ARTICLE

Comment percer dans le photojournalisme : le point de vue des jurés du concours World Press Photo

Le photographe espagnol Javier Arcenillas s'est vu décerner le troisième prix dans la catégorie Projets à long terme, séries pour « Latidoamerica » (Le pouls de l'Amérique latine). Sur cette photo, Roberto Arturo Adonay Antonio, un membre présumé de l'organisation criminelle internationale Mara 18, arrive au centre de détention provisoire d'Usulután, au Salvador. Photo prise le 28 décembre 2015 avec le Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Javier Arcenillas, Luz

Les jurés du concours World Press Photo ont été sélectionnés pour leur expérience, leur savoir-faire et leur capacité à repérer une histoire – et un talent – de loin. Avec des dizaines d'années d'expérience dans le photojournalisme – réception des pitchs des photographes, commandes et examen des portfolios – personne n'est mieux placé pour donner des conseils afin de percer dans l'industrie du photojournalisme aujourd'hui.

Christian Ziegler’s

Recevoir la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Malgré le fait qu'il soit présenté comme un secteur en déclin, le photojournalisme suscite toujours autant d'intérêt. Mais en l'absence de plan de carrière clair dans l'industrie, ceux qui souhaitent devenir photojournalistes peuvent se demander par où commencer. Sur un marché grouillant de photographes passionnés, il est important de savoir ce qui vous démarquera des autres.

Trois jurés du concours World Press Photo de cette année nous expliquent ce qu'ils recherchent, ce qui attire leur attention et ce qu'ils détestent et donnent des conseils pour se démarquer : Whitney C Johnson, présidente des catégories Nature et Environnement et membre du jury général ; Jérôme Huffer, président de la catégorie Personnes et membre du jury général ; et Laurence Tan, jury des catégories Actualités et Documentaire.

Headshot of World Press Photo Contest juror Whitney C Johnson on a dark grey background.

À propos de Whitney C Johnson

Whitney C Johnson est Vice-présidente des expériences visuelles et immersives au National Geographic. Avant d'occuper ce poste, elle était Directrice de la photographie au New Yorker, où elle a remporté de nombreuses récompenses. Elle est également membre du conseil de la fondation Alexia et du Fonds W. Eugene Smith.

Whitney C Johnson

« Premièrement, étudier autre chose que la photographie. Lorsqu'on passe commande auprès d'un photographe, on ne prend pas uniquement en compte son approche visuelle d'un sujet, mais également l'expertise ou le lien qu'il y apporte. Deuxièmement, ne pas faire l'impasse sur la recherche. Si vous vous lancez dans la réalisation d'un projet, prenez le temps d'effectuer des recherches approfondies sur l'idée en elle-même et d'examiner les projets similaires ayant déjà été réalisés.

« Selon moi, il est important de développer un projet personnel. Un projet permet au monteur de comprendre ce qui vous passionne : comment vous effectuez vos recherches, comment vous construisez votre récit et comment vous montez le tout. C'est le projet cohésif, engagé et singulier qui fait écho – pendant une journée ou des années. Dans un monde où tout le monde prend des photos, il est impératif qu'un photographe professionnel se définisse au travers d'une vision et d'un regard qui lui sont propres.

« Enfin, documentez-vous sur la publication que vous présentez et personnalisez votre présentation, votre portfolio et vos questions relatives à cette publication. Bien souvent, un entretien pour l'examen d'une publication ou d'un portfolio, c'est un peu comme un premier rendez-vous, et vous devez agir comme si c'en était un : soyez stimulant, n'en demandez pas trop et faites en sorte qu'on ait envie de vous revoir ! »

Headshot of World Press Photo Contest juror Jérôme Huffer leaning against a stone wall.

À propos de Jérôme Huffer

Jerome Huffer est responsable du département photographie à l'hebdomadaire Paris Match, où il travaille depuis qu'il a été diplômé d'une école d'art en 2001. Il a été membre du jury lors de nombreuses remises de prix photographiques, notamment le Visa d'or et le Festival de Bayeux.

Jérôme Huffer

« Ironiquement, mon premier conseil serait d'être journaliste avant d'être photographe. Il est plutôt facile d'être un bon photographe de nos jours, techniquement parlant. Mais je dis souvent que même si tout le monde a un stylo, seuls quelques-uns sont écrivains. Vous devez être suffisamment doués pour oublier l'aspect technique et ne penser qu'à ce que vous révélez au travers de vos images.

« Trouvez un bon monteur avec lequel vous pouvez travailler en toute confiance. La plupart du temps, les photographes sont de piètres monteurs. Et collaborer avec un bon éditeur peut orienter votre carrière dans la bonne direction – la plupart des monteurs ont une appréhension globale de l'industrie.

« En règle générale, les pitchs ne vont pas droit au but, le message n'est pas clair. Vous devez écouter 10 minutes de contexte avant de comprendre la finalité du travail. Mon conseil est donc le suivant : soyez directs ! Si vous montrez vos photos, placez les meilleures à l'avant de votre présentation. Si vous souhaitez parler d'un pays, ne passez pas 20 lignes à expliquer ce qu'il s'y est passé au cours des 20 dernières années. Si votre histoire est bonne, quelques mots suffisent pour attirer mon attention ; alors vous pouvez expliquer votre projet plus en détail, lorsqu'on passe à l'étape suivante. »

Headshot of World Press Photo Contest juror Laurence Tan taken up close.

À propos de Laurence Tan

Laurence Tan est responsable des affectations chez Getty Images à Hong Kong, où elle passe commande à des photographes dans toute l'Asie du Sud-Est, dans certaines régions d'Asie du Sud, à Hong Kong et à Taïwan. Avant de rejoindre Getty Images, elle a travaillé au bureau de Hong Kong du New York Times et au service mondial de la photographie de Reuters à Singapour.

Laurence Tan

« Percer dans cette industrie demande beaucoup de travail et de nombreux sacrifices personnels. Je pense qu'il est important que les photojournalistes se demandent pourquoi ils ont choisi ce chemin lorsqu'ils sont accablés par les projets commerciaux pour payer les factures. Il n'existe aucune formule secrète – chacun trouve sa propre voie en fonction de ses atouts et de ses faiblesses – et ce qui fonctionne pour un photographe peut ne pas fonctionner pour un autre.

« Les photojournalistes doivent présenter un travail authentique et exposer leur opinion, surtout lorsqu'ils couvrent des évènements majeurs. Les missions en elles-mêmes ne suffiront pas pour réaliser un travail qui se démarque, étant donné que tous les autres font la même chose. La concurrence est rude dans cette industrie, et les idées originales doivent être mises à exécution de manière appropriée pour attirer l'attention de quelqu'un.

« Avant de présenter son portfolio, il est important de s'assurer qu'il est correctement monté et que les idées sont bien pensées. En règle générale, je préfère voir un mélange de projets personnels et de photos prises lors de la mission. Tout le monde cherche à attirer l'attention, il est par conséquent essentiel de se préparer. Je demande souvent aux photojournalistes plus jeunes quel est l'objectif qu'ils cherchent à atteindre avec leurs projets personnels lorsqu'ils semblent inachevés. Il est également important d'entendre les exigences de l'industrie, notamment la nécessité croissante pour les photographes d'incorporer de la vidéo et du contenu multimédia. »

Rédigé par David Clark


Recevez la newsletter

Cliquez ici pour recevoir des histoires sources d'inspiration et des articles passionnants de Canon Europe Pro

Inscrivez-vous maintenant

Articles liés

Tout afficher