ARTICLE

Visez la lune : 8 conseils pour la photographie lunaire

A supermoon visible over Three Fingers Rock in Shropshire.
L'image capturée par Andrew Fusek Peters d'une super lune en arrière-plan de Three Fingers Rock dans le Shropshire, au Royaume-Uni, est parue en couverture du Times. « C'était un pur hasard : je ne savais pas que c'était un jour de super lune. Mais j'ai su réagir très vite ; le moment le plus excitant a été quand je suis rentré chez moi et que je me suis rendu compte que l'image n'avait pas besoin de recadrage, seulement d'un peu de traitement », raconte-t-il. Photo prise avec le Canon EOS 7D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 500mm f/4L IS II USM et d'un multiplicateur Canon Extender 2x III à 1/60 s, f/8 et ISO800. © Andrew Fusek Peters

Qu'elle prenne la forme d'un orbe orange étincelant juste au-dessus de l'horizon ou d'un croissant argenté dont le contour flou se dessine loin derrière une ville, la lune, l'objet le plus grand et le plus clair du ciel nocturne, fascine les photographes depuis bien longtemps. Ainsi, les pleines lunes et d'autres phénomènes tels que la Lune des moissons, la Lune bleue, la Lune cuivrée et les éclipses donnent souvent lieu à une avalanche de photos sur les réseaux sociaux. Il s'agit généralement de gros plans de la lune seule, mais les photographes souhaitant relever un défi plus créatif peuvent s'inspirer des conseils et techniques pour photographier la lune d'Andrew Fusek Peters.

Ce photographe britannique, dont le travail fait régulièrement son apparition dans les journaux et magasines nationaux, préfère photographier la lune dans un cadre plus large, afin de raconter une histoire. « Je cherche toujours un arrière-plan intéressant, afin de placer la lune dans un paysage ou dans un environnement bâti », explique-t-il.

Il a développé cette approche jusqu'à un tel niveau que certains supposent parfois, à tort, qu'il s'agit de photographies composites. En fait, tous les éléments de chaque image sont capturés avec l'appareil photo, au format RAW. Or ce n'est pas une mince affaire : cela nécessite beaucoup de planification, l'utilisation du bon équipement et la capacité à être au bon endroit, au bon moment. Andrew prodigue ici ses conseils pour capturer des photographies originales et rafraîchissantes de la lune, tout au long de l'année.

A full moon behind the radar station and telephone mast on Titterstone Clee Hill in Shropshire.
Essayez de capturer le contexte avec un arrière-plan intéressant, comme sur ce cliché de la lune derrière une station radar et un pylône téléphonique sur la colline Titterstone Clee Hill dans le Shropshire, au Royaume-Uni. « Je pouvais voir la lune monter dans le ciel derrière la tour, mais je ne m'étais pas rendu compte avant de commencer le traitement de l'effet miroir incroyable qu'il y a entre les paraboles circulaires grises sur le pylône et la surface lunaire », précise Andrew. Photo prise avec un Canon EOS 7D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 500mm f/4L IS II USM à 1/500 s, f/4 et ISO320. © Andrew Fusek Peters
Canon Professional Services

Possédez-vous un équipement Canon ?

Enregistrez votre équipement pour bénéficier de conseils gratuits d'experts, faire réparer ou entretenir votre matériel, participer à des événements sources d'inspiration et profiter d'offres exclusives grâce au programme CPS (Canon Professional Services).

1. Être au bon endroit

La première étape consiste à savoir où et quand la lune va se lever. Par le passé, cela nécessitait un bon nombre de calculs fastidieux, mais de nos jours il existe des logiciels pour vous simplifier la tâche. Andrew utilise The Photographer's Ephemeris 3D, un outil de visualisation de la lumière pour les photographies de paysage et en extérieur. « Cet outil permet de planifier, sur une ligne de 50 m, où se placer, quand la lune va se lever et les éléments qui la masqueront », précise-t-il.

2. Choisir le bon moment

On pourrait supposer que la pleine lune constitue le moment idéal, pourtant, Andrew affirme que ce n'est pas toujours le cas. « Mon conseil est de sortir quelques jours avant la pleine lune », analyse-t-il. « Ainsi, tout n'apparaît pas en silhouette : le paysage peut encore être éclairé. » Il prend comme exemple sa photo du château de Clun dans le Shropshire (ci-dessous). « On peut voir que la lune est pleine aux trois quarts, elle se lève à la tombée du jour, ainsi l'appareil photo a pu capturer de nombreux détails du paysage », commente-t-il.

A waxing gibbous moon high in the sky behind the ruins of Clun Castle in Shropshire.
La lune surplombant le château de Clun dans le Shropshire, au Royaume-Uni. « C'était en novembre, d'où cette incroyable explosion de jaune », analyse Andrew. « Il y a une très riche sensation d'automne qui ressort de ce cliché, et j'adore la structure de l'édifice sous la lune. Je me suis alors dit que la lune n'avait pas toujours à être gigantesque et que je pouvais faire quelque chose d'un peu plus créatif. » Photo prise avec un Canon EOS 6D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM à 1/80 s, f/9 et ISO100. © Andrew Fusek Peters

3. Savoir improviser

Même avec une planification minutieuse, au moment de prendre véritablement la photo il faut savoir improviser, affirme Andrew. « La lune est comme un animal sauvage », explique-t-il. « Il faut comprendre son comportement. Elle est extrêmement timide et n'est jamais là où on l'attend. Le moindre nuage peut gâcher la prise de vue. »

Ainsi, il s'en est fallu de peu pour que la photo d'Andrew de la super lune, prise en 2016 et parue en couverture du Times (en tant qu'image principale), ne voie jamais le jour. La météo étant contre lui, il avait abandonné l'idée de prendre des photos et rentrait chez lui. « Soudain, alors que je roulais en direction de Church Streton dans le Shropshire, il y a eu une éclaircie », raconte-t-il. « La lune se trouvait presque exactement derrière ce que je sais aujourd'hui être une structure volcanique appelée Three Fingers Rock (le rocher aux trois doigts). « J'ai pensé : "Oh mon Dieu."

Avec mon Canon EOS 7D Mark II, un objectif Canon EF 500mm f/4L IS II USM et un multiplicateur Canon Extender 2x III offrant 1600 mm, je savais que je disposais de toute la portée humainement possible. Je me suis servi d'une haie comme trépied et j'ai pris trois clichés d'affilée. Et comme je connaissais mon collimateur (plutôt que de rester focalisé sur la lune, il est préférable d'avoir une ligne directrice), la première photo était la bonne. »

4. Tenir compte des conditions atmosphériques

Andrew a appris une leçon importante grâce à sa photo de la super lune parue en une du Times. « Lorsque la photo est sortie, la lune présentait beaucoup d'ondulations et était légèrement floue », se souvient-il. « J'ai alors pensé que c'était parce que j'étais un mauvais photographe, mais quelqu'un m'a expliqué qu'au moment où la lune commence à se lever, il y a beaucoup plus de pollution atmosphérique dans l'air de la Terre qui nous sépare de la lune, et que c'est pour cette raison que la lune semble faire des vagues. Lorsque la lune est bien haute dans le ciel, il y a moins d'atmosphère entre nous et elle, et c'est pour cela qu'elle paraît nette. »

A silhouette of a thrush sitting on a branch in front of the blurred moon.
« J'ai pris cette photo au crépuscule, à environ 18 h, en janvier, dans mon jardin », se souvient Andrew. « Je suis monté sur le toit de notre véranda et, une fois n'est pas coutume, l'oiseau ne s'est pas envolé. On peut voir la lune à travers les ailes de la queue et le bec de l'oiseau ; c'est l'une des meilleures photos que j'ai jamais prises. » Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 500mm f/4L IS II USM à 1/640 s, f/8 et ISO1600. © Andrew Fusek Peters

5. Ne pas utiliser de trépied

Si les trépieds sont essentiels pour photographier les étoiles, selon Andrew, il est préférable d'immortaliser la lune à main levée. « Le problème avec un trépied, c'est que la lune risque de ne pas apparaître exactement là où on le voudrait », explique-t-il. « Il faut être en mesure de réagir très rapidement et de changer de position de façon à pouvoir placer la lune précisément à l'endroit voulu dans le cadre, exactement comme pour un coucher de soleil au lointain sur des collines. Le temps est limité, car ce sont les dernières lueurs du jour, au crépuscule. Alors pour réussir son cliché, il faut le prendre à main levée. »

Fergus Kennedy stands beside a tent, at night under the Milky Way.

Capturez le ciel nocturne comme jamais auparavant avec le Canon EOS Ra

L'astrophotographe Fergus Kennedy découvre comment le nouvel appareil photo hybride plein format de Canon repousse les limites de l'astrophotographie.

6. Choisir l'exposition la plus adaptée à la lune

Concernant les paramètres, « il faut toujours explorer les limites de son appareil photo », conseille Andrew. « Il faut donc regarder les zones claires ; c'est là que le viseur électronique est le plus utile. Il faut bien réfléchir à l'exposition. En règle générale, et en particulier pour les clichés pris au crépuscule, lorsque le paysage est encore un peu éclairé, il faut régler l'exposition en fonction de la lune, et non du paysage. Si l'exposition est réglée en fonction du paysage, la lune sera effacée.

« Bien sûr, l'objectif est d'utiliser une sensibilité ISO aussi basse que possible, mais l'objectif est aussi de réussir la photo », ajoute-t-il. « Si pour cela, il faut opter pour une vitesse d'obturation un peu plus rapide à cause d'un objectif long, par exemple, il n'y a pas d'hésitation à avoir. »

An aeroplane is silhouetted against the surface of a full moon in the dark night sky.
Andrew aime essayer la nouvelle génération d'équipements hybrides de Canon. Cette photo est un exemple d'image de Canon, prise à l'aide du nouvel objectif Canon RF 800mm F11 IS STM, doté d'un stabilisateur d'image optique 4 vitesses et d'un design compact et léger, idéal pour prendre à main levée des photographies de la lune. Photo prise avec un Canon EOS R à 1/800 s, f/11.0 et ISO1250.

7. Utiliser l'équipement adéquat

Lorsque l'exposition est réglée en fonction de la lune, la quantité de détails capturés dans le paysage dépend en partie de la qualité de l'appareil photo et de l'objectif. « Avec mon Canon EOS 7D Mark II, je sais que je n'aurai aucun problème de mise au point, et s'il y a un peu de lumière qui tombe sur le paysage, je peux capturer une immense quantité de détails dans les ombres », affirme Andrew.

Les nouveaux appareils photo hybrides Canon de demain, le Canon EOS R5 et le Canon EOS R6, offrent d'excellentes performances en basse lumière, et Andrew a hâte de les essayer. « Ce sera fascinant de découvrir de quoi sont capables l'EOS R5 et l'EOS R6 », se réjouit-il. « Je suis particulièrement intrigué par l'EOS R6, car il dispose du même capteur que le Canon EOS-1D X Mark III, ce qui en fait une proposition très intéressante. »

Quant aux objectifs, Andrew utilise le Canon EF 100-400mm f/4.5-5.6L IS II USM et le Canon EF 500mm f/4L IS II USM avec le multiplicateur Canon Extender 2x III, qui sont parfaitement adaptés à ses besoins grâce à leur fort grossissement et leur netteté impeccable. « Une grosse lune exige de gros objectifs », analyse-t-il.

8. Consacrer du temps au post-traitement

Capturer tous les détails de la lune et du paysage au format RAW ne constitue qu'un élément de l'équation, souligne Andrew, il faut aussi réaliser un travail important en post-traitement. « Même avec la bonne exposition, la lune semblera quand même un peu effacée », explique-t-il. « C'est pourquoi il faut prêter attention aux zones claires, aux blancs et aux ombres, utiliser des filtres radiaux [pour faire des ajustements localisés] et faire ressortir un maximum de détails. Et bien sûr, il faut travailler sur l'arrière-plan, ce qui implique évidemment de retravailler les ombres, mais peut aussi nécessiter l'utilisation de divers filtres gradués. »

Il ajoute : « Il faut faire tout son possible pour faire parler ce fichier RAW. Ansel Adams a prononcé cette formule célèbre "Le négatif représente le score, le tirage la performance" ; cette formule est tout aussi vraie pour les photographies de la lune, entre les fichiers RAW et les fichiers traités. »

Rédigé par David Clark


L'équipement d'Andrew

L'appareil utilisé par la plupart des photographes professionnels

Photographer Andrew Fusek Peters.

Appareils photo

Canon EOS 7D Mark II

Conçu pour les amateurs de vitesse : soyez le premier à capturer le moment le plus significatif et à saisir les instants qui échappent aux autres photographes.

Canon EOS 6D Mark II

Que vous souhaitiez entreprendre des projets plus ambitieux ou faire de la photographie votre métier, l'EOS 6D Mark II vous offre tout ce dont vous avez besoin pour franchir le cap.

Canon EOS-1D X Mark III

Le successeur de l'EOS-1D X qu'Andrew utilise est l'outil de création par excellence grâce à ses performances exceptionnelles en basse lumière, sa technologie d'autofocus utilisant le Deep Learning et ses vidéos en RAW 5,5K.

Objectifs

Accessoires

Articles liés

Tout afficher

Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant