ARTICLE

Photo de la grande course : photographier le Grand Prix de Monaco à 2 km de distance, avec un Canon EOS 5DS R

Frits van Eldik a immortalisé des détails époustouflants en photographiant le début du Grand Prix de Monaco 2018 depuis le sommet d'une montagne à plus de 2 km de distance. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM à 200 mm, 1/2000 s, f/5.6 et ISO800. © Frits van Eldik

Frits van Eldik a photographié les plus grands évènements sportifs au monde, mais une de ses ambitions reste encore insatisfaite. Alors qu'il prenait des photos d'action sur la piste, l'ambassadeur Canon rêvait de photographier le Grand Prix de Monaco depuis des montagnes situées en dehors de la ville, afin de prendre des photos qui placeraient la course dans le contexte plus large de la situation géographique spectaculaire de la ville.

Le Grand Prix de Monaco est l'un des évènements de course automobile les plus glamours et palpitants au monde. Il se déroule sur un circuit difficile qui serpente les rues de Monaco dignes d'un labyrinthe, tout près de son somptueux port rempli de yachts sur la côte méditerranéenne.

« Le Grand Prix de Monaco est un évènement très spécial, car le monde entier le regarde », explique Frits, photographe néerlandais de sports mécaniques. « Même les personnes qui ne connaissent rien en Formule 1 ont entendu parler du Grand Prix de Monaco. Pour les photographes, il est toujours difficile d'obtenir l'autorisation des agents de sécurité locaux et de laborieuses discussions sont souvent nécessaires avant de pouvoir commencer à prendre des photos. Mais lorsque vous travaillez sur la piste, c'est un endroit merveilleux pour prendre des photos. »

Frits van Eldik looks through the viewfinder of one of four Canon EOS 5DS R cameras mounted on a rig on a mountaintop overlooking Monaco.
Frits s'est installé au sommet d'une montagne surplombant Monaco, avec une série d'appareils photo Canon EOS 5DS R équipés de différents objectifs. © Jip Barth Fotografie
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Frits a plus d'expérience dans les grands évènements de course que la plupart des photographes. Après avoir décidé de devenir photographe de sports automobiles à l'âge de 11 ans, il a photographié son premier Grand Prix en 1989 et photographie régulièrement des courses importantes depuis lors, notamment à l'occasion de l'Indianapolis 500 et de la course des 24 Heures du Mans.

Fils d'un propriétaire de garage qui était également un photographe passionné, Frits a été attiré par ce travail du fait d'une double passion : celle des voitures et celle de la photographie. Aujourd'hui, il apprécie encore pleinement la diversité qu'implique son travail. « La photographie de sports automobiles inclut tous les types de photographies », explique-t-il.

« En une journée, ou même en une courte séance, vous pouvez être photographe d'action, photographier des paysages et des portraits, enfiler la casquette de photographe journalistique, mais aussi celle du paparazzo qui court après les célébrités. C'est ce que j'aime avec le type de photographie que je fais. »
An aerial view looking down over Monaco, with the edge of a rock out of focus in the near foreground. Photo by Frits van Eldik with a Canon EOS 5DS R.
Vue depuis le sommet de la montagne avec un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à une distance focale de 55 mm. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 55 mm, 1/2000 s, f/4.0 et ISO200. © Frits van Eldik

Immortaliser l'action à distance

Cependant, à mesure qu'il évoluait dans ces travaux variés, Frits a eu envie de réaliser un projet spécial qu'il avait élaboré lors de ses déplacements dans la ville. « Monaco est toujours très animée au moment du Grand Prix », explique Frits. « J'aime conduire le plus haut possible autour de Monaco. L'une des montagnes offre une vue magnifique sur la ville, je me rends là-bas pour me détendre avec une pizza et une boisson.

« Depuis ce point de vue, on peut voir une partie de la piste. J'ai toujours eu dans l'idée de photographier le Grand Prix depuis cet endroit. Je voulais montrer les bateaux dans le port et les tribunes bondées. Le problème, c'est que cet endroit se trouve à environ 2,3 km de distance et que les voitures paraissent très petites. Je devais donc photographier la course au début, afin que les voitures soient toutes regroupées. »

Frits savait qu'en se rendant au sommet de la montagne, il n'avait aucune chance de pouvoir revenir pour photographier quoi que ce soit de la course elle-même pour ses clients. Ainsi, au fil des ans, il a fait son travail en photographiant la course depuis la piste, tout en s'imaginant les photos en hauteur qu'il aimerait prendre un jour.

Canon EOS 5DS R cameras on a mountaintop looking out towards Monaco in the distance.
La série d'appareils photo Canon EOS 5DS R de Frits a démontré son impressionnante résolution en capturant des détails invisibles à l'œil nu. © Jip Barth Fotografie
A low-light photo from the rear of the racing car driven by Fernando Alonso, its brake lights emitting a red glow on the wet track.

Course au clair de lune : les coulisses de la photo de F1 rare de Frits van Eldik

Fits van Eldik révèle comment l'idée lui est venue de prendre une photo à la fois saisissante et mystérieuse du pilote de Formule 1 Fernando Alonso alors qu'il conduisait dans l'obscurité.

Ce rêve a commencé à se concrétiser lorsque l'appareil photo Canon EOS 5DS R de 50 millions de pixels est sorti en 2015. Frits s'est alors rendu compte qu'il pourrait désormais prendre des photos depuis la montagne et, en combinant l'appareil photo avec des objectifs spécifiques, créer des fichiers qui pourraient être imprimés en grand format afin de révéler les détails qui l'intéressaient dans la scène. C'est ainsi qu'en 2018, il a décidé de renoncer à tous les autres travaux sur le Grand Prix de Monaco et de se concentrer sur le début de la course depuis le point de vue de la montagne.

Mais quel objectif devait-il utiliser ? « Lorsque vous regardez en bas et que vous voyez tout Monaco, la vue est superbe avec un objectif de 17 mm, mais elle l'est tout autant avec un objectif de 600 mm ou avec n'importe quel modèle entre les deux », explique-t-il. « Si je comptais ignorer tous mes projets pendant le week-end, il était important que je mette ce temps à profit. J'ai donc décidé d'utiliser huit appareils photo simultanément depuis le même point de vue, avec huit objectifs différents, afin de m'assurer d'immortaliser ce moment précis. »

Dans les jours qui ont précédé le Grand Prix de Monaco 2018, Frits a demandé à son équipe d'emmener l'équipement au sommet de la montagne et de s'assurer que l'endroit ne présentait pas de dangers ou de difficultés. Mais les nouvelles qu'ils lui donnèrent n'étaient pas bonnes. Jour après jour, des nuages se formaient au-dessus de la mer, se dirigeaient vers la côte et obscurcissant complètement la ville.
Photographer Frits van Eldik stands on a rocky outcrop, with cameras mounted on rigs beside him, looking to one side with binoculars.
À son poste, Frits attend le début de la course, avec des nuages provenant de la mer. © Jip Barth Fotografie

Frits ne comptait pas abandonner pour autant. « Si vous voulez vraiment accomplir quelque chose, consacrez toute votre énergie à faire en sorte que ça fonctionne », explique-t-il. Ainsi, le dimanche matin de la course, il gravit la montagne pour évaluer la situation. Même si la ville était visible, le vent soufflait très fort et faisait bouger les appareils photo montés sur trépied. La situation était telle qu'il commença à envisager d'abandonner la séance. Mais il décida finalement de changer ses plans et de s'adapter aux circonstances.

Sélection des objectifs et des distances focales

Au lieu de prendre des photos avec huit objectifs, Frits a décidé d'en utiliser seulement quatre : le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM, le Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM, le Canon EF 200-400mm f/4L IS USM et le Canon EF 600mm f/4L IS III USM. En les réglant à des distances focales de 70 mm, 135 mm, 200 mm et 600 mm respectivement, il savait qu'il disposerait de deux séries de photos pour chacune de ces distances focales. Malgré le vent, il espérait qu'au moins l'une de ces photos serait nette.

Chaque objectif a été testé pour déterminer l'ouverture à laquelle il produirait des résultats optimaux en fonction de la scène et des conditions. Chaque appareil photo a ensuite été réglé à une vitesse d'obturation d'au moins 1/2000 s pour s'assurer que le mouvement des voitures soit figé. La luminosité étant faible, Frits a dû augmenter la sensibilité ISO des appareils photo afin de rendre possible une vitesse d'obturation de 1/2000 s à l'ouverture qu'il souhaitait utiliser.

Après avoir réglé les appareils photo sur une fréquence d'image élevée, Frits a ensuite retiré le pare-soleil des objectifs pour éviter une forte prise au vent. Il a regardé nerveusement l'attroupement jusqu'au lieu de la course avec ses jumelles, puis le moment de commencer à photographier est enfin arrivé. Quand la course a débuté, il a utilisé des télécommandes pour déclencher simultanément les huit appareils photo Canon EOS 5DS R. Ensuite, même si l'instant T tant attendu était passé, il a photographié quelques tours supplémentaires, mais s'est arrêté quand de grands écarts commençaient à se former entre les voitures et qu'elles étaient à peine visibles sur les images.

Eight Canon EOS 5DS R cameras mounted on rigs stand on a high mountaintop viewpoint, with only the open ocean visible behind.
La série d'appareils photo de Frits se trouvait à un endroit tellement exposé qu'il a dû y fixer des bouteilles d'eau en guise de lest et enlever le pare-soleil des objectifs afin d'éviter que le vent ne les emporte. © Jip Barth Fotografie

Impression grand format

Une fois sa mission remplie, Frits et son équipe ont remballé tout l'équipement, sauté dans sa voiture et commencé leur voyage de retour aux Pays-Bas, alors que la course était toujours en cours.

« J'avais toutes les cartes mémoire, mais je n'ai pas tout de suite eu le courage de regarder les photos », admet-il. « J'ai fini par les regarder sur mon ordinateur portable et je me suis dit : "Oui, je l'ai fait !". Je venais de créer une image du Grand Prix totalement inédite.

« Mais même si j'avais attendu ce moment depuis 20 ans, je n'étais pas franchement enthousiaste à l'idée de voir les photos à l'écran. » Le sentiment de réussite est venu plus tard, quand Frits a vu les images sous forme d'impressions grand format réalisées avec une imprimante Canon imagePROGRAF PRO-4000. « C'est là que j'ai vraiment ressenti une vague d'enthousiasme », avoue-t-il. « Lorsque vous avez une impression de plus de deux mètres de large, vous vous rendez compte que la seule façon de prouver la qualité du fichier de l'appareil photo est d'effectuer une impression grand format. Ce n'est qu'à ce moment-là que vous pouvez admirer le niveau de détails. »

An aerial view of the 2018 Monaco Grand Prix taken with a Canon telephoto lens. Photo by Frits van Eldik with a Canon EOS 5DS R.
Avec un objectif de 600 mm, même à plus de 2 km de distance, Frits a réussi à immortaliser des détails époustouflants sur les voitures, les rues et la foule assistant au spectacle depuis les balcons de la ville. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 600mm f/4L IS II USM à 1/2000 s, f/5.6, ISO800. © Frits van Eldik

Frits a réalisé deux impressions du Grand Prix : l'une prise avec l'objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm et l'autre avec l'objectif Canon EF 600mm f/4L IS III USM. Les deux clichés ont été pris au même moment, au tout début de la course.

« En règle générale, lorsqu'une impression de ce format est affichée sur un mur, les gens s'éloignent pour voir correctement l'image. Mais dans ce cas, il faut s'avancer pour pouvoir tout voir : le niveau de détails est incroyable. On y aperçoit des gens penchés par-dessus des balcons avec leurs téléphones pour immortaliser l'instant, ainsi que d'autres personnes qui mangent et ne regardent même pas la course. Sans oublier les étincelles produites par les voitures et la scène complète regroupées ensemble, mais également la ville de Monaco dans son ensemble. Lorsque vous voyez ces deux impressions côte à côte et réalisez qu'elles ont été prises à environ 2,5 km de distance, c'est très impressionnant. »

Après des années passées à rêver de ces prises de vue et à surmonter les changements de dernière minute, comment Frits se sent-il lorsqu'il regarde la version finale des impressions ? « Au final, tout s'est très bien déroulé », précise-t-il. « De mon point de vue, les images sont magnifiques. Évidemment, le rendu aurait pu être encore meilleur si le soleil avait été au rendez-vous. Mais s'il avait fait 30 degrés, j'aurais eu de la brume sèche et peut-être même des nuages à cette heure de la journée. Le vent fort et les conditions plus fraîches ont donc joué en ma faveur.

« Prendre ce cliché figurait sur ma liste de choses à faire depuis longtemps. Maintenant que je l'ai fait, j'en suis très satisfait. »

Rédigé par David Clark


L'équipement de Frits van Eldik

L'appareil utilisé par la plupart des photographes professionnels

The contents of motorsports photographer Frits van Eldik's kitbag, including 14 Canon camera bodies and several telephoto lenses.

Appareils photo

Canon EOS 5DS R

Reflex numérique conçu pour offrir une qualité d'image exceptionnelle, avec une résolution de 50,6 millions de pixels et sans filtre passe-bas pour optimiser la netteté. Jaroslav nous explique : « Mes clients commerciaux souhaitent des images de qualité, souvent pour des panneaux publicitaires ou de grandes affiches. Le Canon EOS 5DS R m'est alors indispensable. »

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Cet objectif à zoom standard de qualité professionnelle offre une netteté d'image exceptionnelle et une robustesse digne de la série L. Son ouverture constante de f/2.8 vous permet non seulement de prendre de superbes photos, même en basse lumière, mais aussi de contrôler facilement la profondeur de champ.

Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM

Un classique moderne, ce téléobjectif à ouverture rapide est un grand favori des photographes de tous genres. Il est désormais encore plus performant en lumière vive et est conçu pour fonctionner dans les conditions les plus difficiles.

Canon EF 600mm f/4L IS II USM

Un super téléobjectif à agrandissement élevé, doté d'un stabilisateur d'image intégré et d'une grande ouverture maximale de f/4. Idéal pour la photographie animalière, naturaliste et sportive.

Imprimante

Canon imagePROGRAF PRO-4000

Offre des tirages d'une qualité exceptionnelle sur des supports allant jusqu'à 44 pouces. Le système à 12 réservoirs d'encre LUCIA PRO et la tête d'impression 1,28 pouce garantissent des couleurs vives, des noirs denses, des vitesses d'impression rapides et une qualité incroyable. « Le niveau de détails est incroyable », déclare Frits.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant