ÉVÉNEMENTS

Annonce de la gagnante du Prix Canon de la photojournaliste 2018

La photographe Laura Morton se remémore comment, lors d'un événement happy hour, « une femme a enfilé ses lunettes de réalité virtuelle avant que l'une des personnes de l'entreprise décide de faire une petite présentation dans l'autre pièce. Tout le monde se retourna pour assister à la présentation, et personne n'a tapoté cette femme sur l'épaule pour la lui signaler, elle est restée plongée dans son propre monde. » Photo prise avec un Canon EOS-1D X doté d'un objectif Canon EF 24mm f/1.4L II USM. © Laura Morton

Laura Morton, une photographe de documentaires indépendante située à San Francisco aux États-Unis, a été annoncée comme la lauréate du Prix Canon de la photojournaliste de l'année 2018.

Pour la 18e année, la gagnante de ce prix reçoit un financement de 8000 euros pour un nouveau projet qui sera exposé en 2019 lors du festival de photojournalisme Visa pour l'Image.

Les précédentes gagnantes avaient mis l'accent sur des sujets tels que les anciennes femmes membres de guérillas FARC en Colombie, la ségrégation et l'oppression des femmes pachtounes au Pakistan, et les survivantes d'agressions sexuelles commises par des militaires aux États-Unis. Mais University Avenue, la proposition gagnante de Laura, est quelque chose d'un peu différent.

A young man wearing glasses, a casual shirt and jeans sits in a garden chair on a flat rooftop working at a laptop computer. The rooftops of suburban San Francisco are behind.
Un jeune programmeur travaille sur le toit de la maison qu'il partage avec environ 45 autres personnes à San Francisco, dont beaucoup sont des entrepreneurs qui lancent une start-up. Un hôtel de chambres simples reconverti, la maison a été vide pendant de nombreuses années avant d'être reprise par la communauté en cohabitation. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.2L USM. © Laura Morton
Canon Professional Services

Vous serez entre de bonnes mains

Bénéficiez de conseils gratuits d'experts, faites réparer ou entretenir votre matériel, participez à des événements sources d'inspiration et profitez d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Dans sa ville natale, une route sert de frontière entre deux modes de vie très différents. Il s'agit de l'inspiration pour le nom de son nouveau projet. « University Avenue commence à la prestigieuse Stanford University, traverse le centre-ville parfaitement entretenu de Palo Alto, dépasse les manoirs qui servent de maisons aux magnats de la technologie, puis traverse l'autoroute Highway 101 », explique-t-elle.

« Après, tout est différent. La route continue à travers le cœur d'East Palo Alto et passe devant toutes les petites maisons, entreprises et organisations communautaires avant de prendre fin à côté du campus de Facebook, devant la Baie. En documentant la vie de ceux qui vivent et travaillent dans cette rue, je voudrais donner un visage humain à l'inégalité des revenus et illustrer comment une communauté peut être délaissée alors même qu'elle est entourée par tant de richesses. »

Les chiffres sur l'inégalité des revenus ne mentent pas : les statistiques du gouvernement américain montrent que le revenu par habitant à Palo Alto est de 77.419 $ tandis qu'à East Palo Alto il n'est que de 18.675 $. « Palo Alto est l'une des villes les plus riches du pays », ajoute Laura. « Le PDG d'Apple habite là et Mark Zuckerberg y vit. Mais juste de l'autre côté de l'autoroute, 18 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. »

« Cette idée m'est venue un jour alors que je rentrais de la Silicon Valley par l'autoroute Highway 101 », se souvient Laura. « Il y a un panneau qui indique la sortie d'University Avenue avec Palo Alto d'un côté, et East Palo Alto de l'autre. Ces deux villes côte à côte ont des réalités économiques très différentes et je me suis rendu compte que ce projet serait un excellent moyen d'illustrer simplement cet écart de revenu. »

Three casually dressed young men stand holding drinks and cigarettes in the backyard of a fraternity house, with assorted garden chairs, discarded carboard, an old mattress and other objects strewn around.
De jeunes entrepreneurs français se reposent dans le jardin de la résidence étudiante à San Francisco, où ils dorment cette nuit. Pour économiser de l'argent, au lieu de louer un appartement l'un d'entre eux a préféré suivre l'exemple d'autres jeunes et passer d'un canapé à un autre pendant tout l'été. Photo prise avec un Canon EOS-1D X. © Laura Morton

Ce nouveau projet s'inscrit dans la continuation de la série précédente de Laura, le projet primé « Wild West Tech » financé par la Fondation Magnum, qui explorait la culture du secteur de la haute technologie à San Francisco et dans la Silicon Valley.

« L'objectif de ce projet était de documenter ce que je percevais comme une ruée vers l'or moderne », explique Laura.

« Des personnes du monde entier venaient ici avec une idée; mais pas d'argent, pour réaliser leurs rêves pendant quelques mois avant que tout s'effondre. Par exemple, j'ai photographié des hommes qui passaient d'un canapé à un autre tout l'été pendant qu'ils travaillaient sur leur application. Un soir, ils ont dû dormir dans leur bureau partagé parce qu'ils n'avaient pas d'argent pour se loger ailleurs. J'ai eu l'impression que les médias négligeaient cet aspect-là alors qu'il méritait d'être documenté comme un moment important dans l'histoire de l'essor et de la récession de cette ville. »

Pour Laura, c'est non seulement un problème local, mais aussi un problème national urgent. « Les États-Unis n'ont pas connu un écart aussi grand entre riches et pauvres depuis les années folles », déclare-t-elle. « L'inégalité se creuse sans cesse depuis les années 1970. On estime actuellement que 1 % de la population contrôle autant de richesses que les 90 % restants. »

Laura est très reconnaissante de recevoir ce prix qui lui permettra de faire ressortir ce problème important. « Les questions économiques sont souvent soulevées au moyen d'histoires plus subtiles qui demandent une recherche immense et beaucoup de temps pour être racontées correctement », fait-elle remarquer. « Je suis très reconnaissante envers Canon pour le parrainage de ce prix qui me permettra de lancer ce projet et d'y consacrer le temps qu'il mérite. »

Rédigé par Tom May


Le sac photo de Laura Morton

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

aa

Appareils photo

Canon EOS-1D X

L'EOS-1D X associe vitesse et qualité d'image, offrant ainsi un appareil photo nouvelle génération destiné aux professionnels. Le capteur plein format de 18 millions de pixels avec double processeur « DIGIC 5+ » fait figure de référence, tandis que la prise de vues jusqu'à 12 im./s franchit une nouvelle étape en matière de performances.

Canon EOS 5D Mark III

Cet appareil photo reflex plein format de 22,3 millions de pixels, avec un système autofocus à 61 collimateurs et une prise de vue en continu de 6 im./s, permet un contrôle manuel de chaque commande et propose un mode HDR intégré.

Objectifs

Canon EF 24mm f/1.4L II USM

Cet objectif à grand-angle et à ouverture rapide a été le premier modèle doté du traitement SubWavelength Structure Coating de Canon, permettant de limiter les images fantômes et les reflets, tandis que les éléments asphériques et à dispersion ultra-faible éliminent les aberrations et les distorsions pour des résultats d'une netteté incroyable.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant