ARTICLE

Les femmes dans la photographie : Hannah Peters le long des lignes de touche avec le Canon EOS-1D X Mark II

Hannah Peters capture la gymnaste chypriote Viktoria Skittidi et son ballon au bon moment, pour créer une image originale. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM à 1/2656 s, f/2,8 et ISO 4000. © Hannah Peters/Getty Images

La photographie sportive va très vite, comme le sport lui-même. Le jeu préféré d'Hannah Peters c'est de prendre une photo et être la première à la publier. C'est ce qu'elle fait chaque jour. « Après la finale du 100 mètres des Jeux Olympiques, on a publié des photos après 14 ou 15 secondes, c'est incroyable. Les photos passent directement de l'appareil à l'éditeur et, en quelques secondes, elles sont publiées. C'est une vraie compétition, avec beaucoup de pression. Il faut aller le plus vite possible. »

En tant que (rare) femme photographe de sport à plein temps en Nouvelle-Zélande, Hannah travaille avec Getty Images et habite à Auckland. Elle a voyagé à Pékin, Athènes, Sotchi, Londres et Vancouver pour couvrir les Jeux Olympiques et Paralympiques, mais photographie aussi dans son pays. Dans le cadre de notre série Women in Photography (Les femmes dans la photographie), Hannah nous raconte sa carrière et ses débuts.

Two wrestlers in a ring, one jumping over another
James Shaw face à Liam Fury pendant un combat de catch professionnel. Le timing, une vitesse d'obturation rapide et une position au bord du ring ont été les éléments clés pour immortaliser ce spectacle. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM à 1/1328 s, f/2,8 et ISO 4000. © Hannah Peters/Getty Images
Christian Ziegler’s

Recevoir la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

« Je n'ai jamais été une athlète, mais j'ai toujours aimé, pratiqué et suivi le sport. Je suis passionnée de sport et de photographie, je cherche à prendre « la » photo. J'adore me retrouver sur des événements sportifs et essayer de capturer quelque chose en une fraction de seconde. C'est de la pure adrénaline, c'est passionnant. »

La carrière de photographe d'Hannah a démarré, selon ses propres termes, lorsqu'elle était « une ado geek de 17 ans ». Lors d'un entretien avec le directeur d'une agence de sports, auquel elle est venue en uniforme de lycéenne, on lui a dit de laisser tomber l'école et de sortir le weekend pour aller faire des photos de sport. « Photographie tout ce que tu pourras », m'a-t-il dit. C'est ce qu'elle a fait.

« J'avais un appareil photo avec un tout petit objectif, rien d'extraordinaire, et heureusement, il y avait un marathon. Je me suis mise sur la route et j'ai photographié tous ceux qui passaient devant moi. Lundi, je lui ai amené la pellicule. J'ai appris plus tard qu'il avait demandé la même chose à quatre ou cinq autres personnes et que j'avais été la seule à revenir. Je crois que c'est comme ça que j'ai décroché le poste. J'ai trié beaucoup de diapositives, observé des milliers de photos chaque jour et c'est comme ça que j'ai appris. J'ai été plongée dans le grand bain tout de suite. » Après quelques années avec cette agence, Hannah est devenue freelance puis est passée chez Getty où elle travaille toujours.

Two rugby players head to head
Un guerrier maori présente le taiaha du match (une arme maori traditionnelle ressemblant à un bâton) à Rory Best, de l'équipe de rugby des Lions britanniques et irlandais. Le rugby occupe une grande place dans la carrière d'Hannah chez Getty en Nouvelle-Zélande. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM à 1/1328 s, f/3,2 et ISO 3200. © Hannah Peters/Getty Images

Anticiper le mouvement

Le rugby, et notamment les All Blacks (l'équipe nationale néo-zélandaise), occupe une grande place dans la vie professionnelle d'Hannah. « Nous [Getty] sommes les photographes officiels des All Blacks, donc nous suivons beaucoup [de séances] d'entraînements pendant la semaine. Nous apprenons les combinaisons des arrières en même temps qu'eux, pour mieux savoir ce qu'ils feront en match. Les All Blacks sont des superstars, mais ce sont aussi de très bons sujets. Je fais beaucoup de portraits d'eux chaque année et nous gérons également toutes les photos des coulisses. Ils sont tous très professionnels et c'est une activité bien huilée. »

Il y a peu de sports qu'Hannah n'a pas couverts, mais elle a une vraie passion pour les Jeux Paralympiques. « J'ai été envoyée à Athènes avec l'équipe néo-zélandaise, donc j'ai travaillé avec eux et une relation s'est créée. Je suis ensuite allée à Pékin, Vancouver, Sotchi et Londres avec eux. J'ai appris à connaître les athlètes. Ils sont juste incroyables et vous pouvez obtenir de magnifiques images. En fait, partout où vous regardez, vous voyez une image. »

« Les Jeux Paralympiques font moins de bruit que les Jeux Olympiques, ce qui facilite les conditions de travail du photographe. Les athlètes veulent être photographiés. Ils apprécient notre présence et veulent aussi profiter de la couverture médiatique. C'est un vrai plaisir. »

Front-on mono photo of a paralympic swimmer doing breaststroke
L'athlète paralympique néo-zélandaise Sophie Pascoe lors d'une manche du 100 m brasse SB9 féminin. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X équipé d'un objectif Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM à 1/1600 s, f/2,8 et ISO 1250. © Hannah Peters/Getty Images

Tri à la volée

L'expérience de la couverture d'un événement sportif peut beaucoup varier, que l'on soit seul ou dans une grande équipe. « Si je suis seule pour un match, je vais courir le long de la touche et anticiper à chaque fois où je dois me positionner. Si l'équipe attaque, je dois donc être devant eux. Je n'arrête pas de courir pendant 80 minutes. Je pense aussi aux différents angles : est-ce que j'élargis ou est-ce que je change un peu les choses ? Mais si vous travaillez en équipe, votre rôle est défini et tout le monde travaille ensemble. Il suffit juste d'une bonne communication et de toujours savoir où chacun se trouve. »

« Les Jeux Olympiques c'est le top. Avec Getty on travaille en équipe conséquente, environ 45 photographes, et j'adore cette ambiance. Une grande partie de mon métier est consacrée au tri à la volée. Nous avons des éditeurs en direct partout dans le monde et nous leur envoyons nos photos à distance depuis nos appareils photo. On classe (aussi à voix haute) pendant qu'on prend des photos. Il faut connaître son sujet pour donner les bonnes instructions. Sur l'étiquette vocale, je dis souvent « recadrage vertical » ou « coupe la personne à droite pour un recentrage sur l'action. »

Pour qu'Hannah ait le plus de flexibilité possible lors des événements, elle embarque trois boîtiers Canon EOS-1D X Mark II avec de nombreux objectifs. Les plus utilisés étant les objectifs Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM et Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM. « Le Canon EOS-1D X Mark II a vraiment fait la différence [dans mon travail], surtout dans un stade sombre ou une situation de basse lumière. Cela m'a permis de monter en ISO sans perdre en qualité, améliorant le nombre de photos utilisables lors d'un événement.

« J'adore aussi utiliser l'objectif Canon EF 85mm f/1.2L II USM pour les portraits. Il est rapide et précis et peut transformer une situation normale en moment spécial. »

A fencing match, one player kneeling victorious
L'Italien Andrea Baldini (droite) fêtant sa victoire face au Japonais Yuki Ota en escrime. Photo prise avec le modèle Canon EOS-1D X équipé d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM à 1/800 s, f/3,2 et ISO 1250. © Hannah Peters/Getty Images

« On veut tous la même chose. »

Hannah pense rarement à sa condition de « femme » dans son métier, malgré leur nombre limité dans le monde de la photographie sportive. « Je ne pense pas que le sexe doit être considéré. Au début, tout le monde doit gagner le respect par son travail. Je suis tout aussi compétitive que mon voisin masculin. On veut tous la même chose.

« La Nouvelle-Zélande, c'est plutôt cool. On se connaît tous, ce sont les mêmes personnes à chaque match et il n'y a pas d'hostilité. Lorsque je me rends à un événement international, il y a plus de femmes et je me dis « Ok, je ne suis pas toute seule en fait ». Donc, je le remarque, mais je n'y pense pas. »

Récemment, Hannah a eu son premier bébé, synonyme d'éloignement des terrains. « Avoir un enfant a été une décision importante pour mon mari et moi, sachant que je ratais les Jeux de Rio. Je me suis arrêtée neuf mois, une éternité dans ce métier. Je suis passée par tous les doutes habituels : est-ce que je reviendrai ? Quand je reviendrai, serai-je toujours la même ? Et si quelqu'un d'autre prenait ma place pendant que je suis absente ? Le plus dur, ce fut de retrouver la confiance et de jongler avec la vie professionnelle. Il n'y a pas véritablement de guide à suivre car il n'y a pas beaucoup de femmes photographes de sport dans le secteur. C'est difficile de trouver du soutien.

« Mais mon chef s'est montré très compréhensif. Il m'a dit qu'il y aurait d'autres Jeux Olympiques, et il a raison. En fait, je me suis rendue compte qu'à notre époque, avoir un enfant ne signifiait pas finir sa carrière. Il suffit d'être soutenue, et tout va bien. »

Personne ne pourra arrêter Hannah Peters. Vous la retrouverez en train de courir au bord du terrain à Tokyo en 2020.

Rédigé par Lottie Davies


Le kit d'Hannah Peters

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Photographer Hannah Peters holds a Canon camera as she stands in a rugby stadium, fireworks in the background.

Appareil photo

EOS-1D X Mark II de Canon

Grâce à son capteur CMOS plein format à haute sensibilité de 20,2 millions de pixels, à son système autofocus Dual Pixel étendu à 61 collimateurs et à sa fonction d'enregistrement vidéo 4K, le Canon EOS-1D X Mark II offre des performances de pointe.

Objectifs

Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM

Un robuste et puissant téléobjectif zoom, un stabilisateur d'image 4 vitesses idéal pour la prise de vue à main levée en condition de basse lumière et des lentilles à dispersion ultra-faible pour un contraste élevé et des couleurs naturelles.

Canon EF 400mm f/2.8L IS II USM

Super téléobjectif ultra-hautes performances de série L doté d'un stabilisateur d'image 4 vitesses et de 3 modes. L'EF 400mm f/2.8L IS II USM offre une qualité d'image exceptionnelle et sa robustesse en fait un objectif idéal pour photographier les événements sportifs et la faune.

Canon EF 85mm f/1.2L II USM

Un téléobjectif court professionnel haute précision pour vos prises de vue en basse lumière ou nécessitant une faible profondeur de champ. Le téléobjectif idéal pour les portraits créatifs.

Accessoires

Canon Speedlite 600EX-RT

Flash puissant pour utilisation en mode interne ou externe. Le déclenchement radio intégré permet de contrôler les conditions d'éclairage à distance, dans un rayon de 30 mètres.

Canon WFT-E8

Compatible avec la norme IEEE 802.11ac, le WFT-E8 offre une vitesse de transmission par LAN sans fil très élevée, des options de transfert FTP et de prise de vue à distance avancées et propose des fonctions supplémentaires afin de tirer le meilleur parti de votre EOS-1D X Mark II.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant