ARTICLE

Une photojournaliste américaine remporte le prix du courage

Andrea Bruce, lauréate du prix du courage en photojournalisme Anja Niedringhaus 2018 décerné par la fondation International Women's Media Foundation (IWMF). Portrait pris avec le Canon EOS 5D Mark II équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM. © Jonathan Levinson

Andrea Bruce, une ancienne photographe du Washington Post, a remporté le prix du courage en photojournalisme Anja Niedringhaus 2018 décerné par la fondation International Women's Media Foundation (IWMF), avec des mentions spéciales à Amber Bracken et Rebecca Conway, photographes Canon.

La lauréate Andrea Bruce (ci-dessus) est une photographe documentariste américaine dont le travail est axé sur les personnes qui vivent l'après-guerre, notamment en Irak et en Afghanistan. Pendant huit ans, Andrea a été photographe au Washington Post et a écrit la chronique « Unseen Iraq », qui décrivait la vie des Irakiens et de l'armée américaine.

An elderly woman stands at a colourful shrine’s door, in India.
Hameeda Rena, Cachemirie musulmane de 70 ans, s'accroche à une plaque de laiton portant un verset du Coran alors qu'elle prie pour sa famille devant l'une des portes du sanctuaire de Shah-i-Hamdan sur les rives de la rivière Jhelum à Srinagar, en Inde, le 3 décembre 2015. De nombreux habitants du Cachemire cherchent du réconfort dans les sanctuaires dédiés aux saints favorables ou accordent leur confiance aux guérisseurs, qui bénissent des potions et proposent des récitations ou des amulettes qui auraient des pouvoirs de protection. Photo prise avec le Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 35mm f/2. © Rebecca Conway

Elle a été récompensée lors d'une cérémonie à Amsterdam, aux Pays-Bas, à la clôture du festival World Press Photo, au cours de laquelle elle a été reconnue pour son empathie, pour son lien émotionnel avec les sujets et pour la dignité qui transparaît dans son portfolio. Eman Mohammed, membre du jury, a souligné qu'Andrea « inspirait toujours les autres sur le terrain afin qu'ils s'améliorent ».

Andrea Bruce a été choisie parmi 136 candidats, soit le nombre le plus élevé depuis le début du programme il y a quatre ans. Elle suit la lignée prestigieuse des précédents lauréats de la fondation IWMF, parmi lesquels les photographes Canon Stephanie Sinclair et Nicole Tung.

Une carrière dans le photojournalisme est possible sans trahir votre identité profonde.

Le prix Anja récompense les femmes photojournalistes qui documentent des histoires cruciales dans des conditions difficiles tout en photographiant des moments d'humanité poignants. Il a été créé en hommage à la photographe allemande Anja Niedringhaus qui travaillait pour Associated Press et a été tuée en Afghanistan en 2014. Anja Niedringhaus était lauréate du prix du courage en photojournalisme de la fondation IWMF en 2005.

Andrea Bruce a affirmé que le dévouement, la passion et la vision d'Anja Niedringhaus lui ont donné le courage de poursuivre son travail. « C'est un immense honneur d'avoir soudainement la chance de perpétuer son œuvre et de faire partie du travail exceptionnel de la fondation IWMF », a-t-elle déclaré. « Je ne peux qu'espérer réussir la moitié de ce qu'Anja a fait pour montrer aux femmes photographes de demain qu'une carrière dans le photojournalisme est possible sans trahir votre identité profonde », a-t-elle ajouté.

A woman tilts her head forward in a dark portrait.
« Je ne veux pas me faire tuer ici. Je suis venue ici vivre avec mes enfants et mes petits-enfants », explique Vonda Long, descendante de High Hawk, qui a été tué en 1890 lors du massacre de Wounded Knee. Photo prise le 13 novembre 2016, avec le Canon EOS 5D Mark III équipé d'un objectif Canon EF 50mm f/1.4 USM. © Amber Bracken

Amber Bracken a reçu une mention spéciale, le jury ayant remarqué la persévérance exceptionnelle et évidente de son travail, ainsi que son regard neuf et marquant sur les populations autochtones de sa région d'origine et au-delà.

La photojournaliste Rebecca Conway a également reçu une mention spéciale. Elle vit à New Delhi et elle est connue pour avoir photographié le conflit de longue date au Cachemire et ses effets sur les civils de la région.

« Les femmes journalistes ont longtemps été exposées au harcèlement lié au travail et à d'autres dangers dont nous commençons seulement à parler », a indiqué Elisa Lees Muñoz, la directrice générale de la fondation IWMF. « Ce prix récompense les femmes qui travaillent dans les zones les plus risquées et qui restent pourtant parfaitement concentrées sur ceux qui, comme elles vous le diront, sont les vrais héros. »

Rédigé par Emma-Lily Pendleton


Articles liés

Tout afficher