BUSINESS BYTES

Le moment serait-il venu de se rappeler le rôle crucial que joue le directeur de l'informatique ?

  • Publié il y a 1 an
  • 3 min de lecture

Bien souvent, l'informatique a fait figure de parent pauvre à côté des autres fonctions que l'on retrouve au sein de toutes les entreprises, dont la valeur est mieux reconnue. Alors que le directeur financier, celui du marketing et de l'exploitation occupent une place d'honneur autour de la table, la personne en charge des TI souffre parfois d'un déficit de prestige.

Il arrive souvent que les responsables des TI ne siègent pas au conseil d'administration. Spécialiste en recrutement, Harvey Nash affirme qu'à peine un tiers (32 %) des DSI n'ont pas d'autre supérieur hiérarchique que le PDG de leur entreprise. Mis de côté, certains responsables des TI ne peuvent donc pas aussi facilement participer à l'élaboration de la stratégie de l'entreprise.

L'apparente marginalisation des DSI est d'autant plus étonnante qu'à notre époque, plus que jamais, les technologies sont perçues comme un ingrédient essentiel dans la réussite des entreprises, quel que soit leur domaine d'activité. Aujourd'hui encore, lorsqu'un DSI sollicite le financement de l'achat d'un serveur plus performant, cela est considéré comme un coût plutôt qu'une opportunité d'accroître la rentabilité de l'entreprise. Pourtant, les TI sont devenues une source importante de profit pour de nombreuses entreprises. Pourquoi continue-t-on donc de les classer parmi les coûts ?

Ce fossé entre réalité et perception s'explique peut-être le renforcement d'un phénomène appelé « Shadow IT », qui fait que des employés extérieurs au service des TI se procurent eux-mêmes les solutions techniques dont ils ont besoin pour travailler. Au fur et à mesure que les employés d'une entreprise gagnent de l'aisance dans l'utilisation des applications de la vie courante, ils se tournent vers ces mêmes applications lorsque les solutions informatiques conventionnelles disponibles dans l'entreprise entravent leur travail. Le succès grandissant des applications Cloud et mobiles signifie également qu'il est beaucoup plus facile pour les employés d'acheter ou d'utiliser gratuitement des services à la demande à des fins professionnelles, parfois sans en référer au DSI.

Ces initiatives clandestines sont une réelle source d'inquiétude pour les responsables des TI. D'après le chercheur Vanson Bourne, plus de trois quarts (76 %) des DSI affirment que certains services au sein de leur entreprise se chargent directement de trouver ou commander des produits sans aucune consultation avec l'équipe des experts en TI. Au total, on estime que jusqu'à un quart des dépenses technologiques des entreprises sont effectuées sans l'aval du service informatique, tandis que le cabinet d'analyse Gartner suggère que les dépenses du directeur du marketing en technologies de l'information dépasseront celles des DSI d'ici 2017.

Une telle décentralisation remet véritablement en question l'avenir des DSI. Après tout, si les employés des autres services achètent eux-mêmes les services et systèmes qu'ils utilisent, alors pourquoi les entreprises devraient-elles continuer d'avoir un responsable chargé de superviser l'approvisionnement en TI ? Ajoutons à cela l'apparition de directeurs du digital et des données : il devient clair que les DSI sont soumis à des pressions venues de toutes parts.

Pour autant, ils devraient garder espoir.

On aperçoit (enfin) des signes encourageants qui montrent que les entreprises commencent à prendre le rôle des TI au sérieux. Tous les cadres exécutifs reconnaissent désormais le rôle crucial que jouent les TI dans la transformation d'une entreprise. Pour tout ce qui touche à l'amélioration de la productivité, à la collecte de données intelligentes, à la prise de décisions stratégiques plus informées sur l'évolution possible de l'entreprise, les TI occupent un rôle de plus en plus central.

Cette prise de conscience doit s'accompagner d'une réaffirmation de l'importance de la fonction de DSI. La décentralisation croissante des achats n'enlève rien au fait que le DSI demeure le cadre exécutif le mieux placé pour comprendre le rôle que jouent les technologies dans le monde moderne des entreprises. Les DSI ont déjà consacré de nombreuses années à intégrer des plateformes, à mettre en place une gouvernance et à créer des feuilles de route concernant l'utilisation optimale des TI au sein de l'entreprise.

Alors que les changements interviennent de plus en plus rapidement dans le domaine des technologies de l'information, la seule constante, pour le moins au niveau exécutif, reste la présence du DSI. Au fur et à mesure qu'augmente l'emprise du numérique, les entreprises vont vouloir s'appuyer sur l'expérience de leurs DSI pour mener à bien les projets de déploiement de nouvelles technologies.

Le cabinet Gartner affirme que les entreprises qui réussissent le mieux tendent à solliciter davantage l'avis de leurs responsables techniques, notamment ceux spécialisés dans les technologies, l'innovation et la gestion des risques. Il s'agit là d'une occasion à ne pas manquer pour les DSI : ils doivent prendre les devants et élargir leurs responsabilités à tous ces domaines. Ce n'est pas tout :

Pour que leur fonction soit réévaluée à sa juste valeur, les DSI doivent prendre leur carrière en main et se préoccuper davantage de la perception que l'on a d'eux dans le reste de l'entreprise. Il est temps pour les DSI de dépasser la simple gestion de leur service au jour le jour en prouvant qu'ils sont polyvalents, à la pointe de l'innovation et capables de pousser l'entreprise à évoluer.

Nous avons donc atteint un point de non retour. Les DSI doivent être des vecteurs d'innovation et prouver qu'ils comprennent mieux que quiconque les bouleversements que les technologies vont provoquer dans le monde de l'entreprise au cours des dix prochaines années. C'est en s'emparant à bras-le-corps de leur mission d'innovation dans le domaine des TI que les DSI se maintiendront et s'épanouiront.



[Références]

Étude de Gartner sur l'ascension des directeurs du digital :
http://www.gartner.com/newsroom/id/2208015

Exemples d'entreprises disposant d'un ou plusieurs directeurs du digital :
http://www.digitaltransformationbook.com/15-companies-chief-digital-officer/

Ascension et chute du Directeur du digital :
http://www.computerweekly.com/feature/Chief-Data-and-Digital-Officers-rise-to-threaten-the-CIO

Étude de Gartner sur l'ascension des directeurs du digital :
http://www.zdnet.com/article/forrester-warns-cdos-dont-expect-career-longevity/