ARTICLE

Comment penser comme le photographe de paysages David Hurn

S'il semble s'agir d'un paysage de carte postale au premier coup d'œil, le photographe David Hurn de l'agence Magnum Photos y est totalement hermétique. Le front de mer est constitué intégralement de structures en béton imbriquées, construites dans les années 1980 pour protéger la route de la mer. Pour David, « Il s'agit de l'une des deux plus belles sculptures du Pays de Galles ». Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/160 s, f/8 et ISO400. © David Hurn / Magnum Photos

« Je ne prétends pas être le successeur d'Ansel Adams, qui a déjà fourni un travail d'exception impossible à égaler », nous dit humblement David Hurn, célèbre photographe de l'agence Magnum Photos. Il s'est fait connaître en tant que photojournaliste en documentant la révolution hongroise de 1956, avant de partager la scène photographique avec de grands noms tels que Sir Don McCullin, Philip Jones Griffiths et Ian Berry. Aujourd'hui âgé de plus de 80 ans, David vient de se tourner vers un style photographique qui lui était totalement étranger jusqu'alors : la photographie de paysages.

Il partage cet intérêt récent avec Don McCullin, qui vient de publier son premier recueil uniquement constitué de photos de paysages. « Je connais Don depuis les années 50 », précise David, né en 1934, un an seulement avant Don. « En plus d'être un ami proche, il n'a jamais délaissé la photographie, tout comme moi. Lorsque j'arrive à me lever de mon fauteuil, ce qui relève du défi par les temps qui courent, je sors prendre quelques photos. Don et moi nous ressemblons sur ce point. »

Walkers and tourists on the summit of Mount Snowdon, looking down over misty lakes and valleys. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
David met un point d'honneur à chercher des paysages qui revêtent une importance particulière, allant au-delà de leur simple beauté. Il a croisé des randonneurs et des touristes au sommet du mont Snowdon, le point culminant du Pays de Galles. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/250 s, f/10 et ISO200. © David Hurn / Magnum Photos
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Don McCullin affectionne tout particulièrement les ciels sombres et les scènes dramatiques évoquant le conflit et la destruction. L'approche adoptée par David est totalement différente. Et comme il tient à le souligner, son but n'est pas de prendre des photos de carte postale. « Les paysages dits "majestueux" ne m'intéressent pas vraiment », confie-t-il.

Il se passionne pour la culture, et plus spécifiquement celle de son pays, le Pays de Galles. « J'ai souvent entendu l'expression galloise "C'est ma culture", et je me suis toujours demandé ce qu'elle était réellement pour moi. C'est un mot que tout le monde utilise, mais si vous demandez à quelqu'un ce qu'il entend exactement par "culture", il aura du mal à vous répondre », poursuit-il.

David tente donc d'expliquer l'inexplicable à travers sa photographie documentaire. Il s'est d'abord intéressé aux gens et à leurs professions, ce qui a abouti à deux ouvrages intitulés « Wales : Land of My Father » (Pays de Galles : la terre de mon père) et « Living in Wales » (La vie au Pays de Galles). Le troisième thème qu'il souhaitait explorer était la relation de l'Homme à son environnement, et son incidence sur celui-ci. Un tel thème impliquait de nouvelles perspectives, évidentes pour tout autre photographe envisageant un projet de photographie documentaire de paysages.

David nous dévoile son approche créative, discute de l'évolution de ses projets et prodigue de précieux conseils en matière de photographie documentaire de paysages.

Multi-coloured boulders, some with vivid pink and grey stripes, at Caerfai Beach. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
David a suivi les conseils de scientifiques pour trouver des sites géologiques dignes d'intérêt comme Caerfai Beach, une plage absolument fascinante couverte de rochers multicolores. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/50 s, f/11 et ISO200. © David Hurn / Magnum Photos

1. Demandez-vous ce qui vous intéresse

David avait une idée très précise de ce qu'il ne voulait pas faire. « Je ne voulais pas photographier mes panoramas préférés. Je ne m'intéresse pas vraiment aux émotions personnelles des photographes », commence-t-il. « Cette approche est un peu trop narcissique à mon goût. »

Il ne voulait pas non plus être assimilé à un artiste conceptuel. « Monter en voiture pour prendre des photos par la fenêtre tous les 500 m entre le sud et le nord du Pays de Galles, puis me fendre de cinq pages expliquant le sens profond de ma démarche... Disons que ce n'est pas pour moi : je trouve cela ennuyeux à mourir ! », conclut-il.

David hurn

Conversation avec Sir Don McCullin

L'emblématique photojournaliste britannique évoque sa vie et son œuvre, notamment son nouveau film intitulé « McCullin in Kolkata ».

Un jour, alors qu'il flânait chez un bouquiniste, David a mis la main sur un ouvrage rare portant sur la géologie du Pays de Galles. « J'ai constaté que les scientifiques connaissaient avec précision la géologie du Pays de Galles, mais les illustrations ne m'intéressaient pas, s'agissant essentiellement de photogravures, de schémas simplifiés et de gravures sur bois. Je me souviens avoir pensé : « Que se passerait-il si un scientifique me disait quoi photographier ? ».

David a alors rencontré des géologues et des anthropologues, puis suivi les recommandations précises d'Ordnance Survey pour accéder aux pierres les plus anciennes du Pays de Galles, à la vallée glaciaire iconique, à une sépulture mégalithique et à d'autres paysages significatifs sur le plan scientifique.

« Ensuite, tout s'est enchaîné. J'ai demandé : "Où se trouve le centre du Pays de Galles ? Quel est son point culminant ? Son niveau le plus bas ?" Mon projet se clôturera probablement avec les terrains de golf, que je trouve passionnants, car il s'agit de la quintessence des paysages créés par l'homme », raconte David.

Walkers are dwarfed by a hill at Pwll Du near Blaenavon, which is actually a spoil heap left from the days of coal mining. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
Le Pays de Galles est jalonné de villages qui ont été abandonnés à la fin de l'ère industrielle, en particulier à la fermeture des mines de charbon. Les paysages bordant le village gallois de Pwll Du, non loin de Blaenavon, démoli en 1963, a été façonné par l'industrie à l'aube de l'exploitation minière et de l'extraction en carrière dans la région. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/30 s, f/16 et ISO100. © David Hurn / Magnum Photos

2. Cherchez à comprendre ce que vous voyez

Il est tentant de supposer que les autres ont les mêmes associations d'idée que soi, et que ce que nous considérons comme romantique, par exemple, l'a toujours été. Dans son étude des premières peintures de paysages, David a compris que les apparences étaient parfois trompeuses, et que chaque scène pouvait receler un sens plus profond.

« Par exemple, alors que les châteaux ont été érigés dans le but de réprimer le peuple, ils sont soudainement devenus, à un moment de notre histoire, de véritables symboles du romantisme », explique-t-il. « Ce phénomène s'illustre très clairement dans les tableaux de peintres comme Turner, dépeignant les châteaux de manière très romantique. Ce sont ces petites prises de conscience qui m'ont incité à me lancer dans la photographie de paysages. J'ai alors commencé à parcourir mon pays afin d'apprendre à le connaître. Je suis revenu de mes pérégrinations avec des photos qui me plaisent et me semblent servir un but. »

Picturesque landscape scenes seen reflected in the windows of a slightly shabby train carriage. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
Sur la photo de David représentant un vieux wagon, aujourd'hui reconverti en centre des visiteurs du village gallois Tintern, les artéfacts humains ne font pas seulement partie du décor. D'une certaine manière, le paysage est vu à travers le filtre de la construction humaine. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/40 s, f/9 et ISO200. © David Hurn / Magnum Photos

3. Cherchez l'œuvre de l'homme

La culture peut se manifester de multiples façons. Une grande partie du projet de David s'est concentrée sur les apports de l'humanité aux paysages, comme les différentes formes d'art. Mais il a également choisi de révéler les traces moins glorieuses de l'humanité.

« Alors que j'admirais les plus vieilles pierres du Pays de Galles, mon regard a été attiré par une scène consternante. Des cannettes et autres détritus abandonnées jonchaient le site.

« Dans de telles circonstances, mon travail prend une tournure politique. Ainsi, sur ma photo finale, le spectacle des plus vieilles pierres du Pays de Galles est nuancé par les canettes, de façon à montrer l'irrespect des gens à l'égard du paysage. »

An old building by an arched bridge is covered in bright red Virginia Creeper. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
Tu Hwnt i'r Bont, palais de justice vieux de 400 ans situé aux abords d'un pont du XVe siècle, se métamorphose chaque année, lorsque la vigne vierge qui le recouvre revêt ses couleurs automnales. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/80 s, f/9 et ISO200. © David Hurn / Magnum Photos

4. Pensez à ce que la couleur pourrait apporter

En tant que photographe documentaire, David a toujours pris des clichés en noir et blanc. Sa nouvelle spécialité l'a toutefois incité à changer ses habitudes.

« Si vous photographiez deux personnes sur le point de s'embrasser, et que l'une d'entre elles porte une cravate orange criarde, ce sera la première chose que vous verrez dans un cliché en couleur. Il s'agira presque d'une photo de mode avant d'être un témoignage des émotions humaines.

C'est la raison pour laquelle je privilégie habituellement le noir et blanc. La couleur ne m'intéresse pas vraiment. Je cherche surtout à capter les émotions, à faire transparaître les relations entre les personnes. Mais paysages et couleurs font bon ménage. Ce genre de problème ne se pose pas. Et il ne fait aucun doute que les couleurs automnales et hivernales ne sont pas les mêmes. Il m'a donc paru logique de photographier les paysages en couleur », explique-t-il.

The remains of a circular stone hut, with two modern cottages behind. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
Les Holyhead Mountain Hut Circles sont les vestiges de huttes de pierre datant de la Préhistoire. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/4L IS USM à 1/320 s, f/10 et ISO200. © David Hurn / Magnum Photos

5. Déterminez l'équipement dont vous avez besoin

Pour quelqu'un qui a l'habitude de prendre des photos spontanées au milieu d'une foule, la préparation d'un projet de photographie de paysages présente de nouveaux défis et de nouvelles exigences. David connaissait la tendance des photographes de paysages exposés à imprimer des photos plus grandes que les photos documentaires. Il souhaitait obtenir la meilleure résolution possible avec un appareil photo capable de produire un résultat semblable à un appareil grand format 4 × 5, sans avoir à transporter de chambre photographique.

La solution : le Canon EOS 5DS R. « La qualité est excellente, la photo est parfaitement nette », s'enthousiasme David. « L'appareil compense mon manque d'expertise technique. Je l'oriente et le résultat que j'obtiens correspond exactement à ce qu'il m'a semblé voir. Que demander de plus ? Les expositions semblent toujours parfaites », ajoute-t-il.

David utilise son Canon EOS 5DS R comme il utiliserait un 4 × 5, en le plaçant sur un trépied et en composant minutieusement ses photos. Il définit généralement la sensibilité sur ISO200 avec une ouverture d'environ f/9, et préfère effectuer une mise au point arrière à l'aide de la touche AF-ON, une habitude qu'il a développée au cours de ses années d'expérience en tant que photographe documentaire.

Même si le Canon EOS 5DS R présente des options de recadrage personnalisables qui floutent les zones extérieures au cadre du viseur, David a trouvé un moyen plus simple de prendre des photos pour son format de prédilection, le cadre 6 × 8 : « J'ai mis à profit le petit quadrillage du viseur, et il se trouve que les deux lignes extérieures correspondent environ au format 6 × 8. Je dispose également d'une petite marge de manœuvre pour recadrer légèrement l'image », précise-t-il.

A forest of young pine trees, with a few cut down; a wire fence stands in the foreground, with a drinks can on a post. Photo by David Hurn on a Canon EOS 5DS R.
Pins exploités, et signes encore plus manifestes de l'activité humaine, comme une cannette abandonnée. Photo prise avec un Canon EOS 5DS R équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/4L IS USM à 1/8 s, f/16 et ISO200. © David Hurn / Magnum Photos

Puisqu'il se sert d'un trépied, il privilégie les objectifs zoom qui l'aident à cadrer l'image à sa guise. Il s'équipe toujours des objectifs Canon EF 16-35mm f/4L IS USM et Canon EF 24-70mm f/4L IS USM pour photographier des paysages. « Je privilégie les objectifs f/4 aux objectifs f/2,8, étant donné que j'utilise quasi systématiquement une ouverture s'étendant de f/8 à f/11. Je ne pense pas qu'il y ait de réelle différence de qualité optique entre les ouvertures f/2,8 et f/4. Les objectifs f/4 sont aussi beaucoup plus légers, ce qui a son importance, à mon âge ! », ironise-t-il.

S'il utilisait principalement des objectifs à focale fixe pour ses documentaires habituels, il n'a jamais eu l'impression d'y perdre en les délaissant pour ce projet. « J'ignore s'il existe de meilleurs objectifs », ajoute-t-il. « La qualité me semble extraordinaire. Je m'intéresse à l'impression finale et je n'ai encore jamais vu d'impression de meilleure qualité que la mienne. Avec ces deux objectifs, je bénéficie d'une plage comprise entre 16 et 70 mm », explique-t-il.

Jusqu'à présent, David a photographié plus de 500 sites et prévoit de terminer son projet en 2019. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'il va cesser de photographier des paysages. « C'est quelque chose qui me passionne. Avec les paysages, vous pouvez prendre votre temps quel que soit l'état votre état, que vous ayez besoin d'un déambulateur ou même que quelqu'un vous porte pour vous déplacer ! », plaisante-t-il.

Rédigé par Kathrine Anker


L'équipement de David Hurn

L'appareil utilisé par la plupart des photographes professionnels

A portrait of David Hurn. © David Hurn / Magnum Photos

Appareil photo

Canon EOS 5DS R

Reflex numérique conçu pour offrir une qualité d'image exceptionnelle, avec une résolution de 50,6 millions de pixels et sans filtre passe bas pour optimiser la netteté du capteur. « La qualité est excellente, la photo est parfaitement nette », s'enthousiasme David.

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/4L IS USM

Objectif à plage focale standard de série L avec mode macro pour agrandissement jusqu'à 0,7x. Autofocus ultrasonique garantissant une mise au point rapide et quasi silencieuse, associé à une qualité d'image exceptionnelle, grâce à une stabilisation d'image impressionnante ainsi qu'aux lentilles asphériques et en verre UD. « J'ignore s'il existe un meilleur objectif », déclare David.

Canon EF 16-35mm f/4L IS USM

Réalisez des prises de vue de paysages et d'architectures stupéfiantes avec ce zoom optique ultra grand-angle hautes performances au design compact et léger, doté d'une ouverture fixe de f/4 et d'un stabilisateur d'image. « Je m'intéresse à l'impression finale et je n'ai encore jamais vu d'impression de meilleure qualité que la mienne », s'enorgueillit David.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant