ARTICLE

Le couple idéal : la combinaison gagnante de caméra principale et secondaire

Alex Wykes with his fully rigged-up Canon EOS-1D X Mark III on top of a snowy mountain in Russia.
Le réalisateur Alex Wykes a associé deux caméras Canon complémentaires sur un tournage d'héliski au cœur de la péninsule montagneuse Kamchatka à l'est de la Russie. Il a utilisé une caméra Canon EOS C300 Mark II (le modèle qui précède la caméra Canon EOS C300 Mark III) couplée avec l'appareil Canon EOS 1D X Mark III et l'objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM. © Richard Walch

Dans un monde idéal, tous les réalisateurs professionnels utiliseraient le même modèle en caméra principale et en caméra secondaire sur tous les tournages. Les deux caméras seraient réglées de la même façon, avec les mêmes objectifs et les mêmes codecs pour faciliter l'intégration. En réalité, il est souvent impossible de filmer avec deux caméras cinéma Canon haut de gamme. Alors quelles sont les alternatives quand une seule caméra n'est pas assez ? Choisir une caméra secondaire parmi les produits Canon permet une cohérence au niveau de l'esthétique des images, mais offre également d'autres avantages. Les réalisateurs peuvent ainsi tirer parti d'une caméra plus petite, de cadences différentes et de capacités améliorées en basse lumière.

Brett Danton a réalisé des publicités pour des fabricants automobiles de luxe. Il a notamment réalisé le clip publicitaire de la Jaguar F-PACE. Il filme avec le modèle Canon EOS C500 Mark II et utilise le Canon EOS-1D X Mark III en tant que caméra secondaire. Le modèle EOS-1D X Mark III s'avère être une caméra secondaire polyvalente pour le réalisateur de documentaires Alex Wykes, qui l'utilise avec une caméra de cinéma Canon EOS C300 Mark II sur les tournages qui se sont déroulés des montages de Russie au désert du Kalahari. Quant à lui, Dan Lightening filme des documentaires. Il a aussi participé aux tournages de clips musicaux pour les frères Gallagher, Nile Rodgers et Jamiroquai et à des publicités pour des marques célèbres. Il filme avec la Canon EOS C200 qui se complète très bien avec son Canon EOS 5D Mark IV.

Dans cet article, les trois réalisateurs partagent leur association de caméra principale et secondaire préférée et discutent des avantages à associer des modèles aux objectifs et codecs compatibles sur les tournages complexes.

Two people stand in a valley looking at the Balcombe Viaduct in West Sussex, England.
Le viaduc de Balcombe dans l'Essex de l'Ouest en Angleterre plante le décor du tournage de Dan Lightening. Il y a filmé un skater avec la Canon EOS C200 en caméra principale et avec le modèle Canon EOS 5D Mark IV en caméra secondaire. © Dan Lightening
A Canon EOS 5D Mark IV on a tripod with a Canon EOS C200 behind, under the arches of the Balcombe viaduct.
Pour filmer à la fois les mouvements très rapides et le paysage époustouflant, l'équipe a fixé la Canon EOS C200 sur un trépied et a monté le Canon EOS 5D Mark IV sur un cardan motorisé. © Dan Lightening

1. Obtenir une esthétique cohérente

Il est parfois difficile de conserver la même cohérence esthétique lorsque l'on filme avec différents modèles de caméras. Alors plutôt que de passer des heures à étalonner les couleurs pour uniformiser les séquences de différentes caméras, il est judicieux d'utiliser deux caméras Canon pour s'assurer que les séquences ont la même esthétique et le même rendu au niveau des couleurs.

Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Quand Dan Lightening a filmé le skater Vladik Scholz sur le viaduc Balcombe, dans le Sussex de l'Ouest, il a trouvé qu'il était très facile de raccorder les séquences. Il a en effet filmé en Cinema RAW Light sur la Canon EOS C200 super 35 mm et en codec non-Log standard plein format sur le Canon EOS 5D Mark IV.

« Je n'ai eu aucun problème pour monter les séquences ensemble », explique-t-il. « Le Canon EOS 5D Mark IV dispose d'un très bon capteur CMOS de 30,4 millions de pixels. Si on l'expose correctement et que l'on filme dans des environnements qui ne sont pas extrêmes, on obtient de très belles images. De plus, il y a de nombreux réglages possibles pour ajuster l'image. »

L'équipe a monté la caméra Canon EOS C200 sur un trépied et a mis la EOS 5D Mark IV sur un cardant motorisé. Cela leur a permis de disposer de la vitesse nécessaire pour filmer le skater en action ainsi que le paysage magnifique autour du viaduc.

Alex Wykes snowboarding down a mountain carrying a Canon EOS-1D X Mark III.
Lorsqu'il tournait dans la péninsule Kamchatka, Alex Wykes devait se déplacer en snowboard. Il était donc primordial que le sac contenant son équipement soit le plus petit possible. © Richard Walch
The rear screen of a Canon EOS-1D X Mark III being operated by a person wearing gloves in a snowy landscape.
Le Canon EOS-1D X Mark III est étanche et dispose d'un grand écran à l'arrière qui s'est avéré très utile pendant ce tournage à la montagne. © Richard Walch

2. Disposer d'une grande souplesse en post-production

Si vous utilisez la fonction Log gamma avec votre caméra principale dans le but d'obtenir une plage dynamique élevée et beaucoup de souplesse pour la retouche, il est judicieux d'utiliser la même fonctionnalité avec votre caméra secondaire. Les options Log de Canon sont prises en charge par les caméras Cinéma EOS et par les caméras EOS hybrides. Il est avantageux d'utiliser le même format de fichier pendant le tournage pour faciliter les flux de travail lors de la post-production.

La fonctionnalité Canon Log est conçue pour améliorer la plage dynamique de 800 %, ce qui minimise la perte de détails dans les zones les plus sombres et les plus claires de l'image. Cette technologie s'est avérée très utile lorsqu'Alex Wykes a filmé les aventures en héliski sur la péninsule montagneuse Kamchatka à l'est de la Russie. Il a donc mis à l'épreuve le robuste Canon EOS-1D X Mark III ainsi que la caméra cinéma Canon EOS C300 Mark II.

« Le codec H.265 est super et résiste bien à l'étalonnage, mais nous faisons des documentaires donc nous y allons doucement, tout est très naturel », explique-t-il. « Il y a beaucoup de contrastes et de lumière lorsqu'on filme la neige, ça crée pas mal de reflets. »

Brett pense que rien ne bat le format RAW lorsqu'il s'agit de qualité et de souplesse. « Filmer en RAW, c'est comme filmer en négatif numérique. Je filme en Cinema RAW Light avec le Canon EOS C500 Mark II, et je peux aussi filmer en RAW sur le Canon EOS-1D X Mark III. C'est un format RAW complet et non pas un format Cinema RAW Light, le débit de données est donc encore plus élevé. »

En dépit des différents formats de fichiers, les séquences peuvent être montées ensemble sans problème. « J'ai dû mettre cinq minutes à les trier », affirme Brett. « Ce qui est génial avec les images RAW, c'est que l'on peut vraiment décider de ce que l'on veut en faire lors de la post-production. »

Alex Wykes, holding a Canon Cinema EOS camera to his chest, films Marina Cano photographing a meerkat in a tree.
Alex a aussi associé sa caméra principale, le modèle Canon EOS C300 Mark II avec un Canon EOS-1D X Mark III en caméra secondaire lors d'un tournage dans le désert du Kalahari avec la photographe de la vie sauvage Marina Cano. © Platon Trakoshis
Camera operator Bosie Vincent carrying a Canon EOS-1D X Mark III, attached to a tripod, down a desert road.
L'équipe souhaitait filmer des séquences avec Marina et les animaux qu'elle photographie. Sur le tournage, Bosie Vincent s'occupait de la seconde caméra. © Platon Trakoshis
A man holding a Canon EOS-1D X Mark III camera with a gimbal attached to it.

Filmer un tournage en milieu naturel en utilisant l'EOS-1D X Mark III comme appareil secondaire

Lors d'un tournage en milieu naturel dans le désert du Kalahari, le réalisateur Alex Wykes a trouvé dans le réflex EOS-1D X Mark III un partenaire idéal pour sa caméra cinéma fétiche, le modèle EOS C300 Mark II.

3. Des objectifs compatibles

Il y a des avantages certains à utiliser les mêmes objectifs sur les deux caméras. Non seulement vous n'avez pas à réaliser un investissement supplémentaire, mais cela évite aussi de multiplier les différents équipements. Alex a trouvé qu'utiliser le même objectif pour le Canon EOS C300 Mark II et le Canon EOS-1D X Mark III lui offrait plus de souplesse sur les tournages réalisés à la montagne et dans le désert.

L'objectif Canon EF 200-400mm f/4L IS USM Extender 1.4x étend la distance focale du reflex plein format jusqu'à 560 mm, et celle de la caméra de cinéma Super 35 mm à presque 900 mm. « C'est important d'avoir une longue distance focale pour filmer la faune et la neige, surtout si l'on filme l'autre côté d'une vallée », explique Alex.

Dan est allé encore plus loin et a utilisé une sélection d'objectifs à focale fixe Canon Cinéma ainsi que des objectifs à focale fixe EF et des objectifs zoom EF pour le tournage où il a filmé le skater. « Nous avons utilisé différents objectifs », dit-il. « Nous avons principalement alterné les objectifs Canon EF 16-35mm f/2.8L II USM, Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM et Canon EF 70-200mm f/2.8L IS III USM sur le Canon EOS 5D Mark IV. Sur la caméra Canon EOS C200 nous avons utilisé différents zooms et objectifs à focale fixe. Nous avons ainsi pu bénéficier d'une grande souplesse. »

A grey and white furniture set with a Technocrane set up to film over the top.
Brett Danton a utilisé une grue télescopique afin de faire passer le Canon EOS C500 Mark II au-dessus du décor, mais retirer la caméra pour faire les gros plans fait perdre beaucoup de temps. L'appareil Canon EOS-1D X Mark III monté sur un cardan s'est avéré être une caméra secondaire parfaite.
Crew gathered around as filming starts on a furniture set for an advertisement.
Même lors de gros tournages, le budget est souvent serré. Filmer avec le Canon EOS-1D X Mark III était une façon rentable pour l'équipe de réaliser cette séquence b-roll d'importance capitale.

4. Des séquences qui échappent aux plus grosses caméras

Choisir une caméra secondaire plus compacte permet de la placer à des endroits où vous ne pouvez pas mettre votre caméra principale qui est plus grosse. Vous pouvez ainsi tourner des séquences que vous n'auriez jamais pu filmer sans elle. Les caméras secondaires de plus petite taille sont aussi plus adaptées à l'utilisation d'un système de cardan motorisé. Ce sont les deux facteurs qui sont entrés en jeu lorsque Brett a choisi quelles caméras utiliser pour tourner une publicité pour un fabricant de meubles haut de gamme.

« Nous avons créé le rez-de-chaussée entier d'une maison en studio. Toutes les séquences principales ont été filmées avec un Canon EOS C500 Mark II monté sur une grue télescopique », se rappelle-t-il. « Une fois que le caméscope est sur la grue et qu'il est réglé, ce n'est pas facile de le retirer. Je dis toujours aux clients que j'ai besoin de faire des gros plans, mais ils ne veulent pas débourser plus pour un deuxième EOS C500 Mark II et un autre cadreur. Je mets donc le Canon EOS-1D X Mark III sur un cardan, je le règle sur l'autofocus et je tourne ce que je peux pendant le réglage de la caméra principale. J'ai fait ça cinq ou six fois , ça m'a permis de filmer les gros plans dont j'avais besoin. On a monté les séquences ensemble, et ça rendait super bien. »

5. Plus de possibilités sur le tournage

Le choix de la caméra secondaire est l'occasion de combler un éventuel manque de son équipement actuel. Si vous possédez un Super 35 mm, envisagez d'acquérir un appareil photo plein format, avec une fréquence d'image plus élevée ou qui affiche de meilleures performances en basse lumière. Choisissez un modèle qui offre des fonctionnalités que votre caméra principale ne possède pas afin de les intégrer à votre équipement.

Pour Alex, le Canon EOS-1D X Mark III complète parfaitement son outil de travail incontournable, le Canon EOS C300 Mark II, avec des fonctionnalités supplémentaires intéressantes. « Le Canon EOS-1D X Mark III dispose de fonctionnalités comme le mode ultra-ralenti en HD, ce qui est parfait pour filmer des séquences destinées à être publiées sur les réseaux sociaux, car elles n'ont pas à être en 4K », explique-t-il. « Cet appareil permet de filmer des vidéos RAW. C'est très pratique lors des tournages pour des contenus promotionnels et commerciaux. De plus, le capteur plein format est génial en basse lumière. Avoir une caméra secondaire prend donc tout son sens. »

Rédigé par Adam Duckworth


Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant