ARTICLE

Les astuces à faire et à éviter de la conservatrice Katy Barron pour les photographes d'art prometteurs

Il y a des astuces simples à faire et à éviter si vous souhaitez que vos photos soient exposées et vendues dans des galeries. © Paul Hackett

Pour de nombreux photographes professionnels, être exposé par une agence ou une galerie établie est synonyme de succès. D'une certaine façon ils ont raison, mais il n'est pas toujours facile de comprendre comment obtenir cette approbation tant convoitée.

Établie en 1992 au cœur de Chelsea à Londres, la galerie Michael Hoppen Gallery est l'une des plus en vue de la ville. Elle expose des œuvres de maîtres de la photographie comme d'artistes contemporains. S'appuyant sur des dizaines d'années d'expérience en matière de découverte de nouveaux talents et de vente de leurs œuvres, la directrice principale Katy Barron formule quelques conseils de base pour les photographes qui cherchent à être exposés dans une galerie.

À faire : familiarisez-vous avec la collection de la galerie

« Nous exposons une grande variété de photographes contemporains comme d'artistes établis. Nous sommes spécialisés dans la photographie japonaise : ancienne, d'après-guerre et un peu contemporaine. En dehors de ce thème, nous exposons seulement une poignée d'artistes que nous considérons exceptionnels. Nous nous intéressons beaucoup aux processus qui se cachent derrière le travail de nos artistes. Par exemple, nous exposons les œuvres d'une jeune artiste chilienne appelée Juana Gómez, qui brode des toiles sur lesquelles sont imprimés des auto-portraits. Nous exposons également l'artiste français Thomas Mailaender, qui imprime des photos trouvées sur diverses surfaces, notamment sur la peau humaine. Ces artistes travaillent aux frontières de ce que l'on pourrait appeler la photographie conventionnelle. Mais, en même temps, nous exposons aussi des images classiques de Bill Brandt ou encore des photographies de mode contemporaines de Tim Walker et Harley Weir. »

À faire : assurez-vous que votre œuvre est aboutie

« Nous ne recherchons pas un type de photographies, nous recherchons des photographies que nous aimons et qui nous inspirent. Nous ne sommes pas intéressés par les œuvres peu originales, mal réalisées ou mal conçues. »

Katy Barron, Senior Director at the Michael Hoppen Gallery, poses in the gallery.
Katy Barron, directrice principale de la galerie Michael Hoppen Gallery, a plus de 20 ans d'expérience en tant que conservatrice et consultante en photographie d'art.

À faire : rapprochez-vous d'un conservateur ayant un riche portfolio

« Nous découvrons de nouvelles œuvres de différentes façons. Nous nous rendons à des expositions étudiantes, nous écoutons le bouche-à-oreille, nous allons à des festivals de photographie et d'art, nous regardons des magazines, nous consultons Internet. Nous n'acceptons presque jamais de photographes qui se contentent de franchir notre porte. Si vous prenez contact avec nous, vous aurez de meilleures chances si nous vous connaissons déjà. »

À éviter : ne vous précipitez pas sur une galerie sans préparation

« Il est peu probable que vous obteniez une réponse si le premier contact a lieu à froid, en particulier lors de salons d'art. Ce n'est pas une bonne idée. En effet, un salon d'art nous sert à vendre des œuvres, c'est pourquoi nous ne regardons pas le travail d'autres artistes. Si vous voulez nous montrer vos œuvres, il est préférable de venir à la galerie, d'assister à nos expositions privées et de faire connaissance avec nous. »

À faire : soyez professionnel et clair pour faire bonne impression

« Si un photographe nous intéresse, en général nous le contactons et l'invitons à nous montrer son travail. Nous engageons la conversation et prenons parfois quelques clichés pour les montrer à des clients et voir s'ils réagissent de la même façon que nous en les voyant. Ensuite, nous travaillons avec cet artiste pour l'aider à se faire connaître et enfin nous lui proposons une exposition. Les artistes qui nous intéressent le plus sont ceux qui savent parler intelligemment de leur travail et se montrent ouverts à nos suggestions. »

Installation shot from a 2016 exhibition of Simon Norfolk’s series taken in the Bamiyan Valley in Afghanistan.
Photo de l'installation de l'exposition de Simon Norfolk, Time Taken, au rez-de-chaussée de la galerie Michael Hoppen Gallery, en 2016. © Michael Hoppen

À faire : préparez-vous à recevoir des conseils

« Les photographes veulent souvent produire leurs œuvres dans de trop nombreux formats et dans de grandes éditions. Nous constatons de plus en plus que les petites éditions avec un ou deux formats séduisent davantage les collectionneurs, alors il est judicieux de nous écouter en ce qui concerne le prix et l'édition de votre travail. »

À faire : ayez quelque chose à dire

« Je pense qu'il est important que votre travail aille de pair avec une histoire. Celle-ci n'a pas besoin d'être complexe, mais elle doit marquer une différence. Vous ne pouvez pas construire toute une carrière sur une ou deux images qui se distinguent. »

Pour plus de conseils pour donner un coup de pouce à votre carrière, consultez notre section Histoires.

Rédigé par Rachel Segal Hamilton


Articles liés

Tout afficher