A model car in the garage

Simon Carter, maquettiste et photographe. Une histoire de puissance et d'échelle.

Portrait de Simon Carter

La passion de Simon Carter découle de dizaines d'années d'expérience. Amateur de maquettes depuis l'enfance, il s'est passionné pour les sports automobiles et travaille à présent comme photographe professionnel. En prenant le temps d'allier ses passions, il est parvenu à créer et à photographier le monde de sport automobile miniature de ses rêves. Assis à côté de son impressionnante collection de modèles réduits de Formule 1, nous sommes frappés par l'ampleur du travail accompli. C'est comme si nous pénétrions dans un monde créé de toutes pièces.

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a poussé à créer et à photographier des modèles réduits ?

Comme beaucoup d'autres enfants ayant grandi dans les années 60, je passais des heures à construire des maquettes de chars de la Seconde Guerre mondiale. Lorsque je les ai redécouvertes dans mon grenier récemment, j'ai voulu allier mes compétences et mes centres d'intérêt pour créer quelque chose de véritablement unique.

Comment démarrez-vous la construction d'une réplique exacte de voiture de course ?

J'utilise des kits qui étaient vendus dans les années 70 et 80, mais qui ne sont plus produits. Ils sont assez difficiles à trouver aujourd'hui. Pour compliquer encore la tâche, je les modifie afin de respecter la structure mécanique des véhicules, en les équipant de suspensions, de portières, de capots et de coffres fonctionnels. J'ajoute ensuite la poussière, les brûlures et les rayures que l'on verrait sur une vraie voiture de course. Voilà pourquoi chaque modèle réduit me demande près de trois mois de travail.

Lorsque vous fabriquez vos décors, qui influence le plus leur conception ? Le passionné de voitures ou le photographe ?

Un peu des deux en réalité. Je crée mes décors de la même manière qu'un plateau de cinéma ou de photographie. Même à ce stade, je réfléchis à tous les angles dont j'aurai besoin pour réaliser les images que je souhaite. Je ne me contente pas de recréer les éléments typiques d'un garage de voitures de course, je veille également à ce que le décor soit exploitable.

Photo d'une maquette de garage

©Simon Carter

Comment abordez-vous la photographie lorsque les voitures et le décor sont prêts ?

Dès le début, j'ai souhaité que mes photos ressemblent à des clichés espiègles, pris par un passionné de courses qui se serait introduit dans l'un de ces garages, à l'insu de tous.

Pour ce faire, je dois imaginer que je mesure 15 cm. Lorsque j'incarne ce photographe miniature, je ne dispose que de trois angles de prise de vue : debout, accroupi ou en appui sur un genou.

Toutes vos photos semblent prises à l'extérieur, même si nous savons à présent que ce n'est pas le cas. Comment faites-vous pour obtenir ce résultat ?

C'est grâce à la lumière. L'utilisation de la lumière naturelle change tout. Je pourrais retoucher cet effet, mais je préfère tout créer avec mon appareil photo.

Votre expérience de photographe professionnel vous aide-t-elle ?

J'éclaire ces décors comme j'éclairais de vraies voitures lorsque j'étais photographe professionnel. Je fais réfléchir la lumière sur d'autres surfaces au lieu de l'orienter directement sur la voiture. Ainsi, la peinture de la voiture brille d'une façon particulière, comme à l'extérieur. Cependant, la maîtrise pose parfois problème. J'essaie de créer une série de photos qui évoque un travail d'amateur. Je dois donc veiller à ne pas tout faire dans les règles de l'art.

Modèle réduit de voiture dans un garage

©Simon Carter

Auriez-vous un équipement particulier à conseiller aux personnes qui souhaiteraient se lancer dans la photographie sur table ?

Mes méthodes sont très artisanales. Pour vous donner une idée, lors des prises de vue, je fixe l'appareil photo et je déplace chaque élément du décor d'un millimètre à la fois jusqu'à ce que le résultat me convienne. Pour ce faire, j'utilise un sac plastique de supermarché que je remplis de deux poignées de riz pour stabiliser l'appareil photo. C'est l'idéal, car il n'y a pas la place d'installer un mini-trépied. L'appareil serait trop haut et l'angle ne conviendrait pas de toute façon.

Que comptez-vous faire maintenant ?

Je pense que mon prochain défi sera de réaliser une séance photo dans un garage américain. Cela devrait m'occuper quelques années.

Si ces œuvres vous inspirent, découvrez la galerie complète du monde de sport automobile miniature de Simon Carter.

Le matériel photo de Simon

Appareils photo :

Canon EOS 5D

Canon Sure Shot 35mm AF-7

Objectifs :

Canon EF 50mm f/1.2L USM

Canon EF 100mm f/2.8L Macro IS USM

Les réponses ont été éditées dans un souci de clarté et de rythme.



Entretien : rédigé par Mark Blaylock