Ana Pratas évoque son approche de la photographie de famille

Portrait sur médaillon

@anapratasfotografia

Ana Pratas photographie tout, des crises aux histoires avant le coucher. Rencontrez la photographe de famille qui utilise des techniques de type documentaire pour capturer des moments parfaitement authentiques.

Quand et comment êtes-vous devenue photographe ?

J'ai commencé à prendre des photos pour le plaisir il y a longtemps. En 2011, ce passe-temps a commencé à prendre de l'ampleur, j'ai donc cessé toute autre activité pour m'y consacrer à plein temps.

Cela étant, la photographie a toujours occupé une grande place dans ma vie. Ma mère prenait beaucoup de photos de moi quand j'étais enfant. Ces clichés ont aujourd'hui beaucoup de valeur à mes yeux. Elle les imprimait et les mettait dans des albums pour les regarder, me les montrer et les montrer à nos amis et à nos proches. Je lui en suis très reconnaissante.

Avez-vous toujours photographié des familles ?

Non, quand j'ai commencé à prendre des photos, je n'avais pas de but précis. Et puis un jour, j'ai eu un déclic et j'ai découvert la photographie de famille. Je me suis alors rendu compte que j'aimais cela et que je prenais de bonnes photos. J'ai appris tout ce qu'il y a à savoir sur le sujet et je me suis beaucoup exercée. Au début, je photographiais des familles que je connaissais, puis j'ai photographié mon premier client en 2011.

Mon amour pour la photographie de famille me vient de mon enfance, une enfance particulièrement heureuse. Pour moi, famille et photographie sont indissociables, tout simplement.

Deux garçons dans des tenues assorties

@anapratasfotografia

Pensez-vous qu'il est important de capturer, imprimer et conserver des photos des enfants en bas âge pour eux-mêmes ou pour leurs parents ?

Je pense que c'est important pour tout le monde mais personnellement, les photos que je prends sont plus destinées aux enfants qu'aux parents. Plus tard, dans vingt ou trente ans, ces enfants aimeront ces images de la même façon que j'aime les images de mon enfance. Elles leur montreront des détails qu'ils auront sans doute oubliés : leurs habitudes, leur animal de compagnie ou encore le visage de leurs parents à cette époque. Il est également important de se souvenir des lieux, par exemple de sa première maison, du jardin où l'on a appris à faire du vélo ou encore de la chambre que l'on partageait avec un frère ou une sœur.

C'est pourquoi je me concentre surtout sur les enfants.

Nous adorons l'authenticité de vos photographies, comme sur ces images d'enfants en plein caprice ; pensez-vous avoir le devoir d'être aussi proche de la réalité que possible ?

C'est ce que j'essaie de faire, oui. Pour mes séances de photographie, je passe des journées entières avec ces familles. Je ne les dirige pas et ne leur demande pas de poser, je me comporte simplement comme une amie. Je veux tout voir au naturel. Je ne veux pas intervenir, il est important pour eux de rester sincères et authentiques. Si je commence à donner des directives ou à intervenir, je perds l'essence de leur quotidien.

Enfant qui pleure

@anapratasfotografia

Quel matériel utilisez-vous pour prendre des photos de famille ?

J'utilise le Canon 6D 1 avec l'objectif Canon EF 100mm f/2.8 Macro USM. J'aime utiliser un matériel léger, comme le reflex Canon 6D, car je bouge beaucoup.

J'adore la profondeur que j'obtiens avec l'objectif de 100 mm ; il est toujours à la hauteur, surtout pour les clichés de type documentaire en extérieur. Je n'ai pas trouvé de meilleur rapport qualité des images/prix sur le marché.

Comment arrivez-vous à créer des histoires naturelles sans faire intrusion dans la vie des familles ?

En interagissant. Je joue avec les enfants, je déjeune et je dine avec les familles, je les suis partout. Au bout de quelques heures, tout le monde s'habitue à ma présence et les choses se déroulent ensuite naturellement. Ma présence interfère toujours un peu, c'est inévitable. Mais il y a une différence entre être présente et s'intégrer, c'est pourquoi j'essaie d'interagir plutôt que de me fondre dans le mobilier, car cela encourage les moments naturels.

Vous devez travailler régulièrement avec des parents fiers de leurs enfants et désireux de partager leurs histoires, avez-vous des conseils à leur donner concernant l'impression et la conservation de leurs photos ?

J'encourage toujours les familles à imprimer et conserver leurs photographies. Aujourd'hui, nous avons des images qui ont plus de 100 ans et avec les technologies actuelles, les photos se conserveront encore plus longtemps. C'est pourquoi il ne s'agit pas simplement de les avoir, mais de les préserver.

Il est également important d'acheter un album photo : c'est un beau support pour regarder des images. Avec un album, on regarde davantage ses photos, on les montre plus facilement à sa famille et à ses amis et plus tard à ses enfants eux-mêmes.

Pensez-vous que le fait de suivre la vie des familles permet de les rapprocher ?

J'aime penser que c'est le cas. Les familles qui me demandent de les photographier sont généralement très soudées. J'essaie de saisir les moments qu'on ne perçoit pas toujours, comme un geste tendre et spontané entre frère et sœur, ou encore un détail qui souligne la personnalité d'un enfant. Je pense que la mise en lumière de ces moments aide vraiment les familles à se rendre compte de la chance qu'elles ont.

Quelle est votre photo de famille préférée et pourquoi ?

J'en ai deux. La première a été prise pendant une séance de pose où j'essayais de réunir la famille, mais qui s'est terminée dans le chaos. L'un des enfants partait en courant, la mère essayait de le retenir tandis que le père tenait un bébé dans ses bras. C'est une vraie photo de famille. Elle n'est pas parfaite, personne ne sourit en direction de l'appareil photo, mais elle est amusante et réaliste.

La deuxième photo est celle d'une mère qui couche son fils. L'image est très sombre avec une sensibilité ISO très élevée, elle est donc très granuleuse. D'un point de vue technique, ce n'est pas ma meilleure photo, mais c'est un moment intime et précieux.

Avez-vous des conseils à donner pour photographier des enfants ?

Il y a un jeu que j'aime faire avec les enfants pour les mettre à l'aise, je l'appelle « le jeu sérieux ». Pour faire simple, je demande aux enfants d'être très sérieux et de ne pas rire ni sourire. En général, ils n'y arrivent pas et ils n'y mettent pas longtemps avant d'éclater de rire.

J'essaie toujours d'organiser mes séances photo dans des environnements ludiques, comme un parc ou une plage ou n'importe quel autre endroit où les enfants se sentent aussi bien que chez eux. Ceci dit, je pense que quand on aime les enfants, tout vient naturellement.

Sinon, mon conseil c'est de pratiquer encore et encore !

Jeune garçon assis sur un banc

@anapratasfotografia

Le matériel photo d'Ana

Série PIXMA TS8250

Canon EF 100mm f/2.8 Macro USM

Canon EOS 6D*

Les réponses ont été éditées dans un souci de clarté et de rythme.

* Le Canon EOS 6D Mark I n'est plus disponible ; recherchez le Canon EOS 6D Mark II pour en savoir plus sur le modèle amélioré.



Écrit par Sasha Newbury