RÉALISATION DE VIDÉOS

Le couple idéal : la combinaison gagnante de caméra principale et secondaire

Comment choisir la caméra secondaire idéale à associer à votre caméra Cinema EOS principale ? Quelles sont les fonctionnalités à prendre en compte ? Des réalisateurs et spécialistes Canon nous livrent leurs conseils.
Alex Wykes et son Canon EOS-1D X Mark III entièrement équipé au sommet d'une montagne enneigée, en Russie.

Le réalisateur Alex Wykes a associé deux appareils Canon complémentaires sur un tournage d'héliski au cœur de la péninsule montagneuse Kamchatka à l'est de la Russie. Il a utilisé une caméra Canon EOS C300 Mark II (le modèle qui précède la caméra Canon EOS C300 Mark III) couplée avec l'appareil Canon EOS 1D X Mark III et l'objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM. © Richard Walch

Dans un monde idéal, tous les réalisateurs professionnels utiliseraient le même modèle en caméra principale et en caméra secondaire sur tous les tournages. Les deux caméras seraient réglées de la même façon, avec les mêmes objectifs et les mêmes codecs pour faciliter l'intégration. En réalité, il est souvent impossible de filmer avec deux caméras cinéma Canon haut de gamme. Alors quelles sont les alternatives quand une seule caméra n'est pas assez ? Choisir une caméra secondaire parmi les produits Canon permet une cohérence au niveau de l'esthétique des images, mais offre également d'autres avantages. Les réalisateurs peuvent ainsi tirer parti d'une caméra plus petite, de cadences différentes et de capacités améliorées en basse lumière.

Brett Danton a réalisé des publicités pour des fabricants automobiles de luxe. Il a notamment réalisé le clip publicitaire de la Jaguar F-PACE. Il filme avec le modèle Canon EOS C500 Mark II et utilise le Canon EOS-1D X Mark III en tant que caméra secondaire. Le modèle EOS-1D X Mark III s'avère être une caméra secondaire polyvalente pour le réalisateur de documentaires Alex Wykes, qui l'utilise avec une caméra de cinéma Canon EOS C300 Mark II sur les tournages qui se sont déroulés des montages de Russie au désert du Kalahari. Quant à lui, Dan Lightening filme des documentaires. Il a aussi participé aux tournages de clips musicaux pour les frères Gallagher, Nile Rodgers et Jamiroquai et à des publicités pour des marques célèbres. Il filme avec la Canon EOS C200 qui se complète très bien avec son Canon EOS 5D Mark IV.

Dans cet article, les trois réalisateurs partagent leur association de caméra principale et secondaire préférée et discutent des avantages à associer des modèles aux objectifs et codecs compatibles sur les tournages complexes.

Dans une vallée, deux personnes regardent le viaduc de Balcombe, dans le Sussex de l'Ouest, en Angleterre.

Le viaduc de Balcombe dans l'Essex de l'Ouest en Angleterre plante le décor du tournage de Dan Lightening. Il y a filmé un skater avec la Canon EOS C200 en caméra principale et avec le modèle Canon EOS 5D Mark IV en caméra secondaire. © Dan Lightening

Un Canon EOS 5D Mark IV posé sur un trépied, devant un Canon EOS C200, sous les arches du viaduc de Balcombe.

L'équipe a monté la caméra Canon EOS C200 sur un trépied et a mis l'EOS 5D Mark IV sur un cardant motorisé. Cela leur a permis de disposer de la vitesse nécessaire pour filmer le skater en action ainsi que le paysage magnifique autour du viaduc. © Dan Lightening

1. Obtenir une esthétique cohérente

Il est parfois difficile de conserver la même cohérence esthétique lorsque l'on filme avec différents modèles de caméras. Alors plutôt que de passer des heures à étalonner les couleurs pour uniformiser les séquences de différentes caméras, il est judicieux d'utiliser deux caméras Canon pour s'assurer que les séquences ont la même esthétique et le même rendu au niveau des couleurs.

Lorsque Dan Lightening a filmé le skater Vladik Scholz sur le viaduc de Balcombe, dans le Sussex de l'Ouest, il a trouvé qu'il était très facile de raccorder les séquences. Il a en effet filmé en Cinema RAW Light sur la Canon EOS C200 Super 35 mm et en codec non-Log standard sur le Canon EOS 5D Mark IV plein format.

« Je n'ai eu aucun problème pour monter les séquences ensemble », explique-t-il. « L'EOS 5D Mark IV dispose d'un très bon capteur CMOS de 30,4 millions de pixels. Si on l'expose correctement et que l'on filme dans des environnements qui ne sont pas extrêmes, on obtient de très belles images. De plus, il y a de nombreux réglages possibles pour ajuster l'image. »

Les appareils photo EOS hybrides comme le Canon EOS R5 et l'EOS R6 Mark II constituent des choix de caméra secondaire encore plus polyvalents pour compléter une caméra principale Cinema EOS plein format. En plus d'être équipés des tout derniers capteurs CMOS plein format, ils proposent une capture de vidéos au format RAW 10 bits à une résolution maximale de 6K (vers un enregistreur externe sur l'EOS R6 Mark II) ou 8K (EOS R5), ainsi qu'au format H.265 10 bits avec Canon Log 3. Ces options d'enregistrement de niveau professionnel facilitent encore plus l'association de clips avec des séquences réalisées sur des caméras Cinema EOS.

La Canon EOS R5 C offre la quintessence de la simplicité. Il s'agit de la caméra Cinema EOS la plus compacte. Reprenant le format de boîtier de l'EOS R5, elle intègre en prime une gamme complète de fonctions professionnelles, notamment trois options Cinema RAW Light, le format d'enregistrement XF-AVC, la prise en charge des fonctions Look File et Waveform Monitor, et bien plus encore.

Un technicien portant des gants blancs nettoie le capteur d'un appareil Canon.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des évènements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

« S'agissant d'une caméra Cinema EOS, elle prend également en charge les modes d'enregistrement Super 35 mm et Super 16 mm », explique Aron Randhawa, spécialiste marketing chez Canon Europe. « La possibilité de passer du plein format au Super 35 mm se révèle très utile, car vous pouvez instantanément bénéficier du champ visuel d'une Canon EOS C300 Mark III ou d'une EOS C70, par exemple. Grâce à son capteur plein format 8K, vous pouvez également profiter d'une résolution 5,9K au format Super 35 mm. »

Un homme tenant un Canon EOS R6 Mark II se penche pour filmer une cycliste abordant un virage serré.

Le Canon EOS R6 Mark II possède une fonction de correction numérique de la variation de la mise au point, compensant les effets de cette dernière sur les objectifs qui ne la suppriment pas de manière optique. « Ainsi, une séquence réalisée sur une caméra secondaire équipée d'un objectif plus abordable se fondra plus harmonieusement dans une séquence enregistrée sur une caméra principale, équipée d'un objectif Cinéma à focale fixe, par exemple », explique Mike Burnhill de Canon Europe.

Une personne portant des gants utilise l'écran arrière d'un Canon EOS-1D X Mark III dans un paysage enneigé.

Le Canon EOS-1D X Mark III est étanche et dispose d'un grand écran à l'arrière, qui s'est avéré très utile pendant ce tournage à la montagne. © Richard Walch

2. Disposer d'une grande souplesse en post-production

Si vous utilisez la fonction Log gamma avec votre caméra principale dans le but d'obtenir une plage dynamique élevée et beaucoup de souplesse pour la retouche, il est judicieux d'utiliser la même fonctionnalité avec votre caméra secondaire. Les options Canon Log sont prises en charge par les caméras Cinema EOS et les appareils photo EOS hybrides. Il est avantageux d'utiliser le même format de fichier pendant le tournage pour faciliter les flux de travail lors de la post-production.

La fonctionnalité Canon Log est conçue pour améliorer la plage dynamique, de façon à minimiser la perte de détails dans les zones les plus sombres et les plus claires de l'image. Cette technologie s'est avérée très utile lorsqu'Alex Wykes a filmé les aventures en héliski sur la péninsule montagneuse Kamchatka, à l'est de la Russie. Il a donc mis à l'épreuve le robuste Canon EOS-1D X Mark III ainsi que la caméra cinéma Canon EOS C300 Mark II.

« Le codec H.265 est super et résiste bien à l'étalonnage, mais nous faisons des documentaires donc nous y allons doucement, tout est très naturel », explique-t-il. « Il y a beaucoup de contrastes et de lumière lorsqu'on filme la neige, ça crée pas mal de reflets. »

Brett pense que rien ne bat le format RAW lorsqu'il s'agit de qualité et de souplesse. « Filmer en RAW, c'est comme filmer en négatif numérique. Je filme en Cinema RAW Light avec le Canon EOS C500 Mark II, et je peux aussi filmer en RAW avec le Canon EOS-1D X Mark III. »

En dépit des différents formats de fichiers, les séquences peuvent être montées ensemble sans problème. « J'ai dû mettre cinq minutes à les trier », affirme Brett. « Ce qui est génial avec les images RAW, c'est que l'on peut vraiment décider de ce que l'on veut en faire lors de la post-production. »

Le Canon EOS R6 Mark II, à l'instar de l'EOS-1D X Mark III, peut également enregistrer des séquences RAW complètes. « Il est capable de produire des séquences RAW 6K 10 bits au format ProRes à l'aide de la connexion HDMI vers un enregistreur externe Atomos Ninja V+ », explique Mike Burnhill, spécialiste principal marketing produit chez Canon Europe. « Il en résulte un fichier plus volumineux, mais qui sera plus facile à retoucher pour de nombreux utilisateurs, grâce à sa capacité à s'intégrer harmonieusement à des flux de travail et logiciels existants, comme Adobe Premiere, sans exiger de plug-in supplémentaire. Vous aurez toujours la possibilité de régler la balance des blancs, l'exposition et d'autres paramètres. »

Pour toujours plus de flexibilité, le Canon EOS R5 propose tout un panel d'options d'enregistrement de vidéos RAW, y compris au format RAW 8K 30p 12 bits en interne sur une carte CFexpress. Il prend également en charge l'enregistrement externe vers un Atomos Ninja V+ pour les séquences au format ProRes RAW 10 bits en 8K 30p ou ProRes RAW 12 bits en 5K 60p à partir d'un recadrage de 1,6x.

L'enregistrement au format RAW 12 bits vers une carte CFexpress est également possible à l'aide du mode Cinema RAW Light de la Canon EOS R5 C, ce qui en fait un compagnon idéal pour l'EOS C500 Mark II. Pour plus de flexibilité, l'EOS R5 C fournit trois options d'enregistrement Cinema RAW Light : Light (léger), Standard et High Quality (haute qualité). Tout comme son homologue 8K, il peut envoyer des images RAW ProRes 10 bits en 8K 30p vers un Atomos Ninja V+ via HDMI.

Le réalisateur Kevin Clerc regarde attentivement le dos d'une caméra Canon EOS R5 C fixée sur un trépied.

Canon EOS C70 vs EOS R5 C vs EOS R5 : des spécifications vidéo en face à face

Trois appareils compacts et puissants à monture RF pour la vidéo, mais lequel vous correspond le mieux ?

L'EOS R5 C, l'EOS R5 et l'EOS R6 Mark II sont des options de caméra secondaire pratiques pour les productions qui ne nécessitent pas de flux de travail RAW. Ces trois appareils sont capables d'enregistrer en Canon Log 3 jusqu'à 10 bits, avec tous les avantages que cela comporte en matière d'optimisation de la plage dynamique dans des conditions d'éclairage difficiles et d'étalonnage en post-production.

Alex Wykes, tenant une caméra Cinema EOS Canon contre sa poitrine, en train de filmer Marina Cano photographiant un suricate dans un arbre.

Alex a aussi associé sa caméra principale, le modèle Canon EOS C300 Mark II avec un Canon EOS-1D X Mark III en caméra secondaire lors d'un tournage dans le désert du Kalahari avec la photographe de la vie sauvage Marina Cano. © Platon Trakoshis

Le caméraman Bosie Vincent en train de transporter un Canon EOS-1D X Mark III fixé sur un trépied sur une route désertique.

L'équipe souhaitait filmer des séquences avec Marina et les animaux qu'elle photographie. Sur le tournage, Bosie Vincent s'occupait de la seconde caméra. © Platon Trakoshis

3. Des objectifs compatibles

Il y a des avantages certains à utiliser les mêmes objectifs sur les deux caméras. Non seulement vous n'avez pas à réaliser un investissement supplémentaire, mais cela évite aussi de multiplier les différents équipements. Selon Alex, utiliser le même objectif pour la Canon EOS C300 Mark II et l'EOS-1D X Mark III lui offrait plus de souplesse sur les tournages réalisés à la montagne et dans le désert.

L'objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1.4x étend la distance focale du reflex plein format jusqu'à 560 mm, et celle de la caméra de cinéma Super 35 mm à presque 900 mm. « C'est important d'avoir une longue distance focale pour filmer la faune et la neige, surtout si l'on filme l'autre côté d'une vallée », explique Alex.

Dan est allé encore plus loin et a utilisé une sélection d'objectifs à focale fixe Canon Cinéma ainsi que des objectifs à focale fixe EF et des objectifs zoom EF pour le tournage où il a filmé le skater. « Nous avons utilisé différents objectifs », dit-il. « Nous avons principalement utilisé un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L II USM [désormais remplacé par le Canon EF 16-35mm f/2.8L II USM], un Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM et un Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM sur l'EOS 5D Mark IV. Sur l'EOS C200, nous avons utilisé différents zooms et objectifs à focale fixe. Nous avons ainsi pu bénéficier d'une grande souplesse. »

Les modèles EOS C70EOS R5 C, EOS R5 et EOS R6 Mark II sont tous équipés de la monture RF de Canon. Elle intègre une connexion à 12 broches, qui offre une vitesse de communication supérieure entre le boîtier et l'objectif par rapport à la monture EF à 8 broches. En plus d'améliorer le système autofocus et les performances en matière de stabilisation d'image de l'appareil, cette connexion fournit aux réalisateurs les avantages d'objectifs RF rapides, nets et uniques en leur genre.

Les objectifs EF sont également compatibles avec la monture RF par le biais d'une gamme de bagues d'adaptation monture EF-EOS R, dont une dotée d'un emplacement pour des filtres variables insérables neutres (ND) et polarisants. « Ainsi, vous pouvez détacher un objectif Cinéma à focale fixe ou Flex Zoom à monture EF d'un Canon EOS C500 Mark II pour l'installer sur une caméra EOS R5 C, afin d'obtenir les avantages d'une compatibilité complète et d'un contrôle ND », précise Aron.

Un plateau décoré de meubles gris et blanc, surplombé par une grue Technocrane pour le tournage.

Brett Danton a utilisé une grue télescopique afin de faire passer le Canon EOS C500 Mark II au-dessus du décor, mais retirer la caméra pour faire les gros plans fait perdre beaucoup de temps. L'appareil Canon EOS-1D X Mark III monté sur un cardan s'est avéré être une caméra secondaire parfaite.

Un homme couché dans l'herbe réalise une prise de vue avec un Canon EOS R6 Mark II.

Les appareils Canon EOS R6 Mark II et EOS R5 C utilisent tous deux la gestion thermique pour allonger les durées d'enregistrement. L'EOS R5 C possède un système de refroidissement actif, tandis que la conception du processeur DIGIC X de l'EOS R6 Mark II optimise l'efficacité thermique.

4. Des séquences qui échappent aux plus grosses caméras

Choisir une caméra secondaire plus compacte permet de la placer à des endroits où vous ne pouvez pas mettre votre caméra principale qui est plus grosse. Vous pouvez ainsi tourner des séquences que vous n'auriez jamais pu filmer sans elle. Les caméras secondaires de plus petite taille sont aussi plus adaptées à l'utilisation d'un système de cardan motorisé. Ce sont les deux facteurs qui sont entrés en jeu lorsque Brett a choisi quelles caméras utiliser pour tourner une publicité pour un fabricant de meubles haut de gamme.

Fort d'un format compact et d'un écran tactile orientable, la Canon EOS R5 C est une caméra Cinema EOS permettant de réaliser des prises de vue sous des angles créatifs dans des espaces exigus, sans transiger sur le contrôle et la qualité. « Vous pouvez être amené à effectuer une prise de vue dans une voiture ou une petite pièce, par exemple », suggère Aron. « En fixant un objectif grand-angle, comme le Canon RF 16mm F2.8 STM, sur l'EOS R5 C, vous pouvez mettre à profit le capteur 8K plein format de l'appareil pour saisir l'intégralité de la scène, tout en bénéficiant d'un boîtier léger et compact pouvant se fondre dans l'environnement. »

La caméra est également équipée d'un stabilisateur d'image électronique à 5 axes qui fonctionne de concert avec les objectifs avec stabilisateur d'image, afin de conférer aux séquences à main levée une fluidité semblable à celle d'un cardan. En combinant le système de stabilisation d'image intégré (IBIS, In-Body Image Stabilisation), le stabilisateur d'image de l'objectif et le stabilisateur d'image numérique vidéo, le Canon EOS R5 et l'EOS R6 Mark II vous permettent de produire des films d'une stabilité inégalée pendant vos déplacements.

Une Canon EOS R5 C est installée sur un trépied. En arrière-plan se trouve une caméra Cinema EOS plus volumineuse.

« Une caméra secondaire ne doit pas seulement être compatible avec les objectifs et les courbes gamma ou la colorimétrie, elle doit également être facile d'utilisation », indique Aron. « La Canon EOS R5 C a ceci d'unique qu'elle propose les mêmes formats d'enregistrement et fonctions logicielles de niveau professionnel qu'une caméra Cinema EOS de gamme supérieure, pour la toute première fois dans un boîtier léger et ultra-compact. »

Un homme portant un casque autour de son cou est assis par terre. Il branche son casque à un Canon EOS R6 Mark II, équipé d'un microphone sur le dessus.

« L'autofocus Détection uniquement du Canon EOS R6 Mark II représente une évolution par rapport à l'autofocus Visage uniquement de l'EOS C70 », précise Mike. « Avec l'EOS C70, vous pouvez choisir de définir la mise au point exclusivement sur une personne. Si celle-ci sort du cadre, la mise au point conserve précisément sa dernière position. L'autofocus Détection uniquement de l'EOS R6 Mark II fonctionne exactement de la même manière, mais aussi avec des avions, des trains, des chevaux, des chats, des chiens et des oiseaux en plus des sujets humains. »

5. Des fonctions usuelles

La grande uniformité dans les domaines de la colorimétrie, de la qualité d'objectif et des formats d'enregistrement permet d'atteindre un style homogène avec différentes combinaisons de caméras principale et secondaire Canon. Toutefois, d'autres fonctions que les réalisateurs ont l'habitude de retrouver sur les caméras Cinema EOS font désormais leur apparition sur les appareils photo dotés du système EOS R de Canon. Ces fonctionnalités offrent un contrôle intuitif idéal pour passer d'un appareil à l'autre.

Par exemple l'EOS R6 Mark II est doté d'une griffe porte-accessoires multifonction compatible avec les accessoires de réalisation professionnelle, comme les adaptateurs XLR et les microphones numériques. C'est une particularité qu'il partage avec l'EOS R5 C.

Ces deux appareils proposent également les options de contrôle des fausses couleurs et d'autofocus présentent sur les caméras Cinema EOS de gamme supérieure. L'EOS R5 C possède des fonctions de reconnaissance Visage uniquement et Priorité visage, ainsi qu'un guide de mise au point Dual Pixel offrant une mise au point manuelle précise. L'EOS R6 Mark II optimise quant à lui la fonction Visage uniquement en la combinant avec la fonction de suivi des sujets de l'appareil. L'autofocus Détection uniquement ne tente pas de rétablir la mise au point sur l'arrière-plan lorsque le sujet spécifié, qu'il s'agisse d'un avion, d'un train, d'un animal ou d'une personne, quitte le cadre.

« L'EOS R5 C dispose du même système de menus que celui de la gamme Cinema EOS. Ainsi, toute personne utilisant déjà un modèle Canon EOS C500 Mark II, EOS C300 Mark III ou EOS C70 s'y retrouvera facilement », explique Aron.

Aron ajoute : « L'appareil intègre également des terminaux dédiés pour le timecode, ce qui vous permet de synchroniser l'EOS R5 C avec votre caméra principale et votre équipement audio externe. Ce modèle propose également un moniteur de forme d'onde (Waveform Monitor), une échelle de fausses couleurs et un angle d'obturation, autant de fonctions indispensables pour l'industrie cinématographique. Il peut être déstabilisant de devoir travailler en se concentrant sur l'angle d'obturation sur une caméra principale, puis sur la vitesse d'obturation sur une caméra secondaire. Ce type de mise en correspondance des caméras facilite le processus. »

6. Plus de possibilités sur le tournage

Le choix de la caméra secondaire est l'occasion de combler un éventuel manque de son équipement actuel. Si vous possédez un Super 35 mm, envisagez d'acquérir un appareil photo plein format, avec une fréquence d'image plus élevée ou qui affiche de meilleures performances en basse lumière. Choisissez un modèle qui offre des fonctionnalités que votre caméra principale ne possède pas afin de les intégrer à votre équipement.

L'enregistrement à cadence élevée pour les séquences de ralenti extrême est disponible sur les modèles Canon EOS C70, EOS R5 C et EOS R5, tous capables d'enregistrer des images en 4K à 120 im./s. L'EOS R6 Mark II peut atteindre une vitesse de 180 im./s en Full HD, fournissant ainsi un enregistrement en mode ralenti à une vitesse divisée par 6, contre 4 habituellement.

En outre, Alex estime que le Canon EOS-1D X Mark III complète parfaitement son outil de travail privilégié, l'EOS C300 Mark II, avec des fonctionnalités supplémentaires intéressantes. « L'EOS-1D X Mark III dispose de fonctionnalités comme le mode ultra-ralenti en HD, ce qui est parfait pour filmer des séquences destinées à être publiées sur les réseaux sociaux, car elles n'ont pas à être en 4K », explique-t-il. « Cet appareil permet de filmer des vidéos RAW. C'est très pratique lors des tournages pour des contenus promotionnels et commerciaux. De plus, le capteur plein format est génial en basse lumière. Avoir une caméra secondaire prend donc tout son sens. »

Adobe et Adobe Premiere sont des marques déposées ou des marques commerciales d'Adobe aux États-Unis et/ou dans d'autres pays.

Rédigé par Adam Duckworth and Marcus Hawkins


Articles liés

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro