Your photos, our favourites: Patterns and Textures

Nos photos préférées dans la catégorie « Action rapide »

Des animaux vifs comme l'éclair aux instants estivaux éphémères, nous vous avons demandé de nous montrer vos photos d'action rapide. Voici une sélection de photos parmi celles que vous avez partagées sur notre Galerie.

« Flight on the carousel », par Sergey Yevstafyev

« Flight on the carousel », par Sergey Yevstafyev

« J'ai pris cette photo alors que je traversais le magnifique parc de ma ville, Akitoubé, au Kazakhstan. C'était un bel après-midi d'été, le genre de journée où il est impossible de rester enfermé chez soi ! J'avais remarqué l'explosion de joie de deux jeunes filles à bord d'un manège. J'ai voulu saisir ce moment d'insouciance avec mon vieil appareil photo numérique Canon EOS 400D que j'avais récemment équipé d'un objectif Canon EF 70-300 L IS USM.

Je me suis retrouvé confronté à une question délicate : comment réduire l'ouverture tout en bénéficiant d'une plus grande profondeur de champ ? Je n'avais emporté aucun trépied et la lumière du soleil commençait à décliner. C'était l'heure dorée, l'instant idéal pour prendre des photos, mais en même temps un défi de taille.

J'ai défini le format de fichier RAW sur l'appareil, activé le mode « Priorité à l'ouverture » avec une valeur de f/10 et ajusté la distance focale pour obtenir un meilleur cadrage. J'ai opté pour la mise au point manuelle et attendu que les filles passent devant mon objectif. Pour être sûr de prendre la photo parfaite, j'ai utilisé le mode d'obturation en continu. Je suis très satisfait des résultats obtenus. »

« Kingfisher diving for fish », par David Watkins

« Kingfisher diving for fish », par David Watkins

« Cette photo a été prise au sud de Birmingham, vers Droitwich, dans le comté de Worcestershire au Royaume-Uni. Les martins-pêcheurs vivent près d'un affluent de la Rivière Severn. J'étais dans une cache grâce à laquelle je me fondais parfaitement dans le décor. La scène se passe au printemps 2016.

Pour cette image, j'ai dû patienter une dizaine d'heures, m'imprégner de mon environnement et tester différentes techniques de prise de vues. J'avais déjà dû attendre environ six mois avant de réaliser cette séance photo, six mois pendant lesquels j'ai effectué des recherches et organisé ma prise de vues. L'attente en valait la peine, voir ces oiseaux s'élancer de leurs perchoirs plonger sur leur proie et s'en nourrir était incroyable.

En tant que photographe amateur et passionné, j'étais fasciné par les martins-pêcheurs. Leur couleur, leur caractère timoré et la vitesse de leurs mouvements font de ces oiseaux des sujets parfaits. J'avais déjà eu la chance de les voir pendant mes balades mais je n'avais jamais été assez rapide pour les prendre en photo.

Arrivé à la cache à 8 heures du matin, j'ai rapidement vu un grand nombre d'oiseaux, mâles et femelles. Ils étaient en train de nourrir leurs petits et effectuaient des allers-retours pratiquement sans s'arrêter. J'ai entendu leurs cris aigus quelques secondes avant de les apercevoir.

Pendant les quatre premières heures, j'ai eu de nombreuses occasions de photographier les oiseaux en train de pêcher. Ils sont tellement rapides que j'ai eu beaucoup de mal à obtenir une photo exploitable. Beaucoup étaient floues : sur certaines, seule la queue était nette, sur d'autres seulement la tête, mais impossible d'avoir l'oiseau en entier !

Je photographie généralement en mode manuel, et cette journée n'a pas fait exception. J'ai réalisé ma prise de vues en mode rafale, avec une vitesse d'obturation rapide de 1/3200 s à f/10 et une valeur ISO de 200. Les oiseaux ont été très actifs dans la matinée et j'ai eu amplement l'occasion d'expérimenter plusieurs techniques et paramètres pour tenter d'obtenir cette photo insaisissable.

Après un certain temps, j'ai commencé à réfléchir et à planifier davantage ma prise de vues. Je me suis alors focalisé sur l'endroit où je pensais que les martins-pêcheurs allaient plonger dans l'eau et en ressortir avec leurs proies. C'était un pari risqué mais je ne voulais rien rater. Il m'a fallu attendre trois autres heures avant de pouvoir enfin réussir cette photo. J'étais surexcité mais je n'ai pas voulu arrêter la séance de peur de rater une autre belle opportunité !

À rester assis pendant dix heures sans bouger, on finit par trouver le temps long. Heureusement pour moi, la météo a été clémente. Ma séance s'est déroulée dans des conditions optimales et j'ai apprécié chaque seconde. J'ai la chance de pouvoir utiliser du très bon matériel, dont un objectif exceptionnel que je me suis procuré spécialement pour l'occasion. Dans l'ensemble, cette journée a été une franche réussite. Elle a donné lieu à une photo que j'adore et que je suis très heureux d'avoir prise. »

« Jakes focus op de bal », par Pieter Bezuijen

« Jakes focus op de bal », par Pieter Bezuijen

« Le chien de la photo s'appelle Jake. C'est un border collie. Au moment de la séance photo, il venait tout juste d'avoir huit mois. Malheureusement, on venait de lui diagnostiquer une forme d'épilepsie. Il venait de commencer son traitement mais avant que d'éventuels effets secondaires n'apparaissent, ses maîtres (mes amis Ingrid et Michiel) voulaient de belles photos de lui qui feraient joliment ressortir les couleurs de son pelage tricolore. Nous avons décidé de nous rendre sur une plage accessible aux chiens, entre Dombourg et Oostkapelle.

Comme tous les chiots, il déborde d'énergie. Après quelques photos de portrait, nous sommes vites passés à ce que Jake préfère : la course ! Comme il était encore tôt et que la plage était presque déserte, il pouvait courir librement. À peine ses maîtres ont-ils sorti une balle de leur sac que Jake ne l'a plus quittée des yeux. J'ai demandé à mes amis de la lui lancer dans ma direction et de se diriger rapidement vers la gauche pour libérer l'arrière-plan.

Mon appareil photo (un EOS 70D) était réglé sur le mode manuel avec une vitesse d'obturation élevée (1/2500 s), ce qui m'a permis de figer l'action. J'ai utilisé une grande ouverture (f/4, soit le réglage maximal de mon objectif) pour accentuer la mise au point. Compte tenu de la lumière disponible, la valeur ISO a dû être définie sur 400.

Maintenir la mise au point sur Jake alors qu'il fonçait vers moi a été un vrai défi, même avec l'excellent système autofocus de l'appareil. Je prends souvent des photos de côté ou de biais, car elles sont plus faciles à prendre, bien que moins impressionnantes. Dans ce cas, j'utilise toujours un seul collimateur et le mode AI Servo pour disposer d'un plus grand contrôle de la zone de mise au point. La photo est prise de très bas, juste au-dessus du sable. J'ai utilisé le viseur orientable de l'appareil photo pour pouvoir le maintenir aussi près du sol que possible. Pour photographier des chiens, il est important de conserver un angle bas, en général pas plus haut que les yeux de l'animal. »

Relevez le défi du mois

Nous voulons voir vos photos et découvrir ce qui vous inspire en tant que photographe. N'hésitez pas à consulter la Galerie du défi photo de ce mois-ci, à sortir avec votre appareil et à partager vos plus belles images avec nous.

Envoyer vos photos