Eddie Keogh - EOS-1D X Mark II

eddie_keogh.jpg

Découvrez les héros de l'instant

Eddie Keogh

Regarder la vidéo

« Je pourrais l'utiliser sans aucune modification. C'est un excellent appareil. »

Eddie Keogh est un photographe de sport réputé qui travaille régulièrement en tant qu'indépendant pour l'agence photo Reuters. Il est également membre du programme Canon Ambassadors ; il connaît le système EOS sur le bout des doigts et a été l'un des premiers à utiliser l'EOS-1D X Mark II. Il nous explique ses avantages uniques en termes de photographie en basse lumière et à grande vitesse...

Eddie a souhaité tester l'EOS-1D X Mark II au Lee Valley VeloPark de Londres, le vélodrome emblématique construit pour les Jeux Olympiques de Londres, qui a vu triompher les équipes britanniques menées par Sir Chris Hoy et Victoria Pendleton durant l'été 2012. Eddie a acquis son premier EOS-1D X cette année-là. L'endroit idéal pour tester son remplaçant était donc tout trouvé. Mais tout allait-il se dérouler comme prévu ? Laissons Eddie prendre le relais…

« J'ai compris son potentiel dès la première prise en main, explique-t-il. Son ergonomie inspire confiance, et il tient parfaitement en main. Lorsque Canon conçoit un nouvel appareil photo, je me demande toujours comment il pourra surpasser l'ancien modèle. Cependant, celui-ci fait une grande différence. »

« J'ai souhaité de me rendre au vélodrome pour photographier des cyclistes en intérieur, révèle-t-il. Je m'étais déjà rendu sur place pour couvrir les Championnats du monde ainsi que les Jeux paralympiques, donc j'étais en terrain connu. Et quel meilleur endroit pour tester un appareil photo ? Photographier un sujet rapide en intérieur, dans des conditions d'éclairage difficiles en basse lumière, avec une vitesse d'obturation rapide : c'était un véritable baptême du feu pour l'appareil photo. Je repoussais ses limites et je le savais. Grâce à la sensibilité ISO impressionnante du capteur, j'ai constaté que je pouvais obtenir la même qualité d'image à 3200 ISO sur cet appareil qu'à 1600 ISO avec l'EOS-1D X. »

« Je me suis tout de suite senti à l'aise avec l'appareil photo, explique-t-il. J'apprécie notamment la continuité qu'il établit avec mon ancien EOS-1D X. Si on me le confiait là, maintenant, je pourrais partir et l'utiliser dès demain sans aucun problème. »

Eddie était particulièrement désireux de voir les progrès réalisés en matière de vitesse AF et de suivi. « J'ai testé le suivi de mise au point en réalisant des plans moyens des cyclistes lors de leur approche et des plans rapprochés pendant qu'ils me dépassaient », se souvient-il. « À 14 images par seconde, chaque cliché était net. De plus, la netteté était constante. Lorsque j'ai visionné les photos au dos de l'appareil, elles étaient toutes au point. Rien n'était à jeter, pas même les images intermédiaires. Cela ne sert rient de prendre jusqu'à 14 clichés par seconde [avec AF/AE] si dix d'entre eux sont inexploitables… »

Et d'ajouter : « L'appareil verrouille le sujet un peu plus vite, également. L'amélioration n'est que de quelques nanosecondes, mais cela fait justement toute la différence entre le moment où le joueur tape dans le ballon et celui où il est projeté 15 centimètres plus loin. Cet instant ne dure qu'1/1000ème de seconde, puis disparaît. Notre marge de manœuvre est très limitée. C'est pourquoi l'EOS-1D X Mark II constitue un grand pas en avant. La grande mémoire tampon et les deux processeurs DIGIC 6+ accélèrent considérablement le traitement des données. »

« Si un nouvel appareil est plus performant, rapide et pratique à utiliser, cela me facilite la tâche, plaisante-t-il. Je me rappelle l'époque des cartes CompactFlash de 64 Mo, leur vitesse d'écriture était extrêmement lente. Si j'avais pris des photos en rafale à 14 images par seconde avec ce type de carte, j'aurais passé mes journées à attendre ! La carte CFast intégrée est vraiment un bon point. L'EOS-1D X Mark II peut stocker jusqu'à 170 fichiers RAW en mémoire tampon, ce qui est incroyable. Le pire pour un photographe, c'est de rater un cliché pour des raisons purement techniques, à cause d'une mémoire tampon saturée ou d'un processeur lent par exemple. L'appareil photo doit assurer en permanence et l'EOS-1D X Mark II, avec ses processeurs ultra-rapides et sa grande mémoire tampon, saura visiblement satisfaire les photographes. »

Un avantage clair et net

Au moment du visionnage, Eddie a également pu vérifier le résultat de ses prises de vue au dos de l'appareil photo. « L'écran arrière est très pratique avec sa résolution de 1,6 millions de pixels, déclare-t-il. C'est une amélioration importante par rapport à l'EOS-1D X. Aujourd'hui, je vérifie souvent le résultat de mes prises de vue au dos de l'appareil et j'apprécie vraiment cette amélioration de la netteté de l'image. Lorsque j'assiste à un match, j'ai besoin de contrôler rapidement la netteté de l'image et ce nouvel écran me facilite la tâche. »

« De plus, l'EOS-1D X Mark II intègre une nouvelle fonction très pratique, révèle-t-il : la fonction Recadrer et envoyer. C'est un outil fantastique pour les photographes de sport comme moi. Cela nous permet de sélectionner une photo et de la recadrer directement sur l'appareil, puis de l'enregistrer au format JPEG. 95 % des photos de sport sont recadrées. Nos clients exigent systématiquement des photos recadrées, c'est pourquoi cette fonction est absolument vitale et nous fait gagner beaucoup de temps. »

« Les photographes sont parfois assez tatillons sur la façon dont leurs images sont utilisées. Le recadrage peut véritablement renforcer ou anéantir l'impact d'une photo. De ce fait, la possibilité de recadrer instantanément l'image dans l'appareil avant même l'envoi au client est particulièrement appréciée des photographes », continue-t-il.

Par ailleurs, l'appareil est le premier reflex de la série EOS-1D à disposer d'un GPS intégré. « Ce point est extrêmement important. Par exemple, lorsque de nombreux photographes envoient une série de photos d'un but, l'EOS-1D X Mark II permet de s'assurer que le moment de l'action coïncide parfaitement avec le moment où la photo a été prise. La validité ou l'exactitude de la scène ne peuvent donc pas être remises en question. De même, il n'y a pas besoin de régler manuellement l'horloge de l'appareil photo. Avec l'EOS-1D X Mark II, je sais que ce que j'ai photographié avec mon objectif reflète exactement ce qui s'est passé sur le terrain », explique Eddie.

Photos en mouvement

Eddie a utilisé cinq de ses objectifs préférés lors de sa prise de vue au vélodrome : l'EF11-24mm f/4L USM, l'EF14mm f/2.8L II USM, l'EF24-70mm f/2.8L II USM, l'EF70-200mm f/2.8L IS II USM et l'EF400 f/2.8L IS II USM. « L'EOS-1D X Mark II a parfaitement fonctionné avec l'ensemble de ces objectifs, affirme-t-il. La mise au point était rapide et précise, bien meilleure qu'avec l'EOS-1D X. De plus, la nouvelle fonction d'enregistrement de films en 4K me permet, si on me le demande, de filmer en mode Visée par l'écran et d'effectuer une mise au point en douceur grâce à la commande tactile et au système AF CMOS Dual Pixel. De plus en plus de photographes sont invités à réaliser des vidéos ces derniers temps, notamment chez Reuters, où nous essayons toujours de repousser les limites afin de proposer une valeur ajoutée à nos clients. Il s'agit donc d'une excellente fonction.

En bref, l'EOS-1D X Mark II me permet de prendre plus de photos, de produire des images de meilleure qualité et de les envoyer plus rapidement grâce au nouvel émetteur Wi-Fi, résume Eddie. Je pense que cet appareil photo représente une évolution majeure par rapport à l'EOS-1D X. La fonction Recadrer et envoyer est vraiment faite pour des photographes comme moi. J'ai hâte de m'en commander un ! »

En savoir plus sur le photographe

Afficher le profil complet