Joseph Penney

Avec le rap et la poésie, Cape Town tente de réduire les inégalités raciales
Par Joe Penney

Joe Penney
Joe Penney

Bordée par l'océan et séparée en deux par la Montagne de la Table, Cape Town et son incroyable beauté naturelle contrastent avec un passé lourd de siècles d'esclavage et d'oppression raciale.

Aujourd'hui, une génération d'artistes, de musiciens, de poètes et de réalisateurs tentent de se défaire de cet héritage. En Afrique du Sud où l'on compte 11 langues officielles, ce qui compte, ce n'est pas tant ce qu'ils disent mais la façon dont ils le disent.

Quintin Goliath, dont le nom de scène est Jitsvinger - ce qui signifie « le Drogué » - est un rappeur de Cape Town aux origines ethniques multiples. Il utilise l'afrikaans, une langue parlée par 7 millions de Sud-Africains, dérivée du néerlandais et influencée par les langues malaise, portugaise, anglaise, chinoise, xhosa et khoïsane.

Joseph Penney

Goliath rappe sur des sujets tels que la politique, l'identité et l'amour, et déclare que l'afrikaans est de plus en plus populaire, surtout parmi les jeunes. 

« L'afrikaans est devenue plus tendance et plus libre depuis les quinze dernières années », dit-il. Il ajoute que dans le quartier de Kimberley, une même phrase peut compter jusqu'à six langues différentes.

Joseph Penney

« Mon jargon peut donc atteindre une plus grande conscience collective et c'est là que réside l'avenir de l'afrikaans : l'inclusion et l'acceptation de l'expression de l'autre. »

Alors que certains voient l'avenir de l'afrikaans comme prometteur, son passé est contesté. L'afrikaans s'est développé dans la région de Cape Town parmi les esclaves d'Afrique de l'Ouest, des tribus Khoï et San, et d'Indonésie, qui ont adapté le néerlandais parlé par les propriétaires d'esclaves et les colons en une langue commune.

Joseph Penney

Aujourd'hui, seuls 40 % environ de ceux qui parlent l'afrikaans chez eux sont des Sud-Africains de couleur blanche, selon le South Africa Race Relations Institute. 

« Beaucoup de personnes feront toujours référence à l'afrikaans "blanc" comme une langue belle, pure et propre tandis que la vision de sa forme négative ou inférieure reflète une haine de soi intériorisée et associée à l'esclavage, au colonialisme et à l'apartheid », déclare Goliath. 

« Un gros travail de réparation est à opérer au sein de la plus grande communauté parlant l'afrikaans », dit-il.

Joseph Penney

Le poète de Cape Town Jethro Louw utilise également l'afrikaans. Il descend des esclaves indigènes khoïsans et du Mozambique et intègre des histoires et des mythes indigènes de Cape Town dans ses poèmes. Il joue de l'arc musical, traditionnellement utilisé pour la poésie, la musique et la communication.

Joseph Penney

« J'essaie de populariser la culture des Premières Nations ainsi que ses symboles, tels que l'arc musical », explique Jethro Louw. 

Après le zoulou, le xhosa et l'afrikaans, l'anglais est la quatrième langue la plus parlée d'Afrique du Sud, mais son rôle dans la vie publique est nettement plus influent.

Joseph Penney

Bheki Pilot Biller est un étudiant en cinéma âgé de 24 ans et originaire de Limpopo. Il parle zoulou et anglais et choisit d'utiliser cette dernière pour ses travaux relatifs aux problèmes sociaux. 

Selon lui, Cape Town reste une ville divisée sur la base de critères raciaux ; il a lui-même été victime de discrimination à l'embauche car il ne parle pas l'afrikaans.

Joseph Penney

« Je ne comprends pas cette situation où il faut avoir une certaine couleur de peau pour décrocher un emploi. Certaines offres précisent qu'il faut savoir parler et lire couramment l'afrikaans. Qu'est-ce que ça veut dire ? »

Joseph Penney

Il semblerait que certaines voix s'élèvent en faveur d'une Afrique du Sud plus inclusive dans chaque communauté de Cape Town. Lors d'un récent concert, le célèbre musicien de rock Jeremy de Tolly, de couleur blanche, de langue maternelle anglaise et originaire de Cape Town, a déclaré que la population blanche du pays devrait partager ses richesses avec ses compatriotes sud-africains.

Joseph Penney