ARTICLE

Le making of de Woman : après le tournage

L'une des interviews de femme filmée à Toronto au Canada. Philippine Merolle, assistante monteuse et Thomas Lavergne, directeur de la post-production ont travaillé sur les phases de post-production du film. © Marco Strullu

Avec plus de 2 000 interviews filmées en 80 tournages dans 50 pays à travers le monde, toutes en 4K ou dans une qualité supérieure, le tournage du film Woman de Yann Arthus-Bertrand a généré un nombre considérable de séquences. Philippine Merolle, assistante monteuse et Thomas Lavergne, directeur de la post-production racontent comment les séquences brutes ont été transformées dans la salle de montage pour y prendre leur forme finale.

D'un point de vue technique, le premier défi a simplement consisté à traiter une telle quantité de données. Il y en avait tellement, explique Thomas, que toutes ont dû être transcodées en 2K lors du montage. « C'est quelque chose que nous n'avions pas dû faire pour Human [sur lequel Thomas avait travaillé en tant que superviseur de la post production] qui avait été filmé en HD », constate-t-il.

Cependant, comme Anastasia Mikova, la co-réalisatrice du film le fait remarquer, « lorsque vous travaillez avec Yann, ce n'est jamais juste un film, c'est toujours un projet. Il y a le film principal, celui qui sortira dans les cinémas, et puis il y a l'exposition rétrospective, les documentaires que nous réalisons spécifiquement pour la télévision, les vidéos que nous faisons pour Internet et qui deviennent virales… » Cela signifie que n'importe quelle séquence peut être utilisée de différentes façons et donc rendre tout traitable n'est pas le seul point à prendre en compte. Tout doit également conserver une qualité suffisamment élevée, afin que même si une opération doit être effectuée pour le montage cinéma, les monteurs ne doivent pas revenir à la séquence native en 4K. « C'est pourquoi nous avons choisi Apple ProRes 422 » révèle Thomas « qui est un format 10 bits possédant un bon ratio taille/qualité. »

Pendant que Thomas s'occupait des aspects techniques de la post-production, le travail de Philippine consistait à visionner des centaines d'heures d'interview de femmes du monde entier pour choisir les contenus à retenir pour la version finale. « Nous avons reçu une première sélection des journalistes qui avaient réalisé les interviews avec les femmes », explique-t-elle. « Ils ont fait une sélection d'environ 11 heures [parmi les 50 heures d'interviews]. Mon travail consiste à effectuer une seconde sélection, celle qu'Anastasia, Yann et le monteur visionneront, car ils n'ont pas le temps de visionner la totalité. Sur 11 heures, je les réduis généralement à trois ou quatre heures.

« Chaque interview a un thème, par exemple celles dans lesquelles les femmes parlent de mariage et d'amour. Anne-Claire, ma collègue, met en place une chronologie dans laquelle elle répertorie chaque interview selon ces thèmes. Lorsque celle-ci est prête, je les regarde dans l'ordre alphabétique. Il y a les thèmes de l'adolescence, de l'adoption, de la naissance, des enfants, etc. Nous avons environ 15 minutes d'images par thème. Je les visionne en entier, puis je reporte les images que j'ai sélectionnées dans une autre chronologie, celle qui sera visionnée par Anastasia et Yann. »

A view over the cinematographer's shoulder at a woman sitting in a darkened studio.
Vue du directeur de la photographie d'une interview filmée à Paris pour le projet Woman. © Marco Strullu
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

N'importe quelle séquence d'interview peut être sélectionnée dans cette chronologie, car chacune d'entre elles, quel que soit l'endroit dans le monde où elle a été tournée, est aussi uniforme que possible, grâce au protocole strict auquel toutes les équipes de tournage ont dû se conformer. La société de production, Hope Production, a envoyé à chaque équipe un protocole exhaustif de 24 pages expliquant clairement les réglages nécessaires pour chaque caméra, menu par menu et indiquant précisément comment l'interview devait être préparée. Une caméra Canon EOS C300 Mark II, équipée d'un objectif EF 70-200mm f/2.8L IS II USM, devait être positionnée à exactement 2,6 mètres de la chaise de la personne interviewée. La pièce devait être silencieuse et sombre avec un arrière-plan noir et l'éclairage installé exactement comme indiqué. Des instructions strictes ont été données pour le cadrage de l'image, la tête et les épaules du sujet devant se trouver au centre du cadre.

Il a été demandé aux cadreurs de favoriser les ombres et de ne pas faire la mise au point sur les zones de lumière, même si cela entraînait une légère surexposition de ces dernières. (Le protocole indiquait « Faire la mise au point sur les zones de lumière de la peau blanche entre 50 et 60 % de blanc en fonction du teint de la peau ». « Faire la mise au point sur la peau sombre entre 30 et 50 % »). Le facteur clé était de distinguer clairement les traits du visage afin de refléter l'esthétique naturelle que Yann recherchait dans ce projet.

Le protocole soulignait les équipes ne devaient pas essayer de modifier l'exposition ou le contraste en fonction de ce qu'ils voyaient sur leurs écrans. Au contraire, elles devaient respecter les spécifications et « optimiser le tournage pour un traitement d'étalonnage et non pour un rendu immédiat. »

Four examples of acceptable framing for filming interviews.
Le document de protocole publié pour filmer les équipes à travers le monde comprend des instructions détaillées à propos de la configuration du studio et du cadrage requis pour toutes les séquences.
A woman stands in a hillside plantation with a large knife and a wicker basket.
L'un des lieux de tournage, qui a été conçu pour être inséré avant chaque interview pour établir un contexte pour le sujet interviewé.
A woman wears a silken headscarf with brown, green and red floral patterns.

Coulisses : les interviews pour Woman

De la position de la caméra aux questions difficiles, voici comment l'équipe du film Woman a effectué ses interviews poignantes.

La cohérence entre les séquences des différents visages en train de parler a donné à Philippine la liberté d'effectuer ses choix en fonction de facteurs purement narratifs et émotionnels, ce qui n'a pas toujours été facile. « C'est difficile d'avoir deux belles réponses d'une même personne disant la même chose, mais de façon différente et d'avoir à en choisir une seule. Parfois, une réponse apporte une nuance que l’autre n'a pas et inversement. Il faut toujours faire un choix », explique-t-elle. En général, Philippine met une semaine à traiter chaque sélection de séquence par site, mais certaines sélections ont été plus difficiles. « Les images du Rwanda parlaient de sujets difficiles. Il m'a donc fallu deux semaines pour effectuer la sélection, parce que je devais souvent faire des pauses. Ce fut la sélection la plus intense [sur le plan émotionnel] que j'ai dû faire. Mais même dans les interviews du Rwanda, il y avait des parties amusantes sur la sexualité féminine et un certain équilibre entre les histoires sérieuses et celles plus légères ».

Thomas explique qu'ils ont choisi de tourner avec le cadre le plus large disponible sur la caméra Canon EOS C300 Mark II, c'est-à-dire 4 096 x 2 160, soit un ratio d'aspect de 1,89. Le cadre le plus large implique un arrière-plan plus important par rapport aux séquences en ultra haute définition dont le ratio d'aspect est de 1,77. « Ainsi, si nous effectuons la post-production du film en 1,77, nous aurons la possibilité d'incliner légèrement l'image », explique Thomas, pour améliorer le cadrage ou simplement apporter une légère variation, par exemple pour s'attarder sur des moments plus émouvants, même sans « zoomer dessus » pour (effectivement) zoomer sur le sujet.

Lorsqu'elle repense à l'impact émotionnel de son rôle, Philippine raconte : « je pense que cela aurait été un signal d'avertissement pour moi si je n'avais rien ressenti. Je suis ravie de pouvoir faire preuve d'empathie envers les personnes. Ce qui est parfois curieux, c'est que je ressens de l'empathie pour des choses qui me sont étrangères, comme la perte d'un enfant. Je n'ai pas d'enfant, mais cela me fait pleurer à chaque fois. Il y a des moments où je suis plus détachée, même si je sais que ce que je regarde est intéressant. C'est comme se faire des amis. Parfois, il y a une alchimie entre les gens, parfois non. »

An Irish nun wears a traditional black habit.
Sœur Mary Magdalene, une sœur irlandaise pendant son interview pour le film Woman. © Marco Strullu
A woman from Mozambique in colourful traditional clothing.
Fatima Amisse du Mozambique pendant son interview pour le film Woman. © Marco Strullu

En plus des interviews, des séquences des lieux ont été tournées afin d'ajouter du contexte, que ce soit au domicile de la personne interviewée, sur son lieu de travail ou sur un lieu qui avait de l'importance pour elle. Les équipes ont reçu l'instruction de tourner ces scènes extérieures à la lumière naturelle si possible, de préférence tôt le matin ou le soir plutôt qu'en plein jour. Il leur a été demandé de filmer des scènes d'introduction d'une minute, montrant le sujet en train d'effectuer une action avant de s'arrêter pour faire face à la caméra.

Par exemple, le protocole suggérait qu'une « femme travaillant dans les champs » pourrait ramasser quelques légumes avant de se redresser et de regarder la caméra. Ou une danseuse pourrait effectuer quelques pas de danse, puis s'arrêter et regarder la caméra. Au montage, une transition pourrait alors faire suite à l'interview qui était toujours filmée de face.

Il a également été demandé aux équipes de filmer des plans en time lapse des phases préliminaires du tournage : l'interviewer rencontrant le sujet, l'installation du studio, les gens allant et venant ainsi que les activités se déroulant en coulisse. L'idée était de pouvoir utiliser ces séquences au cours du montage pour montrer la diversité des lieux et des rencontres, avec la vie quotidienne suivant son cours en arrière-plan pendant l'interview.

Ces séquences de contexte et de lieu étaient tournées dans des conditions de luminosité changeantes avec différentes caméras (bien que les caméras Canon EOS C300 Mark II ou EOS 5D Mark IV étaient utilisées le plus souvent) et même parfois par des drones. « Nous filmions tellement de situations différentes, nous devions adapter le choix de caméra à chaque session de tournage », note Thomas, ce qui entraînait pour lui « un défi de post-production considérable ! Les seules exigences communes étaient de tourner à un ratio de 1,89 avec une résolution minimale de 4K.

Monitors in a darkened studio show a woman's face as she is being filmed.
Au cours de la production de Woman. © Marco Strullu

Thomas explique que toutes ces séquences très différentes ont été transposées dans Apple ProRes 422 pour le montage au format 2 048 x 1 080 afin de conserver le ratio original en 1,89.

« Nous avons effectué de nombreux tests d'étalonnage sur la séquence native, mais aussi sur le format de montage en 2K, car nous pourrions avoir besoin de travailler directement sur ce format pour certaines vidéos sur le Web. Les interviews étaient réalisées sur fond noir, mais la plupart des codecs peuvent détruire le détail que nous souhaitions conserver sur les noirs ». Une fois de plus, en raison de la quantité d'heures de séquence, il nous fallait des codecs capables de produire des tailles de fichier gérables. Fort heureusement, le format vidéo natif de la caméra Canon EOS C300 Mark II, XF-AVC, à 410 mégabits par seconde, « est l'équilibre parfait entre la qualité et la taille », remarque Thomas.

« Pour le format de montage », poursuit-il, « puisque nous montions sur Avid Media Composer, il aurait été naturel d'utiliser les codecs DNxHD/HR du logiciel. Mais la plupart des versions de ce codec sont en 8 bits (à part les plus grands, mais les fichiers qu'ils produisent sont trop volumineux). Pour conserver les détails de ces noirs, nous devions utiliser des codecs en 10 bits (mais pas trop volumineux). Apple ProRes 422 possède le ratio taille/qualité idéal pour nos besoins. »

A Finnish woman in traditional costume with a red bonnet.
Les interviews ont été menées dans 50 pays différents à travers le monde, dont la Finlande, où Inger-Mari Aikio qui porte ici la tenue traditionnelle des Sames a été filmée par le réalisateur Dmitry Vershinin. © Marco Strullu
A woman wears a pink top, a large pink flower in her dark, curly hair, and a pearl necklace.
Les sujets du film Woman de Yann Arthus-Bertrand venaient de divers milieux sociaux-économiques. Certaines femmes étaient à l'aise devant la caméra, d'autres, de milieux moins aisés et plus ruraux, n'avaient pas l'habitude des caméras ou des films. © Marco Strullu

Lors d'un tournage classique, l'équipe du film peut inclure plusieurs personnes, disons un premier assistant-opérateur et un cadreur en plus d'un directeur de la photographie et du réalisateur. Pour les interviews pour Woman, afin de garder le lieu de tournage le plus intime possible, il n'y avait généralement qu'un seul directeur de la photographier. La post-production étant très contraignante, Thomas, le directeur de la postproduction indique que six autres assistants monteurs travaillent avec lui.

Enfin, toutes les considérations techniques servent les besoins du réalisateur. Avec toutes ses années d'expérience avec Yann, Thomas fait part d'une observation révélatrice : « Yann est avant tout un photographe. L'image est donc une manière pour lui d'exprimer des choses. Pour l'équipe de post-production, l'un de nos défis est de lui montrer les prises dès que possible.

« Ce qui est formidable, c'est que Yann aide toujours l'équipe de post-production à se concentrer sur bien plus que les aspects simplement techniques de l'image afin de toujours révéler l'émotion qui se cache derrière elle ».

Rédigé par Rachel Segal Hamilton and Alex Summersby


Équipement nécessaire au projet « Woman »

L'équipement indispensable pour le tournage d'un documentaire international

Two men and a woman look at the back of a Canon video camera with a long lens.

Appareils photo

Canon EOS C300 Mark II

L'EOS C300 Mark II enregistre de superbes vidéos 4K/Full HD avec 15 diaphragmes de plage dynamique. Son format XF-AVC à 410 mégabits par seconde « constitue le parfait équilibre entre qualité et taille », déclare Thomas Lavergne, directeur de post-production de « Woman ».

Canon EOS 5D Mark IV

Ce reflex numérique plein format de 30,4 millions de pixels capture le moindre détail, même en situation de contraste extrême, tandis que la vidéo 4K assure des séquences en ultra-haute définition, conformément à la norme DCI (4096 × 2160). Utilisé comme caméra de secours lors du tournage de « Woman », sa fonction Canon Log a permis de réaliser des séquences dignes de celles produites par les caméras EOS cinéma, ainsi que de capturer une plage dynamique étendue.

Objectifs

Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM

Un téléobjectif zoom robuste et puissant, un stabilisateur d'image quatre vitesses et des lentilles à dispersion ultra-faible offrant un contraste élevé et des couleurs naturelles. Dans la convention de tournage du film « Woman », il était stipulé que cet objectif devait toujours être utilisé avec un appareil C300 Mark II positionné à 2,6 mètres du siège de la personne interviewée.

Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1.4x

Objectif professionnel 200-400 mm f/4 avec multiplicateur 1,4× intégré qui porte la focale à 280-560 mm. Le stabilisateur d'image quatre vitesses optimise la netteté et les commandes intuitives facilitent la manipulation de l'appareil. Cet objectif a été utilisé par l'équipe de tournage du film « Woman » pour la réalisation de certaines séquences contextuelles extérieures.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant