Profil

Bieke Depoorter

A tattooed woman named Agata stands in a pink bodysuit in a room which is also entirely pink. Taken by Canon Ambassador Bieke Depoorter on a Canon EOS 5D Mark IV.
L'ambassadrice Canon Bieke Depoorter s'intéresse aux portraits collaboratifs, et reste à l'affût de sujets qui acceptent de s'impliquer dans son travail pour raconter leur histoire. Elle a rencontré Agata dans une boîte de nuit à Paris. Cette Polonaise a accepté d'être le sujet d'un projet de Bieke qui est encore en cours. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark IV équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/30 s, f/4.5 et ISO3200. © Bieke Depoorter / Magnum Photos

En 2009, la photographe-réalisatrice belge Bieke Depoorter a fait sensation avec Ou Menya, un livre de photographies pleines de candeur représentant des inconnus saisis dans l'intimité de leur domicile. C'est une collection d'images à l'atmosphère intense, certaines claires, d'autres sombres, mettant en scène les personnes qu'elle a rencontrées au gré de ses voyages, qui ont par la suite accepté de la laisser passer la nuit chez elles.

Les rencontres fortuites et l'évolution des interactions sont restés les thèmes de ses explorations, alors que sa carrière prenait de l'ampleur. Ses œuvres ont été publiées dans quatre livres et exposées à travers le monde, et elle a remporté un nombre impressionnant de distinctions, y compris le Magnum Expression Award en 2009, le prix Levallois en 2017 et le Larry Sultan Award en 2018.

Canon Ambassador Bieke Depoorter, taken by Sam Slater.


Lieu : Belgique
Domaines de spécialité : photo-journalisme
Kit préféré :
Canon EOS 5D Mark IV
Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

« La première fois que j'ai demandé à une personne, au hasard, si je pouvais passer la nuit chez elle, j'étais en Russie. Au départ, cela ne faisait pas partie d'un concept : j'ai demandé cela parce que je n'avais pas suffisamment d'argent pour me payer un hôtel, et parce qu'il n'y avait pas d'hôtels dans certains lieux où j'ai séjourné, explique Bieke. Je me suis rendu compte que c'était la première fois que je me sentais à l'aise avec la photographie ; la première fois que je n'avais pas l'impression de voler l'image des gens. J'ai donc décidé de continuer ainsi. Je trouve très intéressant que l'on puisse se rapprocher tellement de quelqu'un en un si court laps de temps. »

Les résultats de son périple de trois mois en solo à travers la Russie en 2008 ont paru dans son premier livre, Ou Menya (2012). Le festival de photographie ImageSingulières l'a ensuite invitée à capturer le portrait des habitants de la ville côtière de Sète, en France. Pour la première fois, elle a commencé à effacer les frontières entre réalité et fiction, ce qui a donné Sète #15, une version nocturne, à l'atmosphère onirique, de la ville endormie. Elle a poursuivi ce concept dans son second livre, I Am About to Call It a Day (2014), pour lequel elle s'est rendue aux États-Unis. Une fois de plus, Bieke a demandé à des inconnus, au hasard de ses rencontres, si elle pouvait passer la nuit chez eux et les photographier. Elle s’est frayé un chemin dans les cœurs en admettant sa propre vulnérabilité. À leur tour, ils se sont confiés à elle.

« Je pense que nombre d'entre nous tentons d'utiliser la photographie pour comprendre le monde, bien que ce soit sans doute impossible. La photographie me guide et me permet de trouver toujours de nouvelles sources d'émerveillement », avance-t-elle.

A group of people in Amarillo, Texas sit in a car near an American flag on a pole, surrounded by trees with filled with fairy lights. Taken by Canon Ambassador Bieke Depoorter on a Canon EOS 5D Mark II.
Les membres d'une famille contemplent les illuminations de Noël, semblant oublier la présence de la photographe qu'ils viennent de rencontrer. Pour son second livre, I Am About to Call It a Day, Bieke a voyagé aux États-Unis, passant de nouveau la nuit chez des inconnus rencontrés en cours de chemin. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark II (désormais remplacé par le modèle Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/25 s, f/4 et ISO5000. © Bieke Depoorter / Magnum Photos

Bieke a poursuivi son exploration dans As It May Be (2017). « Depuis la révolution égyptienne de 2011, pendant les moments clés du soulèvement, je me suis régulièrement rendue en Égypte, où j'ai essayé d'obtenir la confiance des gens pendant cette période trouble, où régnait la méfiance, dit-elle. Les femmes, leurs maris et leurs enfants ont partagé avec moi leur vie quotidienne, leur repas et même leurs lits. Néanmoins, j'avais conscience de ma perspective extérieure, tant du fait de ma culture que de mon statut de photographe, et ce sentiment allait grandissant. J'y suis retournée en 2017 avec l'ébauche du nouveau livre pour entamer le dialogue avec des Égyptiens de tous âges, de toutes opinions et de toutes religions, pour leur donner la parole, et une conversation fascinante a commencé à prendre forme. »

An image from Bieke's book, As It May Be. A woman lounges on cushions; quotes from her friends and family have been written over the image and are translated on the right.
Une image extraite du livre de Bieke, As It May Be, représentant une femme assise sur son canapé. En 2017, Bieke est retournée en Égypte avec l'ébauche du livre et a invité les gens à écrire des commentaires directement sur ses photos. Le texte est traduit sur la page de droite. Photo prise avec un Canon EOS 5D Mark III (désormais remplacé par le modèle Canon EOS 5D Mark IV) équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM à 1/20 s, f/2,8 et ISO5000. © Bieke Depoorter / Magnum Photos
An image from Bieke's book, As It May Be. A woman lounges on cushions; quotes from her friends and family have been written over the image and are translated on the right.

Bieke, membre à part entière de Magnum Photos depuis 2016, a commencé à étudier la photographie à l'âge de 18 ans et a obtenu son master de photographie à l'Académie royale des beaux-arts de Gand en 2009. « Enfant, je ne comprenais pas la photographie, ni l'art, mais je me sentais attirée par les images, sans savoir exactement pourquoi, explique-t-elle. Lorsque j'ai commencé mes études de photographie, c'est tout un univers qui s'est ouvert à moi. Je n'avais jamais réfléchi à faire carrière dans la photographie, j'ai simplement suivi un besoin ressenti. »

Elle s'est également intéressée au tournage de films et a réalisé Dvalemodus, un court-métrage ayant pour sujet l'éternelle obscurité d'un petit village norvégien.

A film still showing a mountain range at nighttime from the short film Dvalemodus, shot by Bieke Depoorter and Mattias De Craene on a Canon EOS C100.
Une photo de Dvalemodus, un film de Bieke et de Mattias de Craene. Le court-métrage a été réalisé sur une période de trois semaines et dépeint la population de Skaland, un petit village de la côte norvégienne. Filmé avec un Canon EOS C100 équipé d'un objectif Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM. © Bieke Depoorter / Magnum Photos

Comment expliqueriez-vous votre style à quelqu'un qui n'a jamais vu votre travail ?
« Je n'ai aucune règle de travail, de sorte que chaque image peut être différente. L'important, pour moi, c'est de créer des images révélant des couches multiples, pas tant au niveau de la composition qu'au niveau de la signification et des différentes strates d'interprétation possibles. Pour ce faire, j'essaie souvent de capturer l'atmosphère de la scène. »

Vos projets durent parfois plusieurs mois. Qu'emportez-vous avec vous ?
« Tout dépend du pays dans lequel je me rends. J'adapte ma garde-robe afin de respecter la culture locale et je prends de bonnes chaussures, deux disques durs et mon équipement de photographie. Je vérifie toujours deux fois mon équipement avant de partir. »

Que recherchez-vous chez les gens que vous photographiez ?
« Je marche beaucoup (des heures et des heures, des kilomètres et des kilomètres) pour trouver des personnes qui m'attirent ou me fascinent. Je dois simplement « sentir » quelque chose en elles qui éveille ma curiosité, qui me donne envie de découvrir leur vie. Cela peut venir de la façon qu'elles ont de marcher, de se mouvoir, de regarder, de rire ou de ne pas rire… »

Pourquoi travaillez-vous en général de nuit ?
« La lumière du jour ne m'inspire pas beaucoup. Ce sont l'obscurité et la lumière de la nuit qui m'attirent. La nuit, l'atmosphère est différente et les gens changent un peu, ils font tomber le masque qu'ils portent pendant la journée. »

Selon vous, que négligent le plus souvent les photographes qui découvrent ce genre de photographie ?
« Il ne faut pas penser des gens que l'on photographie qu'ils sont « autre ». Je trouve qu'il est important de créer une relation avec les personnes que je photographie. C'est souvent cette relation qui définit mon projet. »

Facebook : @BiekeDepoorterPhotographer
Instagram : @biekedepoorter
Site Web : www.biekedepoorter.com

Ce que je sais
Bieke Depoorter

« Je n'aime mettre ni les gens, ni les photographes dans des cases. Je ne me suis jamais demandé quelle case me conviendrait, et même aujourd'hui, je ne suis pas sûre de pouvoir vous donner la définition de la « photographie documentaire ». Ce qui compte le plus pour le photographe, c'est de rester fidèle à lui-même. Il est essentiel que nous, les photographes, osions remettre en question nos pratiques et nous-mêmes de temps à autre. Il nous faut douter de nous, puis chercher la solution à ce doute. »

Les essentiels de Bieke Depoorter

Kit utilisé par la plupart des photographes professionnels

Bieke Depoorter's kitbag.

Appareils photo

Canon EOS 5D Mark IV

Conçu pour offrir des résultats exceptionnels dans toutes les situations, cet appareil photo polyvalent est magnifiquement bien pensé, capable de capturer chaque nuance, chaque couleur et chaque détail. « J'aime voyager léger et je n'aime pas les changements d'objectif. Le Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM s'associe donc parfaitement avec cet appareil », indique Bieke.

Canon EOS C200

L'exceptionnelle qualité 4K, associée à la flexibilité et à la simplicité de son utilisation par un seul opérateur, font de ce modèle un appareil incontournable pour les professionnels. « C'est un petit caméscope, facile à utiliser en solo, et je peux y fixer les objectifs du Canon 5D Mark IV », explique Bieke.

Objectifs

Canon EF 24-70mm f/2.8L II USM

Zoom standard de qualité professionnelle offrant une qualité d'image exceptionnelle et une ouverture rapide de f/2.8 sur toute la plage focale. « Je réalise la plupart de mes photos à une distance focale d'environ 35 mm, déclare Bieke. Mais j'apprécie de pouvoir disposer du zoom pour les paysages et les instants inattendus. »

Accessoires

carte SD

« Comme le Canon EOS 5D Mark IV crée des fichiers volumineux, j'ai choisi la mise à niveau vers une carte de 128 Go », explique Bieke. « Je l'utilise pour les deux appareils photo. »

Trépied

« Je l'utilise parfois pour les paysages de nuit. Il est compact, léger et facile à emporter avec moi lors de mes randonnées nocturnes », déclare Bieke.

Articles liés

Tout afficher

Canon Europe
Programme Ambassador

Découvrez le fonctionnement du programme Ambassador et rencontrez les photographes remarquables choisis pour représenter Canon.

En savoir plus

Canon Ambassador Jaime de Diego

Canon Professional Services

Les membres bénéficient de l'assistance prioritaire CPS, localement et lors d'événements majeurs, d'un service de réparation prioritaire et, selon leur niveau d'adhésion, du prêt gratuit de matériel de remplacement, de la gratuité des frais de retour et de remises pour les services de maintenance. Ils peuvent également profiter d'offres exclusives réservées aux membres.

S'inscrire

En savoir plus

Canon Professional Services