ARTICLE

Travail des couleurs : comment Canon Log améliore la qualité de vos prises de vues

Le cinéaste Ivan D'Antonio partage ses conseils pour filmer avec Canon Log et explique comment cette fonctionnalité de réalisation libère la créativité.
Deux escrimeurs s'affrontent dans une salle éclairée au néon. L'un porte un masque noir, l'autre un masque argenté.

En modifiant la colorimétrie d'une image capturée avec Canon Log, il est possible de créer une atmosphère complètement différente. Ici, le cinéaste Ivan D'Antonio a utilisé cette technique pour donner un caractère plus grave et pesant à sa vidéo produite pour Mieloma ti sfido, une campagne de sensibilisation pour la lutte contre le myélome, une forme de cancer de la moelle osseuse. Images obtenues avec un Canon EOS C200 et Canon Log 3. © Ivan D'Antonio

La réalisation de vidéos avec Canon Log ne consiste pas simplement à maximiser la plage dynamique. Toutes les caméras Canon de la gamme Cinema EOS, ainsi que la plupart des caméras XA et XF et certains modèles hybrides et reflex, proposent des courbes gamma basées sur Log conçu pour capturer les détails des parties les plus sombres et les plus éclairées de vos prises de vues... mais Canon Log offre bien plus que cela. Canon Log améliore la flexibilité au niveau de la colorimétrie, ce qui permet aux éditeurs de retravailler soigneusement la palette de couleurs des vidéos. L'aspect élégant et cinématique ainsi obtenu aide le cinéaste à apposer sa griffe.

« Lorsque je retouche les couleurs d'une image, j'essaie d'y intégrer mon interprétation de la réalité », explique Ivan D'Antonio, cinéaste italien et ambassadeur Canon. « Je cherche à créer une ambiance familière et naturelle, mais qui s'éloigne des représentations parfaites de la nature. Comme les peintres, mon but est de montrer la beauté de la nature à travers un œil humain. »

Peintre de formation, Ivan D'Antonio se décrit comme « une sorte de macchiaiolo, un impressionniste italien. Je préfère montrer les choses telles que je les vois réellement, plutôt que de montrer ce à quoi elles sont censées ressembler. » Depuis le début de sa carrière, il utilise des appareils Canon : d'abord une caméra XH A1, puis un Canon EOS 5D Mark II et aujourd'hui un EOS 5D Mark IV. « J'ai toujours préféré les appareils Canon, parce que le rendu des couleurs fait vraiment penser à une peinture », explique-t-il.

Ivan D'Antonio commencé à utiliser le Canon Log avec Canon EOS C100, puis avec différentes caméras Cinema EOS. « J'ai beaucoup amélioré ma façon de travailler grâce à Canon Log », raconte-t-il. « J'ai gagné en liberté et j'ai pu commencer à expérimenter et à façonner mon propre style. »
Un appareil EOS 5D Mark IV dont l'écran montre les paramètres Canon Log.

Depuis sa création en 2011 pour le Canon EOS C300, Canon Log a été ajouté à de plus en plus d'appareils photo Canon, notamment au Canon EOS 5D Mark IV (voir photo) et plus récemment au Canon EOS R5. Ce dernier prend désormais en charge Canon Log 3 grâce à une mise à jour récente du micrologiciel.

Le cinéaste Ivan D'Antonio, vêtu d'une veste marron et d'un béret en tartan, utilise une caméra Canon Cinema EOS en extérieur.

Le style d'Ivan est fortement influencé par son expérience de peintre, c'est pourquoi il apporte énormément d'attention aux couleurs et à l'éclairage. Depuis des années, Canon Log l'a beaucoup aidé à expérimenter dans ces deux domaines.

L'histoire de Canon Log

En novembre 2011, Canon Log (une courbe gamma logarithmique) a été intégré à l'appareil Canon EOS C300 original (désormais remplacé par le Canon EOS C300 Mark III). Il a rapidement été considéré comme un formidable outil de maximisation de la plage dynamique n'entraînant aucune augmentation de la taille des fichiers.

Canon Log applique une courbe de tons logarithmique et des paramètres de traitement au niveau du point de capture pour créer un fichier d'une taille facile à gérer, tout en conservant la plage dynamique la plus large possible venant du capteur. Avec Canon Log 2, il est possible d'obtenir une plage dynamique de plus de 16 diaphs sur les appareils EOS C300 Mark III et EOS C70. Les prises de vues obtenues doivent être traitées, car les originaux provenant de l'appareil ont un contraste et une saturation faible. Ils contiennent cependant plus d'informations tonales pouvant être utilisées en postproduction pour fournir une plage dynamique plus étendue entre les zones les plus sombres et les plus lumineuses.
« Canon Log offre beaucoup plus de liberté et de marge de manœuvre pour exploiter les zones très sombres ou au contraire très lumineuses », explique Paul Atkinson, spécialiste des produits vidéo professionnels chez Canon Europe. « Vous augmentez ainsi la plage de tons et la quantité d'informations potentiellement projetées sur un écran par la suite.

« Avec l'augmentation de la sensibilité des capteurs, Canon a pu produire une plage dynamique encore plus large. C'est pour cela que Canon Log a évolué en Canon Log 2, puis en Canon Log 3 », ajoute-t-il. « La première version de Canon Log sur l'appareil EOS C300 original offrait une plage dynamique de 12 diaphs, qui est passée à environ 15 diaphs avec Canon Log 2 sur l'EOS C300 Mark II.

« Sur les modèles EOS C70 et EOS C300 Mark III, Canon Log 2 est désormais capable d'étendre la plage dynamique à plus de 16 diaphs grâce à la technologie de capteur de sortie à gain double DGO (Dual Gain Output). Plus vous avez d'informations à exploiter, plus c'est intéressant », explique Paul Atkinson.

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).
Le cinéaste Ivan D'Antonio en train de filmer une scène avec une caméra Canon Cinema EOS dans une petite pièce au décor désuet.

Grâce à Canon Log, les réalisateurs bénéficient d'un meilleur contrôle sur l'aspect final de leurs films. Ils peuvent ajuster les prises de vues plus facilement et donner vie à leur interprétation personnelle de la réalité. « J'essaie de ne pas créer d'images standardisées, je préfère mettre en avant la beauté des imperfections naturelles », explique Ivan.

Deux versions d'un gros plan sur le visage d'une femme : l'une avec faible saturation des couleurs prise avec Canon Log 3, l'autre après retouche des couleurs en postproduction.

Canon Log offre des prises de vue avec peu de contraste et de saturation, mais qui conservent énormément d'informations sur les tons. Retravailler la colorimétrie permet d'ajouter sa patte, comme le montrent ces deux clichés. Images obtenues avec un Canon EOS C200 et Canon Log 3. © Ivan D'Antonio

Les prises de vues avec Canon Log

Si vous souhaitez diffuser ou modifier des séquences directement extraites de votre appareil, les profils colorimétriques normaux ou Canon Wide DR sont un excellent choix. Cependant, en passant à peine un peu plus de temps en postproduction, Canon Log peut vous offrir une meilleure qualité d'image et un contrôle total sur l'apparence de vos images. Vous bénéficiez aussi de plus de flexibilité au niveau des formats de sortie disponibles pour l'étalonnage du contenu, par exemple BT.709, BT.2020, HLG ou PQ HDR.

Les prises de vues avec Canon Log donnent des images peu contrastées et peu saturées et nécessitent donc de faire très attention à l'exposition. Tous les appareils Canon vous permettent d'afficher la LUT, sur l'écran de l'appareil ou sur un moniteur externe, afin d'avoir une meilleure idée du rendu final. Sur l'EOS 5D Mark IV, par exemple, la fonctionnalité d'aide à la visée affiche une représentation visuelle correspondant au standard de diffusion de la calibration BT.709.
« L'exposition doit être parfaite », explique Ivan D'Antonio. « Cela dit, j'ai déjà sauvé des mauvaises prises grâce à Canon Log ! En général, j'utilise la technique de l'ETTR : je surexpose mes images pour conserver un maximum d'informations dans les zones lumineuses, puis je diminue l'exposition en postproduction. Cela élimine le bruit et j'obtiens un résultat incroyablement net. Un moniteur externe et des LUT me permettent de visualiser le rendu. Mais je ne me contente pas de regarder le moniteur, je préfère m'appuyer sur la longueur d'onde. »

Avoir une exposition parfaite sur le plan technique ne fait pas tout. Il faut comprendre comment fonctionne la caméra avec Log pour créer l'ambiance parfaite d'une scène. « Avant de vous lancer dans votre premier projet avec Canon Log, prenez le temps d'expérimenter », conseille Ivan D'Antonio. « Entraînez-vous pour trouver les bons éclairages et apprenez le fonctionnement de la postproduction. Cela peut paraître difficile, mais avec l'habitude vous pourrez donner vie à vos idées beaucoup plus rapidement. »
DoP Ben Sherlock filming with the Canon EOS C300 Mark III in a rural setting with bushes and water in the background.

Un capteur révolutionnaire – DGO

Découvrez comment l'EOS C300 Mark III et l'EOS C70 offrent une plage dynamique de plus de 16 diaphs grâce à la nouvelle technologie de capteur révolutionnaire de Canon.
Gros plan sur un escrimeur déterminé portant un masque d'escrime.

Clichés avant-après extraits de la vidéo de la campagne Mieloma ti sfido, filmée par Ivan avec Canon Log 3 sur un appareil Canon EOS C200 équipé d'un objectif Canon CN-E18-80mm T4.4 L IS KAS S. © Ivan D'Antonio

Gros plan sur un escrimeur déterminé portant un masque d'escrime. Les couleurs de l'image ont été retouchées en postproduction.

Grâce à son excellente plage dynamique, Canon Log capture une scène dans ses moindres détails, même dans les zones les plus sombres ou les plus éclairées. © Ivan D'Antonio

Canon Log, Log 2 ou Log 3 : que choisir ?

Certains modèles Canon vous donnent le choix entre les courbes Canon Log, Log 2 et Log 3. « La courbe Canon Log originale est plutôt polyvalente, tandis que la Canon Log 2 offre plus de détails dans les zones sombres », explique Paul Atkinson. « Si vous poussez trop loin dans les zones lumineuses, elles disparaissent et sont irrécupérables. À contrario, si vous poussez trop loin dans les zones sombres ou que vous diminuez trop l'exposition, puis que vous essayez de l'augmenter, vous créez du bruit. Canon Log 3 a été conçu de manière à offrir une plage dynamique un peu moins large. Cela réduit la profondeur des ombres et donc la quantité de bruit à gérer après coup. »

Le choix dépend vraiment de la scène que vous capturez. S'il y a des zones très lumineuses et des ombres très profondes, Canon Log 2 est probablement la meilleure option, même s'il faudra éliminer le bruit dans les zones sombres en postproduction. Si vous avez besoin d'une plage dynamique large, mais pas excessive, tournez-vous vers Canon Log 3. Canon Log 2 et Log 3 offrent des performances similaires dans les zones lumineuses ; elles se démarquent par le niveau de détails qu'elles conservent dans les ombres. À noter aussi que le capteur DGO révolutionnaire de l'EOS C300 Mark III et de l'EOS C70 réduit considérablement le bruit dans les zones sombres, rendant ainsi Canon Log 2 aussi efficace que Canon Log 3 sur ces modèles.
Un homme joue de la guitare, assis dans un salon décoré de vieux meubles en bois.

Cliché original et cliché après postproduction extraits du clip vidéo Marije réalisé avec le Canon Log 3 du Canon EOS C200 équipé d'un objectif Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM. © Ivan D'Antonio

Un homme joue de la guitare, assis dans un salon décoré de vieux meubles en bois. Les couleurs de l'image ont été retouchées en postproduction.

Ivan préfère généralement éclairer le décor qui entoure ses acteurs plutôt que concentrer la lumière sur leur visage. Canon Log 3, qui assure des couleurs vibrantes et une réduction du bruit, était la solution idéale pour cette prise de vue très simple. © Ivan D'Antonio

Grâce aux différents paramètres Log disponibles, les cinéastes ont bien plus de liberté lors des prises de vues. Ensuite, en postproduction, il est possible d'appliquer une LUT spécifique aux images ou de corriger les couleurs pour créer l'ambiance souhaitée.

« En ce moment, je préfère Canon Log 2 », explique Ivan D'Antonio. « Je l'utilise pour les gros projets. Son excellente plage dynamique et ses couleurs uniformes la rendent parfaite, surtout pour les scènes lumineuses. On distingue aussi bien les détails dans les zones lumineuses que dans les ombres. Bien sûr, cela rallonge le processus de correction des couleurs, mais le résultat est époustouflant.

« Pour les petits projets, ou si je travaille en basse lumière, je choisis plutôt Canon Log 3, qui offre des images plus nettes à une sensibilité ISO élevée. Sa plage dynamique est moins large dans les zones sombres, mais les couleurs sont plus éclatantes. La postproduction prend donc moins de temps et les résultats sont excellents. »

Si vous voulez obtenir des résultats époustouflants ou donner vie à une idée bien particulière, Canon Log vous offre toute la liberté créative nécessaire.

Rédigé par Adam Duckworth


Articles liés

  • HUB image

    ARTICLE

    La meilleure combinaison d'appareil photo principal et secondaire

    Trois réalisateurs racontent comment ils combinent caméras cinéma et reflex Canon pour plus de créativité et de souplesse sur les tournages.

  • Un VTTiste effectue un saut face au soleil. L'image, prise en contre-plongée, est encadrée par les coquelicots et l'herbe à flanc de colline

    ARTICLE

    Filmer en 8K et en 4K suréchantillonnée avec le Canon EOS R5

    Lors leurs premières prises de vue avec le Canon EOS R5, Martin Bissig et Ivan D'Antonio ont découvert que ses capacités 8K réduisent la durée d'enregistrement et élargissent les options créatives.

  • ARTICLE

    Les avantages du tournage au format Cinema RAW Light

    Découvrez pourquoi les plus grands réalisateurs choisissent Cinema RAW Light : un format qui offre tous les avantages du RAW, mais est moins volumineux, plus rapide et plus accessible.

  • Recevez la newsletter

    Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro