RÉALISATION DE VIDÉOS

Des cinéastes primés expliquent pourquoi ils ont choisi Canon

Découvrez les raisons derrière la popularité des appareils et objectifs Canon parmi les lauréats et les nominés des Oscars 2023 et du Sundance Film Festival.
Une image fixe extraite de Going to Mars: The Nikki Giovanni Project, filmé avec une Canon EOS C300 Mark II, montrant Nikki de profil portant des lunettes de soleil.

Une image fixe extraite de Going to Mars: The Nikki Giovanni Project, qui retrace la vie et l'héritage de la poète et activiste américaine. Le directeur de la photographie Greg Harriott a filmé le documentaire primé au Sundance 2023 avec une Canon EOS C300 Mark II, appréciant particulièrement sa légèreté et sa plage dynamique élevée. © Greg Harriott

« Lorsque je choisis une caméra, je recherche surtout un équilibre entre une qualité d'image optimale et un impact restreint sur la scène que je souhaite filmer », explique le directeur de la photographie Greg Harriott, dont le film Going to Mars: The Nikki Giovanni Project, tourné avec une caméra Canon, a été primé au Sundance Film Festival 2023. « Tout le monde recherche un appareil toute option offrant une flexibilité optimale en post-production. Toutefois, le tournage d'un documentaire ne permet pas de transporter une énorme caméra exigeante en matière d'alimentation. »

Greg a opté pour la Canon EOS C300 Mark II (désormais remplacée par la Canon EOS C300 Mark III). Celle-ci a constitué son outil de travail durant les cinq années de production qui ont abouti à Going to Mars, un documentaire sur la célèbre poète américaine Nikki Giovanni, récompensé par le Grand prix du jury dans la catégorie Documentaires à l'occasion du Sundance Film Festival 2023. L'EOS C300 Mark II était également la caméra de prédilection du directeur de la photographie Tyler Graim, qui a passé quatre ans à filmer le documentaire Bad Press récompensé par le Prix spécial du jury pour la liberté d'expression dans la catégorie Documentaires américains au Sundance 2023.

D'ailleurs, toute une série d'équipements Canon, allant des caméras Cinema EOS aux boîtiers du système EOS R et aux objectifs Canon, a été utilisée pour créer de nombreux documentaires primés et nominés dans le cadre de la saison 2023 des prix cinématographiques. La Canon EOS C500 Mark II a fait partie de l'équipement de nombreux cinéastes, dont Ben Bernhard, qui a filmé All That Breathes avec cette caméra, tandis qu'Evgenia Arbugaeva a tourné Haulout avec un Canon EOS R5 équipé d'objectifs Canon RF.

Une image fixe extraite du documentaire Bad Press, filmé avec une Canon EOS C300 Mark II, montrant un jeune homme dans une rue très fréquentée et portant une pancarte sur laquelle sont inscrits les mots « FREE PRESS ».

Le directeur de la photographie Tyler Graim a utilisé une Canon EOS C300 Mark II pour filmer le documentaire primé Bad Press. Le documentaire suit la lutte d'un journaliste contre la censure médiatique imposée par les leaders de la nation Muscogee, une tribu amérindienne autogouvernée de l'État d'Oklahoma. © Tyler Graim

Films nominés aux Oscars 2023 tournés avec un équipement Canon

  • Ivalu (nominé aux Oscars 2023 dans la catégorie Meilleur court-métrage d'action en direct) : filmé avec deux caméras Canon EOS C500 Mark II.
  • All That Breathes (nominé aux Oscars 2023 dans la catégorie Meilleur film documentaire ; nominé aux BAFTA 2023 dans la catégorie Meilleur documentaire ; lauréat de l'Œil d'or du Festival de Cannes 2022 ; lauréat du Grand prix du jury du Sundance 2022 dans la catégorie Documentaires cinématographiques internationaux) : filmé par Ben Bernhard avec la Canon EOS C500 Mark II.
  • EO (nominé aux Oscars 2023 dans la catégorie Meilleur film documentaire ; lauréat du Prix du jury du Festival de Cannes 2022) : filmé par le directeur de la photographie Michal Dymek à l'aide d'objectifs Canon K35 vintage.
  • Haulout (nominé aux Oscars 2023 dans la catégorie Meilleur court-métrage documentaire) : filmé par Evgenia Arbugaeva et Maxim Arbugaev avec un Canon EOS R5 équipé d'objectifs Canon RF.
Qu'est-ce qui fait de Canon l'équipement de prédilection d'un aussi grand nombre de directeurs de la photographie ? Greg, Tyler, Ben et Evgenia nous font part des raisons pour lesquelles ils estiment que les appareils et les objectifs Canon constituent le choix le plus pratique.

1. Les modèles flexibles

Pour un rendu plus réaliste et authentique, les documentaires Going to Mars et Bad Press comportent plusieurs scènes de vérité tournées au cours de plusieurs années et ont obligé le cinéaste à filmer à tout moment et en tout lieu. La conception modulaire et polyvalente de la Canon EOS C300 Mark II, qui est répliquée sur l'EOS C300 Mark III, était indispensable pour permettre à Greg et Tyler de filmer durant de longues périodes à partir de plusieurs endroits différents.

Going to Mars mêle séquences de vérité et images d'archives de moments clés de l'histoire afro-américaine, lectures en direct des poèmes de Nikki et réflexions dans le temps et l'espace. « Souvent, nous nous rendions sur place et nous suivions [Nikki] pendant plusieurs heures, se souvient Greg. Notre but était de capturer des moments intimes et authentiques. Je pense que les scènes de vérité figurent parmi les plus difficiles à filmer pour un documentaire, car les prises peuvent durer une heure ou plus et la caméra doit énormément se déplacer. Il faut constamment s'adapter à ce qu'il se passe.

« L'EOS C300 Mark II a facilité ce processus grâce à sa légèreté. La hauteur de l'objectif est également très importante pour ce type de séquences. L'effet de perspective contribue à transmettre l'émotion. Je mesure 1,85 m. Ainsi, pour filmer ces scènes avec Nikki, je devais placer la caméra à hauteur de ma poitrine. Grâce aux poignées latérales, je pouvais la placer sous mon aisselle comme un ballon de football américain. Cette configuration était très confortable lorsque je devais filmer à main levée sur de longues périodes. La conception de cette caméra est parfaite pour ce type de prises de vues. »

Pour filmer All That Breathes, Ben a opté pour la Canon EOS C500 Mark II, qu'il avait achetée auparavant pour une production Netflix, notamment en raison de sa taille et de sa polyvalence. « Cet outil est si polyvalent qu'il permet flexibilité et spontanéité, explique-t-il. Vous pouvez assembler l'EOS C500 Mark II sur une monture PL pour un tournage sur un plateau de cinéma et, juste après, la démonter pour obtenir une petite caméra que vous pouvez tenir à la main. »

Un homme avec une Canon EOS C300 Mark II placée sur un trépied filme une personne se tenant à proximité d'une presse et lisant un journal.

Lors du tournage de Bad Press, Tyler a dû filmer dans plusieurs lieux, y compris dans cette imprimerie. Les scènes ont été principalement filmées à main levée, mais certaines ont requis l'utilisation d'un trépied. « Je souhaitais conserver une certaine homogénéité entre les différentes séquences », explique-t-il. « Je ne voulais pas jongler entre les prises de vues à main levée et le trépied si la transition entre les séquences n'était pas naturelle. » © Conrad Beilharz

Une image fixe extraite du documentaire d'Evgenia Arbugaeva, Haulout, filmé avec un Canon EOS R5. Ce cliché met en scène un homme se tenant à l'entrée d'une hutte cernée par des morses.

Dans un espace aussi exigu que la hutte de Haulout, Evgenia a pu tirer parti du Canon EOS R5 et des objectifs RF grand-angle. © Evgenia Arbugaeva et Maxim Arbugaev

2. La plage dynamique étendue

Pour Tyler, le fait de devoir filmer à la fois les paysages vastes et ensoleillés de l'Oklahoma et des scènes se tenant dans des établissements publics mal éclairés, pour filmer Bad Press, rendait nécessaire de posséder une caméra capable de prendre en charge les contrastes tout en capturant une gamme complète de tons. La Canon EOS C300 Mark II offre une qualité d'image exceptionnelle ainsi qu'une plage dynamique allant jusqu'à 15 diaphs.

« Nous avons décidé d'utiliser Canon Log dans la gamme Cinema », indique-t-il. « Je souhaitais pouvoir mettre en avant les couleurs des scènes. J'ai été surpris par le niveau de détail qu'il est possible de faire ressortir dans les zones sombres et surexposées. »

Ben qualifie la courbe Canon Log 2 de la Canon EOS C500 Mark II de « jolie ». Elle offre plus de 15 diaphs de plage dynamique et une solide base d'étalonnage des couleurs. « J'ai élaboré une table de correspondance personnalisée que j'ai chargée dans la caméra afin que le réalisateur [Shaunak Sen] puisse toujours garder un œil sur l'image au travers d'une prévisualisation du style final vers lequel nous nous dirigions », ajoute-t-il.

La plage dynamique étendue de l'EOS C300 Mark II a également pesé dans la décision de Greg d'utiliser cette caméra pour un documentaire. Une partie du style visuel du réalisateur de Going to Mars consistait à cadrer de très gros plans, à filmer au travers de reflets et à utiliser d'autres types de prises expérimentales. Greg s'est rendu compte que sa EOS C300 Mark II parvenait toujours à maintenir la surexposition et que, même s'il cadrait une scène trop sombre ou trop lumineuse, il pouvait toujours l'ajuster en post-production.

Greg utilise désormais la Canon EOS C300 Mark III offrant un capteur DGO Super 35 mm novateur et une plage dynamique encore plus étendue (plus de 16 diaphs) pour de magnifiques détails de surexposition sans effet de bande. « Honnêtement, j'aurais aimé que l'EOS C300 Mark III existe quand je filmais Going to Mars, confie-t-il. Canon a fait énormément de progrès sur les teintes de peau avec la Mark III. J'adore les couleurs que j'obtiens avec cette caméra. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

3. Les filtres ND internes

À l'intérieur de la Canon EOS C300 Mark II se trouvent des roues à filtres ND doubles offrant 2, 4, 6, 8 et 10 vitesses de densité neutre (ND). Elles permettent de réduire le spectre de la lumière de façon neutre, sans modifier la couleur de la lumière, contribuant ainsi à conserver des teintes de peaux naturelles et des couleurs éclatantes. Pour Tyler, cette fonctionnalité est devenue incontournable lors du choix de caméra pour ses tournages. « J'adore la science colorimétrique de Canon. C'est l'un des principaux éléments que j'ai pris en compte lors du choix de cette caméra », explique Tyler. Greg est d'accord sur le fait que les filtres ND internes sont essentiels pour de tels projets.

De la même manière, Ben vante les mérites de la Canon EOS C500 Mark II : « Même sans accessoire, vous pouvez toujours profiter des avantages de ses filtres ND internes, de ses deux emplacements de carte et de sa courbe Canon Log 2, tous ces éléments étant utiles pour le tournage d'un documentaire ».

Gros plan sur le mot « declined » écrit sur une feuille de papier blanc, sur laquelle il est possible de voir la texture du papier et de l'encre, filmé avec un objectif Canon MP-E 65mm f/2.8 1-5x Macro Photo.

Offrant un agrandissement pouvant atteindre jusqu'à 5x la taille réelle, l'objectif Canon MP-E 65mm f/2.8 1-5x Macro Photo était le seul que Tyler trouvait adapté pour capturer les textures uniques du papier et de l'encre sur un journal filmé de près. © Tyler Graim

Un homme avec une longue barbe grise assis au centre d'un bureau encombré, entouré d'un équipement vidéo, dont une Canon EOS C300 Mark II. Une deuxième personne est assise sur une chaise en face de lui, hors du champ de la caméra.

Durant ses tournages, Tyler apprécie particulièrement la caractéristique offerte par la Canon EOS C300 Mark II qui permet de retirer l'écran de 4 pouces et 1,23 million de pixels ainsi que le panneau de contrôle. Il peut ainsi obtenir une vue dégagée de la scène dans les espaces exigus. © Conrad Beilharz

4. Un large choix d'objectifs

La multitude d'objectifs adaptés à n'importe quelle scène ou besoin constitue un autre avantage des caméras Cinema EOS et des appareils du système EOS R de Canon pour le tournage de films.

Pour Tyler, le plus gros défi lors du tournage de Bad Press était le côté politique du film. Ses sujets se trouvaient donc souvent dans des lieux peu inspirants et mal éclairés. « La lumière provenant du plafonnier était terne. Il était donc difficile de rendre ces scènes attrayantes, raconte-t-il. Finalement, nos personnages étaient tellement formidables que j'ai décidé de les laisser prendre le devant de la scène. J'ai effectué beaucoup de gros-plans dans ces espaces, et ce par choix. »

Tyler a pu effectuer cela grâce à la gamme d'objectifs disponible. Lorsqu'il filmait des réunions publiques à la mairie, il utilisait le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM pour zoomer sur la personne prenant la parole.

Greg s'est retrouvé dans une situation similaire avec Going to Mars. Il ne pouvait pas tout planifier lorsqu'il suivait Nikki durant sa journée. Toutefois, les options d'objectifs EF de la série L de Canon lui ont permis de réaliser des prises de vues même lorsque ses mouvements étaient restreints.

« Lorsque Nikki était sur scène devant un public, j'optais pour les objectifs de la série L de Canon », explique Greg. Il s'approchait le plus possible avec son objectif EF 24-70mm f/2.8L II USM, puis il utilisait une autre caméra équipée d'un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM pour ses gros-plans.

Tyler a été confronté à un autre défi. Une grande partie de Bad Press est ponctuée de très gros-plans de mots sur papier journal et il souhaitait se rapprocher le plus possible afin de capturer la texture unique de cette pâte à papier. Tyler a commencé par utiliser le Canon EF 100mm f/2.8 Macro USM pour certaines prises, mais il a fini par opter pour l'objectif Canon MP-E 65mm f/2.8 1-5x Macro Photo conçu pour capturer de minuscules objets, car il souhaitait aller au-delà de l'agrandissement 1x.

Pour Haulout, Evgenia et son frère Maxim Arbugaev ont utilisé plusieurs objectifs RF Canon parmi les plus récents et les plus rapides, tels que le Canon RF 50mm F1.2L USM, le Canon RF 70-200mm F2.8L IS USM ainsi que l'objectif préféré d'Evgenia, le Canon RF 24-70MM F2.8L IS USM. « Dans un espace aussi exigu et confiné qu'une hutte, j'avais besoin d'un objectif à grand-angle, et le 24 mm est idéal pour moi », confie-t-elle. « L'extrémité 70 mm de l'objectif est parfaite pour réaliser des portraits et pour filmer les morses, car ils étaient littéralement au pas de notre porte. »

Un homme debout sur une colline, avec une caméra Canon sur un trépied. Une ville très vaste s'étend au loin derrière lui.

Exigences des festivals de cinéma : que faut-il faire pour se qualifier ?

Marcel Mettelsiefen, réalisateur, partage ce qu'il a appris de la gestion du parcours festivalier grâce à Watani: My Homeland, son court-métrage documentaire nominé aux Oscars.
Une image fixe tirée de Going to Mars: The Nikki Giovanni Project, montrant Nikki, portant des lunettes, tandis que des ombres éclipsent le haut et le bas de son visage, laissant seulement son nez visible à la lumière.

Greg préfère utiliser la Canon EOS C300 Mark II par rapport aux autres caméras. « J'ai filmé pendant quatre ans et j'avais tellement de séquences RAW », indique-t-il. © Greg Harriott

Une femme se tient devant un pupitre dans une librairie et fait la lecture du livre placé devant elle. Elle est filmée par l'homme se tenant au premier plan de l'image avec une Canon EOS C300 Mark II placée sur un trépied.

Greg enregistrant Nikki Giovanni au cours d'une session de lecture de ses poèmes. Ses mouvements étant restreints au cours de ces événements, il entreprenait de filmer depuis le fond de la salle avec un objectif Canon EF 70-200mm f/2.8L III USM monté sur sa Canon EOS C300 Mark II afin d'obtenir les gros-plans qu'il souhaitait. © Ayana Enomoto-Hurst

5. Les avantages pour le flux de travail

Le format de fichier XF-AVC a été spécialement conçu par Canon pour l'enregistrement vidéo 4K DCI ou 4K UHD, et figure sur les caméras Cinema EOS, dont la EOS C300 Mark II et la EOS C500 Mark II. Il permet aux réalisateurs d'enregistrer des séquences en haute résolution dans un format compressé qui conserve les détails fins et la qualité de l'image dans une taille de fichier facile à gérer. Pour Greg et Tyler, pour lesquels les tournages se sont étalés sur plusieurs années, cette caractéristique était très importante pour leur flux de travail.

« Je pense que pour les films documentaires ou n'importe quel tournage impliquant une petite équipe, le codec XF-AVC codec est essentiel », explique Tyler. « En quatre ans, j'ai accumulé beaucoup de séquences. C'était vraiment génial de pouvoir filmer en 4K sans devoir constamment changer de carte mémoire. »

Même discours du côté de Greg. Ce dernier a filmé en XF-AVC, ce qui lui a permis d'emporter seulement quelques cartes mémoires pour une journée complète de tournage. « La façon dont le codec de Canon peut compresser vos séquences tout en préservant autant de détails est un avantage majeur pour ce genre de films cherchant à associer un rendu cinématographique à un caractère pratique », explique-t-il.

Parallèlement, l'option de préenregistrement de 3 secondes de l'EOS C500 Mark II (également disponible sur l'EOS C300 Mark III et l'EOS R6 Mark II) est particulièrement indispensable pour Ben, notamment lors de prises de vues d'oiseaux en plein vol. « Sans préenregistrement, vous seriez rapidement à court de mémoire de stockage en laissant la caméra tourner constamment pour capturer un instant », déclare-t-il.

Les films primés tournés avec l'équipement Canon ne sont pas un phénomène nouveau (comme nous l'avions déjà constaté avec les lauréats et nominés des Oscars 2020 et les films du Sundance 2020 tournés avec des appareils Canon). Cependant, avec la gamme croissante de fonctionnalités polyvalentes et professionnelles permettant de réaliser des séquences 4K de haute qualité, les raisons d'opter pour les appareils et objectifs Canon sont plus nombreuses que jamais pour les directeurs de la photographie aspirant à la réussite de leurs films.

Jeff Meyer & Sarah Bakkland

Articles liés

  • Assis près d'une fenêtre, la réalisatrice Evgenia Arbugaeva et son frère Maxim Arbugaev observent un grand nombre de morses entassés sur la plage. Cette photo a été prise avec le Canon EOS R5.

    RÉALISATION DE VIDÉOS

    Dans les coulisses du documentaire Haulout

    Evgenia Arbugaeva évoque le processus de réalisation de son court métrage nominé aux Oscars et l'équipement qu'elle a utilisé. Elle explique également pourquoi elle aime travailler avec les photos, mais aussi, désormais, avec les vidéos.

  • La tête et les épaules d'une personne portant des lunettes regardant un petit oiseau debout et alerte sur une table de travail.

    RÉALISATION DE VIDÉOS

    All That Breathes : réalisation d'un documentaire soutenu par Sundance, à l'aide d'équipements Canon

    Le directeur de la photographie Ben Bernhard explique comment il a mis en lumière les effets de la pollution et les tensions sociales croissantes à Delhi à l'aide de la Canon EOS C500 Mark II.

  • Une femme tient un clap de cinéma sur lequel est écrit « SUFFRAJITSU », et indiquant Scène 3, Plan 1 et Prise 3.

    RÉALISATION DE VIDÉOS

    Rapport de Lammas Park sur le tournage

    Découvrez comment les réalisateurs de Lammas Park, Jade Ang Jackman et Samona Olanipekun, ont donné vie à leurs courts-métrages inspirants à l'aide d'un équipement Canon.

  • KIT

    Les caméras Canon Cinema EOS approuvées par Netflix

    De l'EOS R5 C en passant par l'EOS C500 Mark II, découvrez comment la gamme Cinema EOS répond aux exigences en matière de prise de vues des productions originales Netflix.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires inspirantes et des actualités passionnantes de Canon Europe Pro