Histoires

Présentation des nominés du World Press Photo 2018

Cette photo nominée pour le World Press Photo 2018, prise par Ivor Prickett, représente des civils restés à l'ouest de Mossoul après la bataille pour prendre la ville et qui attendent de recevoir de l'aide dans le quartier de Mamun, le 15 mars 2017. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif EF 24-70mm f/2.8L II USM, lors d'une expédition pour le New York Times. Cette série de clichés est nominée dans la catégorie Actualités générales. © Ivor Prickett

Les nominés pour le concours World Press Photo 2018 ont été annoncés, mettant en vedette le photojournalisme le plus frappant de 2017.

Pour la première fois, les organisateurs ont dévoilé les six nominés du World Press Photo de cette année, dont le travail couvre les crises mondiales majeures, de la détresse du peuple Rohingya au Myanmar à la bataille de Mossoul, en Irak, et les manifestations à Caracas, au Venezuela.

A World Press Photo of the Year 2018 nominated image by Ivor Prickett shows an unidentified young boy being cared for by Iraqi Special Forces soldiers, having just been carried out of the last ISIS-controlled area in the Old City by a man suspected of being a militant. Shot by Ivor Prickett.
Une photo prise par Ivor Prickett, nominée pour le World Press Photo 2018, montre un jeune garçon dans les bras de soldats des forces spéciales irakiennes après avoir été transporté hors de la vieille ville, la dernière zone contrôlée par ISIS, par un homme soupçonné d'être un activiste. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif EF 24-70mm f/2.8L II USM, le 12 juillet 2017 pour le New York Times. Cette série de clichés est nominée dans la catégorie Actualités générales. © Ivor Prickett

Deux photographes Canon figurent parmi les finalistes du World Press Photo de cette année qui récompense les photographies d'une grande importance journalistique. Deux photos (ci-dessus) du photojournaliste irlandais Ivor Prickett ont été nominées dans sa série sur la libération de Mossoul, en Irak, de l'État islamique d'Irak et de la Syrie (ISIS). Les images contrastent fortement les unes avec les autres, illustrant à la fois la banalité de la survie quotidienne et la brutalité de la guerre, et mettant en lumière des enfants innocents pris dans la tragédie.

Contemporary Issues Singles nominee Roger Turesson’s North Korea shows a crowd awaiting the start of the Pyongyang Marathon at the Kim Il-sung Stadium, while an official guards the exit, in Pyongyang, North Korea on 9 April 2017.
La Corée du Nord de Roger Turesson, nominée dans la catégorie des Histoires contemporaines, montre une foule qui attend le début du marathon de Pyongyang au stade Kim Il-sung, tandis qu'un officiel surveille la sortie, à Pyongyang, en Corée du Nord, le 9 avril 2017. Photo prise avec le Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Roger Turesson, Dagens Nyheter

Sur la première photographie d'Ivor, prise en mars 2017, notre regard est attiré par une jeune fille debout dans une longue file de personnes attendant l'aide distribuée dans le quartier de Mamun, à l'ouest de Mossoul. La deuxième photo d'Ivor, qui a été prise quatre mois plus tard, montre un jeune garçon transporté hors de la vieille ville, la dernière zone contrôlée par ISIS, par des soldats des forces spéciales irakiennes. Ils soupçonnaient un militant d'avoir utilisé l'enfant comme bouclier humain.

A man walks through a door with a gun. Espen Rasmussen’s story White Rage – USA was nominated in the Contemporary Issues Stories category. The series communicates the degree of anger in three US states: this was a journey made in the weeks after the Unite the Right rally in Charlottesville, Virginia.
La photo d'Espen Rasmussen, White Rage – USA, a été nominée dans la catégorie Histoires contemporaines. Ces clichés, pris du 23 septembre au 1er octobre 2017, communiquent l'intensité de la colère chez les Blancs dans trois États américains : c'était un voyage effectué pendant les semaines qui ont suivi les protestations Unite the Right à Charlottesville, en Virginie. Photo prise avec le Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif EF 24mm f/1.4L II USM. © Espen Rasmussen

Patrick Brown, d'Australie, est nominé pour le World Press Photo de cette année pour ses clichés montrant les corps des réfugiés rohingyas qui se sont noyés après que le bateau sur lequel ils essayaient de fuir le Myanmar a chaviré au large des côtes du Bangladesh. Sur les 100 personnes présentes sur le bateau, 17 seulement ont survécu.

Les autres nominés pour le World Press Photo de cette année sont le photographe australien Adam Ferguson, pour son portrait d'un survivant de l'attentat suicide à la bombe de Boko Haram, âgé de 14 ans, pour le New York Times, Toby Melville, du Royaume-Uni, pour son reportage sur les suites de l'attentat terroriste de Westminster pour Reuters et Ronaldo Schemidt, du Venezuela, qui a documenté les combats de rue dans son pays pour l'Agence France-Presse.

Dr Suporn Watanyusakul shows patient Olivia Thomas her new vagina after gender reassignment surgery at a hospital in Chonburi, near Bangkok, Thailand. Photo by Giulio Di Sturco.
More Than a Woman, photographie prise par Giulio Di Sturco, ambassadeur Canon, est nominée pour le prix des Histoires contemporaines. Le 3 février 2017, le Dr Suporn Watanyusakul montre à une patiente, Olivia Thomas, ses nouveaux organes génitaux après une chirurgie de réattribution sexuelle dans un hôpital de Chonburi, près de Bangkok en Thaïlande. © Giulio Di Sturco

Cette année, le célèbre World Press Photo a attiré plus de 73 000 candidatures de 4 548 photographes du monde entier. Le jury a présélectionné 307 photographies réparties en huit catégories, qui couvrent les principaux sujets d'actualité, dont la crise des migrants en Europe et la libération de Mossoul, ainsi que des reportages sur l'essor de la restauration rapide en Chine, le sport à Pyongyang (Corée du Nord) et l'utilisation de macaques japonais dans l'industrie du divertissement.

Dans le cadre du concours Digital Storytelling, qui récompense le meilleur journalisme visuel parmi les conteurs et cinéastes numériques, il y a eu 308 inscriptions dans les catégories Histoires courtes, longues, immersives et innovantes. Parmi les nominés figurent le New York Times avec une vidéo en réalité virtuelle à 360° de plongée sous-marine sous la banquise de l'Atlantique, une histoire immersive sur la première année d'un Syrien réfugié qui a été diffusée sur le site Web de TIME, et une vidéo sur la guerre du président Rodrigo Duterte contre la drogue aux Philippines.

Le travail considérable effectué nous permet de réaliser notre objectif : créer un lien entre le monde et les événements importants.

Lars Boering, directeur général de la World Press Photo Foundation, explique que le concours attire l'attention sur des histoires importantes. « Le véritable journalisme visuel ne fait pas que montrer, il raconte une histoire », déclare-t-il. « Il est très important pour le public. Le travail considérable effectué pour l'édition 2018 du concours nous permet de réaliser notre objectif : créer un lien entre le monde et ces événements importants. »

A girl pictured right, Djeneta, had been bedridden and unresponsive for two-and-a-half years, and her sister Ibadeta who also suffered from the same condition for six months, lies next to her. Both have uppgivenhetssyndrom (resignation syndrome), in Horndal, Sweden. It is a condition believed to exist only amongst refugees in Sweden. Photo by Magnus Wennman.
Le Resignation Syndrome de Magnus Wennman, ambassadeur Canon, a été nominé dans la catégorie des clichés Population. Le 2 mars 2017, Djeneta (à droite) était alitée et insensible depuis deux ans et demi, et sa sœur Ibadeta depuis plus de six mois, victimes du uppgivenhetssyndrom (syndrome de résignation), à Horndal en Suède. C'est une maladie qui n'existerait que chez les réfugiés en Suède. Photo prise avec un Canon EOS-1D X Mark II équipé d'un objectif TS-E 45mm f/2.8 à bascule et décentrement. © Magnus Wennman, Aftonbladet

Les ambassadeurs Canon Magnus Wennman et Giulio Di Sturco figurent parmi les 42 photographes de 22 pays nominés pour ce prix. Parmi eux, 15 nominés, dont Magnus et Giulio, ont déjà remporté un prix World Press Photo. Magnus, un photojournaliste suédois travaillant pour le journal Aftonbladet, est nominé dans la catégorie Population pour son cliché Resignation Syndrome montrant deux sœurs alitées et dans le coma depuis deux ans et demi à Hordal, en Suède. L'uppgivenhetssyndrom, ou syndrome de résignation, est une maladie qui n'existerait que chez les réfugiés en Suède.

Le photographe italien Giulio est présélectionné dans la catégorie Histoires contemporaines pour son reportage photographique sur la chirurgie de réattribution sexuelle en Thaïlande. Sur ce cliché, le Dr Suporn Watanyusakul parle à sa patiente, Olivia Thomas, de son nouveau corps à la suite d'une intervention chirurgicale pour devenir une femme dans un hôpital de Chonburi, près de Bangkok.

Neil Aldridge’s Waiting For Freedom has been nominated in the Environment Singles category. On 21 September 2017, a young white rhino is drugged and blindfolded, and about to be released in Okavango Delta, Botswana, after its relocation from South Africa for protection from poachers.
La photo de Neil Aldridge, Waiting for Freedom, a été nominée pour la catégorie Environnement. Le 21 septembre 2017, un jeune rhinocéros blanc s'est retrouvé endormi et les yeux bandés pour être relâché dans le delta de l'Okavango, au Botswana, après son départ d'Afrique du Sud pour le protéger des braconniers. Photo prise avec le Canon EOS 5D Mark II équipé d'un objectif EF 16-35mm f/2.8 L IS USM. © Neil Aldridge

La nouveauté pour 2018 est la catégorie Environnement, qui a suscité diverses entrées illustrant les nombreuses menaces qui pèsent sur la nature. Le photographe pour la préservation Neil Aldridge a pris la photo d'un jeune rhinocéros blanc avant qu'il ne soit libéré dans le delta de l'Okavango, au Botswana, après un long voyage depuis l'Afrique du Sud. Malgré les sédatifs et l'étoffe rouge qui lui couvre les yeux, la protection renforcée contre les braconniers laisse entrevoir un avenir prometteur pour l'animal.

Javier Arcenillas’ series Latidoamerica has been nominated in the Long-term Projects category. This artful picture shows the reflection of a soldier in a car window punctured with bullet holes. After years of social chaos, drug trafficking and corruption, many Latin Americans are determined to revolt against the problems afflicting their countries.
La série de Javier Arcenillas, Latidoamerica, a été nominée dans la catégorie des Projets à long terme. Après des années de chaos social, de trafic de drogue et de corruption, de nombreux Latino-Américains sont déterminés à se révolter contre les problèmes qui affligent leur pays. Le projet décrit la peur, la colère et l'impuissance des victimes au milieu de la terreur quotidienne des gangs de rue, des meurtres et du vol, et aborde également la récente tendance du tourisme de la drogue dans des pays comme la Colombie. Photo prise avec le Canon EOS 5D Mark II équipé d'un objectif EF 24-70mm f/2.8 L USM, en août 2017. © Javier Arcenillas, Luz

Le processus d'évaluation

L'évaluation des candidatures est un processus complexe qui prend trois semaines et se fait en deux parties. Les candidatures sont discutées par des jurys spécialisés, avant que les présidents de chacun de ces jurys ne soient rejoints par trois nouveaux membres pour former le jury général. Dirigé par Magdalena Herrera, directrice de la photographie de Geo France et présidente du jury du concours photo de 2018, le jury général sélectionnera les lauréats, qui seront annoncés lors du Salon des récompenses à Amsterdam, le 12 avril 2018. Le prix principal, World Press Photo of the Year, promet une récompense en argent de 10 000 euros et le lauréat recevra également une sélection de matériels photographiques Canon, partenaire de World Press Photo depuis 1992.

Jasper Doest’s Sacred No More has been nominated in the Nature Stories category. This picture shows Japanese macaques, best known as the snow monkey, habituated to humans and in fancy dress. An increasing macaque population in the countryside means the monkeys raid crops to survive; in cities, macaques are tamed and trained for the entertainment industry.
La photo Sacred No More de Jasper Doest a été nominée dans la catégorie Histoires de la nature. Ces dernières années, le macaque japonais, mieux connu sous le nom de singe des neiges, s'est habitué à l'homme. Une population croissante de macaques dans les campagnes signifie que les singes dévastent les cultures pour survivre ; dans les villes, les macaques sont apprivoisés et entraînés pour l'industrie du divertissement. Il a documenté cette histoire entre le 15 janvier 2016 et le 2 octobre 2017. Photo prise avec le Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Jasper Doest

Les photographes récompensés feront à nouveau le tour du monde dans le cadre de l'exposition World Press Photo, avec toutes les photos imprimées par des imprimantes grand format Canon et des tables à plat Arizona. La première exposition a lieu à De Nieuwe Kerk, à Amsterdam, le jour même de la remise des prix.

Pour en savoir plus sur le Canon EOS 5D Mark IV, consultez la page produit.

Pour découvrir plus d'histoires incontournables sur le concours World Press Photo, consultez notre page dédiée au World Press Photo.

Rédigé par Lucy Fulford


Canon Professional Services

Les membres ont accès au support CPS, localement et lors d'évènements majeurs, à un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, au prêt gratuit d'équipement de remplacement.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services