ARTICLE

Young Photographer : saisir la passion et l'audace liées à un sport amateur

Julian Finney saisit la passion et la difficulté que représente l'escalade avec cette photo de l'athlète Imogen Horrocks suspendue à un mur d'escalade par une main. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 85mm f/1.4L IS USM à 1/1250 s, f/1.4 et ISO4000. © Julian Finney/Getty Images

La photographie sportive peut sembler aussi compétitive que le jeu sur le terrain ; il n'y a qu'à observer le stéréotype classique, à savoir une file de photographes nerveux au bord de la ligne de touche avec leurs téléobjectifs imposants, rivalisant pour réaliser la photo de la journée. Mais cela ne doit pas nécessairement se passer ainsi. Tout comme le sport peut s'assimiler à un défi que vous vous lancez plutôt qu'à battre un adversaire, la photographie sportive peut nécessiter de collaborer avec d'autres personnes pour aller plus loin.

Dans le dernier projet de collaboration Young Photographer entre Getty Images et Canon, le photographe sportif aguerri Julian Finney s'est associé au jeune talent Francis Augusto. Ils ont tous deux photographié le sport amateur de l'escalade (sans aucun cordage) qui ne cesse de se développer, et renforcé leurs compétences en apprenant l'un de l'autre.

Francis, qui s'intéresse personnellement à cette discipline, s'inspire depuis longtemps des travaux de Vivian Maier, une photographe de rue américaine. De ce fait, il a toujours privilégié les personnes et s'est plus récemment tourné vers le sport. « Ce qui m'intéresse ce sont les histoires humaines et la manière dont je peux photographier les gens et la vie dans différents sports, » explique Francis. « Je souhaite véritablement que lorsque les gens regardent mes photos, les sujets trouvent un écho auprès d'eux. »

Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Francis a photographié le côté humain des athlètes en action lors de sa séance avec Julian, un maître de la photographie sportive. Julian, photographe sportif chez Getty Images, a plus de 20 ans d'expérience dans le domaine de la photographie de sports de haut niveau. Il a notamment couvert des Coupes du monde de football, Jeux olympiques et tournois de Wimbledon.

Plutôt que de se contenter d'un terrain ou d'un court traditionnel, les deux photographes se sont rendus dans la salle d'escalade de Yonder à Walthamstow, Londres, pour réaliser des prises de vue de cette discipline qui ne cesse de faire des adeptes. Ce sport connaît un véritable engouement ces dernières années parmi les amateurs et fera pour la première fois son entrée aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

« Il était important de photographier une discipline accessible pratiquée par des amateurs, ce que l'escalade représente vraiment, » ajoute Julian. « C'est le moment idéal de photographier un sport en plein essor et qui aura une portée bien plus large après Tokyo. Je ne l'ai jamais fait jusqu'à présent. »

Julian Finney photographs climber Declan Rounthwaite beginning to scale a wall without a rope or harness.
Julian a photographié le grimpeur Declan Rounthwaite escaladant une paroi sans aucun cordage ni harnais de sécurité. © Dan Dennison
Francis Augusto gestures to a climber as he holds his Canon EOS 5D Mark IV to one eye.
Francis a travaillé avec les athlètes pendant qu'ils escaladaient la paroi. « Je souhaitais mettre à profit cette séance pour apprendre à connaître les athlètes, les photographier dans des situations différentes qui les intéressent, et pas uniquement prendre de jolis portraits d'eux, » dit-il. © Dan Dennison

Photographie au plus près de l'action

Avec leurs sujets faisant la plupart du temps face au mur d'escalade, ce type de photographie n'est pas aussi simple. Mais pour les photographes, être en intérieur et au plus près de l'action permet d'utiliser des objectifs à focale fixe que les professionnels évitent généralement lorsqu'ils couvrent des événements sportifs importants.

« En général, si vous optez pour un objectif fixe, la photo sera peut-être meilleure mais vous passerez certainement à côté de quelque chose, » explique Julian, qui travaille avec deux boîtiers Canon EOS-1D X Mark II. « Dans cette série de clichés, j'ai principalement utilisé un Canon EF 50mm f/1.2L USM et un Canon EF 85mm f/1.4L IS USM parce que ces deux objectifs permettent de prendre des photos avec une ouverture maximale f/1.2 et f/1.4, qui offre davantage de lumière. J'apprécie le rendu des images que les objectifs fixes produisent, avec les superbes arrière-plans. J'ai également utilisé l'objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM pour la liberté de mouvement qu'il offre. »

Le mur d'escalade et ses prises aux couleurs multiples ont constitué la toile de fond idéale permettant à Julian de tester la création de GIF animés. Il les a créés en assemblant une série d'images prises en rafale à l'aide du mode de prise de vue en continu de son Canon EOS-1D X Mark II (comme l'illustre la vidéo ci-dessus). « Ce sont des images fixes mais cela crée un mouvement, » dit-il. « Je les ai testées dans d'autres endroits et ai pensé que cela fonctionnerait bien ici parce que le mur abstrait lui-même était intéressant, outre le fait de voir ensuite quelqu'un l'escalader et le descendre. »

Declan Rounthwaite hangs by one hand from a climbing wall, body arcing gracefully to one side.
Sur cette photo, Francis immortalise l'action et le danger liés au sport, en saisissant la tension du corps et la grâce des mouvements de l'athlète. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 35mm f/1.4L II USM à 1/320 s, f/1.4 et ISO1250. © Photo de Francis Augusto
A close-up of an athlete's hand, powder-covered fingertips clinging to a hold in a climbing wall.
La photo de la main d'un grimpeur réalisée par Francis illustre la puissance de ce sport et les efforts qu'il nécessite. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/3200 s, f/1.2 et ISO 1000. © Photo de Francis Augusto

Francis s'est attaché à réaliser des prises de vue précises, notamment en photographiant la magnésie sur les mains des grimpeurs et en prenant des clichés de style documentaire de moments en coulisses avec les athlètes Imogen Horrocks (membre de l'équipe d'escalade de Grande-Bretagne) et Declan Rounthwaite, son partenaire d'escalade. « Certains de mes clichés préférés sont ceux des sportifs en fin de journée qui décompressent, parce qu'ils traduisent toute la difficulté d'être un athlète, » ajoute Francis. « C'est précisément cela que je recherchais. »

Photographer Frits van Eldik looks through the viewfinder of one of four Canon EOS 5DS R cameras mounted on a rig on a mountaintop overlooking Monaco.

Photographier le Grand Prix de Monaco depuis le sommet d'une montagne

Frits van Eldik révèle comment il a utilisé des appareils photo Canon EOS 5DS R pour prendre des photos incroyablement détaillées de la course automobile depuis le sommet d'une montagne à 2 km de distance.

Photographier une scène d'action, telle que le moment où Imogen a sauté d'une prise colorée à une autre, a nécessité de bons réflexes et un savoir-faire technique. « Vous devez connaître l'ouverture à utiliser afin de saisir ce qui se passe sans être complètement dans la netteté ni dans le flou, » poursuit Francis. « La vitesse d'obturation doit être relativement élevée afin d'obtenir des photos de l'interaction entre la main et la prise mais également pour capturer le moment où elle la lâche. C'était intéressant d'essayer de réussir cela. »

Francis a également privilégié les objectifs à focale fixe avec son Canon EOS 5D Mark IV. « La plupart du temps, j'utilise un Canon EF 35mm f/1.4L II USM et un Canon EF 135mm f/2L USM. Le 35mm est un objectif polyvalent avec une grande ouverture qui permet d'obtenir un aspect net alors que le 135mm est tout simplement élégant, beau, très rapide et réactif.

« En tant que photographe, je pense qu'il est très important de considérer l'appareil et l'objectif comme un prolongement de soi, et les objectifs à focale fixe vous incitent à être plus physique et à utiliser votre corps, » explique-t-il. Il reconnaît, toutefois, que cette approche est inadaptée lorsqu'il s'agit de rencontres sportives où il est impossible de se rapprocher de l'action. « Je dois alors accepter de ne pas être aussi puriste et adopter des objectifs zoom. »

A female athlete moving between handholds, one foot on a hold and her other limbs seeming to float in the air.
Francis a réussi à photographier Imogen en mouvement, quasiment en suspension entre les prises. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 35mm f/1.4L II USM à 1/400 s, f/1.8 et ISO800. © Photo de Francis Augusto
A male athlete hangs almost horizontal under a climbing wall, one leg in the air.
Julian a adopté une autre approche, et cette image traduit le défi physique que représente l'escalade du mur. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 85mm f/1.4L IS USM à 1/640 s, f/1.4 et ISO800. © Julian Finney/Getty Images

Une longueur d'avance sur les athlètes

Outre choisir l'équipement adapté, Julian précise que la couverture d'un événement sportif nécessite d'avoir une longueur d'avance sur les athlètes. « La photographie sportive consiste à anticiper l'action, » dit-il. « La difficulté réside dans la capacité à s'adapter à l'action qui peut se dérouler n'importe où. Lorsque vous êtes en extérieur, la lumière change en permanence. Le soleil peut disparaître derrière les nuages et l'ensemble de vos réglages changent complètement. Vous devez donc réagir extrêmement vite parce que la compétition se poursuit.

« Vous réfléchissez toujours à la lumière et aux arrière-plans. C'est un processus de réflexion continu qui requiert une bonne dose de concentration. Ces sports sont vraiment rapides. Vous devez donc connaître le sport que vous allez couvrir, l'étudier et utiliser le bon objectif au bon moment. »

Les réflexes éclairs de Julian étaient évidents pour Francis, même lors de la séance photo plus lente. « Il est capable de réagir extrêmement vite, » ajoute Francis. « Il a su anticiper la situation, c'est à dire prévoir dans quelle direction l'athlète irait ou son hésitation, et s'adapter. C'était super. »

A male athlete's powder-covered hands.
La grande ouverture qu'utilise Julian offre une faible profondeur de champ qui attire l'attention du spectateur sur les doigts de l'athlète. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/500 s, f/1.2 et ISO800. © Julian Finney/Getty Images

Francis a tiré des enseignements utiles de Julian lors de cette séance, il a notamment découvert l'importance d'explorer un environnement. « Lorsque nous nous sommes rendus dans la salle d'escalade, j'ai passé quelques minutes à regarder autour de moi et à prendre des photos, alors que Julian a travaillé une bonne vingtaine de minutes avant que les athlètes ne fassent leur entrée, » déclare-t-il. « Je ne suis pas aussi méthodique en termes de pré-production. Cela permet de mieux comprendre à quel endroit le sujet doit se trouver pour que la photo soit meilleure et de renforcer l'efficacité de la prise de vue. »

Ce fut, toutefois, un processus d'apprentissage dans les deux sens puisque Julian a également tiré des enseignements de Francis. « Ce qui m'a le plus intéressé a été d'observer les différentes approches que Francis a adoptées pour gérer la séance photo, notamment les portraits. J'aime prévoir les choses, puis j'essaie de photographier ce que j'ai à l'esprit alors que Francis fait preuve de davantage de désinvolture. C'est plus naturel chez lui et il parvient à obtenir quelque chose de différent du modèle ou de l'athlète, » dit Julian.

« J'apprends toujours en tant que photographe, et j'aime collaborer avec d'autres personnes et découvrir leur point de vue. Il est bon de ne pas partir du principe que votre manière de procéder est la meilleure. »

A female climber stands, hands on hips, under a climbing wall with colourful handholds.
Le portrait d'Imogen réalisé par Julian la place dans le cadre de son sport. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/250 s, f/1.2 et ISO250. © Julian Finney/Getty Images
A female climber stands with hands on hips, with a male climber behind her.
Même si vous ne savez pas qu'Imogen et Declan sont des athlètes, la photo de Julian saisit leur force et leur assurance. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/250 s, f/1.2 et ISO400. © Julian Finney/Getty Images

La collaboration a eu lieu à une période où Julian essayait de remettre en question sa propre photographie. « Lorsque vous travaillez dans le même domaine ou sur les mêmes événements, année après année, vous limitez de fait votre champ d'action, et risquez de ne plus vous renouveler, » dit-il. « De nombreux facteurs relèvent du hasard, parce que les choses se passent sur le terrain et vous ne les contrôlez pas vraiment. Pour me motiver, j'essaie de travailler de manière plus créative sur le sport. Je prends, par exemple, des photos en studios et j'innove. »

« Outre l'appareil, » ajoute Francis, « nous nous intéressons également tous les deux aux gens. Julian pratique cela depuis des années et cherche en permanence à les photographier sous un angle intéressant. C'est ce qui nous a vraiment rapprochés. »

Conseils de Julian Finney en matière de photographie sportive

1. Informez-vous bien sur le sport que vous couvrez
« Les meilleurs photographes sportifs sont ceux qui connaissent autant de sports que possible. Le football et le tennis sont ceux que je préfère parce que ce sont ceux que j'ai pratiqués le plus pendant ma jeunesse, d'ailleurs je joue encore au tennis aujourd'hui. Je peux m'identifier aux figures que les joueurs adoptent parce que je connais tel type de revers sur le court ou telle frappe sur le terrain lorsque je joue. Je peux donc réagir rapidement. »

2. Prenez l'habitude de travailler avec rapidité
« Il ne s'agit pas simplement d'être un fan de sports et d'aimer le sport. Il faut également être un bon photographe et comprendre ce que vous faites sur le plan technique, notamment comment utiliser une vitesse d'obturation rapide d'environ 1/1600 ou 1/2000 s pour réagir vite à des mouvements rapides tout en vous déplaçant avec votre appareil. Tout va très vite et le photographe doit être très réactif. Je ne pense pas que cette capacité soit innée, elle se travaille. Ne culpabilisez pas si vous ne parvenez pas à tout saisir au début, cela arrive à tout le monde. Cela m'est arrivé aussi. »

3. Créez un portfolio dans le milieu sportif amateur
« Il est difficile d'assister à des événements majeurs, mais rien ne vous y oblige. De nombreux événements sportifs amateur se déroulent en permanence. Essayez d'observer des sports différents, d'expérimenter votre style de photo et d'identifier les sports que vous appréciez. La plupart des rencontres sportives amateur ont lieu les week-ends et en soirée, mais c'est indispensable pour devenir un photographe sportif. Prévoyez vos meilleures prises de vue l'été ou lorsque le soleil est de retour et que la lumière est belle ; consacrez un peu plus de temps à ces photos et créez votre portfolio. »

An athlete flexes her toes back with her fingers.
Francis a utilisé le téléobjectif Canon EF 135mm f/2L USM pour capturer des détails fascinants lors de la préparation des athlètes. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 135mm f/2L USM à 1/800 s, f/2 et ISO 1250. © Photo de Francis Augusto
A female athlete stands with arms relaxed by her sides and head slightly tilted to one side.
Francis a réalisé un portrait informel d'Imogen qui met en valeur son allure athlétique. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/640 s, f/1.4 et ISO 800. © Photo de Francis Augusto

Conseils de Francis Augusto en matière de photographie sportive

1. Faites-vous encadrer et encadrez les autres
« Ce qui m'a intéressé le plus dans cette séance photo c'est d'avoir été encadré par Julian et d'avoir échangé avec lui avant, pendant et après. Il a été exemplaire et prêt à répondre à toutes mes questions. Il est toujours agréable que quelqu'un qui fait ce que vous faites depuis des années vous dise que vos photos sont belles. Si vous le respectez et qu'il travaille dans le même secteur que vous, c'est toujours une satisfaction et cette reconnaissance peut vous aider à bien des égards. J'ai moi-même été mentor, et je pense que lorsque le mentor poursuit et fait évoluer la relation, et fait preuve d'honnêteté vis-à-vis de ceux qu'il encadre, c'est extrêmement fructueux. »

2. N'hésitez pas à changer de genre
« Les individus ont des facettes multiples, notamment les artistes et les créateurs, et peuvent offrir bien plus que ce qu'ils révèlent au départ. Vous pouvez en permanence essayer d'évoluer jusqu'à ce vous soyez contacté pour du travail. Vous risquez de devoir accepter une rémunération moindre pour changer de style de photographie, mais le plus important c'est de réfléchir à l'avenir et à ce que vous visez. Le bénéficie que vous en tirerez compensera largement les efforts que vous aurez déployés pour en arriver là. »

3. Collaborez avec vos sujets
« Lorsque j'ai du temps, j'apprécie vraiment de demander à un sujet les photos qu'il aimerait prendre s'il était lui-même derrière l'objectif. Cela permet de s'inspirer d'idées nouvelles. Je lui demande ce qui lui semble sympa et lui dis, « Allons-y, prenons cette photo. ». Je souhaitais mettre à profit cette séance pour apprendre à connaître les athlètes et les photographier dans des situations différentes qui les intéressent, et pas uniquement prendre de jolis portraits d'eux. Imogen voulait vraiment saisir le moment où elle passe d'une prise à l'autre. Nous avons donc travaillé là-dessus pendant un moment pour saisir l'instant où elle saute et s'agrippe à une prise et qu'un nuage de magnésie se disperse dans l'air. »

Rédigé par Lucy Fulford


L'équipement de Julian Finney

L'équipement utilisé par la plupart des photographes sportifs professionnels

A Canon EOS-1D X Mark II camera with EF 85mm f/1.4L IS USM lens and various other Canon lenses beside it.

Appareils photo

Canon EOS-1D X Mark II

Reflex professionnel phare de Canon. Capteur plein format de 20,2 millions de pixels. Système autofocus à 61 collimateurs. Maximum de 14 im./s. ISO jusqu'à 409.600.

Objectifs

Canon EF 50mm f/1.2L USM

Objectif USM professionnel de série L avec ouverture de f/1,2 permettant des prises de vue en basse lumière et un contrôle total de la profondeur de champ. « Prendre des photos avec l'ouverture maximale f/1.2 offre davantage de lumière, » déclare Julian, « J'apprécie également le rendu des images que les objectifs fixes produisent, avec les superbes arrière-plans. »

Canon EF 85mm f/1.4L IS USM

Cet objectif pour portrait rapide produit des images lumineuses, nettes, pleines de contraste et de couleurs avec un niveau élevé de détails. Il accompagne parfaitement les capteurs haute résolution. La technologie Air Sphere Coating (ASC) permet de supprimer les images fantômes et les réverbérations internes tandis qu'une grande ouverture f/1.4 crée une faible profondeur de champ.

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Zoom standard de qualité professionnelle offrant une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture rapide de f/2.8 sur toute la plage focale. Ce zoom optique est incontournable pour de nombreux photographes professionnels, grâce à son optique précise et à sa capacité à être utilisé dans presque tous les environnements. « J'ai utilisé cet objectif pour la liberté de mouvement qu'il offre, » dit Julian.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant