ARTICLE

L'apprentie de l'ambassadrice : une étudiante reçoit les conseils d'une pro

L'étudiante en photographie Mariam Sholaja discute avec l'ambassadrice Canon Lucia Griggi qui lui donne ses meilleurs conseils pour sortir du lot, construire sa carrière et se présenter aux clients potentiels.
Deux femmes en vêtements d'hiver sur une colline brumeuse ajustent un appareil photo Canon sur un trépied.

Après avoir travaillé dans une grande variété de genres photographiques et avec plus de 20 ans d'expérience à son actif, l'ambassadrice Canon Lucia Griggi (à gauche) était la mentore parfaite pour aider l'étudiante Mariam Sholaja (à droite) à améliorer ses compétences et à découvrir le secteur.

Mariam Sholaja est une étudiante en Médias et communications à l'université De Montfort, à Leicester au Royaume-Uni. En dernière année et passionnée de photographie depuis l'adolescence, elle pense actuellement à son orientation professionnelle.

« À l'université, j'ai étudié la photographie, la vidéo et mon cursus m'a fourni un bon équilibre entre théorie et pratique », dit-elle. « J'aime beaucoup la photographie de portrait, mais j'aimerais me lancer dans la mode et l'édition après mon diplôme. »

Enfant, Mariam adorait les leçons de chorale et de piano, mais aussi la street dance et la natation : « tout sauf rester en classe pour faire des maths ! ». Grâce à des enseignants compréhensifs, elle a appris « ce qu'était la créativité et que les matières scolaires n'étaient pas pour tout le monde ». C'est d'ailleurs ainsi qu'elle a découvert la photographie, lorsque, comme elle le dit elle-même : « J'ai dû choisir une matière supplémentaire, mais je ne savais pas ce qui m'intéressait ».

Mariam est d'origine nigérienne, bien qu'elle soit née aux États-Unis et élevée dans le sud de Londres. Son travail repose sur ce passé riche et reflète ses perspectives personnelles. « Je veux créer des projets avec des personnes qui me ressemblent et qui ont eu des expériences similaires », explique-t-elle.

Grâce au programme Canon de développement pour les étudiants, Mariam a récemment eu l'opportunité de rencontrer l'ambassadrice Canon Lucia Griggi qui partage justement l'amour de Mariam pour l'eau.
Deux femmes en vêtements d'hiver discutent en examinant des objectifs d'appareil photo à côté d'un gros rocher.

Pour Lucia, la photographie ne se limite pas à prendre des photos. « Il est primordial d'avoir quelque chose à dire et d'en avoir les moyens », dit-elle. Sa propre carrière dans la photographie de surf, puis de nature et de voyages, est née de ses passions.

Lucia est photographe professionnelle depuis près de 20 ans. Elle a commencé par se spécialiser dans la photographie de surf, puis est passée aux voyages et à la nature. En plus de son travail, elle donne des cours et encadre des étudiants en photographie et réalisation cinématographique depuis plus de 10 ans. Conférencière occasionnelle pour l'université de Falmouth en Cornouailles, en Angleterre, elle adore guider les jeunes photographes.

« Le but n'est pas seulement d'enseigner les fondamentaux de la photographie », explique Lucia. « Il est essentiel d'apprendre aux étudiants comment présenter leurs idées, gérer les clients et se présenter sous leur meilleur jour pour trouver du travail. »

Mariam et Lucia se sont rencontrées dans la campagne à l'ouest de Londres. Elles ont parlé de photographie et sont parties photographier des paysages, ce qui a permis à Lucia de présenter à Mariam le Système Canon EOS R.

D'habitude, Mariam utilise un Canon EOS 80D (désormais remplacé par le modèle Canon EOS 90D), mais avec Lucia, elle a essayé le Canon EOS RP équipé d'un objectif Canon RF 24-240mm F4-6.3 IS USM. « Il était beaucoup plus léger que mon appareil photo et j'ai beaucoup aimé son design épuré et compact », raconte-t-elle. « C'était la première fois que j'utilisais un appareil photo hybride, mais je m'y suis habituée rapidement et j'ai vraiment aimé l'utiliser. L'objectif possède une plage focale incroyable. »

Mais elles ne se sont pas rencontrées pour essayer un nouvel équipement et le mauvais temps n'offrait pas les meilleures conditions pour photographier des paysages. C'était surtout l'occasion pour Mariam d'en apprendre plus sur la vie de photographe professionnelle. Voici les questions qu'elle a posées à Lucia...
Y a-t-il eu des moments difficiles dans votre parcours pour devenir photographe professionnelle ?

« J'ai principalement passé mon enfance à la piscine, à faire des longueurs pour m'entraîner. Je savais ce que j'avais à faire, alors je persévérais. Je garde encore cette discipline et cette détermination aujourd'hui. J'aimerais dire aux personnes qui veulent réaliser leur rêve que ce ne sera pas facile. Mais qu'est-ce qui différencie les personnes qui vivent leur rêve et poursuivent leur passion des autres ? Simplement le travail et ne jamais abandonner.

« Ma première carrière était dans la photographie d'action, un monde dominé par les hommes, et j'ai bien senti que j'allais devoir travailler plus dur pour me faire remarquer et accepter. J'ai dû trouver la force de me concentrer sur mes objectifs et mes rêves. Vers la fin, c'était merveilleux d'être reconnue parmi les meilleurs photographes de surf du monde, car je pense que ce n'est jamais facile pour personne. Mais pour les personnes qui commencent aujourd'hui, je pense qu'il y a davantage d'opportunités pour les femmes dans les domaines de niche.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
« La photographie de voyages, la vie sauvage et la nature sont mes défis les plus récents. Ce sont des domaines difficiles pour d'autres raisons, mais le parcours de photographe est toujours enrichissant. Il faut travailler avec les personnes qui nous entourent et trouver notre place.

« Récemment j'ai pu photographier une colonie de pingouins sur la banquise, la température est tombée à -30, -40 °C. « Je n'aurais dû passer que quelques heures à prendre des photos, mais j'étais tellement plongée dans cette expérience incroyable, que j'ai fini par passer 12 heures sur la banquise et j'ai frôlé l'hypothermie. Cela fait aussi partie du métier de photographe. Nous devons toujours repousser nos limites. »

Est-ce important d'avoir un plan de carrière ? Saviez-vous ce que vous vouliez faire par la suite ?

« Le surf était ma passion et chercher des vagues parfaites m'a emmenée dans des endroits où je ne serais jamais allée sans avoir été portée par l'océan. Mon amour de la photographie était inspiré de ma passion pour le voyage, le désir de capturer des endroits et des instants éphémères. Les personnes créatives ont besoin de s'exprimer et la photographie est comme un prolongement de moi-même. Des clients comme National Geographic et Jeep m'ont contactée pour des images avec une atmosphère d'aventure. »

Lorsqu'on commence une carrière dans la photographie, vaut-il mieux se spécialiser dans un domaine ou obtenir de l'expérience de manière plus générale ?

« Je dirais qu'il faut avoir plus d'expérience, parce que cela a toujours beaucoup de valeur, et toutes les compétences que l'on développe dans différents domaines sont réutilisables et se recoupent. Je pense que c'est bien de se concentrer sur un domaine, mais être flexible est aussi un avantage. »
Une jeune femme coiffée d'un bonnet bleu d'hiver tenant un appareil photo Canon EOS RP.

En travaillant avec Lucia, Mariam a eu l'occasion d'essayer le Canon EOS RP, l'appareil photo hybride plein format le plus léger de Canon, très compact et facile à emporter partout.

Deux femmes en vêtements d'hiver tiennent des appareils photo Canon sur une colline brumeuse.

Lucia a parcouru le monde entier pour prendre des photos dans des endroits difficiles, par exemple dans les régions polaires et sous l'océan, ce n'est donc pas le mauvais temps qui va l'empêcher de faire une séance photo avec Mariam.

De quel équipement de base ai-je besoin pour des photographies de mode en extérieur ?

« Je recommande de commencer avec un système hybride comme le système Canon EOS R, car il a un grand potentiel pour l'avenir. Il est idéal pour les photographies de mode en extérieur grâce à son poids léger et sa polyvalence, sans faire de compromis sur la qualité. Pendant la séance photo, nous avons utilisé le Canon EOS RP, mais d'autres modèles de la gamme comme l'EOS R ou l'EOS R6 feraient aussi bien l'affaire.

« Concernant les objectifs, le Canon RF 85mm F1.2L USM est l'objectif pour portrait idéal et il produit des résultats magnifiques. Prendre des photos avec l'objectif ouvert au maximum donne une qualité professionnelle et cinématographique aux images. Pour plus de polyvalence, je recommande le Canon RF 24-105mm F4L IS USM. Son ouverture maximum est un peu plus réduite, mais il permet d'inclure davantage l'environnement autour des modèles et sa grande plage focale donne plus de flexibilité.
La chanteuse et compositrice Desta Haile vue de profil, entourée de feuillage.

Ma première mission et ce qu'elle m'a enseigné

Quatre photographes et un réalisateur vous dévoilent ce qu'ils ont fait pour obtenir leur première mission rémunérée, et ce qu'ils vous conseillent de faire pour obtenir la vôtre.
« Le Canon RF 70-200mm F4L IS USM est aussi un bon candidat. J'ai testé et adoré cet objectif. D'habitude, je n'utilise pas d'objectifs dont l'ouverture est inférieure à f/2,8, mais je trouve qu'il donne assez de lumière sans compromettre la qualité et sa netteté est impeccable. »

Les jeunes photographes doivent-ils développer leurs compétences dans la réalisation de vidéos autant qu'en photographie ?

« Oui. Beaucoup de contenus de nos jours reposent sur la vidéo. Je fais les deux. Quand je fais une séance photo, je prends les photos moi-même, mais je dirige également l'équipe qui m'accompagne. J'ai commencé à filmer lors de ma première expédition et cela m'est venu très naturellement, comme c'est le cas pour la plupart des photographes. Je pense que cela vaut la peine de développer ces compétences et d'expérimenter, car il devient de plus en plus évident que les photographes doivent savoir faire les deux. »
Une jeune femme en vêtements d'hiver tient un appareil photo Canon dans une zone boisée brumeuse.

Mariam a très envie d'explorer la photographie de portrait et de mode après ses études et Lucia lui recommande d'utiliser des appareils photo hybrides plein format avec le Système EOS R pour la photographie de mode en extérieur. Ces appareils photo sont légers, polyvalents et possèdent une grande variété d'objectifs RF exceptionnels.

Une jeune femme tenant de grosses fleurs violettes assise devant un arrière-plan jaune vif.

Le portfolio de Mariam reflète ses centres d'intérêt. Cette image lumineuse et légère a été prise dans le cadre de la série « Companionship » de la jeune photographe, centrée sur le pouvoir de l'amitié. « J'espère être toujours en mesure de voir la beauté dans l'amitié et les relations humaines », déclare-t-elle. Photo prise avec un Canon EOS 7D (désormais remplacé par le modèle Canon EOS 7D Mark II) équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/125 s, f/14 et ISO 100.

Est-il important de développer un style personnel ?

« Oui, c'est vraiment crucial. Cela peut venir naturellement, mais certains ont besoin d'y travailler plus que d'autres et cela n'a rien de négatif. Avoir son propre style peut aider à se démarquer : c'est surtout grâce à lui que l'on obtient des missions et du travail.

« C'est difficile et il ne viendra pas du jour au lendemain. Tu ne le trouveras peut-être pas avant de quitter l'université. C'est aussi un enchaînement d'expériences qui définit le style, alors ne te concentre pas trop dessus, car ton style va venir de qui tu es et va évoluer ou changer. Ne t'inquiète pas et laisse faire les choses. »

Quel est le meilleur moyen de se faire des contacts dans la photographie ?

Ce n'est qu'une question de relationnel. Nous sommes tous capables de trouver un contact, mais c'est la façon de communiquer avec lui qui compte et de tenir sa parole. Lorsqu'on entre en contact avec des employeurs potentiels, il faut avoir des travaux à montrer de manière à se différencier. Bien se préparer pour une mission doit être une priorité pour les étudiants, car si vous n'êtes pas prêts, vous ne décrocherez pas le projet.

« Il faut également faire preuve d'intégrité, comprendre quel est notre objectif et quelle valeur nous pouvons apporter au client. Il ne faut pas non plus être trop abattu si vous n'êtes pas choisi. Je prenais les choses beaucoup trop à cœur, jusqu'à ce que je me rendre compte que ce n'était pas ma faute, cela dépend plutôt des besoins du client ou alors je n'étais pas la bonne personne pour ce projet en particulier. »

Est-ce important d'avoir un bon site Web pour entrer en contact avec des employeurs potentiels ?

« Je pense qu'il est essentiel d'avoir un site. Il ne faut pas se contenter d'Instagram pour son portfolio. Instagram, c'est très bien, et beaucoup de clients s'en servent comme première référence, mais il faut toujours les rediriger vers un site Web. Un site Web sert à s'exprimer et à montrer en profondeur son travail.

« Je pense aussi que les réseaux sociaux sont indispensables en termes de visibilité. Réfléchis bien à ta façon de présenter ton travail. C'est important de comprendre quelle image tu veux te donner et le message que tu veux faire passer. »
Une femme couverte de fleurs blanches et roses étendue sur un drap en soie rose.

Une image tirée de la série « Cattleya » de Mariam, centrée sur une fleur tropicale originaire d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud. Elle est généralement associée à la vitalité et à la fertilité, et Mariam s'en est servie comme thème pour explorer la beauté, la force et la féminité contemporaine. Photo prise avec un Canon EOS 70D (désormais remplacé par le Canon EOS 90D) équipé d'un objectif Canon EF-S 18-55mm f/3.5-5.6 IS STM à 1/200 s, f/4 et ISO 100. © Mariam Sholaja

Un homme au visage couvert de papier aluminium se tient au bord d'un mur à côté d'une cheminée en béton.

Une autre image tirée du portfolio de Mariam, cette fois tirée de sa série « Up », qui explore les concepts de la hauteur et de l'altitude. « Je me suis inspirée du film The Truman Show avec Jim Carrey », explique-t-elle. « Il raconte l'histoire d'un homme qui se rend compte que sa vie n'est pas ce qu'il pensait. Une fois qu'il apprend la vérité, il décide de s'enfuir et de trouver le but de son existence. » Photo prise avec un Canon EOS 70D équipé d'un objectif Canon EF-S 18-55mm f/3.5-5.6 IS STM à 1/1300 s, f/4 et ISO 100. © Mariam Sholaja

Mariam affirme que discuter avec Lucia l'a vraiment aidée à mieux envisager sa carrière. Pour l'instant, elle souhaite créer son portfolio, développer des contacts dans le secteur et contacter des marques pour des collaborations. Elle prévoit également de présenter des idées de projet à des éditeurs potentiels et de participer à des concours de photographie pour gagner en visibilité.

« Les conseils de Lucia m'ont beaucoup aidée, surtout pour établir des relations et trouver ma créativité et mon style personnel », assure-t-elle. « Je n'oublierai pas non plus que pour savoir ce qui nous plaît, il faut d'abord essayer. »

Rédigé par David Clark and Alex Summersby


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro