Impression de livres : stimulation de l'innovation par le biais de la collaboration

Des experts du Future Book Forum de Canon partagent leurs points de vue sur la collaboration au sein du secteur

Téléchargez le rapport

Transformez les défis de l'édition en opportunités commerciales

Découvrez comment les fournisseurs de services d'impression, les éditeurs et les fournisseurs de technologies peuvent travailler ensemble pour façonner l'avenir de l'édition de livres

Téléchargez le rapport

Peter Fisk of GeniusWorks presenting at Canon’s Future Book Forum

Édition de livres : les huit facteurs clés de l'innovation

Le Future Book Forum, organisé tous les ans par Canon, rassemble les fournisseurs de services d'impression, les éditeurs et les fournisseurs de technologies d'édition numérique pour qu'ils partagent leurs points de vue et leurs idées sur les tendances actuelles du secteur de l'édition. Le Forum 2017 a exploré l'idée du « livre intelligent », une expérience personnalisée alliant les caractéristiques tangibles et immersives des livres physiques et les capacités des formats numériques. 

Ce concept ne s'est pas encore concrétisé. Pour ce faire, lors d'une « table ronde » au Forum, les experts ont identifié deux facteurs essentiels pour surmonter les défis qui accompagnent tout changement : une collaboration plus étroite et l'optimisation des processus de la chaîne d'approvisionnement des éditeurs de livres numériques. La discussion a porté sur les huit principaux facteurs de changement et d'innovation.

Young woman reading book on train

1. Divers modèles de diffusion : le contenu transite par plusieurs plateformes. Il est diffusé par de nouvelles technologies et monétisé par de nouveaux modèles commerciaux. Il est difficile de faire des prévisions : en 2011, le Financial Times a publié un article sur la « Disparition des guides touristiques ». Or, en 2016, Nielsen a révélé une hausse de 4,45 % des ventes de guides touristiques. Là encore, la nature du produit avait changé. La maison d'édition Lonely Planet crée désormais du contenu à utiliser sur des plateformes numériques et papier. Pour la version papier, un large éventail de guides imprimés est disponible : les visiteurs de New York ont le choix entre pas moins de quatre formats. 

2. Réduction des délais de commercialisation : les livres ne peuvent pas rivaliser avec l'instantanéité des réseaux sociaux omniprésents et du cycle d'actualités de 24 heures. Toutefois, ils peuvent fournir une analyse contextuelle approfondie et traiter des nouvelles tendances et des sujets émergents. En outre, grâce au procédé d'impression numérique, la diffusion et l'impression sont promises à un bel avenir. Michaela Philipzen, de la maison d'édition Ullstein Buchverlage, s'emploie à fournir des livres aux germanophones vivant à l'étranger et ce, au moment de leur publication en Allemagne. « Si nous pouvons fournir des fichiers d'édition complets pour nous aligner avec les dates de publication, c'est une belle opération pour nous et nos clients. »

NOUS N'EXPLOITONS PAS PLEINEMENT LES FONCTIONNALITÉS TECHNOLOGIQUES DISPONIBLES DANS LE MONDE DE L'ÉDITION. PAR CONSÉQUENT, NOUS NE COMPRENONS PAS L'IMPACT QU'ELLES PEUVENT AVOIR SUR NOTRE MODE DE FONCTIONNEMENT

Dr Sven Fund, fondateur
et directeur de fullstopp

3. Éditeurs faisant preuve de plus de prudence : depuis sa publication en 2003, le Da Vinci Code s'est vendu à plus de 80 millions d'exemplaires, alors qu'aucune œuvre n'a dépassé le seuil des 20 millions d'exemplaires au cours des cinq dernières années. Une baisse des ventes est synonyme de réduction des profits et d'augmentation des risques liés à la publication de nouveaux auteurs. De même, le marché saturé créé par les développements (l'auto-édition, par exemple) n'aide pas les nouveautés à se démarquer. La « fenêtre d'opportunité » des nouvelles œuvres est maintenant réduite à quatre semaines. 

4. Diminution des volumes : la Fédération des éditeurs européens déclare que les ventes de livres électroniques se sont stabilisées à 6-7 % des ventes totales de livres, soit un niveau inférieur à celui redouté. Cependant, d'autres domaines sont sources de défis numériques : la rivalité entre les réseaux sociaux pour attirer l'attention des consommateurs, tout comme l'habitude croissante des gens à regarder une série d'une traite ou en streaming. 

5. Création de nouveaux contenus grâce à l'auto-édition : même si ce phénomène n'est pas totalement nouveau (Jane Austen et Marcel Proust y ayant déjà eu recours), une œuvre est plus facilement publiée (ou mise à disposition sur liseuse) grâce aux options de production numérique d'aujourd'hui. 

6. Édition présentant un intérêt particulier : grâce aux modèles de production numérique de livres à la demande et à faibles tirages, l'investissement dans les stocks n'est plus un problème. Chaque hobby ou passion devient une opportunité pour les éditeurs. L'édition dans des langues minoritaires devient rentable. Aucun livre ne doit jamais être épuisé. Par exemple, faire revivre la littérature pour enfants sous forme imprimée ou numérique est la spécialité de la maison d'édition munichoise Goloseo. 

7. Demande de livres physiques de la part des « enfants du numérique » : les gens se sentent dépassés par les supports numériques. Une enquête menée en 2017 par Two Sides a révélé que 72 % des personnes interrogées préfèrent les livres et les journaux papier, et que 69 % se tournent vers le format papier pour se « déconnecter » des appareils numériques. 

8. Consommateurs en attente de contenu multiplateforme : lorsqu'ils ne se « déconnectent » pas avec un livre, les enfants du numérique sont passés maîtres dans l'art de visionner du contenu simultanément sur plusieurs appareils et ce, qu'il s'agisse de vidéos, de fichiers audio ou de textes.

Delegates in discussion during roundtable debate at Canon’s Future Book Forum

NOUS INVITONS LES IMPRIMEURS DE LIVRES À ÉVITER DE JOUER UN RÔLE PASSIF, ET À RÉALISER QU'ILS SONT EN MESURE DE STIMULER L'INNOVATION EN AMONT.

Peter Wolff, directeur principal,
imprimeur commercial et CRD
Groupes de clients, Canon Europe

Des opportunités, pas des menaces

À première vue, certaines de ces tendances (auto-édition et baisse des volumes, par exemple) semblent inquiétantes, alors qu'elles devraient être considérées comme des défis, qui eux-mêmes représentent des opportunités. Pour ce faire, les éditeurs, les fournisseurs de services d'impression et les fournisseurs de solutions technologiques doivent collaborer. Après tout, ils représentent déjà un « triangle d'experts » qui englobe presque tous les aspects du processus de production de livres. 

Peter Wolff de chez Canon a résumé les points essentiels lors de la table ronde : « Tous les maillons de la chaîne doivent réfléchir au-delà de notre vision actuelle du secteur. Une mentalité numérique incite les éditeurs à se tourner vers un avenir basé sur les faibles tirages et la livraison à la demande. Ils peuvent optimiser la valeur commerciale de leur contenu, mais aussi le rendre plus facilement accessible aux consommateurs, grâce à une gestion plus proactive du cycle de vie des ressources d'édition. L'innovation ne peut être assurée que par un dialogue ouvert et une collaboration soutenue entre les éditeurs, les imprimeurs de livres et les fournisseurs de solutions technologiques. L'avenir est entre nos mains. »

Découvrez comment transformer les défis de l'édition en opportunités commerciales

Solutions connexes

Allez plus loin

Découvrez comment augmenter votre chiffre d'affaires

PRENDRE CONTACT AVEC NOUS