Derrière l'objectif : Richard Walch, Ambassadeur Canon

Photographe allemand et Ambassadeur Canon, Richard Walch a commencé sa carrière il y a plus de 25 ans par des clichés de snowboard et de ski. Il s'est depuis spécialisé dans les clichés spectaculaires de sports d'hiver et aquatiques. Toujours en déplacement, il fait preuve d'une grande curiosité à l'égard des possibilités offertes par la technologie et de l'impact positif que cette dernière peut avoir sur sa photographie et ses vidéos.

Richard s'est récemment rendu dans le sud de l'Argentine pour photographier notre dernière histoire Come and See (*Venez, regardez) sur le ski attelé. Nous l'avons rencontré pour discuter des difficultés inhérentes à la prise de vue depuis un hélicoptère et à la réalisation de scènes d'action rapides.

Richard Walch en pleine préparation pour sa séance photo

Quel a été le point de départ de votre engouement pour la photographie ?

« Quand j'avais 16 ans, deux choses m'intéressaient vraiment : la photographie et le snowboard. Je me suis vite rendu compte que je n'étais pas assez bon pour devenir un snowboarder professionnel et trouver des sponsors. J'ai donc décidé d'emmener mon appareil photo dans la montagne et de photographier ce nouveau sport à la mode : le snowboard. Pendant près de 10 ans, j'ai pu pleinement profiter d'un sport au quotidien, j'appartenais à la grande famille internationale du snowboard, toujours à la recherche de la meilleure neige aux quatre coins du globe. J'ai simplement suivi mon instinct et ma carrière s'est dessinée d'elle-même. »

Les montagnes de Patagonie photographiées par Richard Walch

Qu'est-ce qui vous plaît dans le fait de travailler à l'extérieur ?

« Tout me plaît à l'idée d'être dehors : j'adore le froid, l'air frais, les randonnées et le moment où l'on atteint un sommet. Tout paraît si réel et c'est précisément cette réalité que j'aime photographier. Pour obtenir la meilleure lumière, on est souvent obligé de travailler tôt le matin ou le soir. Il m'arrive même parfois de passer toute la nuit sur une montagne.

Prendre des photos de snowboard et de voile m'a également permis de tisser des liens avec des personnes partageant la même passion que moi. On se lève à 5h00 du matin avec deux objectifs communs : revenir à la maison sans encombre et ramener les photos du siècle avec soi. »

Rivière patagonienne photographiée par Richard Walch

Quels sont les défis posés par la photographie de scènes d'action rapides ?

« La nature et les sportifs n'attendent pas que vous preniez une photo, c'est à vous d'être bien organisé avec votre équipement pour être toujours prêt. Lorsque vous photographiez des athlètes, vous devez travailler avec eux. Vous devez leur parler et suggérer ce qui vous semble être la meilleure solution pour prendre le cliché parfait. Ils vous expliqueront alors ce qu'ils peuvent faire. Une fois que vous avez appris à photographier des snowboarders ou des skieurs, on peut dire que vous êtes devenu un expert en photographie de scènes d'action rapides. »

Au cours de notre voyage en Argentine, vous avez pris des photos depuis un hélicoptère. À quelles difficultés vous êtes-vous heurté ?

« Je voulais avoir une idée du terrain la veille du reportage sur le ski attelé. Pour un photographe, l'hélicoptère est l'outil idéal pour comprendre les caractéristiques géographiques et prendre de superbes photos. Mais pour obtenir les meilleurs clichés, il est nécessaire de retirer entièrement la porte de l'hélicoptère et de la laisser sur place ! Et dans ce cas-là, le photographe est obligé d'utiliser un baudrier pour s'accrocher à l'intérieur et assurer sa sécurité. Bien sûr, c'est effrayant, mais l'important c'est de se préparer à 100 % avant le décollage afin de se concentrer uniquement sur les photos le moment venu : vous n'avez pas le temps de vous demander ce que vous faites et où vous êtes (et de toute façon, c'est déjà trop tard). J'ai décidé de m'envoler, alors autant en profiter au maximum et faire confiance au pilote. Si vous ne le sentez pas, restez au sol. »

Richard Walch en train de prendre des photos depuis l'hélicoptère

Les montagnes de Patagonie photographiées par Richard Walch

Était-ce l'une des choses les plus risquées que vous ayez faites de votre carrière ?

«(Rires) Non !

À vrai dire, prendre des photos de ski attelé a été l'une des choses les plus risquées que j'ai jamais faites. Je me suis retrouvé allongé sur une motoneige lancée à 45 km/h. La distance qui me séparait du cheval était inférieure à 2 m et j'étais étendu parallèlement au bas de son ventre. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser : « Et si le cheval percute la motoneige, ou l'inverse ? » Mais après quelques secondes, je me suis forcé à me détendre et à me concentrer pour immortaliser ce moment incroyable. Malgré les risques éventuels, je n'ai jamais ressenti une énergie aussi puissante et aussi positive émaner d'un animal. Une fois que c'était fini, j'étais surexcité. J'avais tenu bon, et avec brio ! »

Richard Walch en train de prendre des photos de ski attelé depuis une motoneige

En quoi la connectivité des produits Canon vous a-t-elle aidé dans votre travail ?

« En tant que photographe, je dois constamment présenter mon travail. Certaines personnes partagent des photos depuis leur téléphone, mais compte tenu de mon travail, ça ne suffit pas. Dans le cadre de mon travail, je veux pouvoir prendre des photos et partager mes clichés réussis sans attendre une minute. Je possède un PowerShot G7 X, c'est vraiment pratique pour partager les photos que j'ai prises lors de mes voyages. Je peux me connecter à l'application Canon sur mon smartphone d'une simple pression. Le traitement et le partage des photos ne demandent que quelques clics de plus. »

Richard Walch avec l'EOS M3 en Patagonie

Quels sont vos projets pour l'avenir ?

« Eh bien, je vais attendre les prochaines chutes de neige et tout reprendre à zéro ! Peut-être prévoir un autre voyage en Alaska avec l'hélicoptère pendant le mois d'avril si le Père Noël est toujours partant pour sa distribution de cadeaux ! »

Découvrez d'autres travaux de Richard Walch ici.