DOCUMENTAIRE

Corriger les déséquilibres de pouvoir avec Sarah Waiswa

La photographe documentaire et portraitiste discute de la façon de briser les préjugés sexistes, de remettre en question des récits, de revendiquer les identités et de la raison pour laquelle la voix des femmes africaines doit être entendue.
Un portrait en noir et blanc d'une femme aux cheveux tressés entourée de cinq ballons avec des visages dessinés dessus.

Lorsqu'il s'agit de choisir qui et où photographier et quoi montrer, la photographe documentaire et portraitiste Sarah Waiswa affirme que la collaboration avec ses sujets est essentielle. Personnellement, cependant, avoue-t-elle, « je m'intéresse beaucoup plus aux histoires de femmes, aux histoires sur les femmes et aux problèmes de femmes ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM à 1/160 s, f/3,5 et ISO 100. © Sarah Waiswa

Encourager les femmes africaines à poursuivre leur carrière de photographe est devenu un travail important pour l'ambassadrice Canon Sarah Waiswa. Née en Ouganda, la photographe documentaire et portraitiste a grandi au Kenya, puis a passé dix ans aux États-Unis où elle a étudié et travaillé dans le monde de l'entreprise américaine, avant de revenir s'installer au Kenya en 2010.

Avec cette perspective internationale inhabituelle, elle se passionne pour l'exploration de l'identité moderne sur le continent africain. Elle reconnaît que c'est en partie « comme la découverte de soi-même : utiliser la photographie pour raconter les histoires des autres, mais aussi pour regarder à l'intérieur afin de comprendre sa propre histoire ». Cependant, elle ajoute : « j'ai étudié la sociologie et la psychologie, et je m'intéresse profondément aux gens et à leurs histoires. Je pense que les sujets que je choisis et qui m'intéressent sont le reflet de mon parcours, mais je suis davantage intéressée par la collaboration : travailler avec les personnes que je photographie et m'assurer que je ne me projette pas sur elles, mais que nous essayons de créer quelque chose ensemble. »

Un portrait en noir et blanc de Sarah Waiswa, avec des lunettes de soleil enveloppantes et des cheveux tressés.

La réaction au réseau African Women in Photography cofondé par Sarah (en photo) a été positive. « Je pense que les gens sont heureux qu'il y ait un endroit où ils peuvent rencontrer d'autres femmes photographes ; un endroit sûr pour avoir des discussions. Tout le monde a soutenu le projet ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le modèle Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/100 s, f/7,1 et ISO 200. © Sarah Waiswa

Une exposition multiple en noir et blanc de la photographe Sarah Waiswa tenant un appareil photo Canon.

Les photographes qui souhaitent rejoindre le réseau African Women in Photography peuvent le faire via les réseaux sociaux (@africanwomenphotograph) ou via l'adresse électronique sur le site Web, précise Sarah. « Pour ce qui est de l'adhésion, les gens peuvent envoyer leurs portefeuilles par e-mail et écrire : 'Bonjour, j'aimerais être membre'. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/100 s, f/1,8 et ISO 500. © Sarah Waiswa

Briser les préjugés et mettre en avant les talents émergents

La collaboration et la résolution des problèmes de pouvoir étant au cœur de son travail photographique, Sarah a cofondé le réseau African Women in Photography, qui célèbre le travail des femmes et des photographes non binaires d'Afrique, et défend les perspectives féminines qui sont sous-représentées dans la profession.

« Je pense que la photographie a toujours été dominée par les hommes blancs, et nous voulons évidemment voir beaucoup plus d'histoires de femmes, mais de femmes africaines, bien entendu », explique Sarah. « L'Afrique est un continent très photographié, mais vous constaterez que la plupart des photographes, surtout dans le passé, étaient blancs et masculins. »

« Nous voulons avoir l'opportunité de raconter nos propres histoires et dire que nous sommes tout aussi capables, que nos histoires sont tout aussi importantes. Nous avons un point de vue et il doit également être reconnu. »

Le réseau a également un côté pratique, car Sarah l'a créé dans l'espoir d'offrir aux autres le soutien qu'elle aurait souhaité avoir lors de ses débuts dans le secteur de la photographie. « Je viens d'une culture où, historiquement, les arts n'étaient pas vraiment considérés comme une carrière », ajoute-t-elle. « Lorsque j'ai décidé de travailler sur ce projet, je me suis dit : 'Qu'est-ce qui aurait pu être plus facile pour moi en tant que femme qui voulait se lancer dans la photographie ? Qu'est-ce qui n'était pas disponible pour moi ?' »

« Ce qui m'aurait facilité la vie, c'est juste d'avoir quelqu'un à qui parler et demander : 'Comment gérez-vous une entreprise de photographie prospère ?' Parce qu'en fin de compte, même si vous êtes photographe, il y a aussi des choses pratiques à faire pour réussir. »

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Le réseau vous offre des opportunités d'apprendre par le biais du mentorat, il fournit des liens vers des options de financement et, surtout, il crée un espace de conversation et de soutien, lesquels sont indispensables. « La communauté est capable de nous fournir une plateforme pour discuter des défis auxquels nous sommes confrontées, partager des informations, rassembler des ressources et essayer de rendre la navigation sur le terrain un peu plus facile qu'elle le serait si nous n'avions pas l'espace », explique Sarah.

Une femme à la peau pâle vêtue d'une robe longue, assise sur un coussin devant la porte d'une baraque en panneaux de tôle ondulée peints de couleurs vives. Elle lève les bras comme si elle voulait se protéger du soleil.

Une image de la série Sarah's Stranger in a Familiar Land, montrant la mannequin Florence Kisombe photographiée à Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi. Dans certains lieux d'Afrique subsaharienne, les personnes atteintes d'albinisme sont rejetées en raison d'un manque de compréhension de la maladie. Elles sont donc « forcées de faire face à des défis émanant à la fois du soleil et de la société » et ressentent « un sentiment de non-appartenance ». Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/1600 s, f/2,2 et ISO 100. © Sarah Waiswa

Une image en noir et blanc de deux jeunes filles en jupettes de danse, levant les bras au-dessus de leur tête.

Au Kenya, le ballet est un loisir très onéreux, inaccessible pour la plupart des gens. Cette image issue de la série « Ballet in Kibera » de Sarah symbolise la possibilité que des enfants de bidonvilles transcendent ces barrières sociales. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 70 mm, 1/60 s, f/2,8 et ISO 800. © Sarah Waiswa.

Pour en savoir plus sur la construction de communautés de photographes, écoutez cet épisode du podcast Shutter Stories de Canon :

Ce qui est vu versus la personne qui voit

Remédier aux déséquilibres de pouvoir historiques et contemporains est un thème récurrent dans le travail de Sarah. Son projet Stranger in a Familiar Land a mis en lumière la vie de Florence Kisombe, une mannequin atteinte d'albinisme et d'autres personnes atteintes de cette maladie en Afrique subsaharienne, ainsi que la réaction de la société à cette maladie.

Sarah a également fait une autre série de photos remarquable. Il s'agit de Lips Touched with Blood, qui place ses portraits contemporains d'Africains aux côtés de portraits d'archives : cette série crée une exposition qui recadre et remet en question les récits autour du colonialisme, du pouvoir et de l'identité. Les techniques de Sarah incluent le noircissement des sujets dans les images, pour enlever le pouvoir au photographe et montrer la revendication identitaire.

Le projet est une collaboration avec la British Empire and Commonwealth Collection at Bristol Archives, qui détient environ un demi-million de photographies des pays de l'ancien Empire britannique, la plupart prises par des voyageurs britanniques entre 1860 et les années 1970.

« Même si l'image était importante », ajoute Sarah, « lorsque vous regardez ces images coloniales, ce qui était également intéressant pour moi, c'était le sous-titrage derrière les images, qui donnait le contexte des conditions au moment où ces photographies ont été prises. »

Sarah poursuit en expliquant que le photographe était souvent décrit comme un explorateur, et qu'il était en quelque sorte en expédition. La question est la suivante : les personnes sur les images travaillaient-elles pour une agence ? Voulaient-elles être photographiées ? Même dans les descriptions, elles sont vraiment décrites comme s'il s'agissait de sites vus lors d'un safari – « Oh, voici un indigène », ou quelque chose du genre. Ce n'est pas vraiment comme si c'était une personne, c'était « Untel », et cette personne avait une famille. C'est juste l'explorateur qui dit « Regarde toutes ces belles choses que j'ai vues ». Il ne s'agit pas vraiment de ce qui est vu, il s'agit de la personne qui voit.

« L'appareil photo lui-même en tant qu'outil n'a pas vraiment été un outil d'équilibre », explique Sarah. « Je pense qu'il y avait toujours quelqu'un derrière l'appareil photo qui détenait en quelque sorte tout le pouvoir, non ? Même maintenant, si les photographes vont dans une communauté, ils ont du pouvoir. Ce sont eux qui dominent ou dirigent le récit d'une manière ou d'une autre. Je pense que c'est toujours le cas. »

C'est pourquoi Sarah insiste une fois de plus sur l'importance d'une approche collaborative. « Bien sûr, avoir des Africains qui photographient des Africains simplifie les choses. Cela n'efface pas complètement le déséquilibre des pouvoirs, mais le regard va certainement être différent. Je pense qu'il est important pour les photographes locaux de pouvoir raconter des histoires dans leur quartier.

« Pour moi, cela dépend vraiment de l'histoire, pas seulement ce que j'essaie de communiquer. Ce qui importe c'est de savoir qui sont ces personnes sur la photo, et comment nous pouvons raconter l'histoire, pas seulement à travers mon appareil photo, mais avec elles qui participent à cela. »

Strangely Familiar : les femmes de fiction de Guia Besana

Guia Besana nous parle de sa dernière série, Strangely Familiar, un projet inspiré de sa propre maladie et de l'histoire vraie d'une femme du XIXe siècle exhibée comme monstre de foire.
Portrait en noir et blanc d'un homme vêtu d'un paréo à carreaux et des bijoux de style tribal.

« J'adore lorsque nous avons des photographes de différentes parties du continent qui sont sous-représentées – l'Afrique centrale, par exemple », s'enthousiasme Sarah. « Nous avons des représentants de la majeure partie du continent, mais j'aimerais en voir davantage de pays qui ne sont généralement pas présentés. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM à 1/100 s, f/7,1 et ISO 200. © Sarah Waiswa

Une jeune femme regarde avec nostalgie sur le côté, une main sur un mur. Deux autres personnes se tiennent debout contre un autre mur en arrière-plan.

Les photographes émergentes du réseau reçoivent de l'aide de différentes façons : « À la fin de l'année dernière, j'ai organisé un atelier où nous avions [des tutoriels en présentiel] sur la narration et sur l'aide aux étudiantes afin qu'elles puissent s'y retrouver », ajoute Sarah. « Nous sommes également disposés à proposer de l'aide via des demandes de subvention ou [en commentant] les images. Nous nous rendons disponibles quand nous le pouvons pour aider et guider. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 50 mm, 1/60 s, f/2,8 et ISO 800. © Sarah Waiswa

Modifier le récit

Lorsqu'il s'agit de modifier le récit, Sarah pense que l'image est tout aussi puissante que le mot écrit. « Il est plus facile pour moi d'établir un lien avec une image qu'avec du texte. Les photos ont un réel impact immédiat », dit-elle. « Il est évident que les images ne racontent pas toute l'histoire de ce qui se passe, mais elles peuvent vous toucher et vous faire réfléchir. »

« Le fait est que vous pouvez regarder une image et que je peux regarder une image, mais nous voyons tous les deux quelque chose de différent. » Et cela va être influencé par nos origines et tant d'autres choses. Je pense que c'est aussi le pouvoir d'une image ou le pouvoir de l'art, qu'il est sujet à interprétation et qu'il déclenche une discussion. »

À l'avenir, Sarah espère que la communauté des femmes africaines en photographie continuera de croître. « Nous nous construisons ensemble et apprenons les unes des autres. J'espère que les photographes jeunes et émergentes auront l'occasion d'utiliser la communauté comme une ressource, qu'elles pourront faire avancer leur carrière et qu'elles pourront partager leurs talents avec le monde et continuer à contribuer à résoudre différents problèmes.

« Nos voix ne se sont pas fait entendre depuis longtemps », conclut Sarah. « Mais c'est l'occasion pour le monde de voir à quoi ressemble la vie à travers l'objectif d'une femme africaine. » C'est un point de vue qui doit être entendu et vu. »

Rédigé par Lorna Dockerill


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro