Photos de paysage et photos macro en une seule prise de vues

Henrik Spranz consacre son temps libre à photographier la campagne autrichienne. Fort de sa grande créativité et de ses solides compétences techniques, il réalise des photos d'exception, devenues extrêmement populaires sur le Web, notamment dans la

Accompagnez Henrik dans ses plus belles explorations et profitez de ses conseils pour créer votre propre style.

Almsee Morning © Henrik Spranz

Henrik Spranz nous donne son point de vue sur les photos de paysage et macro

Cette vidéo est la dernière d'une série de vidéos dans lesquelles les utilisateurs Canon nous montrent comment ils ont pris leurs photos préférées.

Devant notre caméra, Henrik explique comment il combine ses deux passions, la photo et la nature, en un passe-temps épanouissant.

VIDEO_Henrik_RHS_15_L.jpg
Golden © Henrik Spranz

Comment vous êtes-vous lancé dans la photographie ?

« Je prenais de nombreuses photos pendant mes vacances mais je n'étais jamais satisfait du résultat une fois rentré chez moi. C'est ainsi que j'ai commencé à lire des choses sur les photographes et leurs techniques, qui m'ont véritablement passionné. Aujourd'hui encore, je m'évade avec le magazine National Geographic et Ansel Adams reste une source d'inspiration privilégiée.

J'ai toujours aimé la nature et m'y suis souvent promené alors ma spécialisation dans les photos de paysage n'est pas vraiment une surprise.

Je n'ai pas suivi de formation officielle. J'ai eu la chance d'avoir appris rapidement à évaluer mes photos et à savoir ce que j'aimais ou non afin de m'améliorer la fois suivante. »

La pratique et les erreurs sont donc des étapes indispensables ?

« Dans une certaine mesure, oui. Mais cela ne signifie pas pour autant prendre des photos n'importe comment. Aujourd'hui je suis prêt à sortir toute la journée pour prendre des photos et me retrouver à ne pas en prendre une seule. Si la lumière n'est pas satisfaisante et si la scène ne m'inspire pas, alors je range mon appareil photo et mon objectif et je quitte les lieux. »

Cela doit être difficile, non ?

« Oui, mais c'est très important de savoir rester impassible. Maintenant que je dispose d'objectifs pour les photos de paysage et les photos macro, j'ai plus de chances de trouver un sujet intéressant. C'est ce qui s'est passé ce matin. Je n'étais pas inspiré par le paysage, alors je me suis tourné vers une magnifique orchidée. »

VIDEO_Henrik_RHS_11_L.jpg
Unimposing Beauty © Henrik Spranz

Est-ce pour cette raison que vous vous êtes tourné à la fois vers la photo de paysage et la photo macro ? Pour faire d'une pierre deux coups ?

« C'est ce que l'on pourrait penser mais en réalité je dois me préparer à un style ou un autre pour m'assurer que la photo va être réussie, tout en restant à l'affût d'autres opportunités.

Je me suis spécialisé dans les photos macro parce que je sentais que j'avais besoin d'un nouveau défi et j'étais curieux de découvrir comment adapter mon style aux photos en gros-plan. »

Cette spécialisation représente-t-elle vraiment un grand changement ?

« Ce changement est le fruit d'un apprentissage long et ardu, même si j'ai eu la chance d'intégrer une communauté locale de photographes macro qui m'ont beaucoup aidé. En réalité, ma partenaire Perdita fait partie de ce groupe et nous nous encourageons l'un l'autre à repousser les limites de notre travail.

Le contrôle qu'on exerce sur chaque élément des photos macro est bien plus important qu'avec les photos de paysage. Dernièrement, alors que je me trouvais sur une plage, j'ai eu l'envie de décaler d'énormes rochers pour modifier le premier plan !

Ces deux types de photos présentent également des similarités, notamment l'importance du premier plan et de l'arrière-plan pour guider le regard. Et bien sûr, on doit contrôler la lumière. Ainsi, les résultats sont différents mais les mécanismes pour réussir la photo parfaite sont similaires. »

Combiner votre carrière de développeur de logiciels avec votre passion pour la photographie doit relever du défi. Cela implique-t-il une organisation particulière ?

« Je m'organise en fonction de l'endroit dans lequel je vais, de l'heure à laquelle j'y vais et du matériel à emporter. Cela dit, planifier et anticiper la photo précise que je vais prendre n'est pas dans mes habitudes. Je cherche l'inspiration une fois sur place.

Le timing est crucial pour moi à cause de la lumière. La période pendant laquelle la lumière est bonne est très courte. Avec la photo macro, on a plus de chances de jouer avec la lumière en utilisant un diffuseur. Avec la photo de paysage, on ne dispose que d'un délai de 10 minutes au début ou à la fin de la journée. »

La lumière est-elle si essentielle pour vos photos ?

« Oui, et ses effets continuent de me surprendre. Récemment, à la plage, j'ai réglé mon appareil de façon à prendre des photos au moment du coucher du soleil ; j'ai pris ma photo, puis je me suis préparé à quitter les lieux. Mais tout à coup, les rochers ont changé de couleur et j'ai dû ressortir à toute vitesse l'appareil photo, le trépied et l'objectif pour prendre une nouvelle photo. De retour chez moi, j'ai constaté que cette dernière photo était la seule image réussie. »

VIDEO_Henrik_RHS_10_L.jpg
Preveli Beach © Henrik Spranz

Cela nous mène sur le sujet de la post-production. Combien de temps passez-vous sur votre ordinateur ?

« Le plus important, c'est de décider si la photo mérite que j'y consacre du temps. Si c'est le cas, je n'y passe pas plus de 30 minutes. Je me réfère à l'histogramme. Je distingue ainsi où l'exposition est la meilleure. »

Enfin, quels conseils pouvez-vous donner aux lecteurs de You Connect ?

« Ne vous inquiétez pas si les résultats ne correspondent pas immédiatement à vos attentes. Apprenez au contact des autres, puis trouvez votre propre style, mais surtout, amusez-vous ! »

Recherchez Henrik Spranz pour en savoir plus sur ses photos.