et de mieux appréhender la nature individuelle de ces félins. Pour Angie, passer du temps avec nos vieux amis de la Troupe de lions du Marais était inestimable. Nous voulions offrir une émission exceptionnelle, autant sur le plan visuel que narratif, et nous étions prêts à travailler de 5 h du matin à 20 h et plus chaque jour pour atteindre notre objectif. Nous avons aussi bénéficié de l'aide précieuse et des encouragements des autorités kényanes : tout le monde nous a soutenus et cela a créé un formidable élan. »

Rédigé par David Clark


L'équipement de Jonathan et Angela Scott

Les indispensables de la photographie de safari

Photographers Jonathan and Angela Scott lean on the side of a camouflaged window, their Canon cameras with telephoto lenses set up in front of them, ready to photograph wildlife.

Appareils photo

Canon EOS-1D X Mark II

Grâce à son capteur CMOS plein format à haute sensibilité de 20,2 millions de pixels, à son système autofocus Dual Pixel étendu à 61 collimateurs et à sa fonction d'enregistrement vidéo à 14 im./s, le Canon EOS-1D X Mark II offre des performances de pointe. Selon Jonathan, « quand on capture une scène en mouvement, on a besoin d'autant d'images que possible ».

Canon EOS 5D Mark IV

Ce reflex plein format de 30,4 millions de pixels capture le moindre détail, même en situation de contraste extrême, tandis que la prise de vue en continu à 7 im./s est utile lorsque vous souhaitez saisir l'instant parfait. « L'écran tactile et la vidéo sont exceptionnels », indique Jonathan.

Canon EOS 5DS R

Le capteur CMOS plein format de 50,6 millions de pixels de ce reflex numérique capture un niveau de détail extraordinaire. Pour Jonathan, « il est idéal pour les portraits et les paysages, car il enregistre les moindres détails. »

Objectifs

Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM

Ce super téléobjectif zoom polyvalent, compact et portable dispose d'un stabilisateur d'image à 4 vitesses et d'une optique de haute qualité qui offre une netteté superbe. Angie adore sa polyvalence et le fait qu'il soit « capable d'effectuer la mise au point à une distance d'un mètre et de conserver une netteté exceptionnelle avec son excellent stabilisateur d'image », explique Jonathan.

Canon EF 600mm f/4L IS II USM

Un super téléobjectif doté d'un stabilisateur d'image intégré et d'une grande ouverture maximale de f/4. Angie l'utilise car elle « adore se glisser dans l'intimité des félins sans les déranger », explique Jonathan.

Multiplicateur de focale

Multiplicateur Canon EF 1.4x III

Ce multiplicateur compact augmente la distance focale des téléobjectifs Canon de la série L ou des téléobjectifs zoom par un facteur de 1,4x, avec une haute précision de l'autofocus. Jonathan indique qu'Angie l'utilise car « il est ultra-net, et la perte d'un diaphragme de lumière n'a pas d'incidence car il suffit d'augmenter l'ISO si besoin ».

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant