ARTICLE

Le périple de 20 000 km de Daniël Nelson en Afrique avec un appareil Canon EOS 6D

La réserve naturelle intégrale du mont Nimba, située au sud de la Guinée, est rarement visitée et est menacée par l'exploitation minière et le commerce de gibier sauvage. Le photographe Daniël Nelson a été particulièrement séduit par la Guinée au cours de son périple en Afrique axé sur la photographie d'animaux sauvages. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/2500 s, f/8 et ISO 1600. © Daniël Nelson

Avant de se lancer dans un diplôme de relations internationales, le jeune photographe animalier Daniël Nelson souhaitait partir à l'aventure. C'est en Afrique qu'il s'est découvert une passion pour la photo. Son père l'a emmené en Zambie lorsqu'il avait six ans pour observer les animaux sauvages dans leur habitat naturel. C'est donc en Afrique qu'il a voulu vivre cette aventure. Équipé de son Canon EOS 6D et de deux objectifs, il a traversé le continent en transport public, photographiant paysages préservés et animaux sauvages au fil de son voyage.

« Je voulais entreprendre un grand voyage, me rendre dans des endroits peu connus et voir des choses peu documentées », précise Daniël. « Mon idée de départ était de partir d'Amsterdam pour rejoindre Cape Town en transport public, en longeant la côte Ouest africaine. Il y a tant de pays, à l'image du Sierra Leone, du Togo, du Cameroun, du Congo ou de l'Angola, qui abritent une riche population d'animaux sauvage et des cultures passionnantes, rarement photographiées ou sous-documentées par rapport à des pays comme le Kenya et l'Afrique du Sud. J'ai mis huit mois à traverser le continent africain avec mon sac sur le dos. »

Daniël nous parle de ses voyages, équipé de son Canon EOS 6D, des défis techniques qu'il a dû relever en route et il nous prodigue des conseils sur la photographie de voyage.

A long-eared serval in long grass, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Un serval au nord du Bénin. Ces félins possèdent les oreilles les plus grandes par rapport à la taille du corps. Ils sont même capables d'entendre une souris sous la terre. Pour photographier des animaux aussi insaisissables, l'expérience de Daniël en tant que photographe animalier a fait toute la différence. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 1/800 s, f/5.6 et ISO 1600. © Daniël Nelson

Daniël a toujours aimé photographier les animaux, la nature du monde entier et de son pays natal, les Pays-Bas. Après avoir été sous le feu des projecteurs à 18 ans en tant que lauréat du prix Young Wildlife Photographer of the Year de 2017 (grâce à une photo prise à l'âge de 16 ans), Daniël a atteint des niveaux de réussite que lui envient de nombreux photographes de deux fois son âge.

« En tant que jeune photographe, c'est la meilleure chose qui puisse vous arriver », indique-t-il. « Ce prix m'a exposé. Les gens ont commencé à m'approcher et à s'intéresser à mon travail, ce qui n'arrive normalement jamais avant 18 ans car vous n'avez pas encore de carrière. Ce tremplin a été exceptionnel. »

A waterfall plunging into a deep ravine, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Les chutes du Maletsunyane sont des cascades de 192 mètres situées à Lesotho. En raison d'une topographie unique, le soleil n'atteint jamais la base de la chute. Un véritable casse-tête pour les photographes. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/4000 s, f/4.0 et ISO 500. © Daniël Nelson
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

Exploration et préservation de la faune

« Les animaux représentent mes principaux sujets, ceux que je préfère photographier. Au cours de ce périple, j'ai voulu découvrir les animaux de cette partie du monde », confie Daniël, qui explique que de nombreux pays restent inconnus des touristes en raison des conflits des dernières décennies.

Il a traversé 22 pays d'Afrique en 238 jours, avec les moyens de transport qu'il a trouvés, parmi lesquels le bus, le train, la moto et le stop. Depuis les déserts du Maroc jusqu'à la côte d'Afrique du Sud, en passant par les jungles d'Afrique centrale, il a capturé toute la diversité des paysages, des animaux, des cultures et l'histoire du continent. Daniël a photographié des rites vaudou au Bénin, la réhabilitation du Sierra Leone ravagé par la guerre, les efforts de préservation en Guinée-Bissau, et bien plus encore.

La documentation des efforts de préservation a constitué l'essentiel de son voyage. Daniël a travaillé avec WWF (Worldwide Fund for Nature) pour photographier les missions des unités antibraconnage, de l'Angola à la République du Congo. « J'ai suivi des unités antibraconnage s'introduisant dans la jungle pour traquer les braconniers », se souvient-il. « Je voulais également découvrir les motivations des braconniers impliqués dans le commerce d'ivoire et de gibier sauvage. J'ai pu photographier la patrouille antibraconnage, l'arrestation d'un braconnier et l'ensemble de la procédure. »

200 elephant tusks in a store room, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Un local de stockage rempli d'ivoire confisqué à Ouésso, dans la partie nord de la République du Congo. Daniël s'est mis en quête d'histoires comme celle-ci au cours de son périple. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/800 s, f/4.0 et ISO 2000. © Daniël Nelson
A vast iron ore train in the desert, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Les trains de Mauritanie transportant du minerai de fer comptent parmi les plus longs au monde. Daniël a photographié ce train revenant du Sahara. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/1000 s, f/14 et ISO 1250. © Daniël Nelson
A young male lion lies in green grass, with four giraffes in the distance.

Photographier les félins avec le Canon EOS-1D X Mark II

Les photographes animaliers et présentateurs TV Jonathan et Angela Scott nous parlent de leur équipement de prédilection et évoquent leur émission télévisée, Big Cat Tales.

L'une de ses photos marquantes représente un braconnier embarqué par une unité antibraconnage au Cameroun. Il est suspecté d'avoir chassé les éléphants dans la réserve nationale du Dja. Une autre montre une pièce de stockage remplie de dépouilles d'animaux braconnés – environ 200 défenses saisies à Ouésso, au Congo – et illustre bien l'ampleur du problème.

« Malheureusement, la faune se raréfie dans beaucoup d'endroits en raison du braconnage », explique Daniël. « Mais les parcs sont étonnants. Ils présentent un beau potentiel et comptent de nombreuses espèces indigènes. Le parc national de la Pendjari, au Bénin, fait figure de référence. Il abrite les cinq grands mammifères africains (les « Big Five ») qu'on s'attend davantage à voir dans des parcs africains plus réputés. » Sur les 20 000 km qu'il a couverts, Daniël a photographié des primates, dont des chimpanzés et des gorilles, des mammifères « Big Five » comme des éléphants, des lions et des buffles, ainsi que des animaux plus inhabituels comme des servals, des insectes et des oiseaux, sans oublier des paysages époustouflants.

De nombreuses photos mettent en image les histoires des habitants qu'il a croisés lors de son périple, notamment le fameux train de Mauritanie transportant du minerai de fer. « Le train le plus long au monde se rend dans le désert pour collecter du minerai de fer. J'ai photographié le désert aride avec cet immense train qui le traverse. Ce train fait figure de symbole car le minerai de fer joue un rôle majeur dans l'économie du pays. »

African villagers and pigs at sunset, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Coucher de soleil pittoresque à Tiébélé, au sud du Burkina Faso. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/50 s, f/4.5 et ISO 1600. © Daniël Nelson

Daniël s'est laissé envoûter par la Guinée. « C'est l'un des pays les moins visités au monde, mais la nature y est absolument époustouflante, avec ses incroyables chutes d'eau, ses montagnes colossales et ses chimpanzés », se souvient-il. « Où que vous alliez, vous faites partie des premières personnes à fouler ce sol. C'était donc une véritable surprise, un trésor enfoui. »

Rares sont les pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale correctement équipés en matière d'infrastructures de tourisme. Daniël a régulièrement trouvé refuge chez les habitants, qui lui ont fourni le gîte, le couvert, l'ont parfois accompagné un bout de chemin et lui ont prodigué de précieux conseils. « Ces pays regorgent d'endroit surprenants », ajoute-t-il.

Même s'il a été rejoint par des amis et des membres de sa famille à certaines étapes de son parcours, il a passé la plus grande partie des huit mois de son périple à voyager en solo, avec pour seule compagnie un sac à dos de 25 kg contenant un sac de couchage, de la nourriture, des médicaments et seulement trois t-shirts et deux pantalons. Souhaitant voyager léger, il a uniquement emporté son Canon EOS 6D, qu'il utilise depuis 2014, et deux objectifs : un Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM et un Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM.

« L'objectif EF 70-200mm f/2.8L IS II USM est idéal », précise-t-il. « J'avais besoin d'un téléobjectif plus long car on ne peut pas s'approcher des animaux non habitués à la présence des hommes dans les parcs. Mon téléobjectif longue distance s'est révélé très pratique. Pour photographier les paysages et les populations locales, j'utilisais l'objectif EF 24-105mm f/4L IS II USM. Il était souvent difficile de prendre des photos, mais dès qu'une opportunité se présentait, je parvenais à prendre d'excellents clichés avec mon appareil EOS 6D. »

An adult chimpanzee in a tree, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Il ne reste qu'une famille de chimpanzés dans la forêt à proximité de Bossou, en Guinée. Les autres sont morts à cause de la déforestation et des maladies. On pense que les chimpanzés de cette région se trouvaient sur le lieu du foyer d'origine de l'épidémie d'Ebola survenue en 2013. La photographie animalière est souvent périlleuse et techniquement difficile. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/320 s, f/4.0 et ISO 3200. © Daniël Nelson

Cinq conseils de Daniël Nelson sur la photographie de voyage

Fort de son expérience dans des conditions souvent difficiles, Daniël prodigue des conseils aux voyageurs cherchant à prendre des photos de qualité.

1. Prendre soin de son équipement en déplacement

« Vous ne devez pas sous-estimer l'importance de prendre soin de votre appareil photo lorsque vous travaillez dans des conditions extrêmes. J'ai marché pendant trois semaines dans la forêt tropicale du Congo. L'humidité et la pluie n'étaient pas sans conséquences sur mon équipement. Tous les matins, à mon réveil, je trouvais de la condensation sur l'appareil. Ainsi, les 12 premières heures de la journée, je ne pouvais prendre aucune photo tant qu'il n'était pas sec. La poussière et la saleté faisaient également partie de mon quotidien. Mon appareil photo est devenu mon bébé. Je devais le nettoyer tous les jours et en prendre plus soin que d'habitude. Cela a fonctionné. Il a survécu au voyage. »

A Harnessed bushbuck in long grass, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Un kéwel (ou guib harnaché) dans le parc national de la Pendjari, au nord du Bénin. Ce parc, dans lequel les animaux sont très protégés, fait figure de référence en Afrique de l'Ouest. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 1/800 s, f/5.6 et ISO 1600. © Daniël Nelson

2. Prendre le temps de comprendre la nature et ses habitants

« En ce qui concerne la photographie animalière, notamment dans des endroits où la faune n'est pas habituée à la présence des hommes, prendre des photos requiert du temps. Contrairement aux animaux des parcs fréquemment visités, la plupart des animaux que j'ai tenté de photographier n'étaient pas habitués à la présence des hommes. Ils se laissaient rarement approcher et s'enfuyaient généralement dès qu'il remarquaient ma présence. Je vous conseille de vous familiariser avec les espèces et leur environnement et d'anticiper la composition de votre photo. Si je connais les pistes qu'un animal suit, si je sais où il se nourrit, où se trouve son repaire et l'habitat qu'il préfère, je peux me positionner hors de son champ de vision et le laisser se déplacer dans mon cadre sans le déranger. Je peux mettre jusqu'à deux heures à prendre le cliché parfait, avec la lumière, la composition et le temps nécessaire pour que les animaux s'habituent à ma présence. Pour pouvoir les photographier dans leur environnement naturel, vous devez patienter jusqu'à ce que vous ne soyez plus une distraction. »

Orange-coloured butterflies on a mossy tree, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Daniël a photographié sans flash ces étonnants papillons orange dans le parc national de Messok-Dja de la République du Congo. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 1/1600 s, f/5.6 et ISO 3200. © Daniël Nelson

3. Improviser sous des éclairages capricieux

« Il n'est pas rare de se retrouver dans des lieux mal éclairés. Sous la dense canopée de la jungle, dans un bidonville crasseux ou au cœur de la nuit, prendre des photos relève du défi. Je n'ai jamais eu le temps d'attendre un joli coucher de soleil ni un bon éclairage. Je devais donc improviser. Voyageant léger, je ne disposais ni de flash, ni de trépied, ni de déclencheur. Dans de telles circonstances, il est important de bien connaître son appareil et de se montrer créatif. Si l'éclairage était faible, je fabriquais souvent des trépieds de fortune en m'aidant des rochers et j'utilisais une lampe de poche pour éclairer mon sujet. J'ai également inclus la lueur de la lune, de la rue ou des enseignes des magasins dans mon cadre. Ces improvisations rapides m'ont permis de prendre des photos de qualité dans des conditions médiocres. »

Cascades of water on two sides of a rocky outcrop, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Chutes de Kamawi dans les montagnes guinéennes, la plus grande cascade de la région. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/2000 s, f/4.0 et ISO 320. © Daniël Nelson

4. Rechercher des points focaux dans les paysages

« Souvent homogènes, les paysages sont difficiles à photographier. Je règle généralement la mise au point sur une partie précise du vaste panorama qui s'étend sous mes yeux. J'analyse l'environnement et cherche un élément distinctif, à l'instar d'une forme inhabituelle, d'un motif intéressant ou d'une couleur frappante. J'utilise cet élément en guise de point focal, de façon à ce que mon public puisse concentrer son attention dessus, au milieu d'un paysage uniforme. »

An adult, toddler, child and puppy sit in a jungle, photographed by Daniël Nelson on a Canon EOS 6D.
Une famille Baka dans un camp au cœur de la forêt tropicale de la République du Congo. Photo prise avec un Canon EOS 6D équipé d'un objectif Canon EF 24-105mm f/4L II USM à 1/160 s, f/4.0 et ISO 1600. © Daniël Nelson

5. Placer les sujets au cœur de leur propre histoire

« Photographier des personnes peut s'avérer ardu. Dans les régions peu touristiques, nombreux sont ceux qui avaient peur de moi ou qui se montraient suspicieux lorsque je souhaitais les photographier. Certains sont même venus me dire : « Je ne veux pas être un autre de ces Africains maigrichons qu'on trouve dans vos magazines occidentaux ». Il fallait également en tenir compte. J'engageais alors la conversation pour expliquer ce que j'essayais de faire avec les photos, notamment sensibiliser le public à la beauté de leur pays. Il est important de toujours faire preuve de gentillesse et d'engager la conversation avec la personne que vous tentez de photographier, afin qu'elle se sente à l'aise avant la séance photos. »

Rédigé par Lucy Fulford


L'équipement de Daniël Nelson

L'équipement indispensable pour la photographie de voyage

Daniël Nelson stands in front of a wood holding a Canon camera with telephoto lens.

Appareil photo

EOS 6D de Canon

Reflex numérique compact de 20,2 millions de pixels doté d'un capteur plein format. Idéal pour les portraits et la photo de voyage, cet appareil permet un contrôle étroit de la profondeur de champ et l'utilisation d'un large éventail d'objectifs EF grand-angle.

Objectifs

Canon EF 24-105mm f/4L IS II USM

Cet objectif standard dépassera vos attentes, que vous souhaitiez prendre des photos ou réaliser des vidéos. Il est idéal pour capturer des images d'une qualité exceptionnelle sur une focale étendue, sans s'encombrer. « J'ai utilisé cet objectif à la fois pour les paysages et les portraits », précise Daniël.

Canon EF 70-200mm f/2.8L IS II USM

Un téléobjectif zoom robuste et puissant, un stabilisateur d'image 4 vitesses idéal pour la prise de vue à main levée en condition de basse lumière et des lentilles à dispersion ultra-faible offrant un contraste élevé et des couleurs naturelles. « Cet objectif s'est révélé idéal dans les parcs où les animaux ne sont pas habitués à la présence des hommes et ne se laissent jamais approcher », explique Daniël.

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant