BUSINESS BYTES

Donnons les rênes au directeur financier

  • Publié il y a 3 ans
  • 3 min de lecture

Actuellement, on nous vante le caractère unique et personnalisé de tous les produits de consommation sur le marché, des vêtements aux iPhones, alors que le choix n'a jamais été aussi vaste. Ajoutons à cela que le cycle de vie des produits est de plus en plus court, et nous avons tous les ingrédients de la recette qui donne la migraine aux fabricants. En effet, ceux-ci doivent veiller à ce que les nouveaux produits soient conçus, testés et expédiés dans de très courts délais, avec tout ce qui accompagne la sortie du produit, à savoir la documentation, les supports de formation et la campagne marketing.


Dans un tel contexte, la priorité des directeurs financiers est, à raison, la gestion des finances de l'entreprise. Toutefois, cela est trop souvent aux dépens de l'exploitation de l'entreprise. Bien qu'au jour le jour, il soit clairement préférable de laisser la gestion des opérations aux directeurs de l'exploitation et aux chefs de service, les directeurs financiers ne peuvent pas se permettre de lâcher entièrement les rênes sur cet aspect de la gestion de l'entreprise. Non seulement les problèmes relatifs à l'exploitation ont un impact énorme sur la gestion des finances, mais en plus les directeurs financiers sont particulièrement bien placés pour aider à optimiser le rapport coûts/revenus.


Prenons un exemple dans l'industrie manufacturière et intéressons-nous à la question des informations sur le produit, de la documentation technique aux manuels d'utilisation.


Le raccourcissement du cycle de vie des produits et la prolifération des produits personnalisés posent problème lors de la création de tous les documents qui accompagnent obligatoirement la plupart des produits. Qu'il s'agisse d'un simple mode d’emploi ou d'un protocole de formation très complet sur une nouvelle solution logicielle, les données qui accompagnent chaque variante d'un nouveau produit sont coûteuses et ont un impact financier énorme. Si la documentation n'est pas fournie à temps et que donc les délais d'expédition ne sont pas respectés, cela a des conséquences substantielles sur la trésorerie et entraîne un manque à gagner.


Un directeur financier compétent est capable de déceler la différence entre l'échec et la réussite sur ce point, en imposant des processus de gestion des informations conformes aux normes, veillant ainsi à ce que ces éléments secondaires soient pris en compte et même qu'ils contribuent à la bonne santé financière de l'entreprise. Après tout, la gestion des informations et des documents représente 15 % des frais d'une entreprise : une gestion rigoureuse des coûts dans ce domaine est donc absolument primordiale.


De nombreux fabricants gèrent leurs coûts grâce à la méthode du « juste à temps ». Toutefois, il arrive souvent que cette technique ne soit pas appliquée aux processus de gestion des informations produit. Au lieu de stocker des quantités de manuels d'utilisation ou de faire traduire les manuels pour des marchés très restreints, mieux vaut adapter les informations et la documentation et ne la distribuer aux utilisateurs finaux ou aux revendeurs que lorsque c'est nécessaire. Cela permet d'économiser sur les frais de papier, d'impression, de traduction, de stockage et d'expédition.


Pour réduire les coûts, il est également possible de fournir au personnel des informations produit personnalisées et entièrement à jour. Des études ont montré que cela permet de réduire de plus de 90 % le nombre de questions posées aux responsables d'assistance technique, ce qui confirme le principe selon lequel en mettant les bonnes informations à disposition des bonnes personnes, on peut réduire le gaspillage. Pour donner un autre exemple, la publication de supports de formation avant la sortie du produit permet aux personnes chargées de la vente et de l'assistance technique d'être opérationnelles dès la date de lancement, ce qui accroît l'avantage concurrentiel de l'entreprise.


Outre les possibles économies pouvant être réalisées dans ce domaine, il faut également saisir l'occasion de générer des revenus. Dans les secteurs faisant état d'un marché pour les informations produit après-vente (comme c'est le cas pour les turbines aérospatiales recyclées), les manuels détaillant comment changer les pièces ont eux-aussi un coût. Un directeur financier conscient de toutes ces possibles sources de revenus supplémentaires saura veiller à ce que toutes les opportunités soient exploitées et à ce que les ressources habituellement inutilisées (telles que les informations produit) deviennent elles aussi génératrices de profit.


À première vue, ces questions semblent davantage concerner le directeur de l'exploitation que le directeur financier. Il ne faut pourtant pas oublier que ce type de stratégie doit faire l'objet d'un investissement. En impliquant le directeur financier, celui-ci peut travailler en collaboration avec les services concernés à l'identification des domaines dans lesquels il est financièrement justifié d'investir, et traduire cela concrètement.


Plus généralement, les directeurs financiers devraient être conscients du fait que leur position dans l'organisation de l'entreprise (le directeur financier est relativement protégé des questions d'exploitation au jour le jour, mais attentif aux frais d'exploitation) leur permet d'adopter un point de vue externe afin d'identifier les domaines dans lesquels l'entreprise perd de l'argent et là où elle pourrait en gagner plus.