ARTICLE

Comment se faire un nom dans l'industrie cinématographique

Trois jeunes cinéastes révèlent comment ils ont établi leur marque et leur plateforme, de la recherche d'un mentor à l'exploitation de nouvelles technologies.

Comment se faire un nom dans l'industrie cinématographique

Le réalisateur Meji Alabi en train de donner des instructions au chanteur Wizkid sur le tournage de son dernier clip vidéo, pendant qu'une femme en robe rose courte est allongée sur un tapis et qu'une autre femme vêtue d'un haut jaune ajuste la position d'un verre.

« Quand je suis derrière la caméra, je me sens fort », confie le cinéaste, photographe et réalisateur Meji Alabi, photographié sur le tournage d'un clip vidéo pour le chanteur et auteur-compositeur nigérian Wizkid. « Je me sens capable d'aider les gens à raconter leurs histoires, d'aider les artistes à atteindre le niveau supérieur dans leur carrière et de créer des clips révolutionnaires. Et je veux transmettre ce sentiment à ceux qui marchent sur mes traces. » © KT Watson

Comment se faire un nom dans l'univers de la réalisation d'aujourd'hui, si rapide et compétitif ? Ceux qui y parviennent ont tous une chose en commun : une motivation de fer qui les pousse à faire des choix audacieux.

« Vous devez persévérer et tendre la main aux autres », affirme le cinéaste, photographe et réalisateur Meji Alabi, qui a travaillé avec des artistes tels que Tinie Tempah et WizKid, et dont la société de production, JM Films, a produit le segment nigérien du film "Black is King" de Beyoncé. « Les opportunités ne jaillissent pas de nulle part, elles se présentent parce que vous vous y êtes préparés et que vous êtes au bon endroit au bon moment. »

Passant de photographe autodidacte à réalisatrice très en vue de clips vidéo pour des artistes tels que Skepta, Wiley ou Wretch 32, Ashleigh Jadee croit fermement que la confiance en soi est primordiale et qu'il est parfois bon de se lancer dans l'inconnu. « Beaucoup de gens se retiennent de tenter de nouvelles expériences », affirme-t-elle. « Je dis toujours que, pour débuter, on n'a pas besoin du meilleur matériel qui soit. On peut utiliser ce qu'on a déjà. Le plus important, c'est de s'y mettre. Pour le reste, on se débrouillera. »

La cinéaste autodidacte néerlandaise Basha de Bruijn, qui travaille notamment sur des campagnes pour des festivals musicaux et des organismes de charité importants, voit aussi les choses de la même manière. C'est en travaillant dans une station de radiotélévision à l'âge de 18 ans qu'elle a découvert sa passion, mais on lui a dit qu'elle était trop jeune pour réaliser des films. Sans passer par les cases « université » ou « école de cinéma », elle a réalisé sa première publicité commerciale internationale à 22 ans à peine.

Meji, Ashleigh et Basha nous font part de leurs meilleurs conseils pour se faire un nom dans le monde de la réalisation, du renforcement de relations susceptibles de changer une carrière à l'exploitation judicieuse des technologies en constante évolution.
La réalisatrice Ashleigh Jadee écrit dans son carnet, assise à un bureau, devant un ordinateur portable ouvert. Elle porte une veste polaire au motif camouflage vert et sourit à l'écran.

Maintenant qu'elle est passée de vidéaste à réalisatrice, Ashleigh Jadee (sur cette photographie) cherche à étendre ses perspectives de carrière en travaillant sur différents genres de film. « L'un des conseils que je donnerais à l'enfant ou l'adolescente que j'ai été, ce serait d'avoir plus confiance en moi-même », confie-t-elle. « Fais-toi connaître et parle plus de toi-même ; la confiance viendra ensuite. J'avais l'habitude de me cacher beaucoup. Or le networking est très important. »

1. Découvrez le pouvoir des liens sociaux

« Le networking est vital », affirme Basha. « L'industrie du film est vraiment ouverte sur ce plan-là, pour apprendre à connaître de nouvelles personnes. Sur les lieux de tournage, on travaille avec tellement de gens différents. C'est ce que j'aime vraiment dans ce métier. »

Au fil de sa carrière, l'autodidacte Meji a compris l'importance des relations sociales. « Au fur et à mesure, je me suis rendu compte qu'il fallait apprendre à connaître les gens et leur parler. Il est important d'établir des liens sur le plan humain, et pas uniquement sur le plan professionnel, ainsi que de renforcer les relations sociales et de faire preuve de gentillesse. Si vous adoptez cette posture, les gens auront envie de se rapprocher de vous. »

La collaboration peut provenir de liens établis en personne ou en ligne, explique Ashleigh, et le maintien de ces liens est essentiel. « Je pense que les rencontres en personne sont l'outil de networking numéro 1. Si vous rencontrez quelqu'un en ligne, veillez à aller vers lui pour vous présenter lorsque vous le rencontrez ensuite en personne. Et si vous rencontrez quelqu'un en personne, pensez à lui envoyer un message après, pour dire "C'était un plaisir de faire ta connaissance". Ces deux gestes sont aussi importants l'un que l'autre. »

2. Trouvez un mentor, puis transmettez vous aussi vos connaissances

« Le mentorat est vital : bien plus qu'un simple guide, un mentor est une chance d'apprendre d'une personne qui a déjà fait ce que vous cherchez à accomplir, donc de gagner un temps fou » précise Ashleigh, désormais mentore et coach de vie elle-même.

Venant d'un milieu non traditionnel pour la réalisation, Basha estime que ses anciens mentors ont joué un rôle crucial dans l'évolution de sa carrière. Elle rend maintenant la pareille aux cinéastes en herbe qui cherchent à suivre ses pas, en affirmant : « C'est vraiment important. C'est grâce à ça que je suis arrivée où je suis aujourd'hui. »

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
C'est un sentiment que partage Meji. « J'essaie toujours de rembourser ma dette envers la personne que j'étais à mes débuts », explique-t-il. « Tellement de personnes talentueuses ne reçoivent aucune main tendue, uniquement à cause de leur jeune âge. Cette industrie peut sembler intimidante, vue de l'extérieur. »

Ashleigh recommande de chercher quelqu'un à qui vous souhaitez ressembler. « Étudiez la personne et essayez de déterminer si vous souhaiteriez être à sa place », dit-elle. « Passez en revue son travail, pour vous assurer qu'elle sera en mesure de vous prodiguer les conseils dont vous avez besoin. »
La réalisatrice Basha de Bruijn, coiffée d'une casquette de baseball, passe en revue des rushes sur un écran, sur un lieu de tournage.

« J'ai voulu être réalisatrice après avoir vu comment travaillaient les gens du métier. Mais à cause de mon jeune âge, on m'avait dit que je ne pouvais pas », se remémore la réalisatrice Basha de Bruijn, qui a emprunté un parcours non traditionnel pour intégrer l'industrie, sans passer par une école de cinéma. « Je pense que cela présente des avantages : j'ai ainsi ma propre vision sur les méthodes de réalisation et mon état d'esprit n'a pas été façonné selon une mentalité particulière. » © Basha de Bruijn

Par une journée ensoleillée, la réalisatrice Basha de Bruijn est assise en haut d'un escabeau, tandis qu'un homme portant des lunettes de soleil et un long manteau noir la regarde d'en bas.

Basha, photographiée ici avec un ami, affirme que le mentorat a joué un rôle important dans sa carrière. « Quand j'ai commencé à me décrire comme étant "réalisatrice", j'ai commencé à chercher quelqu'un qui pourrait réaliser des prises de vue pour moi, alors chaque fois que je voyais une belle prise de vue, je cherchais à savoir qui avait travaillé dessus. Ensuite, je contactais cette personne pour l'inviter à aller prendre un café. C'est d'ailleurs comme ça que j'ai rencontré une mentore incroyable. Elle a commencé à m'enseigner les aspects techniques de l'industrie, et j'ai énormément appris à ses côtés. » © Basha de Bruijn

3. Expérimentez pour trouver votre style

L'élaboration d'un style filmique distinctif, de la palette de couleurs aux techniques de montage, peut vous permettre d'associer votre travail à votre marque. Même si l'affirmation d'un style a son importance, Meji conseille d'expérimenter d'abord avec votre style, au fur et à mesure que vous l'élaborez.

« Les jeunes cinéastes devraient expérimenter pour déterminer leurs préférences », estime-t-il. « Si vous êtes passionné par quelque chose, explorez-en chaque aspect sans aucune retenue. Cherchez cette créativité, puis sentez-vous libre de passer à autre chose. Pas besoin de rester dans les clous. »
A Canon EOS C70 camera mounted vertically to film a seated woman in portrait mode.

Les réseaux sociaux redéfinissent-ils l'univers de la réalisation ?

Quatre habitués de l'industrie discutent de l'impact des réseaux sociaux sur le monde cinématographique, de la qualité du contenu aux compétences que vous pouvez apprendre sur TikTok.
Basha conseille toujours de laisser sa personnalité s'exprimer dans toute sa splendeur à travers son travail. « Un style filmique tient beaucoup à la personnalité de son réalisateur », explique-t-elle. « Quand on se penche sur mon travail, on se rend vite compte qu'il suit un même fil rouge : un intérêt pour l'être humain.

Le plus important est de se lancer », poursuit-elle. «Ne soyez pas trop dur envers vous-même. Moi qui n'ai pas fait d'école de cinéma, je n'avais pas peur de faire des erreurs. Commencez simplement à faire des films, peu importe s'ils ne sont pas aussi bons que vous le souhaitez – c'est le seul moyen de mettre le pied à l'étrier. »
Le chanteur nigérian Wizkid, vêtu d'une chemise colorée, des lunettes de soleil sur le nez, sourit pendant qu'on le prend en photo devant un rideau vert.

Pour Meji, les nouvelles technologies font partie du processus narratif. « Essayez d'utiliser les différents outils que les technologies nous proposent », conseille-t-il. « Les nouvelles caméras et les nouveaux appareils photo et objectifs à notre disposition font tous partie de l'histoire. » © KT Watson

Un homme touchant l'écran d'un appareil photo Canon EOS C70.

L'appareil photo Canon EOS C70 est un excellent choix pour les réalisateurs indépendants qui tentent de révolutionner leurs méthodes de réalisation. Son boîtier, le plus petit et le plus léger de la gamme EOS cinéma, est muni de la monture RF et équipé du capteur DGO 4K Super 35mm de Canon, pour une qualité d'image vraiment incroyable.

4. Tirez le meilleur parti des nouvelles technologies

La première fois que Meji a tenu un appareil photo dans ses mains, c'était un Canon EOS 550D (désormais remplacé par le Canon EOS 850D), lorsqu'il faisait des études de comptabilité à l'université. Peu de temps après, il a commencé à filmer des clips vidéo pour des amis. Quand il a décidé de se consacrer sérieusement à la réalisation, il est passé au Canon EOS 5D Mark II (aujourd'hui remplacé par le Canon EOS 5D Mark IV). « Côté qualité, cet appareil photo a vraiment changé la donne », affirme-t-il. « Les gens me regardaient en pensant "Ouah, tes vidéos sont vraiment soignées". Les choses sont vraiment parties de là. Plus la technologie progresse, plus nos techniques évoluent. La compacité des caméras d'aujourd'hui nous permet de filmer dans des lieux plus exigus qu'auparavant, la qualité est meilleure, et la durée de vie des appareils plus longue. »

Se tenir au courant des derniers développements techniques peut également alimenter votre créativité. « Il est impératif de savoir s'adapter aux nouvelles technologies », affirme Basha. « Certains directeurs de la photographie peuvent se retrouver englués dans leurs façons de faire habituelles, ce qui est tellement dommage, vu l'ampleur des nouvelles technologies : les choses avancent tellement vite qu'elles en deviennent passionnantes. »

Le premier appareil photo Canon d'Ashleigh était un Canon EOS 60D (désormais remplacé par le Canon EOS 90D). Au début, je ne l'utilisais que pour la photographie, mais dès que j'ai découvert un élément filmique, je suis devenue accro », se souvient-elle. « À partir de ce moment-là, je l'ai utilisé pour des évènements, des mariages, des clips vidéo – bref, pour à peu près tout ce que je pouvais filmer. Je trouve que la direction que prend cet équipement est super utile pour les jeunes, car ça le rend plus accessible. »
Le réalisateur Meji Alabi et le chanteur Wizkid en train de faire une pause sur le lieu de tournage. Meji, qui porte ici un masque bleu, tient un appareil photo Canon entre ses mains. Ils sont entourés par des membres de l'équipe de tournage.

Meji en pause avec Wizkid sur le lieu de tournage. « Je pense que les cinéastes en herbe devraient explorer chaque parcelle de leur créativité sans aucune retenue, car on ne vit qu'une fois. Il existe autant d'opportunités qu'auparavant : il suffit de les chercher pour les trouver », affirme-t-il. © Josh Snaps

Meji Alabi, masqué, tient à la main un appareil photo Canon sur un lieu de tournage en extérieur, entouré de son équipe.

« Essayez de ne pas douter de vous », recommande Meji. « Vous écrivez peut-être souvent vos idées, et elles vous semblent bonnes, mais sur le tournage, des moments de doute peuvent vous assaillir. Tenez bon. Surtout en tant que réalisateur : il s'agit de votre vision, alors faites votre possible pour ne pas flancher. Prenez en compte l'opinion des autres, mais continuez à saisir les images que vous aviez en tête. » © Josh Snaps

5. Développez des compétences variées

En raison du rythme effréné auquel évolue la création de contenus, les réalisateurs, monteurs et photographes gagnent en compétence, ce qui leur permet d'asseoir leur réputation et de passer à travers tout le bruit médiatique. Ashleigh, qui est passée de la vidéographie à la réalisation, explique qu'elle a pris l'habitude de montrer aux gens qu'elle pouvait faire des choses variées. « Pendant environ trois ans, j'ai été l'assistante d'un réalisateur, qui m'a appris les procédés de production. Pendant que j'apprenais le métier de productrice, je le regardais aussi réaliser des films, inconsciemment. Donc lorsque l'occasion s'est présentée, j'avais déjà appris lors de ces tournages. »

Meji mène à bien des projets entiers depuis le début de sa carrière. « J'encourage les autres à comprendre différents aspects de la réalisation, car cela fera d'eux de meilleurs réalisateurs », affirme-t-il. « Vous n'êtes pas obligé d'être le meilleur monteur du monde, mais si vous comprenez le processus de montage, la collaboration entre vous et votre monteur n'en sera que meilleure. Diversifier ses compétences est la clé de l'avancement personnel. Concentrez-vous sur vos points forts, mais veillez à acquérir des connaissances générales. »

Basha a travaillé en tant que réalisatrice, cinéaste et monteuse. « Cela m'aide beaucoup d'avoir été monteuse, de pouvoir écrire mes propres descriptions et d'avoir des connaissances musicales », confie-t-elle. « Je peux ainsi créer tout ce que vous imaginez, en un sens. Et quand on est, comme moi, une jeune cinéaste en herbe, ces connaissances sont très appréciables. »
La réalisatrice Ashleigh Jadee pointe l'appareil photo du doigt en faisant un clin d'œil. Vêtue d'une veste polaire au motif camouflage vert, des créoles en or aux oreilles, elle est assise à une table.

Ashleigh, qui a commencé à faire du mentorat pendant le confinement, adore avoir la chance de partager ses connaissances avec la prochaine génération. « C'est quand j'ai commencé à déléguer que j'ai vraiment commencé à mûrir. C'est l'une des choses que je prône toujours à mes stagiaires », explique-t-elle.

6. Ne cessez jamais de créer et de partager votre travail

Maintenant que des plateformes en ligne nous permettent de tout publier, qu'il s'agisse de clips ou de portraits de moments marquants, en cliquant simplement sur un bouton, il n'a jamais été si facile de partager son travail et d'entrer en relation avec des cinéastes du monde entier. « Je trouve ça formidable d'être sans arrêt inspiré par mes confrères et de visionner le travail qu'ils effectuent aux quatre coins de la planète » s'enthousiasme Meji. « C'est incroyable.

« Il m'arrive de douter de moi. J'ai même envisagé de changer de voie, une fois », poursuit-il. « Mais l'un de mes amis m'a dit : "Quoi que tu fasses, n'arrête pas de filmer. Continue de bosser, continue d'être cohérent avec toi-même et tu finiras par percer." C'est un excellent conseil. Continuez à être cohérent avec vous-même, et donnez-vous à fond sur chaque projet. »

« Les réseaux sociaux permettent de rester présent dans l'esprit des gens », ajoute Ashleigh, dont la communauté compte 13.500 followers sur Instagram. « Alors, utilisez-les pour promouvoir votre travail et vous-même, pour rester dans le coup. C'est une bonne façon de tendre la main aux autres, de partager ses compétences, de décrocher des projets et de se faire remarquer. »

Rédigé par Tessa Watkins


Articles liés

Get the newsletter

Click here to get inspiring stories and exciting news from Canon Europe Pro